Paris : des manifestants forcent la grille du ministère de lEnseignement supérieur – Le Point

Portrait, actualité insolite, découvrez chaque jour une histoire marquante proposée par la rédaction de la Loire.

Ce mardi matin, une centaine de personnes étaient réunis devant le Crous du campus Tréfilerie, à Saint-Etienne. Ils manifestaient après le geste dun étudiant de 22 ans, à Lyon, vendredi, qui sest immolé.

Son geste à la fois politique et désespéré, motivé notamment par sa situation précaire et l'absence de perspectives d'avenir positives, a entraîné une prise de conscience de la part de nombreux étudiants, mais aussi des professeurs. Près de 500 personnes se sont retrouvées devant le bâtiment de la rue Garibaldi, recouvert de nombreux tags dans la nuit, reprenant les citations de la lettre d'adieu de l'étudiant de Lyon 2, publiée sur les réseaux sociaux.

La plupart des syndicats étudiants étaient présents, tout des représentants de la France Insoumise et des Jeunes Communistes. Le cousin de la victime était aussi présent. Il a pris la parole pour insister sur le geste politique de la victime.

Pour dénoncer la précarité de leur situation, les jeunes manifestants ont souhaité faire de cette tentative de suicide par le feu le début d'un mouvement national pour éviter que cela puisse se reproduire. Un appel à la grève a été lancé, d'autres rassemblements devraient se monter prochainement.

« Cétait la fierté de la famille, il étudiait les sciences politiques. Il s’est sacrifié pour les étudiants. C’est un acte héroïque. Jattends juste quil revienne à Saint-Etienne pour lui présenter ma fille. Sauf que je sais même pas sil pourra voir ma fille. Est ce quil pourra voir, entendre ? » a pris la parole son cousin Mehdi, très ému.

Plusieurs dizaines de personnes réunies devant le Crous de #saintEtienne en réaction à limmolation par le feu dun étudiant de 22 ans vendredi à Lyon. Les manifestants dénoncent la précarité qui touche les etudiants. #Loire pic.twitter.com/7UJUHG0Zvv

Les étudiants appellent notamment au blocage des universités lyonnaises dès mercredi.

Sur place, les participants ont dénoncé les politiques de ces dernières années, qui, selon eux, favorisent la montée de la précarité.

À Lyon, un rassemblement a aussi eu lieu ce mardi, au 59 rue de la Madeleine, devant le siège social du Crous, lieu où l’étudiant stéphanois a été brûlé à 90 %. Lundi, son pronostic vital était toujours engagé.

À Roanne, une lycéenne sest mobilisée ce mardi matin devant une résidence étudiante du Crous.

Dernière étape de la manifestation à lInstitut détudes politiques de Lyon. Les étudiants appellent au blocage des universités ce mercredi 13 novembre.

Les étudiants trouvent portes closes à luniversité sur le campus des berges désormais fermé.  Les lieux ont été évacués. Les forces de lordre viennent dentrer dans le bâtiment.

Les étudiants entrent dans luniversité voisine de Lyon 3, quai Claude-Bernard. Ils veulent mobiliser leurs “collègues”.

Des étudiants appellent à entrer dans le bureau de la présidence de luniversité.

Les étudiants prennent la direction des bureaux de la présidence de luniversité Lyon 2 #lyon #lyon2 pic.twitter.com/yxGmvM6fzg

Peu avant midi, ils ont pénétré dans lenceinte du campus de Lyon 2, sur les Berges du Rhône pour tenir une assemblée générale.

“La fac avec nous” scandent les manifestants. Ils pointent du doigt la présidence de luniversité et le ministère de lenseignement supérieur qui ne proposent pas de solutions concrètes pour les étudiants.

Les étudiants sont entrés dans la fac Lyon 2 sur les quais. Ils vont tenir une assemblée générale.

Depuis 10 heures, ce mardi, les étudiants mais aussi des enseignants participent à un rassemblement de soutien pour leur camarade qui a tenté de se suicider vendredi en simmolant par le feu.

Touché à 90%, ce jeune de 22 ans est toujours «entre la vie et la mort» à l’hôpital. En difficulté financière – il avait perdu sa bourse en «triplant» sa deuxième année de licence à l’université Lyon 2 – le jeune homme a expliqué son geste dans un message lu mardi par une camarade.

«Aujourd’hui je vais commettre l’irréparable, si je vise le bâtiment du Crous ce n’est pas par hasard, je vise un lieu politique, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et par extension le gouvernement», indiquait l’étudiant avant de passer à l’acte.

 “Son geste de détresse a mis la lumière sur la précarité qui touche des centaines détudiants” dénonce une étudiante.

Après la tentative de suicide dun étudiant vendredi à Lyon, rassemblement de soutien depuis 10h devant le Crous #Lyon #Rhône pic.twitter.com/AH8YKMksev

“Son geste de détresse a mis la lumière sur la précarité qui touche des centaines détudiants” dénonce lune delles.

Selon le syndicat Solidaires étudiant-e-s qui a appelé à des rassemblements dans une quarantaine de villes, ce geste «extrême» illustre une situation de précarité «commune». «Nous ne sommes pas à l’abri d’autres tentatives de suicide», a lancé un militant au haut-parleur, «nous exigeons une prise de position publique du ministère».

Rassemblement devant le Crous. Les manifestants militent pour un salaire étudiant pic.twitter.com/N7rvDMXScZ

 “La précarité tue” martèlent les étudiants qui appellent à une grande mobilisation dans les jours à venir.

Après les prises de paroles, le cortège sest mis en route sur lavenue Marc-Bloch en direction du campus des Berges du Rhône.

“Témoignez sur les réseaux sociaux. Ne restez pas seuls dans la précarité”, lance un manifestant au micro.

A 11h30, les manifestants longent le campus des berges du Rhône de Lyon 2. Ils sont actuellement rue Pasteur. “Lyon soulève toi”, lance-t-on dans le cortège.

Les manifestants sont désormais rue de Marseille. Une nouvelle prise de parole a lieu devant le rectorat de Lyon.