Paris : des féministes bloquent un cinéma avant la diffusion de Jaccuse de Polanski – Le Parisien

Paris : des féministes bloquent un cinéma avant la diffusion de Jaccuse de Polanski - Le Parisien

Des militantes féministes perturbent lavant-première du film de Roman Polanski à Paris

À loccasion de la sortie en salle de Jaccuse de Roman Polanski mercredi 13 novembre, Le Figaro publie une série de podcasts sur laffaire qui a bouleversé la société française de 1894 à 1906. Un récit en cinq volets éclairé par le regard des historiens.

Alfred Dreyfus est amnistié. La société est apaisée. Certains des grands acteurs du drame, comme le sénateur Scheurer-Kestner et Émile Zola, ont disparu. LAffaire est donc terminée? Non, pense Jean Jaurès. Le député est déterminé: il faut proclamer linnocence de Dreyfus. Il faut revenir sur le jugement du procès de Rennes.

Pour le collectif Osez le féminisme qui publie une tribune mardi, Roman Polanski instrumentalise laffaire et son film.

Le 6 avril 1903, il monte à la tribune de lAssemblée. Son intervention devant les députés est décisive. Elle pousse le gouvernement à demander à la Cour de cassation de semparer à nouveau du dossier. Une seconde révision commence en mars 1904. Elle sétend sur deux longues années. Larrêt du 12 juillet 1906 reconnaît linnocence dAlfred Dreyfus. Cest enfin lheure de vérité…

Dès lors que le film sancre dans lhistoire, on est autorisé à le juger sur son rapport à cette matière. Or je constate, pour aller à lessentiel, que le film donne de son personnage principal, le colonel Picquart, une image qui trahit la réalité. Il y apparaît en effet comme un personnage héroïque, qui se sacrifie à la cause de Dreyfus, et qui travaille main dans la main à cet égard avec le camp des dreyfusards. Il nen fut rien. Comme le montre le récent ouvrage de Philippe Oriol, Le Faux Ami du capitaine Dreyfus, Picquart, dont il ne faut pas nier pour autant le rôle important quil a joué, na jamais agi que pour défendre sa propre cause quand il a été menacé, il na jamais collaboré avec les dreyfusards. Bien au contraire, il a toujours songé à défendre larmée, il ne sest jamais dépris de son antisémitisme ni de son aversion à légard de Dreyfus. En un mot, rien ne trahit mieux les raccourcis navrants du film que son titre : jamais Picquart na été le précurseur de Zola, jamais il naurait écrit Jaccuse . Cette héroïsation de Picquart a enfin pour regrettable effet de donner de Dreyfus, par contraste, une image de pure victime. Il se trouve que cette image a longtemps collé au personnage. Or, Dreyfus fit montre dun grand stoïcisme et dune remarquable capacité de résistance. Sa correspondance avec sa femme Lucie en témoigne fortement. Dreyfus est en vérité ce quon semble encore avoir beaucoup de mal à concevoir : un héros juif.

Le récit écrit par Alain Pagès, historien de la littérature et professeur émérite à la Sorbonne nouvelle, atteint son dénouement. Lultime épisode de la série audio réalisée par Création Collective et Gaumont et racontée par Véronique Lechat sintéresse au caractère intemporel de lAffaire Dreyfus. Il est entrecoupé des interventions de Paul Bouffartigue lisant les extraits du journal de Dreyfus publié en 1901, mais également dun enregistrement de la vraie voix dAlfred Dreyfus datant de 1912.

Je dirais plutôt quil y avait deux enquêtes parallèles, celle de Picquart et celle menée par Mathieu Dreyfus, le frère aîné, qui sont parvenues par des moyens différents aux mêmes conclusions. Le bordereau remis à Picquart révélant la culpabilité dEstherhazy avait aussi fuité dans la presse et un banquier, y reconnaissant lécriture de ce dernier, avait signalé cette découverte aux dreyfusards, qui poussèrent cet avantage. Cest donc plutôt dans la divulgation de la supercherie qui accuse Dreyfus et dans la dénonciation du rôle primordial de larmée dans celle-ci que les deux camps, qui ne furent jamais alliés, se séparent.

En conclusion de la série audio, Vincent Edin reçoit son auteur, Alain Pagès, qui a publié Laffaire Dreyfus, vérités et légendes. Ils reviennent sur le caractère exceptionnel de cette affaire judiciaire, qui a inspiré de nombreuses adaptations au cinéma.

Un groupe de militantes féministes bloquait lentrée du cinéma en brandissant des pancartes "Polanski violeur, cinémas coupables, public complice". La séance a finalement été annulée. Plusieurs vidéos circulant sur le réseau social Twitter montrent un groupe de femmes mobilisées devant lentrée du cinéma Le Champo, situé au 51 Rue des Écoles à Paris.

“Polanski violeur, cinémas coupables, public complice”. Une trentaine de militantes féministes scandaient avec vigueur ces quelques mots, ce mardi soir, devant le cinéma Le Champo (5e arrondissement), qui accueillait lune des avants-premières du nouveau film de Roman Polanski, Jaccuse.

La sortie du Jaccuse intervient en pleine polémique depuis que des nouvelles accusations de viol pèsent contre le réalisateur. Une Française a accusé vendredi Roman Polanski de lavoir violée en 1975 en Suisse alors quelle avait 18 ans, dans un témoignage publié par le journal Le Parisien à quelques jours de la sortie du nouveau film du cinéaste, toujours sous le coup de poursuites de la justice américaine. Elle revient aujourdhui sur les raisons qui lont ammenées à sortir du silence.

“Une trentaine de jeunes femmes bloquent lentrée du cinéma Le Champo et ça ne plaît pas du tout aux spectateurs venus voir le film de Polanski”, décrit le journaliste de Télérama Romain Jeanticou sur Twitter.

Daprès ce texte, cest la sortie du nouveau film de Roman Polanski Jaccuse revenant sur laffaire Dreyfus, lune des plus grosses erreurs judiciaires de lHistoire contemporaine, qui aurait permis à la photographe de sortir de son silence. Lartiste reproche au réalisateur du film de comparer son sort à celui de lofficier français. Par le biais de son avocat Hervé Témime, Roman Polanski nie fermement les faits.

Le journaliste indépendant Charles Baudry a également indiqué que des personnes qui manifestaient devant le Crous à Paris, plus tôt dans la soirée, contre la précarité étudiante, ont rejoint les militantes féministes devant Le Champo.

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète T'as vu ? Fake Off By the Web High-Tech Podcast Vidéos En Images Voyage Guide d'achat Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Cinéma Des féministes bloquent une avant-première du film  Jaccuse  à Paris

Une trentaine de jeunes femmes bloquent lentrée du cinéma Le Champo et ça ne plaît pas du tout aux spectateurs venus voir le film de Polanski. pic.twitter.com/SAuQiopHxi

Le réalisateur nétait pas présent sur les lieux, puisquil se trouvait à lUGC Normandie, qui projetait également le long-métrage. Lacteur Louis Garrel, qui joue dans le film aux côtés de Jean Dujardin et Emmanuelle Seigner, devait participer à un débat au Champo après la séance, selon le site internet du cinéma. La projection a finalement été annulée à la suite de la manifestation, selon plusieurs journalistes présents sur place.

Dans un texte transmis à lAFP, elle confirme ne plus souhaiter s”exposer publiquement” et “remercie sincèrement” ceux qui lont soutenue depuis la publication de son témoignage. “Jai tenu tant dannées, usé de différents exutoires pour résister, pris de nombreuses voies détournées pour le dire autrement, avant de comprendre, dans le pas de femmes exemplaires, que le chemin de la vérité était le droit chemin !” écrit-elle.

Les lumières du Champo viennent de séteindre, les policiers présents confirment que lavant-première ne se tiendra pas. #LeViolCestPasDuCinéma @JaccuseP pic.twitter.com/g3zBRgfkVz

Contre les violences sexuelles, “une partie de la réponse est déjà là” avec la lutte contre limpunité engagée par une “nouvelle génération dartistes, de journalistes, dintellectuels, de politiques” et les associations, estime Valentine Monnier, une photographe française qui a accusé vendredi 8 novembre Roman Polanski de lavoir violée en 1975.