Paris: Centre européen du judaïsme, restaurants casher… Le 17e, arrondissement dynamique pour les juifs – 20 Minutes

Paris: Centre européen du judaïsme, restaurants casher… Le 17e, arrondissement  dynamique  pour les juifs - 20 Minutes

Macron va inaugurer mardi le Centre européen du judaïsme à Paris

Le Président de la République inaugurera ce mardi soir le nouveau Centre européen du judaïsme. Dune superficie de 5 000m², doit devenir selon le porteur du projet Joël Mergui une vitrine du judaïsme européen.

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Joël MERGUI. -Si le culte juif a été officiellement reconnu en France en 1808, avec la création du Consistoire par Napoléon Ier , on oublie trop souvent que les juifs sont présents en Europe depuis deux mille ans. Le judaïsme ne se réduit pas à la lutte contre lantisémitisme ni à la Shoah, même si elles doivent imprégner la conscience européenne. Nous voulions le montrer, le diffuser, dire qui nous sommes. Nous formons numériquement la plus importante communauté juive dEurope, nous avions cette responsabilité au nom de toutes les autres, pour continuer de transmettre le judaïsme et le faire rayonner. Ce centre nest pas un

Messenger LinkedIn Email Emmanuel Macron inaugure mardi soir à Paris le nouveau Centre européen du judaïsme (CEJ), vaste ensemble culturel et religieux qui se veut un  lieu déchanges  et une  vitrine du judaïsme européen .

Joël Mergui est le président du Consistoire central israélite de France, instance de représentation du judaïsme français. Il explique le sens de la création du Centre européen du judaïsme (CEJ) que le président Macron doit venir inaugurer ce mardi dans le 17e arrondissement de Paris.

Ce centre dune superficie de 5 000 m2, est situé dans le XVIIe arrondissement, et comprend notamment une synagogue de 600 places, des salles de spectacle et dexposition, des espaces détudes et de conférences ainsi quune médiathèque.

INTERVIEW – Le président du Consistoire central israélite de France va inaugurer ce mardi à Paris le Centre européen du judaïsme, en compagnie du président de la République.

 Ce sera dabord un lieu douverture et déchanges, qui permettra, au-delà de laspect religieux, de mieux connaître lhistoire, les fêtes, la culture, et toutes les nuances et sensibilités qui font les richesses de la communauté juive française , a affirmé à lAFP Joël Mergui, président du Consistoire, linstance représentative du judaïsme.

Léquation budgétaire à moyen et long terme reste toutefois une forte interrogation, compte tenu des ambitions culturelles du centre : devenir un lieu de savoir, de diffusion de la culture juive au niveau européen, avec des salles de spectacle et dexposition ouvertes au public.  Il ny a pas de modèle économique, à part des futures subventions et des dons , sinquiète un bon connaisseur du dossier, qui qualifie dun peu  ronflante , la dénomination  européenne  du centre.  Limportant, pour le consistoire, cétait avant tout davoir une présence dans le 17e arrondissement , détaille-t-il.  Cest vrai que pour linstant, laspect culturel nest pas encore structuré mais lurgence de Joël Mergui, cétait douvrir après tant dannées à porter le projet dans les difficultés , souligne Geoffroy Boulard.  Tout reste à bâtir , admet le président du consistoire, qui devra nommer rapidement un directeur pour ce pôle culturel.

Le projet  a pour ambition dêtre le plus grand centre culturel du judaïsme en Europe , rappelle lElysée.

Joël Mergui, qui porte ce projet depuis plus de dix ans, espère en faire une  vitrine du judaïsme européen , ce qui sera un atout dans la  lutte contre lantisémitisme  après  les années troubles de 2012 et 2015  – avec lattentat perpétré par Mohamed Merah dans une école juive à Toulouse en 2012, et la prise dotages de lHyper Cacher dans lEst parisien en 2015.

 Le CEJ montre que la communauté juive de France se projette dans lavenir et nest pas dans le renoncement , explique Joël Mergui, président du consistoire central.  En 2006, quand le projet a commencé à prendre forme, nous avons été endeuillés par lassassinat dIlan Halimi. En 2012, lannée des attentats de Merah, nous obtenons notre premier permis de construire. En 2015, nous commençons les travaux quelques mois après lattentat de lHypercasher. Dans toutes ses étapes, ce projet a été à la fois un pari et un acte de foi. Mais tant que les pouvoirs publics nous soutiennent, nous navons pas le droit de baisser les bras .

Linauguration se fera en présence notamment de la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse et de la maire de Paris Anne Hidalgo.  Tous les représentants des cultes sont invités , a ajouté Joël Mergui.

Le volontarisme de la classe politique pour ce centre ne sest en effet jamais démenti. Ce mardi 24 octobre au soir, Emmanuel Macron fera le déplacement pour inaugurer le centre. Outre le terrain mis à disposition par la mairie de Paris, lÉtat et la région ont contribué à hauteur de 3 millions deuros pour la partie culturelle du CEJ. Le reste des fonds pour ce projet – dont le coût total sélève à près de 15 millions deuros – provient dun emprunt du consistoire central et de son antenne parisienne (4 millions) ainsi que des dons de particuliers comme de grands mécènes (7 millions).

Evaluée à un peu moins de 500 000 personnes, la communauté juive française est de très loin la première dEurope.

Créé par Napoléon en 1808, le consistoire central est la principale institution représentative de la religion juive en France. Avec ses 15 sections régionales (500 synagogues affiliées ou associées), son rôle est de former les rabbins et de répondre aux besoins cultuels (mariage, conversion, éducation religieuse, certification de la nourriture cachère…). Les fidèles adhèrent aux consistoires locaux qui paient une cotisation annuelle au consistoire central. Linstitution incarne le courant orthodoxe, majoritaire parmi les juifs de France.

Lors de l’inauguration du Centre Européen du Judaïsme, l’enjeu même de cette fondation au centre de Paris (17ème arr.) semble s’être cristallisé dans la réponse du Président Macron à une journaliste l’interrogeant sur le sens de l’Aliyah : ainsi donc, la France officielle vivrait le départ d’un nombre fluctuant de Français Juifs (ou de Juifs de France) pour Israël, non pas comme une destination naturelle, logique, après 2000 ans de présence aléatoire en Europe, mais comme une “amputation” (?).

Après quatre ans de travaux, marqués par les difficultés et les doutes, le voilà enfin prêt à ouvrir ses portes. Le centre européen du judaïsme (CEJ) situé à quelques encablures de la Porte de Champerret dans le 17e arrondissement de Paris est inauguré ce mardi 24 octobre. Ce complexe de 5 000 m2 comprend trois entités : une synagogue de 600 places et deux bâtiments de cinq et sept étages, qui accueilleront des bureaux pour le consistoire central et son antenne parisienne, ainsi quun pôle culturel de 2 500 m2.

De fait, comment alors interpréter l’établissement de ce centre “européen”? Va t-il pouvoir fonctionner à plein régime comme un foyer de “renaissance”, plus prosaïquement, de préservation  du patrimoine de ce Judaïsme soudain dépeint comme “en voie de possible disparition”? Ou comme un “Musée du souvenir” de ce que fut, “autrefois” ce Judaïsme florissant, alors qu’il s’essouffle, dans une Europe bien plus accueillante envers des populations migrantes issues souvent de pays musulmans, eux-mêmes très intolérants, voire radicalement hostiles”, à l’existence même d’un Etat né de l’appel à tous les Juifs de retourner sur leur Terre ancestrale?

Les juifs libéraux, une sensibilité minoritaire du judaïsme français souhaitent, eux, que ce centre puisse devenir un haut lieu du dialogue religieux intra-juif.  Jespère que ce projet saura dépasser sa dimension consistoriale pour faire dialoguer tous les courants du judaïsme en Europe comme en France. Un endroit où orthodoxes, massortis comme libéraux pourraient échanger, ça aurait vraiment du panache , se réjouit Gad Weil, coprésident du Judaïsme en mouvement.

On peut, d’abord, dire, qu’il n’y a nul hasard à ce que le site géographique trouvé se situe dans un des arrondissements de Paris marqué par un phénomène récent décrit comme “L’Aliyah intérieure” : les Juifs de Paris et région se recentrent, d’eux-mêmes, vers des quartiers moins dangereux ou agressifs, faisant ainsi, pour un temps, l’économie de la réflexion sur un “exode” plus conséquent et difficile à réaliser : celui de l’Aliyah véritable ou du départ vers des pays plus “accueillants” à l’heure qu’il est : Canada, Etats-Unis, Australie, voire Londres, tout simplement. Cette situation stratégique est un gage de réussite de ce Centre… Au moins provisoirement et laissons sa chance au produit.

Pourquoi la République devrait-elle se présenter comme un régime en concurrence avec l’Etat Juif, un choix à faire, à prendre ou à laisser, plutôt que comme une étape, un système certes imparfait, mais ouvert aux uns comme aux autres, où le pluralisme peut s’exercer, dans un monde en mouvement, en circulation, devenu multipolaire, où l’appartenance à une culture n’induit aucun renoncement ni aucune “mutilation” particulière?

L’expression tient lieu de lapsus révélateur d’un profond malaise dans les représentations des Juifs et d’Israël, dans la pensée macronienne fort ambivalente : Macron reconnaît, au niveau du discours explicite que la fameuse définition de travail de l’Antisémitisme (de l’IHRA) est utile, voire indispensable à l’approche de ce phénomène, dans sa dernière version, comprenant le rejet du Sionisme comme indice d’une haine plus intériorisée. Mais il est paralysé et paralysant, absolument incapable de passer à des applications pratiques, parce que cela remettrait en question la plupart des dogmes de l’Intelligentsia française et de ses diplomates, médias, etc.

Mais ce Président est tout aussi incapable d’arrêter une position franche, “politique” sur le port du voile dans l’espace (de la ré-) Publique. En réalité, ce président comme tant d’autres n’est pas un décideur, une “autorité”, mais un gestionnaire, comptable de la situation, sans plus de volonté ni de “pouvoir” réel.

Le Président Macron, tout à son inauguration, semble avoir besoin de la violence de l’image de ce présumé “arrachement”, de cette dispute entre les deux mères exigeant de Salomon qu’il tranche par le discours au risque, finalement, de tuer le bébé par l’outrance même du conflit entre elles…

L’implantation du CEJ n’est pas un hasard. Depuis plusieurs années le XVIIe arrondissement et plus globalement l’Ouest Parisien attire une communauté juive importante. Nous avons entre 37 000 et 41 000 personnes de confession juive sur 173 000 habitants , estime Geoffroy Boulard, maire LR de l’arrondissement, qui compte aussi une quinzaine d’établissements cultuels, trois écoles et une cinquantaine de commerces et restaurants casher sur son territoire. C’est la plus grande communauté juive d’Europe , souligne du son côté le Consistoire.

En reprenant les excellents travaux sur l’histoire juive, rédigés par le philosophe et sociologue Shmuel Trigano, “La Société Juive à travers l’Histoire” (en quatre tomes), on s’aperçoit, au contraire, que le “Centre” du Judaïsme, exilique, mais y compris dans sa version pré-exilique, ne cesse d’être mouvant : il se déplace sans cesse, de Jérusalem à Babylone, Alexandrie, Rome, le Rhin, puis la Champagne et l’Espagne, le Maghreb, la Turquie et la Grèce, vers l’Est pour devenir polonais -terre qui en deviendra le plus grand cimetière, à une époque reculée – puis retournant vers sa terre, au début d’un vingtième siècle extrêmement marqué par la violence des guerres, notamment le génocide des Juifs et d’autres peuples (arméniens, tutsis, etc.).

Dans ces temps douloureux du terrorisme et de l’antisémitisme, ce tout nouveau Centre Européen du Judaïsme, qui sera inauguré ce mardi par le président Emmanuel Macron, est une forme de résistance, une volonté de faire vivre notre communauté, de la faire rayonner et de l’ouvrir sur le quartier, sur Paris et sur l’Europe , lance Joël Mergui, président du consistoire central, l’instance représentative du judaïsme en France, en faisant visiter ces trois bâtiments, ce dimanche après-midi.

Dans l’Antiquité, les démographes relèvent une population juive d’environ 8 millions de membres, natifs judéens ou vivant en Diaspora proche ou éloignée, mais le véritable centre de la vie juive ne se tient nullement en Gaule, même si des carrefours et marchés pré-existent à la constitution des peuples francs, alamans,… à un centre administratif quelconque, au douzième siècle, en Île-de-France. Ce centre, c’est Jérusalem, par son rayonnement et un Temple, où, au moins à l’occasion des trois fêtes, le peuple, aussi éloigné soit-il, se doit de venir présenter ses offrandes. Nulle “amputation” que de venir se libérer de ses dettes morales ou fautes, ou simplement, choisir d’honorer ses ancêtres et son D.ieu unique, universel…

Mais dans le XVIIe arrondissement, sur la place de Jérusalem qui a tout juste été inaugurée à l’ombre de l’église catholique Sainte-Odile, et à quelques pas du périphérique, ces bâtiments de 5 000 m2, aux façades de béton brut, avec à l’intérieur une synagogue de 600 places particulièrement lumineuse, sa vaste salle de conférences de 600 m2 au marbre noire surmonté de surface dorées, ses multiples salles de spectacle, d’exposition, d’études et de conférences ont fière allure.

De même, la “renaissance” du centre politique, populationnel, géopolitique d’Israël au XXème siècle, a changé la donne, individuellement, pour chaque Juif connaissant ses devoirs et ses droits historiques, et en tant que collectivité. “Comme” dans cette Antiquité lointaine, mais avec la puissance attractive de tous les moyens mis à notre disposition par la modernité, nous pouvons ou devons (selon ce que dicte chaque conscience) reconnaître où et ce qu’est notre “centre”, notre point d’équilibre spirituel, moral et très concret, y compris dans sa variable économique. Concrètement, tous les Juifs d’Europe et du monde ne réaliseront peut-être pas le rêve de Théodore Ertzel, mais tous se doivent de l’entretenir, par les moyens à leur disposition. Et, peut-être qu’une des destinées du peuple juif est bien de maintenir cette tension entre l’Exil et le Retour, certains seulement bénéficiant finalement du “mérite” d’accéder à sa pleine réalité et les autres cherchant à s’y raccorder… Les peuples ou nations, quant à elles, parviennent à l’universalité du Message en portant un œil plutôt bienveillant (pour ne pas dire totalement “partisan”) à cette “Alliance” en cours de connexion, vraisemblablement pas en la considérant comme une “perte” d’un “membre… L’expression macronienne prend alors un sens “barbare” d’incompréhension des raisons mêmes qui seraient à l’origine du départ de ces Juifs de France : soit par fidélité à un message ancestral, soit face au rejet de l’idée même de souveraineté juive, dans l’esprit des peuples et des dirigeants. Ainsi continuer de condamner perpétuellement l’Etat Juif naissant comme la source des maux, de tous les maux, est-elle bien, comme l’exprime simplement Yvan Attal, le soir même sur I24news, l’une des causes profondes de la blessure vécue par beaucoup de Juifs qui s’en vont, et de la rupture collective de ces citoyens français juifs, tiraillés entre deux “appartenances”, parce que leur environnement même leur reproche d’être viscéralement ce qu’ils se ressentent et se recentrent être…

Ce centre, c’est sans doute le chant du cygne de Mergui. C’est aussi un signe des temps où la France s’est irréversiblement engagée dans un processus d’islamisation; dès lors il serait temps que les Juifs de France prennent conscience que, s’ils s’obstinent à rester, les brûlures cette fois-ci ne seront pas celles des corps dans des fours ou sur des bûchers- que Dieu les en préserve ! – mais atteindront leur âme ! Quels qu’ils soient : il y a les fiers et les mécontents, les moqueurs et les indifférents, les illuminés et les obscurantistes, les intellos laïques ou religieux etc…Pendant que certains pavanent, d’autres sont en panne ! Pour tous ceux qui ont encore une petite flamme de lucidité, et, partant , de mémoire, je me permets de leur dire, de là où je suis, que leur avenir, comme celui du peuple juif, est en Israël, ce pays de la promesse qui est entrain de se réaliser depuis 71 ans !

La “concurrence” des mémoires, revendiquée par Emmanuel Macron relève donc plutôt de l’anachronisme et de l’angoisse “que tout fout l’camp” (même les Juifs de France), d’un manque d’humilité devant l’histoire, que de la sérénité et de la conscience d’un accomplissement utile ou jalon, dans la pose de cette “première pierre” qu’incarnerait le “Centre Européen du Judaïsme”.

Partagé, suis-je, entre l’exaltation, l’exultatation, et le pourquoi donc stoïque dune inutilité onéreuse… Le passé nous a prouvé maintes fois que les pierres et le bois ne font pas  long feu , et nos Sages ‘H’ zl s’élèvent contre ces maisons  en dur  bien trop belles qui dans notre histoire ont servi de combustible pour nous mieux brûler. Nos lieux doivent ressembler aux souccoth, maisons provisoires. Et jamais nous conforter dans notre exil, si bien qu’on s’y trouverait confortable, et qui, croyant en cette fake-safe, sans vigilance, n’observerions, pour le plus grand nombre, que quelque règle rituelle alimentaire, et autre allumage intempestif les Shabbath et jours consacrés, faisant plaisir aux ventres et etc… L’esprit, lui, est inextinguible. C’est l’étude qu’il faut privilégier, inscrite dans notre ADN, consonnes du Seigneur. À nous de voyelliser…

Pour JForum, centre virtuel du Judaïsme Européen débouchant naturellement sur le Sionisme, mouvement ou tendance vers le Retour… vers l’intégrité, l’identité.

SHAME ON YOU ! Il y a 800 familles qui crevent de faim a Strasbourg…. et dans d’autres villes de France ! Occupez-vous des gens dans le besoin d’abord ! Construire des logements pour des gens avec de faibles ressources, serait plus approprie !!!…..Comme le disait  Elie Wiesel  les pires etaient les Kapos….Mergui et toute sa clique pactisent avec l’ennemi, pourquoi construire ce Centre qui dans quelques annees sera abandonne, car les juifs quitteront la France ! Opinion d’une juive exilee, mais en constant contact avec la communaute juive de France…..

Le président de la République a inauguré les 5 000 m2 du nouveau Centre européen du judaïsme, à proximité de la place de Jérusalem, à Paris. Il s’est adressé aux juifs français choisissant d’émigrer en Israël, qualifiant leur départ d’amputation.

Dans ces temps douloureux du terrorisme et de l’antisémitisme, ce tout nouveau Centre Européen du Judaïsme, qui sera inauguré ce mardi par le président Emmanuel Macron, est une forme de résistance, une volonté de faire vivre notre communauté, de la faire rayonner et de l’ouvrir sur le quartier, sur Paris et sur l’Europe , lance Joël Mergui, président du consistoire central, l’instance représentative du judaïsme en France, en faisant visiter ces trois bâtiments, ce dimanche après-midi.

Le soir du 29 octobre, Emmanuel Macron a participé à l’inauguration du Centre européen du judaïsme (CEJ) à proximité de la place de Jérusalem, elle-même récemment inaugurée à Paris par la maire Anne Hidalgo malgré l’opposition de militant pro-palestiniens.

Cest la haine entre les composantes de la communauté juive qui la perdra Ce sont les principes du Judaïsme Honte aux personnes insultantes Si vous n’êtes pas daccord avec ce projet , votez . Posez votre candidature ou bien taisez vous et faites des dons , et surtout ny mettez pas les pieds . Gardez vos insultes pour vous-mêmes cest mieux pour la communauté Honneur à Mergui

Interrogé en marge de cet événement sur le sujet des juifs choisissant de faire leur aliyah (terme qui désigne l’émigration en Israël), le chef de l’Etat a répondu, devant les caméras de la chaîne basée à Tel Aviv i24 News : Je respecte chacun, mais bien évidemment je leur dis qu’ils ont leur place [en France], qu’ils y sont aimés et qu’ils ont surtout une Histoire qui est ancrée dans la République. Le président a alors conclu : Et leur départ, c’est une amputation d’une part de ce qu’est la République dans son Histoire [et] dans ses valeurs.

J aurai preferé savoir que tous les budgets et efforts etaient consacré a aider nos jeunes , et moins jeunes , a monter dans leur pays …. il est decidement des gens qui ne comprennent pas le sens de l histoire , mais celle ci se rappellera a eux et a nous sous peu …

Au cours de son discours devant l’assemblée réunie pour l’ouverture de ce Centre de 4 900 m2 dédiés à la culture, à la transmission, au patrimoine et à l’identité juive, Emmanuel Macron a notamment affirmé, selon des propos rapportés par i24 News : Au moment où l’antisémitisme resurgit, résister ça n’est pas uniquement protéger ou répondre, mais c’est surtout convertir les cœurs et les esprits, c’est ce qui se fait ici, dans ce centre.

C’est encore le rush des travaux de finition. Les peintres apportent les dernières touches. L’asphalte du trottoir sera coulé ce lundi. Il y a juste les baies de l’entrée qui ne seront pas livrées , regrette l’un des architectes.

“Le judaïsme a coulé dans les veines de l’Europe durant plus de deux millénaires et a contribué à forger notre civilisation”, Emmanuel Macron à l’inauguration du Centre européen du judaïsme à Paris

Après plus de vingt ans de discussions sur ce terrain cédé par la Ville de Paris du temps de Jacques Chirac, après quatre années de travaux, le Centre Européen du Judaïsme (CEJ), grand complexe cultuel, culturel et institutionnel, veut être un lieu douverture qui permettra, au-delà de laspect religieux, de mieux connaître lhistoire, les fêtes, la culture, et toutes les nuances et sensibilités qui font les richesses de la communauté juive française , précise Joël Mergui marqué par les attentats perpétrés par Mohamed Merah dans une école juive à Toulouse en 2012 et la prise dotages de lHyper Cacher dans lEst parisien en 2015. Je voulais montrer, ici, que la communauté croit en son avenir , martèle-t-il.

Le chef de l’Etat a en outre salué la part juive de l’âme européenne, façonnée dans les temps sombres autant que dans les jours heureux.

Ce dynamisme a permis le financement de ce centre. Le bâtiment, qui accueillera aussi une partie des bureaux du Consistoire, a coûté 15 M€ hors taxes. Trois millions proviennent des pouvoirs publics – 2 millions par lEtat sous le quinquennat Sarkozy et 1 million de la région-. Cinq millions sont issus de fondations et trois millions de mécènes et donateurs privés. Le reste est financé par des emprunts. Des bulletins de souscription pour faire vivre le lieu , insiste Joël Mergui, sont toujours ouverts. Ceux qui apporteront plus de 10 000 € auront une pierre gravée à leur nom dans le hall daccueil. Jusquà 520 €, les participants auront droit au livre dor.

Installé dans le XVIIe arrondissement de Paris, le Centre européen du judaïsme est, selon l’Elysée, le plus grand centre culturel du judaïsme en Europe.

Parmi les personnalités politiques présentes à l’inauguration, étaient entre autres présents le maire de Paris Anne Hidalgo, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, le ministre de la Culture Franck Riester, la présidente du conseil régional d’Ile-de-France Valérie Pécresse, ou encore les anciens Premiers ministres Manuel Valls et Bernard Cazeneuve.

Dans ces temps douloureux du terrorisme et de lantisémitisme, ce tout nouveau Centre Européen du Judaïsme, qui sera inauguré ce mardi par le président Emmanuel Macron, est une forme de résistance, une volonté de faire vivre notre communauté, de la faire rayonner et de louvrir sur le quartier, sur Paris et sur lEurope , lance Joël Mergui, président du consistoire central, linstance représentative du judaïsme en France, en faisant visiter ces trois bâtiments, ce dimanche après-midi.

Lire aussi : Des pro-palestiniens manifestent contre l’inauguration de la place de Jérusalem à Paris (IMAGES)

“J’en ai ras le c*l d’entendre tout ce que j’entends tout le temps : qu’Israël est coupable de tous les maux”

“J’aimerais qu’un président de France comprenne que le sort des Juifs de France est lié à ce qu’on rapporte d’Israël,” a déclaré mardi soir l’acteur Yvan Attal dans “Conversations avec Benjamin Petrover.”

Nous inaugurons les inaugurations , se réjouit Joël Mergui. Non loin de là, à Courbevoie (Hauts-de-Seine), une synagogue de 200 personnes a déjà été inaugurée au début de lété. A Boulogne-Billancourt, un Centre culturel juif est en construction. Dans le XVIe arrondissement, cest une nouvelle synagogue qui ouvrira dans les prochains mois.

“J’en ai ras le c*l d’entendre tout ce que j’entends tout le temps : qu’Israël est coupable de tous les maux, et que c’est à Israël de faire toutes les concessions, et que les Israéliens sont des méchants et les Palestiniens des gentils,” a-t-il affirmé.

“Le jour où on pourra mettre les Palestiniens devant leurs responsabilités, il y aura beaucoup moins d’antisémitisme en France”.

“On a l impression qu’on peut taper sur la gueule des juifs à cause de ce qui se passe en Israël en toute impunité, le jour où on sera plus juste avec ce conflit, il y aura beaucoup moins d’antisémitisme,” a estimé le réalisateur de “mon chien stupide”.

Pas tout a fait d’accord. Que le president Macron dise que, du point de vue de la France (le seul au nom duquel il peut se prononcer), le depart des Juifs est une amputation peut etre considere comme un compliment (un peu comme, a une epoque, le peuple d’elite, etc… encore que cette phrase du general, abusivement analysee et dissequee, ait fait oublier l’essentiel du discours de novembre 67, a savoir “la France doit reparaitre au Caire et a Alger”: fin de ma parenthese). Cela signifie bien sur qu’il considere (comment pourrait-il ne pas le faire ?) que les Juifs apportent beaucoup au pays, loin d’etre un element plutot folklorique (ne nommons aucune “communaute”). Mais cela signifie aussi, peut-etre, qu’il devine, a tort ou a raison, que pour ceux qui partent, un certain dechirement est present, et que la vie en France, et pas seulement dans les “quartiers”, est parfois difficile pour les Juifs. Un tres grand pas reste a accomplir: comprendre que, pour les Juifs et pour d’autres, etre en face d’une action et d’une propagande anti-israeliennes permanentes est devenu insupportable. La politique arabe de la France (ou, pour mieux dire, ainsi que le notait quelqu’un recemment, la politique de la France arabe) n’a pas change avec la venue de Macron. Mais je ne crois pas discerner chez lui la violente haine anti-israelienne que l’on trouvait chez Chirac et, plus encore, chez Giscard d’Estaing. Macron ne s’est pas encore rendu en Israel ? auriez-vous prefere que, comme le fit Chirac, il y aille pour rechercher l’incident ? nous verrons, mais reservons notre jugement.

Paroles ,paroles ! Les articles et reportages ,au quotidien ,contre l état Juif ,et les commentaires des lecteurs laissent froid dans le dos . L armée des journalistes fait le travail d une armée de terroristes ,le quai d Orsay est leur guide spirituel ,l Elysée le guignol . Et les Juifs de service accourent !

Ce centre européen n’est que le tombeau ouvert de la mort du judaïsme en France et c’est très bien car l’avenir est en Israël. La France a mené sa politique arabe mais entre les années 60 et maintenant les juifs ne l’accepte plus car nos morts dûs a cette politique n’est plus possible pour un juif digne. La France veut l’apport juif en méprisant les juifs

Cette inauguration est l’occasion de constater, encore une fois, que malgré toute la proximité que les différents dirigeants et notables communautaires entretiennent avec les dirigeants politiques français y compris Macron, ils n’arrivent absolument pas à obtenir d’eux la fin de la propagande mensongère anti-juive et anti-Israêl dans les médias publics ou privés et encore moins le respect des droits élémentaires de tout citoyen comme la justice et la sécurité et j’en passe pour leurs concitoyens juifs en dehors bien sûr de belles paroles dénuées de tout contenu sérieux.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.