Paris : 74 500 personnes contre la PMA pour toutes – Le Point

Paris : 74 500 personnes contre la PMA pour toutes - Le Point

Manif pour tous, militants catholiques, Veilleurs… Qui défile sous la bannière de “Marchons enfants” pour sopposer à la PMA pour toutes ?

Sept ans après la mobilisation monstre contre le mariage pour tous, plusieurs dizaines de milliers dopposants à louverture de la PMA à toutes les femmes ont défilé dimanche à Paris contre cette mesure portée par le gouvernement et actuellement débattue au Parlement.

Quelque 74.500 personnes ont marché dans la capitale pour cette mobilisation nationale, selon un comptage réalisé par le cabinet Occurrence pour un collectif de médias, dont lAFP. A titre de comparaison, 100.000 manifestants avaient défilé en France lors de la première action contre le mariage gay en novembre 2012.

Les organisateurs ont comptabilisé de leur côté 600.000 manifestants. La préfecture de police de Paris avance elle le chiffre de 42.000.

Entre 10 000 à 20 000 participants sont attendus par les autorités, sans commune mesure avec les mobilisations de 2012-2013 contre la loi Taubira autorisant le mariage gay, qui avaient réuni jusquà 340 000 personnes selon la police, et 1,4 million selon les organisateurs. La Manif pour tous ainsi que les autres poids lourds du collectif, telles que les Associations familiales catholiques (AFC) et Alliance Vita, avaient pourtant battu le rappel des troupes, avec plus de trois millions de tracts distribués, des murs tapissés daffiches depuis des semaines, deux TGV spéciaux affrétés et plus dune centaine de cars complets dans toute la France.

Agitant des drapeaux vert et rouge "Liberté Égalité Paternité", les manifestants ont marché dans le calme depuis les Jardins du Luxembourg, près du Sénat, jusquau pied de la Tour Montparnasse, à lappel dun collectif dune vingtaine dassociations, dont la Manif pour tous.

"Cette manifestation, cest un avertissement au gouvernement. Ouvrira-t-il le dialogue ou restera-t-il comme Hollande en 2012 dans le mépris?", avait déclaré la présidente de la Manif pour tous, Ludovine de la Rochère, avant le départ du cortège. 

Pour étoffer les rangs de la mobilisation, les opposants à la PMA avaient aussi mis en avant le vote jeudi à lAssemblée nationale dun amendement automatisant la reconnaissance en France de la filiation sous forme dadoption entre un parent dintention et un enfant conçu par mère porteuse à létranger, technique interdite en France. Le gouvernement, opposé à cet amendement, a aussitôt demandé une seconde délibération.  Pour dire non à la GPA, il faut donc commencer par dire non à la + PMA sans père + , a souligné la Manif pour tous.

Dans sa ligne de mire, louverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires, promesse de campagne dEmmanuel Macron et mesure phare de la loi bioéthique adoptée en première lecture le 27 septembre par lAssemblée nationale. 

Dans leur ligne de mire, louverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires, promesse de campagne dEmmanuel Macron et mesure phare de la loi bioéthique et adoptée le 27 septembre par lAssemblée nationale. Christian Kersabiec, 68 ans, venu en bus de Vannes, refuse  cette société nouvelle où on joue les apprentis sorciers .  La famille avec un père et une mère est un écosystème à protéger , dit-il.

"Je pense que cest important pour les enfants davoir un père", estime Véronique, 25 ans, assistante de production, venue de Levallois-Perret avec son mari et son bébé. "La loi ne doit pas en faire des orphelins", dit-elle.

La grande majorité des études, réalisées pour lessentiel à létranger, concluent que les enfants nés par PMA dans des familles homoparentales grandissent dans daussi bonnes conditions que les autres, mais les opposants réfutent leur "scientificité".

"Est-ce que au lieu de développer la PMA on ne pourrait pas plutôt faire de la recherche pour améliorer la fertilité des couples ?", demande France, 59 ans et mère de 6 enfants.

Pour Laetitia, 20 ans,  un enfant est un don, ce nest pas un droit .  On ne se bat pas contre les homos, on ne dit pas + votre vie cest mal +, mais on se bat contre la légalisation  de la PMA.

De nombreux manifestants affirment mener un combat "écologique" en sopposant à la PMA. "On nous dit de respecter la nature, ce qui est biologique, mais pour lhomme, on a limpression que tout est permis", dit Patrick, 53 ans, cadre dans lindustrie pharmaceutique.

Beaucoup redoutent également que louverture de la PMA entraîne la légalisation de la GPA, que le gouvernement a toujours qualifié d"interdit absolu" et a exclu du projet de loi.

"On sait quon est seuls, quon marche à contre-courant", concède Loïc, 29 ans, venu de Châteauroux (Indre). "Cette loi va passer mais je suis là pour pouvoir dire à mes enfants que je me suis battu", dit-il.

Le contexte est en effet moins favorable aux anti-PMA quau moment du débat sur le mariage homosexuel, où la mobilisation avait été massive. Au plus fort de la contestation contre la loi Taubira, jusquà 340.000 personnes étaient descendues dans la rue selon la police, 1,4 million selon les organisateurs.

Le contexte politique a aussi changé: "En 2013, descendre dans la rue, cétait aussi pour dire non à François Hollande et à une politique jugée antifamille", rappelle Frédéric Dabi, directeur général adjoint de linstitut.

Depuis, le clivage gauche-droite sest "affadi", souligne le politologue. Seule une poignée délus Les Républicains étaient dans le cortège, dont deux des trois candidats à la présidence du parti –les députés Guillaume Larrivé et Julien Aubert– mais aussi leurodéputée François-Xavier Bellamy. Les eurodéputés du Rassemblement national Nicolas Bay et Gilbert Collard étaient aussi présents.

Les associations LGBT craignent, elles, que cette mobilisation relance les actes homophobes, qui avaient bondi en France en 2013. Sur Twitter, plusieurs familles homoparentales ont publié des photos de leurs enfants, sous le hashtag #despaillettesdansnosvies.

En ce jour dété à Paris, la réaction de certains opposants ne tarde pas. La Manif pour tous, lassociation qui sétait fait connaître en 2013 lors de la légalisation du mariage homosexuel, entourée de seize autres associations et collectifs, organise une conférence de presse contre le projet de loi. Elle annonce la formation dun nouveau mouvement, “Marchons enfants”, dont la mobilisation prend forme à travers une manifestation organisée à Paris, dimanche 6 octobre.

.@BlStreb : “Nous sommes en colère face à ce projet de loi de biotéhique, face aux injustices que ce projet va créer, face au dérèglement bioéthique de ce projet de loi.” #PMAsansPère #PMApourToutes pic.twitter.com/4CweKS5iv8

Anciens alliés catholiques des manifestations contre le mariage pour tous, jeunes mouvements embryonnaires : qui sont ces acteurs qui, pivotant tous autour de La Manif pour (…)