Migrants. Deux campements évacués à Paris, un millier de personnes conduites dans des gymnases – Ouest-France

Migrants. Deux campements évacués à Paris, un millier de personnes conduites dans des gymnases - Ouest-France

Paris : Une vaste opération dévacuation de campements de migrants est en cours, 600 policiers déployés

Les campements de migrants du nord-est de Paris seront évacués “avant la fin de lannée”, a annoncé Christophe Castaner, alors que le gouvernement présente ce mercredi des mesures sur limmigration. Entre 1.500 et 3.000 migrants se trouvent dans ces campements. 

“Nous ne pouvons accepter les conditions dhébergement dangereuses et insalubres de certains campements. Après Grande-Synthe, Calais, Nantes en octobre, nous allons continuer à évacuer les campements. Nous prenons en particulier lengagement dévacuer dici la fin de lannée dévacuer les campements du nord-est parisien”, a précisé le ministre de lIntérieur. 

“La constitution de campements de personnes migrantes, notamment dans les grandes agglomérations, constitue une anomalie du fonctionnement de notre système dhébergement et dasile”, a expliqué le gouvernement, dans son plan pour limmigration.

Lévacuation des occupants des deux camps aux abords du périphérique parisien, entre la porte de la Chapelle et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), a commencé à laube, vers 6 heures, et sest terminée peu avant 9 heures, a constaté un journaliste de lAgence France-Presse. Parmi les délogés, mis à labri dans des centres daccueil ou des gymnases aux quatre coins de lIle-de-France, de nombreux Afghans et des personnes originaires dAfrique subsaharienne, ainsi que des familles avec enfants.

Une importante opération dévacuation de deux campements à cheval sur le nord-est de Paris et la Seine-Saint-Denis sest tenue ce jeudi matin. 1.606 personnes ont été mises à labri sur les deux campements. 

Lévacuation des migrants a commencé à 6 heures du matin, dans le nord-est de Paris, jeudi 7 novembre. MARTIN BUREAU / AFP Une importante opération dévacuation de deux campements regroupant entre 600 et 1 200 migrants dans le nord-est de Paris, sest déroulée jeudi 7 novembre au matin dans le calme, avec la volonté affichée par les autorités de  changer de braquet  sur la gestion de ces zones devenues  incontrôlables .

Évacuation des campements de migrants à Paris : “LÉtat” doit “proposer une solution dhébergement digne”

Près de 600 policiers ont accompagné depuis 6 heures des exilés qui vivaient Porte de la Chapelle, sous des tentes de fortune près du périphérique parisien, vers des bus pour les emmener dans des gymnases ou des centres daccueil franciliens, dans une opération conjointe de la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Ile-de-France.

Ils sont des milliers à vivre dans des conditions exécrables. Dans la matinée du jeudi 7 novembre, des campements de migrants insalubres vont être démantelés entre le nord-est de Paris et la Seine Saint-Denis. Lannonce, faite ce mercredi 6 novembre par la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Île-de-France intervient après une déclaration du ministre de lIntérieur.

Les migrants évacués ce jeudi sont principalement des hommes, mais des associations précise que des femmes et des enfants vivent aussi dans ces camps de fortune. Il sagit principalement de Somaliens, dAfghans, dÉrythréens et de Tchadiens.

Lannonce du démantèlement de ces campements insalubres à cheval sur le nord-est parisien et la Seine-Saint-Denis avait été faite mercredi par la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Ile-de-France. Quelques heures auparavant, le ministre de lIntérieur Christophe Castaner avait pris “lengagement dévacuer dici la fin de lannée les campements du nord-est parisien”, lors des annonces gouvernementales sur limmigration.

En effet, Christophe Castaner a pris “lengagement dévacuer dici la fin de lannée les campements du nord-est parisien”, lors des annonces gouvernementales sur limmigration. Selon les estimations des associations et des autorités, entre 1.500 et 3.000 exilés vivent dans des tentes aux abords du périphérique parisien, dans des conditions de plus en plus dégradées.

Didier Lallement, préfet de police de Paris, a assuré lors dune conférence de presse ce jeudi matin quil prendrait un arrêté pour éviter la reformation de ce campement.

Ce nest pas lensemble des camps qui seront évacués ce jeudi, puisque les forces de lordre doivent “procéder au démantèlement des campements illicites installés au niveau de la Porte de la Chapelle à Paris XVIIIe et de lAvenue du Président Wilson à Saint-Denis, ainsi quà la mise à labri” des occupants, ont annoncé les préfectures dans un communiqué commun.

Ce nest pas lensemble des camps qui seront évacués ce jeudi, puisque les forces de lordre doivent “procéder au démantèlement des campements illicites installés au niveau de la Porte de la Chapelle à Paris XVIIIe et de lAvenue du Président Wilson à Saint-Denis, ainsi quà la mise à labri” des occupants, ont annoncé les préfectures dans un communiqué commun.