Paris, capitale mondiale de le-sport pour un jour (et plus si affinités) – Le Monde

Paris, capitale mondiale de l\e-sport pour un jour (et plus si affinités) - Le Monde

E-sport: 5 questions pour comprendre les Mondiaux de League of Legends à Paris

Dimanche 10 novembre, les gamers du monde entier auront les yeux braqués sur la scène de Bercy pour voir léquipe européenne G2 défier les Chinois de FunPlus Phoenix. A léchelle de leSport, cest-à-dire les compétitions de jeux vidéo, ce sera un événement planétaire. Il faut dire que le jeu sur lequel ils vont saffronter nest pas nimporte quel jeu. Il sagit de League of Legends (LoL, pour les initiés), le jeu sur ordinateur le plus joué au monde. 

Objectif: détruire la base de son adversaire tout en protégeant la sienne. Et cest avec cette prémisse simple que le jeu, qui se joue par équipes de cinq, a révolutionné les compétitions esportives lors de son entrée sur la scène en 2009.

“Cest un peu un ovni dans le monde du jeu vidéo”, affirme à lAFP Julie Jeanniot, cheffe de produit LoL chez Riot Games, le studio qui édite le jeu et qui revendique quelque 100 millions de joueurs actifs. “Cest un cas très spécial et un phénomène mondial qui remplit des stades dans le monde entier.” Une réussite due en grande partie aux nombreuses innovations osées par Riot Games au moment de la sortie de LoL. “Cest vraiment un pionnier de leSport”, ajoute-t-elle.

e-Sport : tout comprendre à League of Legends , dont les Mondiaux vont se conclure à guichets fermés à Paris

Il y a dix ans, léditeur tente en effet un premier pari sur lavenir, qui savèrera payant: League of Legends devient alors le premier jeu compétitif gratuit, ou “free-to-play”. “Sur ce point, il a été précurseur et on se rend compte que la plupart des autres éditeurs de jeux suivent cette tendance”, explique Nicolas Besombes, sociologue et vice-président de lassociation France Esports. 

Aujourdhui, la plupart des jeux sur PC sont gratuits, à limage de Counter-Strike ou de Fortnite, autres jeux au succès planétaire. “Maintenant, ça paraît évident, mais à lépoque, se dire on fait un jeu quon a passé des années à développer et on le met à disposition gratuitement, cétait quand même assez révolutionnaire”, ajoute-t-il.

Lucas “Cabochard” Simon-Meslet, joueur de League of Legends : “Ça a été beaucoup de compromis”

Pour se rémunérer, les développeurs proposent aux joueurs dacheter des contenus supplémentaires, par exemple pour personnaliser son avatar numérique ou pour bénéficier de contenus exclusifs.

La phase de  draft pick   lors de la première manche entre G2 Esports et SK1 Telecom, en demi-finale des championnats du monde 2019. (capture décran) Le début de la partie, ou early game, est la phase la plus calme : chaque équipe cherche à tuer un maximum de monstres neutres et de sbires adversaires (les minions) pour gagner rapidement en or (gold) et ainsi débloquer des attaques plus puissantes. Etre le premier à éliminer un joueur adverse (first blood) procure un léger avantage (en grande partie psychologique).

Depuis ses débuts, Riot Games, qui a créé un lien étroit avec ses fans, sest également montré avant-gardiste dans lorganisation des compétitions. Jusque-là, les éditeurs se préoccupaient très peu des tournois qui se passaient sur leurs jeux et laissaient aux fans le soin de sorganiser entre eux sils le souhaitaient. Mais léditeur de Lol a mis très tôt son nez dans la structuration des compétitions. Résultat: des tournois qui donnent aux joueurs et aux fans les sensations dun sport traditionnel.

Riot a aussi été le premier studio à créer des droits de diffusion pour ses compétitions et à subvenir financièrement aux salaires des joueurs, sur le même modèle que ce que peut faire une ligue fermée dans le sport. “Les revenus générés par les publicités ou la diffusion des matches ont pendant un temps été redistribués aux équipes et aux joueurs. Cela a permis de professionnaliser énormément la scène”, poursuit Nicolas Besombes.

E-sport : “Comme dans le sport, les champions arrivent à produire un autre jeu que celui des amateurs”

“Tous ces éléments ont contribué à rendre le jeu extrêmement populaire et à ce quil devienne le jeu star et la locomotive de leSport”, estime-t-il. Et les chiffres ne le démentent pas: lors de la mise en vente des places, LoL a réussi lexploit de remplir Bercy et ses 17.000 places en une dizaine de minutes. En ligne, ils devraient être plusieurs millions de plus à regarder la finale.

Dimanche, lAccorHotels Arena de Paris-Bercy sera le théâtre de lun des événements les plus suivis de lannée: la finale du championnat du monde 2019 du jeu vidéo League of Legends, le plus populaire au monde, sy tient à partir de 13 heures. Elle oppose les Européens de G2 aux Chinois de FunPlus Phoenix.

Retransmis sur Internet pour plusieurs millions dinternautes passionnés, cet événement se déroulera à guichets fermés. Pas moins de 17.000 places ont été vendus en une poignée de minutes. Une nouvelle preuve que le-sport ne cesse de grandir.

Quels ont été les problèmes cette année, pour vous et Vitality ? (Vitality a été éliminé au premier tour des play-offs de la saison de printemps et dété, ratant les Worlds) L.S-M. : “Je nai pas été autant capitaine que jaurais pu lêtre pendant cette saison. On nétait pas assez soudé, alors que cétait présent en 2018. Chacun avait son rôle et il était parfait pour lui. On na pas retrouvé ça cette année, où les victoires étaient plus dues à des actions individuelles, parce quon a des bonnes individualités. Mais pas de jeu déquipe, la communication nétait pas aussi présente. Il y a eu peut-être aussi eu un problème dego avec notre succès de lannée précédente. On na pas réussi à gérer ça.  On ne sest pas assez remis en question.”

Ocelote supplie les commentateurs français de porter un maillot G2

Développé et édité par le studio américain Riot Games, détenu par le géant chinois des télécoms Tencent, League of Legends mêle action et stratégie en temps réel. Disponible sur PC, il relève du genre plus communément appelé sous son acronyme anglais MOBA (pour arène de bataille en ligne multijoueur). Il se joue avec une vue de dessus, se contrôle au clavier et surtout à la souris, qui est essentielle pour les déplacements.

Les parties se déroulent avec deux équipes de cinq joueurs (baptisés invocateurs), placées de chaque côté du champ de bataille divisé par trois chemins. Les joueurs contrôlent chacun un personnage, parmi les 146 disponibles. Ceux-ci disposant de forces et faiblesses qui leur sont propres.

Cest quoi une journée-type pour vous ?  L.S-M. : “Quand on est à Berlin, on fait du sport trois fois par semaine, tous ensemble. Vers 9h30-10h. On rentre manger vers 12h, puis on joue en solo. Vers 14h30, 15h on se regroupe avec le coach, on fait un peu de méditation, des exercices de respiration et on évalue ce quon doit travailler. Les erreurs quon a faites la semaine davant par exemple, nos points faibles. Lentraînement en équipe dure de 15h à 20h généralement. A chaque fois, cest une partie contre une autre équipe de la ligue européenne, puis une séquence de débrief. Avec une pause de dix minutes toutes les 1h30, 2h, par exemple pour sortir marcher. A 20h, on dîne puis un peu dentraînement solo jusquà minuit, une heure.” 

Le but du jeu est relativement simple: anéantir le noyau vital de ladversaire, le “Nexus”, qui se trouve dans sa base. Mais il faut détruire des tourelles de défense pour sintroduire dans ce QG ennemi et avoir ce “Nexus” à portée. Afin dy parvenir, tout en résistant aux attaques des personnages de lautre camp et de leurs sbires, il est nécessaire de gagner de la puissance en tuant des monstres neutres dans la “jungle” située en plein milieu de la carte.

Alors quen Asie, où le-sport est profondément ancré depuis deux décennies, réunir une équipe nationale avec des joueurs locaux compétitifs ne pose aucun souci, il en va autrement chez nous. Résultat : Fnatic, autre équipe européenne, finaliste lan passé, compte aujourdhui dans ses rangs un Belge, un Britannique, un Bulgare, un Danois, un Slovène et deux Suédois, tandis que Splyce, éliminée comme elle en quarts de finale, réunit un Danois, un Hongrois, un Norvégien, deux Roumains et un Tchèque.  Parfois il ny a pas assez de talents dans un pays , explique avec fatalisme Charles Lapassat, dit  Noi , commentateur des mondiaux sur OGaming, son diffuseur francophone officiel.

Laspect stratégique du jeu sillustre surtout par les rôles de chacun des cinq membres dune équipe. Ceux-si sont généralement définis en fonction des trois chemins (top lane pour celle du haut, mid lane au milieu, bot lane en bas) de la carte, aux caractéristiques asymétriques. Par exemple, le support doit soutenir et soigner ses coéquipiers. Celui qui joue en bot lane est fragile et monte doucement en puissance pour influencer une manche. En top lane, il sagit dêtre capable de déblayer la zone de façon autonome. Et les midlaners évoluant au milieu, à linstar des meilleurs joueurs du monde, sont les attaquants plus en vue et ceux qui font basculer les parties. Enfin, une bonne coordination et communication entre les participants, avec une prise de décision rapide, sont essentiels.

Sorti à la fin de lannée 2009, LoL est téléchargeable gratuitement. De quoi attirer facilement les curieux. Mais il sagit dun freemium: les joueurs ont la possibilité de payer pour débloquer plus rapidement les meilleurs personnages et obtenir des éléments cosmétiques. Peu gourmand en ressources informatiques, il nest pas nécessaire de posséder un ordinateur dernier cri. Pour dautres jeux, ce point représente souvent une barrière à lentrée pour les petites bourses.

 Dans le-sport, et particulièrement dans League of Legends, beaucoup de nationalités sont mélangées dans la plupart des équipes, témoigne Charly Guillard, dit  Djoko , qui a lui-même des coéquipiers grec et finlandais au sein de léquipe championne de France, LDLC. Cest ce qui fait la puissance de lEurope. On ne retrouve pas ça dans les autres régions.  De quoi faire rêver Ursula von der Leyen, la nouvelle présidente de la Commission européenne.

Équilibré dans sa mécanique de jeu, télégénique et régulièrement mis à jour par les centaines de développeurs de Riot Games, le jeu rassemble 100 millions de joueurs chaque mois. Parfois, des pics de connexion sont constatés avec 8 millions de personnes en même temps.

Chaque équipe est composée de cinq joueurs. Avant le début de la partie, ils sélectionnent à tour de rôle des “champions”, c’est-à-dire des avatars dans le jeu, dotés d’un certain nombre de “sorts” défensifs ou offensifs. Le but final est de raser la “base” adverse. Pour y arriver, les “champions” vont devoir amasser de l’expérience pour acquérir de nouveaux “sorts” et gagner des “golds” (l’argent du jeu) pour s’acheter des objets qui vont améliorer leurs caractéristiques. Ils peuvent le faire en détruisant des monstres présents sur le terrain (la “map”), en tuant les “champions” des joueurs adverses, ou en accomplissant des objectifs.

Lengouement autour des compétitions de ce jeu est aussi à mettre au crédit de Riot Games. Dans les premières années, quand la scène nétait pas aussi structurée, léditeur américain sest investi pour organiser les compétitions et peaufiner son jeu, pour quil récompense au maximum le talent et le travail des joueurs.

Le deuxième raison concerne la nationalité des équipes qualifiées pour la finale. Contrairement à certains sports, les équipes ne représentent pas uniquement des pays, mais aussi des régions. Il y a l’Europe de l’Ouest, l’Amérique du nord, la Chine, la Corée, etc. Cette année, et c’est une première depuis 2011, l’Europe de l’Ouest fait partie des finalistes (incarnée par l’équipe G2 Esports) et sera opposer à la Chine (FunPlus Phoenix).

Esport : Nicolo Laurent, le Français à la tête de Riot Games, léditeur de League of Legends – esport – LoL – Mondiaux

Deux équipes sont en finale: les Européens de la structure espagnole G2 face aux Chinois de FunPlus Phoenix. G2, qui ne compte pas de Français parmi ses rangs, a fait sensation lors des demi-finales, en sortant les redoutables champions sud-coréens de SK Telecom T1 au terme dun match particulièrement intense. En face, FunPlus Phoenix sest offert le tenant du titre chinois Invictus Gaming.

Tout d’abord, pour son nombre de spectateurs en ligne. En 2018, lors de la précédente édition, 99,6 millions d’internautes s’étaient connectés pendant la finale, dont 44 millions de spectateurs simultanés pendant le pic d’audience. A titre de comparaison, aux Etats-Unis, le record du nombre de téléspectateurs américains du Super Bowl a été de 114,5 millions de personnes en 2014.

En matière de-sport, les joueurs asiatiques dominent les tournois. Depuis la création des championnats du monde, Fnatic est la seule équipe européenne à avoir triomphé. Cétait lors de la première édition, en 2011.

Avant la finale des Mondiaux de League of Legends à Paris, mode demploi de lesport – esport – LoL – Mondiaux

Le public français pourra suivra la finale sur Internet, via les flux de la chaîne OGaming. Celui-ci sera accessible sur les plateformes de Twitch, YouTube mais aussi FranceTV Sport. En outre, lévénement sera retransmis sur un grand écran installé sur le parvis de lHôtel de Ville à Paris (IVe arrondissement). Lentrée est libre et gratuite.

Depuis sa création, League of Legends a généré 20 milliards de dollars de revenus. Son éditeur a été le premier à créer des droits de diffusion pour ses compétitions et à subvenir financièrement aux salaires des joueurs, sur le même modèle que ce que peut faire une ligue fermée dans le sport. De plus, le marché intéresse particulièrement les sponsors, en quête dun public jeune et différent. La meilleure structure française, Vitality, a ainsi levé 34 millions deuros en 2019.

“Les revenus générés par les publicités ou la diffusion des matches ont pendant un temps été redistribués aux équipes et aux joueurs. Cela a permis de professionnaliser énormément la scène”, explique auprès de lAFP le sociologue Nicolas Besombes, vice-président de lassociation France Esports.

Selon une étude de Médiamétrie datant de 2018, plus de 5 millions de Français ont déjà assisté à une compétition de e-sport et plus de 2 millions ont déjà participé à une compétition.