Tuerie de la préfecture de police de Paris : lentourage de Mickaël Harpon passé au crible – Le Parisien

Tuerie de la préfecture de police de Paris : lentourage de Mickaël Harpon passé au crible - Le Parisien

“Une scène dune extrême violence” : le procureur antiterroriste précise le déroulé de la tuerie de la préfecture de police de Paris

Attaque à la Préfecture: selon un témoin, la hiérarchie de lassaillant avait connaissance de son comportement troublant

Deux jours après la tuerie à la préfecture de police de Paris qui sest soldée par cinq morts dont celle de lassaillant, la piste terroriste est de plus en plus crédible, selon la justice. Alors que le parquet national antiterroriste (PNAT) est désormais en charge de lenquête, des SMS troublants ont été retrouvés dans le téléphone portable de lassaillant.

Daprès des informations de BFMTV, Michael Harpon, âgé de 45 ans, a envoyé plusieurs messages une heure avant lattaque à sa femme. Dans ces derniers, il évoque la religion, de façon assez confuse, telle que “Dieu me garde”. Sa femme a essayé de le joindre à plusieurs reprises, en vain. 

Selon ce même récit, Mickaël Harpon est revenu dans lenceinte de la Préfecture de police à 12h36 et a rejoint son service à 12h42. “Il en est ressorti cinq minutes plus tard, avant de revenir à 12h51, pour pénétrer dans son bureau à 12h53.” Cest alors que, muni de ses armes blanches, qui nont donc visiblement pas été détectées malgré leur consistance métallique, le tueur a mortellement assailli plusieurs de ses collègues. 

En plus de lexploitation des téléphones portables, dautres éléments accréditent la thèse terroriste, notamment la proximité de lauteur de lattaque avec des personnes appartenant à la mouvance salafiste. Le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard, doit sexprimer sur la question ce samedi à 16 heures lors dune conférence de presse au tribunal de Paris.

Video: Attaque à la préfecture de police : lagresseur avait des contacts avec la mouvance salafiste

Attaque à la Préfecture de Paris : le premier procureur de la République confirme clairment le caractère terroriste des faits, assurant quils étaient prémédités

Selon le magistrat, la durée totale du “périple meurtrier” a été estimée à “sept minutes”. Selon lexploitation du téléphone portable de sa compagne, dont la garde à vue à été prolongée de 48 heures dans laprès-midi, Mickaël Harpon et elle se sont échangé “33 SMS entre 11h11 et 11h50 (…) à teneur exclusivement religieuse et se concluant par Allah Akbar”. Leurs échanges se sont produits 30 minutes avant lachat des couteaux.

Le procureur antiterroriste de Paris a tenu un point presse samedi après-midi. Il sagit de sa première communication depuis lattaque qui a fait quatre morts jeudi parmi les forces de lordre. Jean-François Ricard a détaillé le parcours du tueur au couteau, et a décrit un terroriste islamiste.

Lagresseur a intégré la préfecture de police en 2003, et sest converti à lislam “il y a une dizaine dannées”. “Il adhérait à une vision radicale de lislam”, étaye le magistrat. Il était notamment en contact avec “la mouvance salafiste”. Ces éléments ont justifié que le Parquet national antiterroriste se saisisse de laffaire.

Malgré une enquête qui nen est quà ses débuts, les limiers de la brigade criminelle ont dessiné le portrait dun quadragénaire ayant  adhéré à une vision radicale de lislam . Né à Fort de France, lauteur de la tuerie sétait converti à lislam il y a une dizaine dannées, mais les témoignages recueillis par les enquêteurs démontrent quil avait épousé son versant radical. En privé mais aussi en public.