Gilets jaunes : de nouveaux rassemblements à Paris ce dimanche pour lanniversaire du mouvement – France Bleu

Gilets jaunes : de nouveaux rassemblements à Paris ce dimanche pour l\anniversaire du mouvement - France Bleu

“Gilets jaunes” : les galeries Lafayette occupées puis fermées au public

Un an après la première manifestation des Gilets jaunes, les appels à descendre dans la rue et à se rassembler à Paris, ce dimanche 17 novembre, se sont multipliés sur Facebook. Des rassemblements et défilés sont prévus partout en France.

Les gilets jaunes avaient promis pour ce nouveau week-end de mobilisation de bloquer des temples de la consommation. Dimanche, plusieurs dizaines de manifestants ont brièvement occupé – moins dune heure – les Galeries Lafayette à Paris. Lors de leur évacuation, les policiers ont retenu les gilets jaunes, qui ont alors démarré un sit-in.

Le dimanche 17 novembre, quelques manifestants liés au mouvement des Gilets jaunes ont brièvement occupé les Galeries Lafayette, à Paris. Le centre commercial a été évacué, et restera fermé jusque lundi 18 novembre. Le dimanche 17 novembre, à Paris, environ 200 personnes, dont les personnalités "Gilets jaunes" Jérôme Rodrigues ou Priscilla Ludosky, se sont rassemblées dans le calme à Paris.

Et pour des raisons de sécurité, le magasin a décidé dévacuer tout le personnel et les clients du bâtiment et a annoncé sa réouverture lundi matin.

Le mouvement des Gilets jaunes marque ce week-end le premier anniversaire de sa mobilisation. Après des manifestations samedi, plusieurs personnes ont investi les Galeries Lafayette boulevard Haussmann à Paris. Après leur évacuation, le magasin a fermé ses portes pour la journée.

La préfecture de police de Paris a indiqué que 372 contrôles prévenitfs avaient été effecutés et quils avaient donné lieu à linterpellation de six individus dans la matinée. 

Implication totale des #FDO  372 contrôles préventifs qui ont conduit à linterpellation de 09 personnes depuis le début de la matinée. pic.twitter.com/td4RGd3E9E

Interrogé sur CNEWS, le ministre de lIntérieur Christophe Castaner a dénoncé les dégradations effectuées sur la place dItalie samedi. Le ministre de lIntérieur a expliqué que les casseurs sétaient servis des plaques de marbre de la stèle comme darmes à destination contre les forces de lordre. Il a ensuite qualifié de brutes, dimbéciles et de voyous, les auteurs de ces faits. 

 Une cinquantaine de personnes qui sétaient introduites dans le magasin ont été évacuées en début daprès-midi, dans le calme , a indiqué la direction des Galeries Lafayette.

Les manifestations pour le premier anniversaire des gilets jaunes ont rassemblé samedi 28.000 personnes dans toute la France, dont 4.700 à Paris, selon un décompte du ministère de lIntérieur.

La dernière participation équivalente dans toute la France lors dun samedi de manifestations des gilets jaunes remonte au 9 mars, avec 28.600 personnes, selon lIntérieur. Ces chiffres sont régulièrement contestés par le mouvement, qui a estimé la participation de samedi à 39.530 personnes en France, selon le décompte du Nombre jaune.

Un nouveau point sur les chiffres des interpellations a été donné à 19h par la préfecture de police de Paris. Elle fait état de 78 personnes placées en garde à vue, de 124 interpellations et de 8.861 contrôles préventifs.

Des Gilets jaunes avaient appelé sur les réseaux sociaux à plusieurs actions de blocage dimanche dans des  temples de la consommation .

#manifestation Bilan à 19 heures à #Paris 124 interpellations 8861 contrôles préventifs pic.twitter.com/hn7NVw6BGX

A 18h, la préfecture de police de Paris a annoncé que 113 personnes ont été interpellées lors de cette 53e journée de mobilisation des gilets jaunes.

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

A loccasion du premier anniversaire des gilets jaunes, plusieurs manifestants sen sont pris au monument dédié au maréchal Juin, situé place dItalie.

Avec des barres de métal, ces derniers ont dégradé la stèle commémorant la mémoire de celui qui a mené le corps expéditionnaire français en Italie, entre 1943 et 1944.

#GiletsJaunes : une stèle célébrant le maréchal Juin détruite #PlacedItalie pic.twitter.com/eutHHmttU1

La permanence du député La République en Marche Patrick Vignal a été la cible des manifestants samedi après-midi à Montpellier, au premier anniversaire du mouvement des gilets jaunes, avec une vitre cassée et plusieurs inscriptions anarchistes taguées sur le bâtiment, a constaté lAFP sur place.

Environ 1.500 manifestants tentaient de rejoindre le centre commercial Odysseum quand ils ont été détournés par les forces de lordre. Cest alors que certains sen sont pris à la permanence du député LREM de lHérault.

Foutez moi le bordel, scandaient les manifestants, derrière une banderole de tête illustrant un gâteau à partager en parts égales. Une majorité dentre eux ne portaient pas leur gilet jaune, par choix, pour montrer que tous les Français sont concernés et pour rassembler davantage, a confié Josy, 57 ans, secrétaire, mobilisée depuis un an.

#GiletsJaunes : la permanence dun député LREM prise pour cible à Montpellier pic.twitter.com/mlQ7k4C11a

La préfecture de police de Paris a annoncé le chiffre de 105 interpellations, cet après-midi à 16 heures.

La préfecture de police de Paris a demandé samedi lannulation dune manifestation de gilets jaunes prévue au départ de la place dItalie, en raison des exactions et des violences commises, a-t-elle annoncé cet après-midi.

En marge de cette 53e journée de mobilisation, 61 personnes ont été interpellées. Et sur les périmètres interdits, 71 verbalisations ont été réalisées.

Didier Lallement, préfet de police de Paris, fait le point en direct sur les débordements place dItalie. Les casseurs ne partiront pas en toute impunité, promet le préfet, qui les menace darrestation.

La préfecture de police de Paris a demandé samedi lannulation dune manifestation de gilets jaunes prévue au départ de la place dItalie, en raison des exactions et des violences commises, a-t-elle annoncé à lAFP. Cette manifestation devait partir à 14h de la place dItalie en direction de la place Franz Liszt, vers la Gare du Nord. Au vu des exactions et des violences commises, le préfet de Police a demandé lannulation de la manifestation (…), selon un tweet de la préfecture de police de Paris.

Selon des informations de CNews, deux sortes de casseurs sévissent ce samedi : les ultra jaunes (des Gilets jaunes qui ont basculé dans la violence) et des membres de lultra gauche radicale.

#GiletsJaunes : des feux ont été déclenchés et des violences ont éclaté dans le quartier de place dItalie, à Paris, en début daprès-midi. pic.twitter.com/wT9oJkFmcv

Voitures retournées, jets de pavés et feux de poubelles : la place dItalie, dans le sud de Paris, est ce samedi le théâtre de flambées de violences, noyées sous un déluge de lacrymogènes. A plusieurs reprises, depuis le milieu de matinée, les forces de lordre sont intervenues pour disperser de petits groupes de manifestants, parfois cagoulés.

Ces petits groupes très mobiles sont plus ou moins mêlés aux dizaines de gilets jaunes rassemblés sur la place, point de départ prévu dune des marches autorisées en ce samedi anniversaire du mouvement de contestation sociale.

Selon la préfecture de police, citée par CNews, à 13h, 37 verbalisations ont eu lieu sur les Champs-Elysées. Le périmètre a été interdit par arrêté.

On dénombre environ 3.000 manifestants à Paris. Les forces de lordre ont indiqué avoir saisi des armes par destination lors de contrôles préventifs effectués notamment en amont de la porte de Champerret à Paris.

En amont de la #manifestation porte de Champerret à #Paris, les contrôles préventifs effectués par les #FDO conduisent à des saisies darmes par destination. pic.twitter.com/L1LqODAwS7

La préfecture de police a procédé à 33 interpellations à Paris, et 1.204 contrôles préventifs.

Bilan à 11h30 de laction des #FDO 33 interpellations 1204 contrôles préventifs 5 verbalisations sur périmètres interdits pic.twitter.com/UDUjz9o3AI

Selon un bilan de la préfecture de police, on dénombre déjà 16 interpellations dans la matinée à paris, et 1.192 personnes ont été contrôlées.

Suite à la manifestation des gilets jaunes ce samedi 16 novembre, un blocage est en cours sur le périphérique parisien, à hauteur de la Porte de Champeret.

Plusieurs périmètres ont été interdits à la manifestation, dont les Champs-Elysées et leurs alentours. 

Différents rassemblements sont prévus : lévénement le plus suivi sur Facebook, qui rassemble plus de 5 300 participants et 7 000 personnes, annonce un anniversaire sur les Champs-Elysées dès 10h, et un barrage filtrant autour du rond-point de lEtoile.

Etant le risque de heurts, le ministère de lIntérieur a prévu de mobiliser en nombre les forces de lordre.

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE /*–>*/ Une centaine de manifestants ont bloqué, vendredi 15 novembre, laccès à lusine chimique Yara, près de Saint-Nazaire. Ils ont rapidement été délogés par des CRS, ayant fait lusage de gaz lacrymogènes.

Laccès à lusine dengrais Yara à Montoir de Bretagne bloqué en deux endroits par des #GiletsJaunes pic.twitter.com/zSiA0pbrmM

Les gilets jaunes avaient accroché plusieurs banderoles, dont Fin du monde, fin du mois, même combat ou changeons le système, pas le climat.

Ce site classé Seveso a plusieurs fois défrayé la chronique en raison de ses entorses environnementales répétées.

Peu avant 17h, 10 personnes avaient été interpellées, et un policier blessé par un coup de casque reçu à la jambe, a précisé la préfecture de lHérault.

Dès le début de la manifestation, en début daprès-midi, plusieurs cordons de CRS ont encerclé les manifestants, barrant notamment laccès à la gare, au centre commercial du Polygone et à la préfecture, et ont envoyé des gaz lacrymogènes, a constaté un correspondant de lAFP.

Quelque 500 gilets jaunes ont participé samedi à Saint-Étienne à une manifestation nationale, donnant lieu à des face-à-face tendus avec les forces de lordre, tandis quà Paris et Bordeaux dautres rejoignaient des rassemblements de soutien aux Kurdes ou aux Chiliens. Après avoir traversé Saint-Étienne en début daprès-midi, les manifestants ont bloqué vers 16H00 la RN 88, en direction de Firminy et du Puy-en-Velay, à laide de bidons métalliques, coupant la circulation dans les deux sens, a constaté un correspondant de lAFP sur place.

Ils ont été délogés par les forces de lordre à grand renfort de gaz lacrymogènes et les voies ont été dégagées. La manifestation sest dispersée vers 18h00 place du Peuple, en centre-ville. Ce 50e acte des gilets jaunes na pas donné lieu à des dégâts significatifs ni (…) blessés, selon la préfecture de la Loire, qui a fait état de six interpellations.

A Bordeaux, environ 250 personnes, selon la préfecture de la Gironde, dont une minorité porteurs de gilets jaunes, ont arpenté dans le calme le centre de Bordeaux, derrière des banderoles proclamant Fin de mois, Fin du monde = Même combat ou Le problème en France, cest le social, pas le voile. Les gilets jaunes ont rapidement rejoint un rassemblement de près de 250 Kurdes de la métropole bordelaise qui manifestaient dans un flot de drapeaux rouges, jaunes et verts, aux couleurs du Rojava, pour dénoncer loffensive turque dans le Kurdistan syrien.

A Paris, plusieurs centaines de personnes ont défilé, pour moitié des gilets jaunes, pour moitié des soutiens aux Chiliens. Tous ensemble, les peuples unis ne seront jamais vaincus, proclamait une banderole. 

Dans le Tarn, dautres gilets jaunes ont participé à un rassemblement denviron 200 militants écologistes à Sivens où, voici cinq ans, Rémi Fraisse avait été tué lors daffrontements entre forces de lordre et opposants au barrage.

A Toulouse, bastion du mouvement de lutte contre les violences policières, la manifestation a rassemblé dans laprès-midi plusieurs centaines de gilets jaunes aux cris de A bas lÉtat, les flics et les fachos et derrière une banderole proclamant Stop à la grande braderie des services publics. Un cordon policier a lancé rapidement une première salve de gaz lacrymogènes pour détourner du centre-ville le cortège, repoussé sur la berge extérieure du canal du Midi.

Quelques centaines de gilets jaunes, strictement encadrés par les forces de lordre, ont manifesté samedi à Clermont-Ferrand, choisie comme capitale nationale pour ce 49e acte du mouvement, dédié aux pompiers.

Plusieurs groupes venus du Puy-de-Dôme mais aussi du Cantal ou de la Creuse, se sont rejoints en début daprès-midi place de Jaude, toisant les forces de lordre déployées dans les rues adjacentes aux cris de personne aime la police.

Aujourdhui, nous sommes venus dire notre soutien aux pompiers, on essaye davoir une convergence entre tous les métiers, explique Gilbert, boulanger venu du Centre. Une manifestation de pompiers lundi à Paris sétait conclue par des échauffourées avec les forces de lordre et au moins un pompier a été blessé à loeil. Le cortège – quelque 500 personnes au plus fort de la manifestation selon la préfecture – a ensuite gagné lemblématique cathédrale, avant de redescendre en direction du centre, où des feux de poubelle ont été allumés.

A Bordeaux, ils étaient 400 au plus fort selon la police, une mobilisation légèrement en hausse par rapport aux samedis précédents. Pas dincidents ni dinterpellations signalés en milieu daprès-midi.

Enfin à Lyon, une centaine de gilets jaunes étaient rassemblés place Bellecour en début daprès-midi, devant une bannière là aussi en solidarité avec les pompiers.

A Amiens, la mobilisation avait commencé en fin de matinée dans une ambiance festive avec la mise en place dun village militant et des prises de paroles liées aux revendications des gilets jaunes et aux conséquences de lincendie de lusine Lubrizol de Rouen, dans le département voisin de Seine-Maritime. 

Dans laprès-midi, la police a ensuite été la cible de jets de bâtons et de pierre et a répliqué avec des gaz lacrymogènes, a constaté un correspondant de lAFP. Le cortège, de 450 personnes dont 30 Black Blocs, selon la préfecture, sétait élancé sur litinéraire autorisé autour du centre-ville avec comme mot dordre daller chercher le président Emmanuel Macron, qui a grandi dans le chef-lieu de la Somme. 

Daprès la prefecture, 9 interpellations ont eu lieu. Aucun blessé na été signalé parmi les manifestants. Un fonctionnaire de police a été victime dun malaise et 2 CRS ont été blessés par des jets de pavés.

La manifestation sest terminée dans le calme, le cortège est revenu à son point de départ où des concerts étaient prévus dans la soirée.

A Besançon, cinq personnes ont été interpellées en marge dune manifestation pour les services publics ayant réuni 500 personnes et où un noyau dur dune centaines de +gilets jaunes+ sen est pris à coups de barre de fer à un échafaudage installé sur la façade de la préfecture, selon la préfecture du Doubs.

Les gendarmes mobiles, appuyés par des policiers locaux, ont au moins à deux reprises fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants, selon la même source, qui ajoute quil ny a eu aucun blessé.

Près dun millier de gilets jaunes ont manifesté samedi à Toulouse, où la police a à plusieurs reprises fait usage de gaz lacrymogènes et dun canon à eau, et a procédé à au moins une interpellation, a constaté lAFP. 

Le cortège sest élance à 14h comme tous les samedis sans interruption depuis le début du mouvement , derrière une banderole proclamant “Marre de survivre, on veut vivre. A leur arrivée sur la place du Capitole où se déroulait une manifestation dédiée aux seniors, les gilets jaunes ont fait face aux forces de lordre, qui ont fait usage à plusieurs reprises de grenades lacrymogènes, noyant la place sous un épais nuage de fumée, et créant des mouvements de panique parmi les badauds. 

En chute pendant lété, avec quelques centaines de manifestants, la mobilisation à Toulouse, un des bastions du mouvement , a repris avec la rentrée, même si elle reste loin de son pic de lhiver, avec jusquà 10.000 manifestants alors dénombrés par la préfecture. 

Quelques centaines de gilets jaunes se sont glissés samedi devant la 21e Techno Parade à Paris, ralentissant le cortège de teufeurs dédié cette année à Steve, mort à Nantes lors dune Fête de la musique marquée par une opération policière controversée. Grève, blocage, Macron démission, scandaient les manifestants refusant de quitter leurs gilets jaunes comme leur demandaient les organisateurs de la Techno parade, a indiqué lAFP. 

La rue est à tout le monde!, a justifié un gilet jaune à lAFP, tandis que dautres manifestants criaient Castaner démission. Nous navons pas invités les gilets jaunes. On regrette cette récupération, explique Tommy Vaudecrane, président de Technopol, lassociation historique de défense des musiques électroniques qui a créé la Techno Parade en 1998 avec le soutien de lex-ministre de la Culture Jack Lang. Vitrine annuelle des musiques et cultures électroniques, le défilé la 21e Techno Parade, plus revendicatif que jamais, a pris cette année pour mot dordre Dansons pour Steve en hommage au teufeur de 24 ans retrouvé noyé dans la Loire. En témoigne la banderole de tête portant le nom de Steve accompagné de dessins de CRS utilisant des gaz lacrymogène et des pancartes justice pour Steve. Derrière, le char du collectif des free parties réclame des fêtes libres.

Dénonçant une crispation contre les musiques électroniques avec plusieurs fermetures administratives récentes détablissements, tous les acteurs de ce courant musical sont regroupés cette année contre la discrimination et lincompréhension dont souffrent les musiques électroniques.

Samedi de manifestations : de nouvelles tensions ont éclaté dans la soirée sur les Champs-Élysées pic.twitter.com/SokArEK04T

Le ministre de lIntérieur, Christophe Castaner, a exprimé sa gratitude aux forces de lordre au terme dune journée de manifestations. 

Gratitude aux forces de lordre déployées sur tout le territoire pour préserver lordre et garantir la libre expression. Des individus violents ont été interpellés et les exactions stoppées. Le ministère de lIntérieur reste vigilant et mobilisé : force doit rester à la loi.

Au total, 99 personnes ont été placées en garde à vue en marge des manifestations de ce samedi à Paris, a indiqué le parquet. Plusieurs cortèges ont défilé dans la capitale, dont celui de la marche pour le climat infiltrée par des manifestants radicaux et celui du mouvement des gilets jaunes. 

La préfecture de police a indiqué à 18h que 163 personnes avaient été interpellées dans la capitale. Le nombre de verbalisations sur des périmètres interdits sélèvait, à la même heure, à 395. 

A 17h, 152 personnes avaient été interpellées dans la capitale et 302 verbalisations avaient été comptabilisées sur les périmètres interdits, a indiqué la préfecture de police de Paris.

A 16h, 137 personnes avaient été interpellées à Paris et 224 avaient été verbalisées, a indiqué la préfecture de police. 

#manifestations | A 16h00 sur Paris : 137 interpellations et 224 personnes verbalisées par @prefpolice sur les périmètres interdits.

A 14h30, on recense 123 interpellations, 1.249 contrôles et 174 verbalisations, indique la préfecture de police de Paris. 

A la mi-journée, les forces de police ont arrêté 106 personnes à Paris. Des armes par destination, comme des boules de pétanque ou des marteaux, ont été saisies par les forces de lordre. Des manifestants ont également bravé linterdiction des rassemblements liés aux gilets jaunes dans plusieurs lieux de la capitale, notamment dans le secteur des Champs-Elysées, théâtre depuis le matin de tensions sporadiques.

Peu avant 12h30, la préfecture de police de Paris comptabilisait 90 interpellations, 1.249 contrôles et 104 verbalisations. 

Selon un nouveau décompte, 65 personnes ont été interpellées à Paris et plusieurs personnes ont été verbalisées aux abords des Champs-Elysées, zone interdite aux manifestants. 

La situation se tendait également près de la place de la Madeleine. Les forces de lordre ont dispersé environ 300 personnes qui tentaient de se rassembler à lappel dAttac et Solidaires, malgré linterdiction formulée vendredi par la Préfecture de police 

Selon le dernier point presse de la préfecture de police, 39 personnes avaient été interpellées peu avant 11h. Parmi elles, certaines étaient en possession de marteaux ou de jerrycans. Les forces de lordre ont par ailleurs contrôlé 1.249 personnes et en avaient verbalisé treize.

Bousculades, gaz lacrymogènes… Premières tensions sur les Champs-Élysées pic.twitter.com/UdXqqrcTTv

Alors que plusieurs centaines de gilets jaunes sont rassemblés à Paris, en divers endroits de la capitale, les forces de lordre ont procédé à 30 interpellations, selon la préfecture de police. Peu avant 10h, 600 personnes avaient été contrôlées et quatre verbalisées. 

Des manifestants ont par ailleurs été bloqués par la police dans le quartier de la gare Saint-Lazare et un tir de gaz lacrymogène a été réalisé pour disperser les manifestants. 

Le préfet de police Didier Lallement a annoncé un dispositif identique à celui du 1er mai, avec notamment 7.500 membres des forces de lordre, des lanceurs deau, et le retour dans les rues de véhicules blindés de la gendarmerie, apprend-t-on de lAFP. Face à des gens qui manifestement veulent prendre des revanches sur je ne sais quelle journée, qui annoncent: nous ne lâcherons rien, je réponds nous serons là, a prévenu le préfet lors dun point presse sur lavenue des Champs-Elysées, théâtre de violences lors de précédents actes des gilets jaunes.

Samedi, les voyants sont au rouge pour les autorités à Paris avec lorganisation concomitante des Journées du patrimoine, qui draînent des dizaines de milliers de personnes dans des lieux de pouvoir et les institutions, la marche pour le climat, une manifestation contre la réforme des retraites à lappel de FO et le retour des gilets jaunes.

Le préfet de police Didier Lallement a expliqué quil y aurait des forces devant et autour des cortèges pour éviter que se constituent des groupes violents, comme cela avait été le cas le 1er mai. Quelque 40.000 personnes avaient alors manifesté à Paris pour le défilé syndical traditionnel, auquel sétaient joints des gilets jaunes.

Les gilets jaunes ont prévu des rendez-vous place de la Madeleine à 9H00, et aux Champs-Elysées à 10H00, mais nont pas déclaré de parcours de manifestation. Par ailleurs, la manifestation de Force ouvrière contre la réforme des retraites partira à 13H30 de Duroc vers Denfert-Rochereau.

Plusieurs institutions et musées (lArc de triomphe, le Petit et le Grand Palais, les ministères de lEducation et des Relations avec le Parlement, etc) ont par ailleurs renoncé à ouvrir samedi pour les Journées du patrimoine, et parfois même dimanche, selon le ministère de la Culture.

Plus de 500 gilets jaunes ont manifesté samedi à Paris et à laéroport dOrly contre la politique du gouvernement et la privatisation des aéroports parisiens, à loccasion de leur acte 44, ont constaté des journalistes de lAFP. Dans la capitale, environ 500 personnes, encadrées de près par des forces de lordre en nombre, ont défilé dans le calme entre la porte de Choisy et le boulevard de Grenelle, près de la Tour Eiffel, où ils se sont dispersés dans laprès-midi.

Les manifestants, pour beaucoup vêtus de gilets jaunes barrés de slogans hostiles au gouvernement, ou favorables au Référendum dinitiative citoyenne (RIC), ont affiché leur volonté de continuer à manifester semaine après semaine, dix mois après le début de leur contestation.

Quelque 1.800 personnes défilaient samedi dans le centre de Nantes, selon la police, à loccasion de lacte 44 du mouvement des gilets jaunes, donnant lieu à des heurts entre policiers et manifestants. Les manifestants, dont très peu arboraient le gilet fluorescent, sont partis de louest cossu de la ville pour rejoindre le centre, où la situation a rapidement dégénéré, donnant lieu à des tirs de projectiles, auxquels la police a répondu par des jets de grenades lacrymogènes.

[#Acte44] Le cortège de manifestants se trouve actuellement à la croisée des tramways à #Nantes. Les vitrines de plusieurs commerces dégradées par des #blackblocs. Usage des gaz lacrymogènes. pic.twitter.com/5Od1s4gDyy

Justice pour Steve, ni oubli ni pardon, Moins de costards, plus de homards, pouvait-on lire sur des pancartes et des panneaux protégeant des commerces. Dans le cortège, les manifestants ont scandé Tout le monde déteste la police, ou La police mutile, la police assassine. Plusieurs commerces et abribus ont été vandalisés et des poubelles incendiées, a constaté lAFP. Dix-huit personnes ont été interpellées avant le départ de la manifestation face au risque important dactions violentes dans le centre-ville, a indiqué la police sur Twitter.

Vingt-deux cocktails molotov et dix mortiers ont également été découverts à proximité du point de rassemblement, tandis quune centaine de parapluies et un extincteur ont été saisis, selon la police.

 A Lyon, quelque 400 manifestants, dont beaucoup ne portaient pas de gilets jaunes, se sont rassemblés place Bellecour, bravant linterdiction de la préfecture. Mobilisées en nombre, les forces de lordre ont procédé en début daprès-midi à 9 interpellations pour attroupements illégaux en vue de commettre une infraction et port darmes illégal, selon la préfecture.

A Toulouse, plusieurs centaines de personnes ont manifesté, arpentant les grands boulevards et les rues commerçantes du centre, au cri de Toulouse, Toulouse, soulève-toi. 

Tout le monde misait sur notre essoufflement, mais vous voyez, on est de retour, toujours plus nombreux et on ne lâchera rien, a lancé Véronique, une retraitée de 74 ans, qui a dit avoir trouvé dans le mouvement une raison de vivre. A Marseille, 200 personnes, dont une cinquantaine porteurs de la chasuble symbolique, ont défilé derrière une banderole appelant à la suppression de lIGPN, au service du blanchiment des polices.

Le mouvement a également rassemblé quelque 200 personnes à Montpellier et 150 à Bordeaux. Dans les Pyrénées-Atlantiques, une douzaine de gilets jaunes ont accueilli le ministre des Finances Bruno Le Maire, venu inaugurer la 71e foire de Pau, en entonnant: On est là, on est là, on est toujours là, mais leur chant a été couvert par la musique dune fanfare.

Plusieurs heurts ont éclaté  à Rouen à loccasion dune manifestation lancée par les gilets jaunes et soutenue par la CGT de Seine-maritime, conduisant à 26 interpellations et 111 verbalisations, selon la préfecture.

Au plus fort de la manifestation, environ 500 personnes ont défilé. Plusieurs heurts ont éclaté tout au long de la journée entre protestataires et forces de lordre, qui ont utilisé des gaz lacrymogènes après avoir essuyé des jets de projectiles, selon la même source. 

Plusieurs vitrines de commerces (agence dintérim, banque, agence immobilière) ont été brisées tandis que des vitres du tribunal ont été cassés. 

Pour leur rentrée, quelques milliers de gilets jaunes se sont rassemblés dans plusieurs grandes villes, comme à Montpellier, où des heurts ont très vite éclaté et une voiture de police a été incendiée.

Une fumée épaisse, irrespirable, a rapidement envahi une rue commerçante de Montpellier, où une voiture de police, sans occupants, a été incendiée, a constaté une journaliste de lAFP. Plusieurs devantures de commerces ont aussi été vandalisées, notamment celle de lassureur MMA. Selon la préfecture de lHérault, ce sont des manifestants qui ont ouvert la porte du véhicule de police et y ont jeté un cocktail molotov.

Le cortège de 1.500 (selon la préfecture) à 3.000 manifestants (selon les organisateurs) peinait à se rassembler en milieu daprès-midi, alors que des incidents sporadiques éclataient dans tout le centre-ville, où touristes et Montpellierains restaient piégés par les gaz lacrymogènes et les affrontements.

A Toulouse, le cortège, de plusieurs centaines de gilets jaunes, selon un journaliste de lAFP, était bien plus important que les derniers samedis, traduisant selon de nombreux manifestants une reprise de la mobilisation. 

A Lille, quelque 650 manifestants selon une source policière, 1.500 selon des représentants des gilets jaunes, défilaient eux dans une ambiance bon enfant, derrière une banderole annonçant la rentrée sociale et la convergence des luttes des gilets jaunes, rouges, roses et verts.

A Paris, épicentre des premières manifestations des gilets jaunes, seuls quelques dizaines de manifestants ont tenté de se rassembler sur les Champs-Elysées, qui restent interdits aux manifestations. Les forces de lordre déployées dans le quartier ont verbalisé 55 personnes, dont Eric Drouet, lun des initiateurs du mouvement.

Plusieurs centaines de gilets jaunes ont de nouveau défilé ce samedi 31 août à Paris, Toulouse et Bordeaux, mais aussi à Genève en Suisse, pour lacte 42 de ce mouvement de contestation de la politique du gouvernement, ont constaté des journalistes de lAFP.

À Paris, un cortège de quelques centaines de manifestants est parti de la place Gambetta, à lest, peu avant 14h. Arrivé au pied du Sacré-Coeur, à Montmartre, il sest dispersé dans le calme en fin daprès-midi.

A Toulouse, 100 à 150 gilets jaunes ont pris part à une manifestation dans le centre, entonnant leurs traditionnels chants anti-Macron.

A Bordeaux, une centaine de manifestants ont défilé dans le centre-ville. Samedi prochain, ça va reprendre parce quil y a luniversité dété de LREM à Bordeaux, estime lun deux, Pascal.

A Genève (Suisse), plusieurs centaines de manifestants français ont défilé dans le calme entre la frontière française et le Palais des Nations, siège de lONU, pour y dénoncer les violences policières.

Le mouvement des gilets jaunes a freiné les arrivées de visiteurs étrangers en début dannée à Paris et en Ile-de-France, faisant stagner la fréquentation touristique au premier semestre, selon les données mardi de la Région. Au cours des six premiers mois de lannée, les arrivées hôtelières sont en léger repli de 0,1% (à 17,3 millions) par rapport au premier semestre 2018 – qui avait connu un record absolu de fréquentation.

Les séjours des touristes français (+0,3%) ont cependant permis de compenser la perte de clientèle étrangère (-0,5%) entre janvier et juin, refroidie par les manifestations des gilets jaunes initiées dès novembre. Cest au premier trimestre que la fréquentation hôtelière a été la plus touchée : -4,8% du côté des visiteurs étrangers, -3,4% pour les touristes hexagonaux. Avant de connaître un net regain dactivité au deuxième trimestre, notamment favorisé par la Coupe du Monde féminine de football.

Quelques centaines de gilets jaunes ont défilé dans le calme samedi à Paris et dans dautres villes en France comme Toulouse ou Bourg-en-Bresse, pour rappeler que leurs revendications restaient inchangées, et contre le sommet du G7 qui sest ouvert à Biarritz.

Pour loccasion, certains dentre eux, encadrés dans la capitale par un important dispositif policier, brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire G7 –> non Gfaim –> oui.

Les réquisitions prises par le Procureur de Paris pour autoriser les contrôles préventifs avant les manifestations du 28e samedi de Gilets jaunes étaient-elles conformes au droit ?

La question nest finalement pas encore tranchée puisque le Parquet de Paris vient de faire appel de la décision de la 13e chambre du Tribunal correctionnel qui les invalidait, selon les informations de CNEWS.

Laffaire commence avec deux manifestants, contrôlés à la terrasse dun bar à Paris le 25 mai dernier. Les policiers trouvent sur eux notamment des pétards. Interpellés, ils sont ensuite convoqués en justice. Alors quils étaient jugés pour détention dengins explosifs, leurs avocats ont plaidé que les réquisitions du Procureur, qui permettaient ces contrôles préventifs, ne respectaient pas le droit. 

Et le Tribunal de Paris leur a donné raison, estimant que ces réquisitions portaient sur une zone géographique trop large, sans que cela soit suffisamment motivé, selon Maître Méchin, lavocat dun des deux hommes.

Il faut donc attendre que laffaire soit jugée en appel, précise lavocat contacté par CNEWS. Mais même sil ne sagit pas dun jugement définitif, cette décision de première instance est quand même un avertissement pour le Parquet de Paris, qui va devoir faire désormais des réquisitions plus précises. Cest aussi un signal pour les autres Parquets de France. Ca leur rappelle quil y a des juges qui contrôlent leur action.

Si le Parquet navait pas fait appel de cette décision, les procédures concernant ces deux manifestants auraient été purement et simplement annulées.

Désormais, ils doivent attendre la tenue de laudience en appel pour être fixés sur leur sort, et le Procureur, sur ses réquisitions. 

La facture des dégradations de radars automatiques depuis le début du mouvement des gilets jaunes mi-novembre est estimée à 360 millions deuros, a indiqué à lAFP la Sécurité routière, confirmant une information du Parisien.

Ce montant comprend 60 millions deuros dépensés pour réparer les appareils incendiés, tagués ou bâchés – près de 1.000 ont été détruits avait indiqué en juillet le ministre de lIntérieur Christophe Castaner – et 300 millions deuros de manque à gagner en contraventions. Au plus fort de la crise, 75% du parc a été endommagé, avait rappelé M. Castaner, précisant quils sont remplacés par des radars modernes, perfectionnés, capables de constater les feux non respectés mais aussi lusage du téléphone au volant.

La Cour de cassation a ordonné mercredi le dépaysement à Lyon de lenquête sur la mort de Zineb Redouane, une octogénaire touchée par un tir de grenade lacrymogène en marge dune manifestation de gilets jaunes à Marseille en décembre, a-t-on appris de source judiciaire.

La procédure, jusque-là instruite à Marseille, sera désormais entre les mains dun juge lyonnais. Le 1er décembre, de violents incidents avaient éclaté en marge de plusieurs manifestations, notamment celle de gilets jaunes. Zineb Redouane, 80 ans, avait été touchée au visage par des morceaux de grenade lacrymogène alors quelle se trouvait à sa fenêtre, au 4e étage. Elle était décédée le lendemain à lhôpital. Le parquet général dAix-en-Provence avait demandé ce dépaysement pour la sérénité de linformation judiciaire et dans lintérêt dune bonne administration de la justice. 

Dans sa requête, le procureur général Robert Gelli relevait que, selon deux témoignages de CRS, un magistrat du parquet de Marseille était présent sur les lieux de la manifestation dans le cadre de ses fonctions. Ce magistrat avait été chargé ensuite du début de lenquête, jusquà ce quelle soit confiée à un juge dinstruction marseillais, le 4 décembre. Ce magistrat pourrait être susceptible de fournir des éléments utiles sur les faits et sera vraisemblablement entendu lors de linstruction, quand bien même sa responsabilité ne peut en aucun cas être recherchée, soulignait dans sa requête le procureur général Robert Gelli.

Le drame ayant eu lieu lors dune opération de maintien de lordre, la responsabilité des autorités locales pourrait être recherchée, ajoutait M. Gelli. Les avocats de la famille de Zineb Redouane avaient également appelé à dépayser au plus vite ce dossier, quil estiment être une affaire dEtat. Les proches ont déposé plusieurs plaintes et en outre saisi le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), estimant que le procureur de Marseille Xavier Tarabeux avait manqué à ses obligations déontologiques.

Zineb Redouane est à ce jour la seule personne décédée en marge du mouvement des gilets jaunes pour laquelle la responsabilité de la police soit mise en cause.

Sur Facebook, un groupe propose dorganiser samedi 24 août une Naruto Run autour de lAssemblée nationale. Plus de 6500 participants étaient déja inscrits ce mardi. Une initative qui semble toutefois plus humoristique quautre chose. Naruto est un personnage de manga japonais. Le Naruto run, appelé aussi Ninja run, consiste à courir les bras écartés, placés légèrement vers larrière.

Des Naruto run ont ainsi été organisées régulièrement par des fans, qui se rassemblent ainsi pour courir. En juillet, une Naruto run avait été organisée à proximité de la Zone 51 aux Etats-Unis, la base militaire qui selon la légende abriterait des objets extra-terrestres. Elle navait finalement pas eu lieu.

Quelques centaines de gilets jaunes ont manifesté samedi notamment à Paris et Toulouse pour la 40e semaine de mobilisation. 

A Paris, quelque 300 personnes étaient rassemblées en milieu daprès-midi sur la place de la République, après avoir défilé sous la pluie depuis la place des Fêtes, au nord-est de la capitale. 

A Toulouse, environ 350 personnes ont défilé dans les rues du secteur piétonnier mais ont régulièrement été obligés de bifurquer ou de rebrousser chemin après avoir été bloquées par des forces de lordre, selon un journaliste de lAFP.

A Bordeaux, ancien haut-lieu de manifestations, seulement une quarantaine de gilets jaunes, majoritairement des seniors, se sont réunis sous un soleil de plomb.

Environ 150 gilets jaunes ont également manifesté, sans incident, dans la ville frontalière de Longlaville, en Meurthe-et-Moselle, selon la préfecture. 

À Montpellier, une centaine de gilets jaunes ont dégradé la permanence du député Patrick Vignal (LREM), qui vise notamment la mairie aux prochaines municipales. Les locaux ont été aspergés de peinture jaune.

La permanence du député LREM du Rhône Thomas Rudigoz a été dégradée samedi après-midi à Lyon par des gilets jaunes. En marge dun rassemblement en mémoire de Steve Maia Caniço, des oeufs et des tomates ont été lancés sur la façade de la permanence. Des affichettes proclamant notamment Justice pour Steve et La Terre Ceta mère ont aussi été apposées sur limmeuble, a déclaré le député à lAFP. Il a également précisé quil allait porter plainte pour le principe.

Sur Facebook, Thomas Rudigoz a souhaité exprimé son indignation contre cette nouvelle dégradation de permanence. Je nai quune phrase: violence gratuite, stupide et inutile. Ce nest pas comme cela que des oppositions doivent sexprimer et que notre démocratie doit sexercer. Lagressivité et la violence napportent jamais rien de bon et elles doivent être condamnées avec fermeté, y poursuit-il.

A Paris, à Lyon ou encore à Nantes, le mouvement des gilets renaît ce samedi 3 août pour rendre hommage à Steve Maia Caniço. A Nantes, des tensions entre manifestants et les forces de lordre sont en train déclater alors que la veille le préfet de Loire-Atlantique avait interdit les rassemblements dans plusieurs quartiers de la ville. Cependant, il nest pas interdit de manifester dans lentièreté de Nantes.

A Millau, des gilets jaunes mènent actuellement une opération viaduc gratuit, également interdit au préalable par la préfecture. 

Un rassemblement des 300 gilets jaunes a eu lieu de samedi à Perpignan à la suite dun appel national, a rapporté France Bleu Roussillon. Lors de cette manifestation, la permanence du député LREM Romain Grau a été vandalisée. Selon le média local, lélu se trouvait à lintérieur des locaux au moments des faits. 

Les vitres ont été brisées et un début de feu a été déclenché dans le local, éteint peu de temps après par un secouriste bénévole accompagnant les manifestants. 

Les gilets jaunes sont partis vers 11h en direction du centre-ville de Perpignan après quun appel national au rassemblement a été lancé.

Environ 600 gilets jaunes et 50 blacks blocs ont défilé, ce samedi, à Montpellier. Trois policiers ont été blessés lors dincidents. 

Sous une grande banderole Ça va péter, les manifestants criaient Où est Steve ?, ce jeune tombé dans la Loire à Nantes le 21 juin et toujours porté disparu. Dans plusieurs endroits du centre-ville, la question Où est Steve ? a été écrite sur les murs ou les marches descaliers. 

Selon la préfecture de lHérault, une interpellation a eu lieu, après des jets de projectiles, dabord dans le quartier de la préfecture, puis à Antigone où le cortège sétait déplacé. Les forces de lordre ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Trois policiers ont été blessés. Des dégradations ont été constatées à Antigone : feux de poubelles, conteneurs renversés, vitrines de magasins et vitres dabri de tramway brisées. 

Au lendemain du 14 juillet et de son interpellation, Jérôme Rodrigues via la voix de son avocat a annoncé quil va déposer plainte pour violation de liberté individuelle. Ça peut relever dune infraction pénale. Cest la raison pour laquelle nous allons déposer plainte pour violation de liberté individuelle, puisque nous pensons fort et fermement quau moment où il a été interpellé, aucune raison ne permettait cette interpellation, a déclaré lavocat à FranceInfo.

Ajoutant : il a été interpellé sans aucune raison. Il était seul au moment de son interpellation. Daprès ce quil ma dit, il avait croisé du regard, quelques minutes auparavant, le préfet Lallement, et quelques minutes plus tard, il a été interpellé. Je sais également quau moment de sa garde à vue, le fonctionnaire qui sest occupé de sa garde à vue lui a indiqué que lordre venait de la hiérarchie, donc lordre direct dinterpeller des figures de gilets jaunes et Jérôme Rodrigues en particulier.

Les gilets jaunes Maxime Nicolle, Jérôme Rodrigues et Eric Drouet ont été relâchés après leur garde à vue, selon le Parquet de Paris. 

175 personnes ont été interpellées, ce dimanche, en marge du défilé du 14 juillet à Paris, a indiqué la préfecture de police dans un nouveau bilan communiqué sur twitter, en fin daprès-midi. 

Le calme revient sur les Champs-Élysées grâce à la réactivité des forces de lordre. 175 personnes interpellés depuis ce matin.

Selon la préfecture, 152 personnes ont été interpellées en marge du défilé du 14 juillet à Paris. Parmi eux, deux figures du mouvement ont été placés en garde à vue. A savoir : Maxime Nicolle et Jérôme Rodrigues pour organisation dune manifestation illicite.

Les infractions relevées par les forces de lordre sont liées dans la majeure partie à des cas d organisation de manifestation non déclarée, de violences sur personnes dépositaires de lordre public en passant par des dégradations de biens publics ou de port darme prohibé, a-t-on détaillé de même source.

Plusieurs figures des gilets jaunes, Maxime Nicolle, Jérôme Rodrigues et Sophie Tissier ont été interpellés, en marge du défilé du 14 juillet, non loin des Champs-Elysées. Maxime Nicolle et Jérôme Rodrigues ont été placés en garde à vue pour organisation dune manifestation illicite, a annoncé le parquet de Paris.

De plus, plusieurs personnes ont scandé des hymnes des gilets jaunes avant le début de la cérémonie. 

Plusieurs centaines de gilets jaunes ont manifesté samedi à Paris, près de huit mois après le début du mouvement de contestation sociale, a constaté une journaliste de lAFP.

Au slogan habituel Macron démission sont venus sajouter des Homards partout, justice nulle part, ou De Rugy en prison, en écho aux affaires qui éclaboussent le ministre de lEcologie et ancien président de lAssemblée nationale François de Rugy.

Quelques légers incidents ont eu lieu sur le parcours tracé dans lest de la capitale, les forces de lordre usant de gaz lacrymogène, parfois après avoir été visées par des projectiles.

Les manifestants ont été empêchés de pénétrer dans la gare de Lyon et ont été dispersés avant la fin du parcours initialement prévue près de la gare dAusterlitz.

Le Préfet de police de Paris Didier Lallement a pris un arrêté préfectoral interdisant tout rassemblement de personnes se revendiquant des Gilets jaunes, entre la place de lEtoile, les Champs-Elysées, la Concorde, le Louvre, les Invalides, Trocadéro et la Tour Eiffel. Tout comme dans le secteur de Notre-Dame.

Certaines stations de métro ou daccès aux réseaux RATP et SNCF situées à proximité des Champs Elysées, seront fermées.

Quelques milliers de gilets jaunes ont bravé la chaleur samedi en France et ont défilé, surtout à Paris.  A Paris, au moins un millier de personnes ont manifesté dans laprès-midi, a constaté une journaliste de lAFP. Partie de la porte de Clichy dans le nord de la capitale, la manifestation a pris un tour festif avec sous-marin jaune en guise de char et artistes donnant de la voix. 

Quelques manifestantes se revendiquant gilets jaunes et queer ont également rejoint le défilé, en cette journée de marche des Fiertés. 

A Bordeaux, moins de 200 personnes ont manifesté, selon la police, sous un soleil de plomb dans le centre historique de la ville. A Toulouse, ils étaient entre 100 et 200 à manifester. 

Pour cette nouvelle journée de mobilisation, une manifestation est prévue dans le nord de la capitale. Un rassemblement est organisé à 14 heures, porte de Clichy. Le cortège se dirigera ensuite vers la place de Pantin.

Les manifestants étaient un peu plus nombreux que les semaines passées, avec 11.800 personnes en France. A Paris, ils étaient 1.100 contre 950 la semaine dernière, selon les chiffres du ministère de lIntérieur.

Depuis 9 heures, ce samedi 22 juin, le parking du parc dattraction de Disneyland Paris est gratuit. Selon les forces de police, une centaine de manifestants et une vingtaine de véhicules sont mobilisés pour que les visiteurs puissent accéder au parking gratuitement. Une opération de ce genre avait également eu lieu, le 18 novembre dernier.

Quelques centaines de gilets jaunes – 300 selon les forces de lordre – manifestent à Marseille, où un appel national avait été lancé sur les réseaux sociaux. Le départ de la manifestation a eu lieu sur le Vieux-Port à 14h.

En début de matinée, un homme a forcé le barrage des gilets jaunes à Saint-Avold (Moselle). Laccident sest produit à hauteur du rond-point de la zone du Heckenwald. Lhomme renversé a été pris en charge par les bénévoles de Street Medics, puis par les pompiers. Le conducteur a été placé en garde à vue au commissariat de Freyming-Merlebach. 

Des gilets jaunes ont bloqué la gare maritime de Saint-Malo, provoquant dimportants embouteillages. Une quinzaine de gendarmes sont intervenus sur place pour déloger les manifestants. 

Après 3 heures de blocages, le port de saint malo de nouveau accessible, avec larrivée des gendarmes en renfort @ouestfrance35 pic.twitter.com/JaKD6shIao

Selon les premiers chiffres de lIntérieur, près de 7.000 personnes ont manifesté en France, samedi 15 juin, dont 950 à Paris. Les gilets jaunes enregistrent leur plus faible participation depuis le début du mouvement.

Des tensions ont éclaté à Toulouse où des gaz lacrymogènes ont été répandus par endroit pour disperser des manifestants. 

Toulouse est, ce samedi, la ville de rassemblement national des gilets jaunes. Un  événement intitulé Acte 31: Toutes et tous à Toulouse! a été créé sur Facebook et affiche 335 participants, et 1.200 personnes intéressées.

Dautres évènements auront lieu en parallèle de la manifestation des gilets jaunes, à Toulouse, ce samedi, comme une braderie organisée en soutien aux commerçants du centre-ville. 

Cet après-midi, Toulouse sera aussi le théâtre dun hommage à Johnny Hallyday. La place du Zénith sera rebaptisée au nom de lartiste qui, ce samedi 15 juin, aurait eu 76 ans.

A paris, pour ce 31e samedi de mobilisation, un cortège partira de la place de la Bastille à 11h30 pour finir place du Maréchal Juin, dans le 17ème arrondissement. 

Un autre rassemblement est prévu dans la capitale sans que le lieu de rendez-vous ou le parcours nait été déclaré. 

Une nouvelle fois, la préfecture de police a interdit plusieurs secteurs aux manifestants : le quartier des Champs-Elysées, et celui de Notre-Dame.

Un salarié dAmazon qui avait posté sur Facebook un message appelant les gilets jaunes à soutenir un blocage dentrepôt dun site dans les Hauts-de-France a demandé vendredi lannulation de son licenciement en référé devant les prudhommes à Nanterre, selon le syndicat SUD-commerces.

Lutilisation des lanceurs de balles de défense (LBD) et grenades de désencerclement par les policiers a augmenté de plus de 200% en 2018, une hausse concentrée sur les mois de novembre et décembre marqués par les manifestations des gilets jaunes, a annoncé jeudi lInspection générale de la police nationale.

En 2018, les policiers ont utilisés 19.071 munitions de LBD et 5.420 munitions de grenades de désencerclement, soit des hausses de 203% et 296% par rapport à lannée précédente, selon un rapport de lIGPN.

Au niveau national, 10.300 manifestants ont défilé dont 1.100 en Ile-de-France, selon le ministère de lIntérieur. La semaine dernière, ils étaient 9.500 partout en France dont 1.500 à Paris. 

Douze personnes ont été interpellées à Dijon samedi après-midi, notamment pour des violences et dégradations, et un CRS a été blessé lors dune manifestation tendue, a indiqué la préfecture de Côte-dor à lAFP. Le CRS souffre de contusions après avoir reçu un jet de pavé dans le dos et une personne a été incommodée par les gaz lacrymogènes côté manifestants, selon les services de lEtat. 

3.700 manifestants ont défilé ce samedi en France, dont 1.100 à Paris, selon le ministère de lIntérieur. La semaine dernière à 14H, ils étaient 2.600 manifestants dont 1.300 à Paris. 

Dès midi, des centaines de personnes se sont rassemblées place de la Comédie, en plein centre de Montpellier, derrière une banderole Résistance, nous sommes du bon côté de lHistoire. A peine le cortège sest-il ébranlé, la situation sest tendue, et les forces de lordre, en nombre, ont fait usage de gaz lacrymogènes en pleine rue commerçante, pour empêcher les manifestants de gagner la préfecture.

Les gilets jaunes espèrent également défiler à Paris, sur les Champs-Elysées, ainsi quen banlieue parisienne – une première depuis le début du mouvement. 

Le secrétaire dEtat à lIntérieur a déclaré dimanche ne pas avoir de regret sur la gestion des manifestations de gilets jaunes, estimant que ce nest pas parce quune main a été arrachée, parce quun oeil a été éborgné quil y a eu faute des forces de lordre.

Nous navons pas de regret sur la façon dont nous avons mené lordre public et la sécurité publique. Cest une crise inédite depuis 50 ou 60 ans, personne na eu à affronter ce que nous avons eu à affronter avec Christophe Castaner et les choses se sont quand même globalement bien passée en matière dordre public, a déclaré Laurent Nuñez. 

Au même moment se déroulait à Paris une marche des mutilés organisée par des gilets jaunes dénonçant lutilisation par les forces de lordre de lanceurs de balles de défense (LBD) et de grenades de désencerclement, accusés davoir éborgné ou arraché des mains lors des manifestations.

Quand il y a une agression contre des policiers et quil y a une riposte proportionnée, oui il peut y avoir des blessés, a estimé Laurent Nuñez, ce nest pas parce quune main a été arrachée, parce quun oeil a été éborgné, que la violence est illégale. Je ne présente pas dexcuse, je men remets à la justice de mon pays, a-t-il ajouté.

9.500 gilets jaunes ont défilé dans les rues de France, dont 1.500 à Paris, selon le ministère de lIntérieur, en ce 29e samedi de mobilisation. La semaine dernière, ils étaient 12.500 manifestants en France, dont 2.100 à Paris. 

Près de 2.000 personnes manifestent dans les rues de Paris samedi, 29e acte des gilets jaunes, sous le soleil et dans une ambiance festive, malgré une mobilisation clairsemée, a constaté un journaliste AFP. Partis vers 13H00 de la place Denfert Rochereau dans le XIVe arrondissement, les manifestants, parfois équipés de sifflets ou de tambours, devaient rejoindre la place de la Nation. Justice sociale justice fiscale, anti, anti, anticapitaliste, pouvait-on notamment entendre dans le cortège, qui semblait un peu plus maigre que celui de la semaine passée, qui comptait 2.100 manifestants selon le ministère de lIntérieur.

Priscillia Ludosky, figure du mouvement depuis ses débuts, a relayé un autre appel à une manifestation déclarée, cette fois-ci au départ de la place Denfert-Rochereau, avec un rassemblement à 11 heures et un départ à 13 heures. Le cortège doit se disperser place de la Nation.

Sur Facebook, plusieurs groupes de gilets jaunes appellent à une manifestation au départ de la porte Dauphine. Le rassemblement est prévu à 10h30 et le cortège doit sélancer à midi. Cette manifestation doit sachever au métro Villiers, dans le 17e arrondissement de Paris. Le parcours initial devait être différent. Les organisateurs, qui ont déclaré leur manifestation, avaient prévu de défiler sur les Champs-Elysées. Ils affirmaient, vendredi, avoir envoyé une requête au tribunal administratif pour en obtenir lautorisation. Mercredi, la préfecture de police de Paris avait annoncé une interdiction de manifester autour de cette avenue, ainsi que de lAssemblée nationale et de lElysée, et dans le secteur de Notre-Dame. 

Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, assure dans une interview au Parisien que des policiers mis en cause pour des violences lors de manifestations de gilets jaunes seront renvoyés devant le tribunal correctionnel dici la fin de lannée.

Il y aura des classements sans suite et des renvois de policiers devant le tribunal correctionnel dici la fin de lannée, a indiqué M. Heitz dans cet entretien paru jeudi.

Parmi les 174 enquêtes ouvertes pour des violences impliquant les forces de lordre, 57 dossiers sont en cours danalyse au parquet, qui doit désormais décider des suites judiciaires, a-t-il précisé. Il a annoncé par ailleurs avoir ouvert huit informations judiciaires confiées à des juges dinstruction pour des violences impliquant des membres des forces de lordre.

12.500 manifestants ont défilé dans les rues de France, la plus faible participation depuis lacte I, selon le ministère de lIntérieur. 

A Paris, les manifestants se rassemblent devant le cimetière du Père Lachaise. Le cortège doit rejoindre le Sacré Coeur.

Le préfet de police de Paris a déploré samedi matin le retour au principe des manifestations non déclarées de gilets jaunes dans la capitale et a prévenu dune réaction ferme en cas de débordements lors de lacte 28 de ce mouvement social inédit. Malheureusement il semble quune partie des gilets jaunes a décidé de ne pas déclarer de manifestation, a commenté Didier Lallement venu saluer policiers et gendarmes mobilisés sur le dispositif de maintien de lordre au niveau du rond-point de lEtoile à Paris.

Rumeurs dintoxication au cyanure par les gaz lacrymogènes, faux street medics se déclarant être de vrais médecins : des prises de sang sauvages ont été pratiquées lors de manifestations de gilets jaunes, provoquant linquiétude des spécialistes de santé.

Selon deux personnes contactées par lAFP, qui ont organisé ces prélèvements, ils ont eu lieu lors des manifestations du 20 avril et du 1er mai à Paris, dans le but de prouver une intoxication au cyanure causée par une exposition prolongée aux gaz lacrymogènes.

Le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon a multiplié jeudi soir les attaques contre Marine Le Pen et appelé les électeurs fâchés du Rassemblement national – gilets jaunes en tête – à ne pas jouer contre eux-mêmes. Pour nous, cela reste un objectif de rallier à nous ces gens à qui on dit : Bien-sûr vous êtes fâchés, mais ne faites pas les fachos parce que vous jouez contre vous-mêmes, a-t-il lancé lors dun meeting pour les européennes près de Lyon, reprenant son antienne de campagne fâchés mais pas fachos. Selon lui, la présidente du Rassemblement national nest présente ni sur les thèmes écologiques, ni sur le social, notamment à lAssemblée.

Mercredi après-midi, un jeune homme de 25 ans a été condamné à 18 mois de prison par le tribunal correctionnel de Nice pour son comportement dangereux face aux forces de lordre et sur la route, rapporte Nice-Matin. Cest lors dune manifestation de gilets jaunes, groupe auquel il revendique appartenir, que lAzuréen a commis les délits. Alors quune opération de blocage était en cours au péage Saint-Isidore sur lautoroute A8, il a forcé le contrôle des gendarmes.

Le roi des forains Marcel Campion a fait savoir quil invitait les gilets jaunes et leur famille ce mercredi 22 mai à la foire du trône à Paris de 12H à 18H. Dans le même temps, des forains comptent bloquer le périphérique parisien ce mercredi ainsi que jeudi, pour protester contre une directive européenne qui prévoit de soumettre les fêtes foraines à un appel à concurrence.

Une deuxième journée de contestation devrait avoir lieu jeudi, toujours avec comme point de départ la Foire du Trône mais avec comme point darrivée lElysée. Quelque 1 000 motards forains en Harley Davidson devraient se joindre au cortège pour exprimer leur colère et alerter le chef de lEta

Francis Lalanne, qui conduit la liste Alliance jaune pour les européennes, mise sur lunion sacrée de gilets jaunes pour ne pas avoir à choisir entre le système et le système, cest-à-dire Emmanuel Macron et Marine Le Pen, deux manipulateurs qui veulent écraser le peuple.

Plafonnant à environ 1% dans les sondages, qui sont souvent manipulés selon lui, le chanteur a appelé mardi les abstentionnistes à se mobiliser pour permettre aux gilets jaunes dentrer dans la citadelle du pouvoir dimanche.

Poursuivi pour avoir proféré des injures à caractère antisémite envers le philosophe Alain Finkielkraut en marge dune manifestation de gilets jaunes à Paris en février, une qualification quil conteste, un trentenaire sera jugé mercredi à Paris.

Cité à comparaître par le parquet de Paris, le prévenu âgé de 36 ans devra répondre dinjure publique en raison de lorigine, lethnie, la nation, la race ou la religion devant la 17e chambre du tribunal correctionnel.

Sauf constitution de partie civile de dernière minute, lacadémicien, qui na pas porté plainte, devrait être absent à laudience.

Une enquête préliminaire a été ouverte après des prélèvements sanguins effectués dans la rue sur des manifestants pendant des rassemblements de gilets jaunes. Cette enquête a été ouverte jeudi pour violences volontaires aggravées et mise en danger de la vie dautrui, a précisé le parquet.

Contacté par lAFP, Renaud Fiévet, qui se présente comme médecin anesthésiste originaire de Belgique, a affirmé avoir organisé ces prises de sang sur une quinzaine de manifestants pour vérifier une potentielle intoxication au cyanure causée par une exposition prolongée aux gaz lacrymogènes tirés par les forces de lordre. Selon lui, ces prélèvements ont été pratiqués lors des manifestations du 20 avril et du 1er mai à Paris.

Les prélèvements ont été faits dans le respect des protocoles, à linitiative dun groupe composé de deux médecins et un docteur en biologie, a affirmé M. Fiévet. Des ordonnances ont été établies pour ces prélèvement et les personnes prélevées ont signé un consentement écrit, a-t-il précisé.

Début mai, un groupe de street medics, des bénévoles qui apportent les premiers soins en cas de blessures pendant les manifestations, avait dénoncé ces pratiques considérées comme dangereuses, ainsi que lusurpation du terme et des couleurs de street-médics. 

A six jours des élections européennes, Emmanuel Macron monte au front ce lundi 20 mai avec un entretien à la presse régionale pour lancer le sprint final dune campagne qui se durcit à lapproche du scrutin.

Les différentes listes -34 au total, un record- vont chercher à galvaniser leurs troupes lors des derniers meetings, au bout dune campagne plutôt atone, brouillée par la crise des gilets jaunes et la sortie du grand débat. Labstention, qui frôle la barre des 60% dans les sondages, sera une nouvelle fois le premier parti de France.

Selon le ministère de lIntérieur, 15.500 manifestants se sont mobilisés dans toute la France. Cest la plus faible participation depuis le début du mouvement. 1.600 personnes ont défilé à Paris. Le comptage des autorités est contesté par les gilets jaunes, qui ont dénombré près de 41.000 manifestants.

Le cortège parisien des gilets jaunes est arrivé en fin daprès-midi au pied du Sacré-Coeur, en haut de la butte Montmartre. 

A 14 heures, le ministère de lIntérieur a comptabilisé 2.800 manifestants en France, dont 1.100 à Paris. La semaine dernière à la même heure, ce chiffre était de 2.700 participants, dont 600 à Paris. 

A Reims, plusieurs cortèges défilent ce samedi. Des tensions sont également apparues entre les manifestants et les forces de lordre qui ont riposté à des jets de projectiles par des tirs de gaz lacrymogènes. 

La préfecture de police de Paris a de nouveau pris un arrêté interdisant les manifestations dans les secteurs des Champs-Élysées, de la cathédrale Notre-Dame, incendiée mi-avril, et de lAssemblée nationale. Comme chaque semaine, une dizaine de stations de métro et de rues sont ainsi fermées.

Un appel à manifester sur la plus belle avenue du monde a toutefois été lancé sur Facebook, une manifestation axée cette fois sur la lutte contre le glyphosate, alors que se tient ce week-end la Marche annuelle mondiale contre le groupe Monsanto.

Emmanuel Macron a jugé vendredi que le mouvement des gilets jaunes navait plus de débouché politique, appelant au calme ceux qui continuent à manifester et les invitant à voter, voire à se présenter aux élections, six mois après le début de cette contestation sociale.

Je considère pour ma part que jai apporté des réponses aux Françaises et aux Français sur ce qui avait conduit à ce mouvement, à la fois le 10 décembre et dans la conférence de presse que jai donnée. Je crois que (pour) celles et ceux qui continuent aujourdhui (à manifester), il ny a plus de débouché politique. Nous avons fait notre part de travail, maintenant chacun doit aller, voter aux élections, et quand il porte des idées, se présenter aux élections, a-t-il ajouté, lors dun déplacement à Biarritz. 

Pour cet acte 27, des appels nationaux ont été lancés pour se rassembler à Reims et Nancy après deux samedis marqués par un recul de la mobilisation, tombée à ses plus bas niveaux depuis le début du mouvement le 17 décembre.

A Paris, plusieurs rassemblements concurrents sont prévus, dont un au départ de la Défense pour finir à Montmartre. Un autre envisage de défiler sur les Champs-Élysées mais lavenue est, depuis plusieurs semaines, interdite à la manifestation.

Devant cet éparpillement des défilés et des mots dordre dans la capitale, Éric Drouet, une des figures du mouvement, a appelé dimanche dans une vidéo à arrêter les cortèges à thème, quil trouve de plus en plus ridicules.

Dautres rassemblements sont prévus, par exemple à Besançon ou à Saint-Nazaire, où la préfecture a pris un arrêté interdisant la manifestation non déclarée des gilets jaunes dans le centre-ville.

Les présidents des commissions des Affaires sociales et des Lois du Sénat demandent à la ministre de la Santé Agnès Buzyn de sexpliquer sur les accusations de fichage des gilets jaunes à lhôpital, selon un communiqué publié vendredi.

Dans un courrier commun adressé à la ministre, les sénateurs LR Alain Milon et Philippe Bas lui demandent de faire la lumière sur la réalité du recueil de données lors dadmissions hospitalières consécutives à des manifestations sur la voie publique dont lexploitation est susceptible de porter atteinte à la liberté individuelle.

Ils demandent également à la ministre dindiquer les actions que le ministère et les organismes placés sous sa tutelle ont entreprises pour mettre fin à cette situation si elle était avérée.

Lutilisation du fichier SI-VIC, tenu dans les services durgence, pour les gilets jaunes, révélée mi-avril par Le Canard Enchaîné, avait conduit lun des manifestants concernés, blessé à Paris en février, à annoncer une plainte pour fichage illicite.

Le mouvement des gilets jaunes a eu moins dincidence sur lattractivité de la France pour les investisseurs que Bruno Le Maire laurait cru, a admis le ministre de lEconomie, en visite au salon international des start-up Vivatech vendredi.

Je constate que ça a moins dincidence que ce que jaurais cru dailleurs moi-même, a-t-il déclaré au sujet du mouvement social lancé il y a six mois. 

Les blocages et manifestations ont beaucoup affecté les commerces des centres-villes et coûté 0,2 point de croissance (soit 4 milliards deuros) à léconomie française daprès le ministère. Mais la crise de gilets jaunes na pas eu dimpact sur lattractivité de la France, on le mesure avec des indicateurs très précis, a assuré Bruno Le Maire.

Le meeting du ministre de la Transition écologique François de Rugy à Gaillac dans le cadre de la campagne pour les élections européennes, a été perturbé par une centaine de gilets jaunes, a constaté un correspondant de lAFP. Les manifestants ont entonné des chants hostiles au gouvernement et au président de la République, empêchant lintervention du ministre sur le thème lEurope lécologie.

Les commerçants du centre de Montpellier ont regretté jeudi ne pas bénéficier des fonds supplémentaires accordés par lÉtat aux centre-villes après les manifestations de gilets jaunes, pointant la responsabilité du maire Philippe Saurel.

Matignon a annoncé mercredi un renforcement de son fonds de soutien aux commerçants des centres-villes affectés ou dégradés par les manifestations de gilets jaunes, pour lequel 34 communes ont été retenues, mais pas Montpellier.

La ville na pas déposé de dossier dans le cadre de lappel à projets lancé par le gouvernement alors que de nombreuses dégradations ont été déplorées chez les commerçants, a regretté auprès de lAFP Alain Simon, président de lassociation des commerçants du centre-ville : Ne pas pouvoir bénéficier de ces aides, cest nimporte quoi !.

Ce mercredi 15 mai, Francis Lalanne était en visite en Vendée dans le cadre de la campagne des élections européennes du 26 mai prochain. Il est la tête de la liste Alliance jaune, la révolte par le vote. Le chanteur est allé à la rencontre des Gilets jaunes en différents lieux du département. 

Trois gilets jaunes ont été condamnés mercredi à Besançon à des amendes – une ferme, deux avec sursis – pour outrage après avoir crié Castaner assassin au ministre de lIntérieur lors dune visite dans la ville en mars, a-t-on appris auprès de leur avocat.

Deux dentre eux, un représentant syndical FO et son épouse, ont été condamnés à 1.500 euros damende avec sursis, a indiqué Me Jean-Michel Vernier, précisant que le couple allait faire appel de sa condamnation.

Le troisième a écopé de 1.000 euros damende quil devra payer, son casier judiciaire lui interdisant de bénéficier dun sursis, a ajouté Me Vernier qui ne pouvait pas encore indiquer sil allait interjeter appel.

Les trois ont en revanche été relaxés des faits de rébellion, selon leur conseil, qui avait plaidé la relaxe lors du procès le 29 avril devant le tribunal correctionnel de Besançon qui jugeait les trois gilets jaunes pour outrage envers le ministre de lIntérieur.

Geneviève Legay, une manifestante de 73 ans blessée dans une charge de police lors dun rassemblement interdit des gilets jaunes le 23 mars à Nice, est rentrée chez elle après près de deux mois dhospitalisation, a annoncé mecredi Attac, dont elle est militante.

Elle est sortie de lhôpital à 13h et est rentrée à son domicile. Elle marche mais nest pas autonome : elle est donc sortie mais pas totalement retapée, a indiqué à lAFP Raphaël Pradeau, porte-parole dAttac France.

Je ne bouge pas du fauteuil car jai froid et je suis très fatiguée, mais je ne suis pas quelquun à supporter dêtre malade et dès que jirai bien, je reprends la rue, a déclaré à lAFP Mme Legay, regrettant de ne pas pouvoir manifester ce mercredi avec Attac à Cap dAil, contre le Salon international de la propriété de luxe à Monaco, surnommé par ses détracteurs le salon de lévasion fiscale.

La militante a eu plusieurs côtes cassées et des fractures au crâne, après avoir été poussée par un policier qui dispersait avec ses collègues un rassemblement interdit à Nice le 23 mars, seul week-end où les manifestations de gilets jaunes étaient interdites en raison de la venue du président chinois et de la crainte des casseurs. Cest aussi le seul week-end où il y a eu des heurts à Nice. Le samedi suivant, la mairie avait obtenu une nouvelle interdiction pour préserver lattractivité commerciale et touristique de la ville.

Les gilets jaunes se sont invités mardi à la tribune du congrès de la CGT à Dijon, où les militants ont critiqué lambiguïté de leur dirigeant Philippe Martinez et ont réclamé daller au devant de ce surgissement den bas qui les a dépassés.

Le débat sur le rapport dactivité, bilan des trois ans de mandat du secrétaire général, Philippe Martinez, a fait ressortir le grand malaise de cégétistes face à ce mouvement quils ont regardé passer chaque samedi depuis six mois.

Emmanuel Macron a accueilli mardi à lElysée une centaine de jeunes dun lycée forestier de Saône-et-Loire quil avait rencontrés lors dune étape du Grand débat en février. En leur compagnie, le chef de lEtat a planté dans le parc de lElysée un chêne quils lui avaient offert le 7 février lors de sa visite du lycée de la Nature et de la Forêt et de lEpide (Etablissement dinsertion de la défense) dEtang-sur-Arroux.

Son épouse Brigitte et le ministre de lAgriculture Didier Guillaume étaient présents à cette rencontre, durant laquelle Emmanuel Macron a de nouveau vanté les mérites des filières professionnelles denseignement. Le 7 février, il avait déjeuné à la cantine du lycée forestier avec des élèves avant de participer à un échange avec un millier de lycéens, détudiants ou dapprentis de 15 à 25 ans de Bourgogne. Faites de la politique !, leur avait-il lancé lors de ce grand débat destiné à tenter de sortir de la crise des gilets jaunes”.

Le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti a annoncé quil allait porter plainte après avoir été pris à partie samedi à Nice en marge dun rassemblement des gilets jaunes, mouvement selon lui volé par lextrême gauche violente.

Lors dune scène à laquelle lAFP a assisté samedi, place Masséna, le parlementaire participait à une foire au livre lorsquil a croisé un groupe de manifestants.

Plusieurs lont notamment traité de collabo et des policiers lont aidé à se réfugier dans sa voiture. Sur une vidéo postée par Eric Ciotti sur les réseaux sociaux on entend des manifestants menacer de cramer (sa) voiture.

Je dénonce la violence dactivistes dextrême gauche (…) et porte plainte auprès du procureur de la République pour menaces de mort, a annoncé M. Ciotti. Le mouvement des gilets jaunes a été volé par lextrême gauche violente. Personne ne mempêchera de soutenir lordre, la loi et nos policiers victimes de cette violence , a déclaré M. Ciotti.

Eric Ciotti a reçu le soutien du patron de son parti, Les Républicains : Écoeurant ! Honteux déchaînement de haine envers un élu de la République. Tout mon soutien cher @ECiotti, a écrit Laurent Wauquiez dimanche sur Twitter.

Selon les chiffres du ministère de lIntérieur, il y a 18.600 manifestants en France samedi dont 1.200 à Paris

Selon les chiffres du ministère de lIntérieur, il y a 2.700 manifestants en France à 14h, dont 600 à Paris. Ce chiffre est en baisse par rapport à la semaine dernière puisque à la même heure 3.600 manifestants avaient été comptabilisés en France le 4 mai, dont 1.000 à Paris. Le comptage des autorités est contesté par les gilets jaunes.

Environ 1.300 gilets jaunes selon la préfecture ont défilé samedi dans les rues de Montpellier, dans une ambiance bon enfant en début daprès-midi, a constaté lAFP.

Dans les alentours du bâtiment de la préfecture, certains gilets jaunes se prenaient en photo sous un soleil printanier, au son dun trio musical, composé dun guitariste, dun violoniste et dun accordéoniste. Ils ne sont pas corrompus, ils sont la corruption, Les pauvres donnent le peu quils ont et les riches regardent le peu quils donnent, Macroniste, non, Macron fumiste, oui, proclamaient des pancartes et banderoles.

Plusieurs groupes de gilets jaunes ont appelé à manifester, ce samedi 11 mai, à Lyon. Sur le terrain, plus de 500 fonctionnaires de police et de la gendarmerie nationale sont mobilisés. Quatre secteurs ont par ailleurs été interdits à la manifestation. 

Une seule manifestation a été déclarée en préfecture. Le rendez-vous est fixé à la mi-journée, place Bellecour, en plein coeur de Lyon. 

Plusieurs cortèges sont attendus à Paris, à loccasion du 26e week-end de mobilisation. Plusieurs périmètres sont fermés par la préfecture : les Champs-Elysées, lAssemblée nationale ou encore Notre-Dame.

Sur Facebook, un appel a été lancé pour une marche contre la loi Blanquer et en soutien aux enseignants. Elle partira de la Sorbonne, dans le Ve arrondissement, vers 13h, en direction de luniversité Paris-Diderot, dans le XIIIe.

Un homme dune vingtaine dannées, qui avait insulté des migrants en marge dun blocage dans la Somme avant de publier la vidéo sur Internet, a été condamné mardi 7 mai à un mois de prison avec sursis pour injure raciste. 

Il devra également suivre un stage de citoyenneté à ses frais et sest vu confisquer la téléphone portable avec lequel il avait filmé la séquence. Il na pas contesté les faits. 

Les manifestations de gilets jaunes seront interdites mercredi à Paris à loccasion des commémorations du 8 mai 1945 autour de la place de lEtoile et dans un large périmètre incluant la place de la Concorde et le palais de lElysée, a annoncé lundi la préfecture de police. Cet arrêté préfectoral est justifié par lorganisation de cérémonies solennelles qui ne sauraient être troublées par des manifestations revendicatives, indique la préfecture dans un communiqué.

Quatre hommes, jugés pour lincendie mi-décembre 2018 de la zone de péage sud de Narbonne, lors dun défilé de gilets jaunes, ont été condamnés lundi à deux ans de prison dont douze mois avec sursis par le tribunal correctionnel de la ville. Le procureur avait requis une peine de deux ans de prison à leur encontre.

La liste du Mouvement pour linitiative citoyenne, en lice pour les élections européennes et qui défend le RIC, nest pas liée aux gilets jaunes, a indiqué lundi son porte-parole, Yvan Bachaud, à lAFP. Ce mouvement était déjà présent lors des européennes de 2009 avec une liste fondée sur le RIC, le référendum dinitiative citoyenne, précise-t-il.

Le procureur de la République de Nice a défendu sa gestion de lenquête sur les circonstances dans lesquelles une manifestante de 73 ans a été blessée le 23 mars lors dune charge de la police, qui lui a valu une convocation par sa hiérarchie.

Geneviève Legay, une militante dAttac, a eu plusieurs côtes cassées et des fractures au crâne, lors dune charge de policiers pour disperser une manifestation interdite de gilets jaunes à Nice le 23 mars. Deux juges dinstruction ont été désignés pour enquêter et la police des polices (IGPN) a été saisie.

Malgré linterdiction de manifester dans le centre-ville, près de 500 personnes ont répondu à lappel dun rassemblement régional à La Roche-sur-Yon ce samedi 4 mai. Contrairement à ce que craignait la préfecture, la manifestation sest globalement déroulée dans le calme. Seuls quelques heurts ont éclaté en milieu daprès-midi, lorsque certains manifestants se sont approchés du périmètre où tout rassemblement était interdit.

A paris, les manifestants étaient 1.200 de moins à manifester que la semaine passée. Les cortèges ont défilé dans le calme après lagitation et les tensions du 1er mai. 

A Metz, plusieurs milliers de personnes ont participé à une marche mondiale pour une justice écologique et sociale. Parmi les manifestants, des écologistes et des gilets jaunes.

Le ministère de lIntérieur a publié les derniers chiffres sur le nombre de gilets jaunes dans les rues. Selon place Beauvau, il y avait 18.900 manifestants, dont 1.460 à Paris, ce samedi. Si ce chiffre se confirmait, il sagirait de la plus faible mobilisation depuis le début du mouvement. 

Selon le ministère de lIntérieur, à 14 heures, il y avait 3.600 manifestants en France, dont 1.000 à Paris. 

Une tribune intitulée Gilets jaunes : Nous ne sommes pas dupes ! a été publiée dans les colonnes de Libération ce samedi 4 mai. Les signataires parmi lesquels figurent des comédiens (Emmanuelle Béart, Juliette Binoche, Simon Abkarian, Swann Arlaud), des cinéastes et des écrivains, salue le mouvement des gilets jaunes. 

Ils demandent une démocratie plus directe, une plus grande justice sociale et fiscale, des mesures radicales face à létat durgence écologique.

Une centaine de gilets jaunes sest retrouvée à La Roche-sur-Yon (Vendée) en périphérie de la ville. Le centre-ville fait lobjet dune interdiction de manifester publiée par la préfecture.

Cet acte 25 des gilets jaunes semble marquée à la mi-journée par une baisse de la mobilisation. Une trentaine de personnes seulement est mobilisée à laéroport de Roissy. Plusieurs centaines de gilets jaunes sont rassemblées dans les rues de Paris. A noter que certains manifestants ont réinvesti des ronds-points, notamment dans le Calvados, lOrne, lHérault et la Haute-Garonne.

A Paris, trois manifestations déclarées ont été autorisées par la préfecture. La première, au départ de lhôpital Lariboisière à 13H00 doit rejoindre la place de la Nation. Comme samedi dernier, un tour des sièges des médias, dans les XVe et XVIe arrondissements, à louest de la capitale, est au programme à partir de 13H00. Le troisième cortège partira à 14H00 de Jussieu (Ve), jusquà la rue de Patay (XIIIe).

LIGPN a de nouveau été saisie suite à la diffusion dune vidéo montrant un policier mettant sa matraque dans le pantalon dun homme interpellé lors de la manifestation du 1er mai, rapporte vendredi lAFP. 

allo @Place_Beauvau – cest pour un signalement – 748 Images difficiles. Un policier manie sa matraque télescopique dans le pantalon dun manifestant maîtrisé au sol. Paris, Bd du Montparnasse métro Vavin,, #1erMai, 14h38, source : vidéo reçue par courriel. pic.twitter.com/RH3pIzENer

Le préfet de police de Paris a également saisi ce vendredi lIGPN pour deux autres vidéos, lune où lon voit un policier en train de gifler violemment un manifestant, devant un commerce du boulevard du Montparnasse, à Paris. Lautre montre un membre des forces de lordre lancer un pavé en direction des manifestants, toujours durant la manifestation du 1er-mai dans la capitale. 

En visite à la maison de services au public de Montmoreau (Charente), le Edouard Philippe est notamment revenu sur la polémique autour de son ministre de lIntérieur. Le Premier ministres a tenu à souligner que Christophe Castaner a toute (sa) confiance. 

Plusieurs élus ont appelé à la démission du ministre, accusé de mensonges. Christophe Castaner doit partir, il nest pas à la hauteur de sa fonction, il ne se comporte pas en homme dÉtat, a affirmé le député LFI du Nord Adrien Quatennens sur BFMTV, dénonçant un mensonge du ministre de lIntérieur.

Bien sûr quil doit démissionner parce quaujourdhui on connait la réalité (…) Il a menti de manière éhontée. Place Beauvau, on a le roi des mythos et la réalité, cest que le tissu de mensonges est la seule étoffe qui lui aille, sest pour sa part exclamé le chef de file des communistes aux européennes, Ian Brossat, sur RTL.

Il a menti, il a voulu manipuler lopinion, il doit démissionner, ce nest quune longue suite dincompétences et de mensonges, a accusé le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan. Même exigence du candidat frexit aux européennes, Florian Philippot, qui laccuse dêtre un menteur de lIntérieur.

Castaner tente de clore la polémique :  Jentends le reproche qui mest fait davoir utilisé le mot attaque , a déclaré vendredi le ministre à la presse lors dun déplacement à Toulon.  Je souhaite quaucune polémique nexiste sur ce sujet et le voyant lêtre, je me dis que je naurais pas dû lemployer , a-t-il ajouté.

Députés et sénateurs socialistes et communistes ont réclamé vendredi laudition devant le Parlement de Christophe Castaner, au coeur dune polémique pour ses propos sur une attaque de lhôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière le 1er mai.

Le président des sénateurs PS, Patrick Kanner, a annoncé sur Twitter son intention de solliciter la convocation du ministre devant la commission des Lois du Sénat, pleinement justifiée selon lui par lanalyse objective des faits à la Pitié-Salpêtrière et leurs commentaires pour le moins hasardeux.

Son homologue à lAssemblée nationale, Valérie Rabault, demande elle aussi laudition de M. Castaner devant la commission des Lois de lAssemblée, estimant nécessaire que le ministre sexplique sur ses déclarations.

 Sil savérait que le ministre de lIntérieur a relayé sciemment ou pas de fausses informations ou des informations non vérifiées, se trouverait dès lors nécessairement posée la question du maintien de la confiance que lui accordent le président de la République et le Premier ministre, avec les conséquences que cela implique , écrivent les députés PS dans un courrier adressé à la présidente de la commission des Lois de lAssemblée, Yaël Braun-Pivet (LREM).

De leur côté, Eliane Assassi, présidente des sénateurs CRCE à majorité communiste, et André Chassaigne, président du groupe GDR à lAssemblée, ont demandé dans un communiqué commun, à la fois  la convocation dans lurgence du ministre de lIntérieur par les commissions des lois du Parlement et la création dune commission denquête parlementaire pour que toute la lumière soit faite sur les événements du 1er mai .

 Le ministre de lIntérieur participe volontairement à laggravation des tensions, déjà nourries par le refus du chef de lÉtat et du gouvernement dentendre les aspirations populaires , affirment-ils.  Il se révèle comme un provocateur et un manipulateur, indigne des missions de maintien de lordre public et de respect des libertés relevant de sa responsabilité .

En déplacement dans le Var, le ministre de lIntérieur reconnaît avoir employé un terme inapproprié pour désigner lintrusion de manifestants à la Pitié-Salpêtrière, le 1er mai, à Paris.

Jentends le reproche qui mest fait davoir utilisé le mot attaque. Je me dis que je naurais pas dû lemployer. Intrusion violente, terme utilisé par la directrice, est en effet mieux adapté et semble confirmé par les vidéos qui sont apparues depuis.

Pitié-Salpêtrière : Je naurais pas dû employer le terme attaque, mais intrusion violente, a déclaré Christophe Castaner pic.twitter.com/UWLrR7tRrx

Linspection générale des services de police nationale (IGPN) a été saisie après la diffusion dune vidéo sur les réseaux sociaux montrant un policier lançant un pavé lors de la manifestation parisienne du 1er mai, a-t-on appris vendredi de source policière. Le préfet de police Didier Lallement a saisi lIGPN, selon cette source policière.

La scène se déroule mercredi lors déchauffourées entre forces de lordre et militants radicaux  black blocs  pendant le défilé parisien. Sur la vidéo, on voit plusieurs CRS armés de boucliers et lanceurs de balle de défense (LBD) faire face à un attroupement tandis quà leurs pieds des pavés ont été descellés.

Le député LFI Adrien Quatennens et le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan ont appelé vendredi à la démission du ministre de lIntérieur Christophe Castaner, cible des oppositions après ses propos sur une attaque de lhôpital de la Pitié-Salpêtrière en marge du cortège du 1er mai.

Lopposition sen est pris jeudi au ministre de lIntérieur Christophe Castaner, laccusant de mentir et lui demandant de sexpliquer, après ses propos concernant une attaque de lhôpital de la Pitié-Salpêtrière en marge du cortège du 1er mai. Mercredi soir, le ministre de lIntérieur Christophe Castaner avait twitté : Ici, à la Pitié-Salpêtrière, on a attaqué un hôpital. On a agressé son personnel soignant. Et on a blessé un policier mobilisé pour le protéger. Indéfectible soutien à nos forces de lordre: elles sont la fierté de la République. Une vidéo diffusée jeudi sur Facebook contredit la version, défendue notamment par Christophe Castaner, dune attaque par des manifestants du service réanimation de lhôpital de la Pitié-Salpêtrière.

La tête de liste EELV aux élections européennes, Yannick Jadot, a demandé jeudi à Bordeaux une commission denquête parlementaire sur les incidents.

Selon lui, Christophe Castaner cherche la radicalisation de tous contre tous et dune certaine façon, instrumentalise la violence inaceptable des Black Blocs pour essayer de discréditer toute manifestation, toute expression qui nest pas lexpression du gouvernement, a-t-il ajouté. 

Les 32 gardes à vue ordonnées dans le cadre de lenquête sur une intrusion au sein de lhôpital parisien de La Pitié-Salpêtière lors du défilé du 1er mai ont toutes été levées jeudi, a indiqué le parquet de Paris.

Les investigations se poursuivent afin de faire la lumière sur toutes les circonstances de lintrusion au sein de létablissement, a ajouté le parquet. Mercredi, le ministère de lIntérieur Christophe Castaner avait dénoncé une attaque visant lhôpital, après lirruption de dizaines de manifestants, mais cette version a été battue en brèche par des témoignages et des vidéos sur les réseaux sociaux.

Accusant Christophe Castaner de mentir, lopposition demande ce jeudi au ministre de lIntérieur de sexpliquer. Pour Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, le pensionnaire de la place Beauvau doit cesser de mettre de lhuile sur le feu et doit sexpliquer sur ses déclarations démenties par les faits.  

Des dégradations et un vol ont été commis dans lhôpital de la Pitié-Salpêtrière, a indiqué la direction de lAP-HP. Cependant, il nexiste à ce stade aucun lien avec lintrusion de manifestants lors du défilé du 1er mai, a appris lAFP. 

Monsieur Castaner est un menteur, en plus dêtre un incompétent, a lancé jeudi le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon, accusant le ministre de lIntérieur davoir inventé lattaque de lhôpital parisien de la Pitié-Salpétrière en marge de la manifestation du 1er mai.

Christophe Castaner sest précipité hier soir sur les plateaux de télévision pour faire croire à une attaque dun hôpital. Le mot attaque, cest très grave, ça veut dire que des gens délibèrent de prendre dassaut un hôpital. Naturellement, ce nest pas vrai, a poursuivi le député de Marseille.

Le ministre de lIntérieur invente des informations pour discréditer les gens, pour créer du trouble, des tensions, un mauvais état desprit, a poursuivi Jean-Luc Mélenchon, interrogé dans la cité phocéenne, où il avait défilé la veille.

Edouard Philippe a dénoncé jeudi lintrusion totalement irresponsable dune trentaine de manifestants la veille dans lhôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, en sinterrogeant sur la justification de ces remises en cause dun service public.

Le fait dentrer dans un hôpital alors quon est en train de manifester (est) idiot, et au fond scandaleux. Venir perturber le fonctionnement dun service public hospitalier de cette façon est totalement irresponsable, a réagi le Premier ministre en marge dun déplacement en Charente.

Cent quatre-vingt-onze gardes à vue étaient toujours en cours jeudi matin à Paris, à la suite des interpellations réalisées dans le cadre de la manifestation du 1er mai, a indiqué le parquet de Paris.

Dans le détail, parmi les majeurs, 180 étaient encore en garde à vue jeudi matin, 37 ont été présentées à la justice dont 7 en vue dun jugement en comparution immédiate, 6 ont fait lobjet dune convocation en justice, 43 ont reçu un rappel à la loi et 37 procédures ont été classées sans suite.

Du côté des mineurs, 11 étaient en garde à vue et lun dentre eux a fait lobjet dun rappel à la loi.

Les syndicats CGT et Solidaires, de même que plusieurs responsables politiques dopposition, ont vivement critiqué le dispositif sécuritaire mis en place mercredi à Paris pour répondre aux violences des radicaux lors de la manifestation du 1er mai, mais le gouvernement sest défendu. Pour Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, il y a un problème avec le préfet de police Didier Lallement et le ministre de lIntérieur Christophe Castaner. Avant même le départ de la manifestation, en début daprès-midi, le leader syndical avait été contraint de quitter le cortège de tête, après avoir été pris à partie par des radicaux.

Trois cent quinze placements en garde à vue étaient comptabilisés à Paris mercredi à 21h45, en lien avec la manifestation du 1er mai dans la capitale, a indiqué le parquet de Paris.

La préfecture de police de Paris a dénombré de son côté 330 interpellations et plus de 15.000 contrôles préventifs effectués par les forces de lordre. Dans le détail, 303 majeurs et 12 mineurs ont été placés en garde à vue dans le capitale. 

Parmi eux, “plus de trente” lont été à la suite de lirruption de dizaines de participants au défilé dans lhôpital de la Pitié-Salpêtrière, a précisé le parquet.

Selon un comptage réalisé pour un collectif de médias par le cabinet Occurrence, quelque 40.000 personnes ont manifesté mercredi à Paris, un nombre évalué à 80.000 par la CGT.

Je regrette vraiment que la journée du 1er mai ait été volée par la violence de quelques-uns, a déclaré Christophe Castaner lors de son déplacement en début de soirée à lhôpital de la La Pitié-Salpêtrière. Lhôpital, situé à proximité de la place dItalie où le parcours de la manifestation syndicale parisienne de ce mercredi 1er mai sest terminé après des heurts, a été attaqué par des dizaines de black blocs qui auraient voulu rentrer par la sortie de secours, a affirmé le ministre de lIntérieur. 

Ici, à la Pitié-Salpêtrière, on a attaqué un hôpital. On a agressé son personnel soignant. Et on a blessé un policier mobilisé pour le protéger. Indéfectible soutien à nos forces de lordre : elles sont la fierté de la République. pic.twitter.com/BjXYFw2XzR

Dans un communiqué, le ministre de lIntérieur estime que limportant dispositif et la stratégie de maintien de lordre qui ont été mis en oeuvre dans la capitale ont démontré leur efficacité.Les contrôles préventifs ont permis dintercepter de nombreux individus équipés pour casser, souligne Christophe Castaner, qui se félicite que le nombre, la mobilité et la réactivité des forces de lordre aient permis dempêcher les nombreux casseurs présents de se constituer en black blocs. 

Le ministre de lIntérieur, Christophe Castaner est actuellement à lhôpital de la Pitié-Salpêtrière auprès du CRS blessé. 

#ChristopheCastaner, juste avant sa visite au CRS blessé : Des gens ont attaqué un hôpital. Des infirmières ont dû préserver le service de réanimation. pic.twitter.com/aKKdWFMEpP

Le ministre de lIntérieur, Christophe Castaner, sest exprimé sur Twitter. Préserver le droit de manifester, sécuriser les cortèges, contenir les débordements, interpeller les fauteurs de troubles et porter secours : une nouvelle fois, en ce 1er mai et sur lensemble du territoire, mobilisation totale des femmes et des hommes du ministère de lIntérieur, a-t-il déclaré. 

Préserver le droit de manifester, sécuriser les cortèges, contenir les débordements, interpeller les fauteurs de troubles & porter secours : une nouvelle fois, en ce #1erMai et sur lensemble du territoire, mobilisation totale des femmes et des hommes du ministère de lIntérieur. pic.twitter.com/TufzIyIK5S

A Paris, 19.785 contrôles préventifs ont été réalisés et 336 personnes ont été interpellées. 

Pour cette journée de mobilisation nationale, 24 manifestants et 14 membres des forces de lordre ont été légèrements blessés. On comptabilise 380 interpellations, dont 330 à Paris. 250 personnes ont été placées en garde à vue, dont 210 à Paris. 

164.500 personnes ont manifesté dans toute la France dont 28.000 à Paris, selon le ministère de lIntérieur. 

Dans un tweet posté cet après-midi, Emmanuel Macron évoque le 1er mai comme la fête de toutes celles et ceux qui aiment le travail, le chérissent, parce quils produisent, parce quils forment, parce quils savent que par le travail nous construisons lavenir. Merci de porter ces valeurs et doeuvrer chaque jour pour notre Nation, ajoute-t-il.  

Le #1erMai est la fête de toutes celles et ceux qui aiment le travail, le chérissent, parce quils produisent, parce quils forment, parce quils savent que par le travail nous construisons lavenir. Merci de porter ces valeurs et dœuvrer chaque jour pour notre Nation.

Sur Twitter, la préfecture de police a condamné le tag CRS = DAESH, réalisé sur une banque saccagée sur le cortège de la manifestation. Elle parle dune assimilation inadmissible et apporte son soutien et remerciements aux forces de lordre. 

#1ermai CRS=DAESH assimilation inadmissible. Soutien et remerciements aux forces de l ordre qui démontrent une nouvelle fois un engagement et une détermination sans faille. pic.twitter.com/U5jtcBeDyV

Une journaliste de lagence publique russe Ria Novosti a déclaré avoir reçu des coups de matraque de la police française au visage et au bras alors quelle couvrait les manifestations du 1er mai à Paris.

Le casque ma protégée des blessures graves, mais jai toujours mal au bras, a déclaré la journaliste Viktoria Ivanova citée par Ria Novosti en ajoutant quelle avait été frappée par la police malgré le brassard et le casque presse quelle portait.

Le ministère russe des Affaires étrangères a aussitôt réagi en appelant les autorités françaises à mener une enquête minutieuse sur cet incident. Nous jugeons inadmissible le recours à la violence à lencontre de journalistes dans lexercice de leurs activités professionnelles, a souligné le ministère dans un communiqué. 

Francis Lalanne à propos du 1er mai : Cet événement traditionnel national a été dramatisé, instrumentalisé, par le régime actuel pour créer la violence. pic.twitter.com/2S3xfCsrAN

330 personnes ont été interpellées et 17.706 contrôles préventifs ont été réalisés, à Paris, à 18h, selon la préfecture de police de Paris. 

Au total, 310.000 personnes ont manifesté, ce mercredi, dans le cadre de près de 250 manifestations et rassemblements organisés pour la journée des travailleurs, a annoncé dans un communiqué la CGT. 

Lan dernier, les manifestations avaient rassemblé 210.000 personnes selon la CGT, 143.500 selon le ministère de lIntérieur. 

Le CRS blessé vient de la compagnie de Toulouse, selon les informations de CNEWS. Le capitaine a été blessé au visage dans lexercice de sa mission. Transporté à lhôpital, il est en urgence relative. 

Selon la Préfecture de police, 15.306 contrôles préventifs ont été effectués. 288 personnes ont été interpellées. 

Une agence de la Caisse dépargne a été saccagée boulevard Saint-Marcel, non loin de la place dItalie. 

La police a tiré des gaz lacrymogènes dans le cortège et a voulu entrer dans le cortège, a déclaré Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT. 

La police a tiré des gaz lacrymogènes dans le cortège et a voulu entrer dans le cortège, raconte le secrétaire général de la CGT qui a été contraint de se mettre à labri momentanément pic.twitter.com/FaUuLWuJFH

Sur Twitter, la préfecture de police a réagi. Les forces de lordre ont pour mission de faire respecter lordre républicain qui permet à chacun dexprimer ses opinions en tout sécurité. La CGT na jamais été la cible de policiers et gendarmes qui ont assuré leur mission avec détermination face à des casseurs violents. 

Les forces de l ordre ont pour mission de faire respecter l ordre républicain qui permet à chacun d exprimer ses opinions en toute sécurité. La CGT n a jamais été la cible des policiers et gendarmes qui ont assuré leur mission avec détermination face à des casseurs violents.

206 placements en garde à vue étaient comptabilisés à Paris, à 16h, selon le parquet de Paris. 

Dans le 13e arrondissement de Paris, la situation reste tendue boulevard de lHôpital. Des canons à eau ont été utilisés pour tenter de disperser une partie des manifestants. 

A Paris, 40.000 personnes ont manifesté selon un comptage réalisé pour un collectif de médias par le cabinet Occurrence. 

Sur Twitter, la Préfecture de police indique avoir procédé à 55 interpellations dans le secteur Montparnasse. 

55 interpellations secteur #Montparnasse. Merci aux policiers et aux gendarmes pour leur intervention déterminante lors des violences et dégradations commises.

Manifestations du #1erMai : La situation se tend dans le 13e arrondissement pic.twitter.com/6V5O1vvvQB

Selon le ministère de lIntérieur, il y avait, à 14h, 151.000 manifestants dans toute la France, dont 16.000 à Paris. 

Après des tirs de projectiles, place dItalie, lieu darrivée et de fin officielle du cortège syndical, les forces de lordre ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. 

148 personnes placements en garde à vue étaient comptabilisés, à Paris, à 15h, a indiqué le Parquet de Paris. 

A la fin du cortège, boulevard du Montparnasse, la situation est détendue alors que sur le boulevard de lHôpital, des accrochages ont lieu entre les forces de lordre et des manifestants. 

La situation se tend dans le 13e arrondissement de Paris, devant un commissariat de police, proche de la place dItalie. 

Maxime Nicolle : Il y a des milliards pour les multinationales en dividendes […] et il ny a pas de milliards qui viennent pour les pauvres #1erMai pic.twitter.com/0B2XvnWJ4j

Jérôme Rodrigues : Si cest ça la nouvelle doctrine de Castaner de maltraiter les manifestants pour les empêcher de manifester, il faudrait peut-être quil revoit sa copie, le garçon #1erMai pic.twitter.com/ZwwtP5huWJ

Nouveaux chiffres communiqués par lIntérieur : 200 personnes ont été interpellées et 12.528 contrôles ont été effectués par la police.

Alexis Corbière : La manière dont les forces de lordre agissent, ce nest pas sérieux #1erMai pic.twitter.com/aTsJV2YlCp

#manifestation Laction rapide et efficace des forces de l ordre a permis de mettre fin aux exactions commises dans le secteur Montparnasse: autonomie, réactivité et mobilité sont les maîtres mots du dispositif.

A Paris, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a été contraint de quitter momentanément le cortège de manifestants après avoir été pris à partie par des black blocs. Il aurait été victime de jets de bouteilles par un groupe dindividus.

A Besançon, entre 200 et 300 gilets jaunes ont essayé de sintroduire dans un commissariat de la ville.

La tension est toujours palpable en tête du cortège de la manifestation qui commence officiellement à 14h30. Policiers et manifestants violents saffrontent depuis plus dune heure à présent.

A la mi-journée, les forces de police induquent avoir procédé à 165 interpellations et mené 9016 contrôles préventifs.

La tension est toujours vive boulevard du Montparnasse. Les policiers effectuent des charges pour disperser les manifestants. 

Depuis environ trente minutes, les policiers tirent les premiers gaz lacrymogènes de la journéee au niveau du restaurant La Rotonde, boulevard du Montparnasse. Officiellement, la manifestation commence à 14h30.

Tandis que les black blocs arrivent en tête du cortège à Montparnasse, sous les applaudissements et les chants tout le monde déteste la police, les premiers coups de matraque tombent.

Les forces de lordre traversent la foule sous les chants tout le monde déteste la police, premiers coups de matraque pic.twitter.com/uSzklcyVGp

Les blacks bloc traversent le cortège en sens inverse sous les applaudissements #1erMai pic.twitter.com/2axMyJZr6O

Selon la préfecture de police de Paris, 3.700 contrôles préventifs et 88 interpellations ont été effectuées à 11h15.

Jean-Marie Le Pen se trouve place de la Pyramide à Paris. Selon un journaliste de La Croix, le public nest pas nombreux. Lancien président dhonneur du FN affirme, sous les applaudissements, que lincendie de Notre-Dame de Paris est probablement criminel et évoque des services [secrets].

Jean-Marie Le Pen : Lincendie de #NotreDame est un incendie criminel pic.twitter.com/yduyUeCnAA

La lutte pour le climat. Bien présente à la manif du 1er-Mai à Grenoble. @LeDL_Grenoble #1erMai #Climat #Grenoble pic.twitter.com/JW8dNz5g94

Au Mans, 1.500 personnes ont répondu présentes à la manifestation du 1er mai. Plus de 100 gilets jaunes faisaient partie du cortège. Vers 12 heures, les manifestants étaient de nouveau devant la Préfecture pour la prise de parole des leaders syndicaux.

#lemans manif du 1er mai : un cortège qui tient la route avec au moins 1500 personnes , peut être même plus. Ils passent actuellement au jacobin et partent vers la préfecture pic.twitter.com/GwFycApBtu

35 personnes avaient été interpellées à 11 heures à Paris, selon la préfecture de police à franceinfo.

La convergence des luttes entre syndicats et gilets jaunes sopère à Nice. Une grande mobilisation en ce #1erMai2019 depuis longtemps.#GiletsJaunes #1erMai #Nice06 pic.twitter.com/qdJB4lSpej

Le cortège syndical parisien, à lappel de la CGT, FSU, Solidaires, lUnef, lUNL et FO, sélancera à 14h30 de Montparnasse à la place dItalie.

Les gilets jaunes investissent la place près de la Gare Montparnasse à Paris à quelques heures du début du cortège qui se rendra Place dItalie. #AFP pic.twitter.com/DiNp7RAL5d

Les manifestants arrivent aux abords de lHôtel de Ville #1erMai #1erMai2019 #Rouen #GiletsJaunes #GiletsJaunesNormandie #Syndicats #CGT pic.twitter.com/2ntbf3HzZq

Le cortège du #1erMai #1Mai sélance à Marseille #Giletsjaunes #FêteDuTravail pic.twitter.com/VlRgWAGYi5

La manif du #1erMai commence place Delille à #ClermontFd avec les Gilets jaunes en tête de cortège. pic.twitter.com/OMOFDg7u5S

La manif du #1erMai commence place Delille à #ClermontFd avec les Gilets jaunes en tête de cortège. pic.twitter.com/OMOFDg7u5S

À Paris, début du rassemblement des gilets jaunes à Montparnasse pour le 1er mai. #AFP pic.twitter.com/jvma2Yk0oe

Avant 8h30, la police a déjà procédé à des interpellations, a indiqué le porte-parole de la police nationale, Michel Lavaud, au micro de franceinfo. Nous avons plusieurs interpellations, en cours de décompte, dans le cadre de contrôles préalables à Paris et dans toutes les villes où la vigilance est de mise, notamment pour détention dobjets illicites, port darmes réelles ou par destination, a-t-il déclaré.

Le gouvernement redoute la présence de 1 000 à 2 000 activistes radicaux, selon le terme employé par le ministre de lIntérieur Christophe Castaner. Emmanuel Macron a quant à lui réclamé que la réponse aux black blocs soit extrêmement ferme.

La porte-parole de Force Ouvrière, Nathalie Arthaud, a dénoncé sur France 2 un climat de psychose entretenu par le gouvernement au sujet de cette manifestation du 1er mai. Depuis 2 jours le gouvernement crée la psychose, mais ça ne mempêchera pas daller manifester.

Plus de 7 400 policiers et gendarmes mobilisés à Paris. Le ministre de lIntérieur, Christophe Castaner, justifie cet important dispositif de sécurité par le fait que des appels à transformer la ville en capitale de lémeute circulent sur les réseaux sociaux.

Les commerces devront être barricadés sur le parcours principal. Le préfet de police de Paris a déjà ordonné la fermeture des commerces, débits de boissons et restaurants sur le parcours du cortège intersyndical parisien, le temps de la manifestation (qui est autorisée et doit sélancer à 14h30 de Montparnasse pour rejoindre la place dItalie).

Plus de 7.400 membres des forces de lordre seront déployés mercredi lors de la manifestation du 1er mai à Paris, a déclaré le ministre de lIntérieur, Christophe Castaner, qui promet la plus grande vigilance face à la présence annoncée de 1.000 à 2.000 activistes radicaux aux côtés dultra jaunes, des gilets jaunes radicalisés.

Daprès les informations dont nous disposons, 1.000 à 2.000 activistes radicaux, possiblement renforcés dindividus venant de létranger pourraient tenter de semer le désordre et la violence. Ils devraient être rejoints par plusieurs milliers de ce quil convient désormais dappeler des ultra jaunes, ces gilets jaunes qui se sont peu à peu radicalisés, a précisé le ministre lors dune conférence de presse organisée ce mardi 30 mai.  

La liste pour les élections européennes du mouvement Jaunes et citoyens conduit par Jean-François Barnaba a rejoint celle de Florian Philippot, partisan dune sortie de la France de lUE, ont annoncé mardi les deux formations. 

La facture des mesures liées au mouvement des gilets jaunes atteint 17 milliards deuros, selon Bruno Le Maire, a indiqué mardi le ministre de lEconomie et des Finances Bruno Le Maire. Au total, on est sur 17 milliards deuros environ, a déclaré M. Le Maire sur France 2, en promettant de compenser en partie cette facture par des mesures déconomies sur la dépense publique.

Sur ces 17 milliards, dix milliards correspondent aux mesures annoncées en décembre par le chef de lEtat, comme la revalorisation du Smic et la défiscalisation des heures supplémentaires, entrées en vigueur en janvier 2019, a détaillé le ministre.

A ces dix milliards sajoutent les cinq milliards de baisse dimpôt sur le revenu, prévus pour 2020, et le coût de la réindexation sur linflation des petites retraites, chiffré par Bercy à 1,4 milliard deuros.

Le plan daction du gouvernement à 6 mois présenté lundi pour commencer à mettre en oeuvre les annonces dEmmanuel Macron après cinq mois de crise des gilets jaunes est une pluie de confettis, a estimé mardi Marine Le Pen.

En fait il ny a pas de mesures. Cest une pluie de confettis quil a envoyée. Il ny a rien de sérieux, il ny a rien de tangible, a affirmé sur Sud Radio la présidente du Rassemblement national, dont la liste aux élections européennes talonne dans les sondages celle de la majorité. Le Premier ministre vient nous voir en nous disant écoutez on a réfléchi à rien, on ne sait absolument pas ce quon va faire, donc il faut quand même prendre un peu recul sur lélection présidentielle de 2022, a-t-elle ironisé.

Suicidez-vous, suicidez-vous : un homme, jugé pour avoir participé aux appels au suicide lancés aux policiers lors de lacte 23 des gilets jaunes, a été condamné mardi à huit mois de prison avec sursis par le tribunal de Paris. Ce cuisinier au chômage, âgé de 49 ans, devra également accomplir 180 heures de travail dintérêt général, avec obligation de trouver un travail et de verser 500 euros à chacun des deux policiers qui ont porté plainte au titre du préjudice moral.

Le CHU de Toulouse a indiqué lundi avoir porté plainte contre X pour violation du secret médical, après une fuite de dossiers médicaux de gilets jaunes blessés à lappui daccusations de fichage, quil a rejetées.

Une enquête interne sera aussi lancée, avec gel des bases informatiques, pour que le(s) agent(s) qui ont extrait et transmis ces données à plusieurs organes de presse, répondent de leurs actes, a-t-on indiqué au CHU. 

Des captures décran de plusieurs de ces dossiers — précisant la nature des blessures des admis aux urgences et le contexte de manifestations de gilets jaunes — ont été publiés lundi sur le site internet de France 3 Occitanie, avec les noms des patients masqués.  Ensuite retirées, à la demande du CHU, ces pièces avaient été présentées comme témoignant dun fichage, via lutilisation du système dinformation pour le suivi des victimes, SI-VIC. 

Après la mise en cause par le Canard enchainé du recours à ce fichier dans le contexte de la crise des gilets jaunes, lAssistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et lagence régionale de santé (ARS) dIle-de-France en ont reconnu un usage inapproprié et ont lancé une mission denquête. 

Mais selon le CHU, ses dossiers mis en ligne proviennent dun autre logiciel, [email protected], mis en place à Toulouse depuis 2005 pour faciliter la transmission dinformations médicales et ainsi offrir des soins adaptés, en période de crise et de forte affluence. Ce logiciel, activé à de multiples reprises depuis, ne sert nullement à ficher les individus, les informations quil contient ne sont en aucun cas transmises à des tiers et notamment aux forces de lordre, a affirmé le CHU. 

La préfecture du Calvados a annoncé lundi que le centre-ville de Caen serait interdit le 1er mai à toute manifestation autre que celle déclarée par lintersyndicale alors que des gilets jaunes disent vouloir se joindre au cortège.

Le préfet du Rhône a pris un arrêté interdisant de manifester dans lhyper-centre de Lyon le 1er Mai, alors même que le traditionnel cortège syndical navait pas prévu dy passer.

Depuis plusieurs semaines, des manifestations perturbent chaque samedi le centre-ville de Lyon et engendrent des atteintes répétées aux personnes et aux biens, qui se concentrent notamment sur les commerces et le mobilier urbain, explique la préfecture dans un communiqué publié, ce lundi 29 avril.

Il sera donc interdit de manifester dans et autour la principale artère commerçante de la presquîle, la rue de la République, de 11H00 à 20H00.

Le défilé du 1er Mai, organisé à lappel de la CGT, FSU, Solidaires, lUnef, lUNL et la CNT, doit partir à 10H30 de la place Jean Macé pour rejoindre la place Bellecour. Dautres appels à manifester ont été lancés sur les réseaux sociaux afin de rejoindre le cortège principal, précise la préfecture.

Le reporter Gaspard Glanz pourra se trouver à Paris le 1er Mai et les prochains samedis après la levée par le tribunal de Paris de son contrôle judiciaire qui lui interdisait dêtre dans la capitale ces jours-là.

Gaspard Glanz avait été interpellé le 20 avril, lors du 23e week-end de mobilisation des gilets jaunes, après avoir fait un doigt dhonneur aux forces de lordre. Devant être jugé le 18 octobre pour outrage sur personne dépositaire de lautorité publique, il avait été placé sous contrôle judiciaire par un juge des libertés et de la détention (JLD) la semaine passée.

Le tribunal a reconnu lirrégularité de lordonnance de placement sous contrôle judiciaire, en raison de labsence de motivations, comme le réclamaient les avocats de Gaspard Glanz, Me Raphaël Kempf et Ainoha Pascual.

Cest une excellente nouvelle. Le tribunal a dit et a rappelé que le JLD devait motiver un placement sous contrôle judiciaire. Depuis une semaine, nous ne savions pas les raisons qui avaient conduit le juge des libertés et de la détention à placer Gaspard Glanz sous contrôle judiciaire, a réagi Me Kempf. Le tribunal correctionnel vient rappeler un principe du droit qui est que tout citoyen qui fait lobjet dune mesure de justice doit pouvoir en comprendre les raisons, a-t-il ajouté.

Après la décision, le reporter indépendant de 32 ans a annoncé quil serait présent le 1er Mai à Paris pour couvrir les manifestations.

Quelques jours après les annonces dEmmanuel Macron en réponse à la crise des gilets jaunes, le gouvernement a commencé à satteler lundi au casse-tête de lapplication et du financement des mesures, en invitant les parlementaires à se joindre à sa réflexion lors dun séminaire à Matignon.

La doctrine du maintien de lordre instaurée depuis cinq semaines pour muscler la réponse face aux casseurs va être mise à lépreuve lors du défilé du 1er Mai à Paris, que gilets jaunes et black blocs veulent transformer en capitale de lémeute. Zone dinterdiction de manifester, contrôles préventifs, unités anti-casseurs plus réactives, commandement unique, utilisation de drônes : depuis larrivée du nouveau préfet de police Didier Lallement, les manifestations parisiennes de gilets jaunes sont encadrées par un maintien de lordre se voulant plus efficace. Le changement de doctrine est intervenu après plusieurs épisodes spectaculaires de violences, dégradations et pillages lors des manifestations.

Eric Ciotti, député LR, a jugé lundi que le climat, à lavant-veille des défilés du 1er mai, était préoccupant et inquiétant, regrettant que les groupuscules dextrême gauche, notamment les black blocs, ne soient pas interdits de manifester.

Le climat est préoccupant et inquiétant, a affirmé M. Ciotti sur France 2. Mais je fais confiance aux forces de police et de gendarmerie, beaucoup moins au ministre de lIntérieur (Christophe Castaner, NDLR) parce que depuis cinq mois, il na pas pris les bonnes décisions, il na pas donné aux forces de lordre les moyens de leur action, a ajouté le député, faisant allusion aux manifestations des gilets jaunes, chaque samedi depuis le 17 novembre dernier.

Des manifestants gravement blessés par les forces ont annoncé dimanche à Gennevilliers (Hauts-de-seine) se constiuer en collectif et appellent à une grande manifestation nationale à Paris le 26 mai. 

A 18h, 23.600 gilets jaunes étaient dans les rues en France, selon les autorités, dont 2.600 à Paris.

Les gilets jaunes ont pour leur part comptabilisé 60.132 manifestants minimum selon un décompte provisoire. La semaine dernière, le ministère avait comptabilisé 27.900 manifestants, dont 9.000 dans la capitale.

Le dernier carré de gilet jaunes se dispersait samedi en fin daprès-midi à Strasbourg en dépit de quelques incidents sporadiques avec les forces de lordre, après une manifestation marquée par 26 interpellations et de nombreuses dégradations, selon la préfecture du Bas-Rhin.

Parti à 13H00 de la place de lEtoile, non loin du centre, le cortège de 2.000 manifestants (chiffre de la préfecture) a tenté jusquen milieu daprès-midi, sans y parvenir, de rejoindre les institutions européennes.

Les forces de lordre lui ont barré la route, en répliquant aux jets de projectiles (pavés, bouteilles…) par des tirs nourris de grenades lacrymogènes, tandis quun hélicoptère de la gendarmerie tournoyait inlassablement dans le ciel.

Selon la préfecture, de nombreuses dégradations ont été constatées (éléments du mobilier urbain détériorés et brûlés, vol de matériel de chantier, etc.) au cours de la journée.

Selon le ministère de lIntérieur, 5.500 personnes ont manifesté en France, dont 2.600 à Paris, à 14 heures. La semaine dernière, ils étaient 9.600 en France, dont 6.700 à Paris.      

Dans la capitale, parmi les 2.600 gilets jaunes 2.000 dentre eux ont manifesté dans le cadre dun appel de fédérations et unions départementales CGT. La semaine dernière à la même heure, les manifestants étaient 9.600 en France, dont 6.700 à Paris.

Une marche sur les médias a été organisée en parallèle de la manifestation au départ du quartier de Montparnasse. 

Un cortège est parti de Montparnasse à la mi-journée et a pris le chemin du boulevard Raspail dans la capitale. Les syndicats battent le pavé aux côtés des gilets jaunes.

Le député LFI des Bouches-du-Rhône, Jean-Luc Mélenchon, se trouve dans le cortège avec le député du Nord, Adrien Quatennens. 

Après Toulouse pour lacte 23 du mouvement, les regards se sont tournés vers Strasbourg, où plusieurs centaines dentre eux ont commencé à converger dans le calme à la mi-journée vers la place de lEtoile, non loin du centre-ville.

A un mois des élections européennes, les organisateurs de cette manifestation nationale et internationale espèrent attirer dans la ville siège du Parlement européen des manifestants allemands et belges

Plusieurs milliers de Libyens, dont certains arborant un gilet jaune, ont de nouveau manifesté vendredi sur la place principale de Tripoli pour dénoncer loffensive militaire du maréchal Khalifa Haftar et la France quils accusent de le soutenir.

Des rassemblements similaires, reprenant le vêtement devenu le symbole dune contestation lancée en France depuis mi-novembre contre le gouvernement et le président français Emmanuel Macron, sétaient déjà tenues mardi et vendredi dernier sur lemblématique place des Martyrs de la capitale libyenne.

Deux jours après les annonces dEmmanuel Macron, les gilets jaunes battront à nouveau le pavé samedi pour lacte 24 de leur mouvement, à Strasbourg, où un appel international a été lancé, mais aussi à Toulouse ou Paris, avec une fois encore la crainte de débordements.

Deux couples de gilets jaunes habitant dans les Alpes-de-Haute-Provence ont été mis en examen pour association de malfaiteurs après une série de sabotages sur les réseaux dautoroute, de téléphone ou dénergie dans le sud-est, a-t-on appris vendredi auprès du parquet.

La préfecture de Saône-et-Loire a interdit laccès au sommet de la Roche de Solutré pour la journée de samedi afin dy empêcher une action prévue par le mouvement des gilets jaunes. Ceux-ci envisageaient de déployer un gilet jaune géant sur la célèbre falaise et dy créer des cordées pour rappeler à notre gouvernement que le premier de cordée est bloqué si les derniers de cordée ne peuvent avancer, selon un communiqué des organisateurs de lévénement.

Le ministre de lIntérieur Christophe Castaner a déploré vendredi que les réactions des gilets jaunes aux annonces dEmmanuel Macron aient été déjà écrites avant lintervention du chef de lEtat qui sest adressé aux Français, pas aux 30.000 manifestants rassemblés tous les samedis.

Une enquête a été ouverte par le parquet dAjaccio après lincendie qui a détruit la cabane dun groupe de gilets jaunes dans la nuit de mercredi à jeudi à la sortie de la ville.

Cette cabane faite de palettes avait été construite en début dannée par la poignée de gilets jaunes que compte le mouvement à Ajaccio. La piste dun incendie volontaire est pour linstant retenue. Mais nous navons pas déléments précis sur lauteur des faits, a insisté Eric Bouillard, le procureur de la République dAjaccio.

Thierry Paul Valette, issu du collectif des gilets jaunes citoyens et qui comptait emmener une liste pour les élections européennes, a jeté léponge en appelant les gilets jaunes à sunir, au lendemain de la conférence dEmmanuel Macron.

Le chef de lEtat a manqué le rendez-vous crucial quil avait avec les citoyens (…) De nos cinq mois de mobilisation il na rien retenu (…) Aucune réponse politique na été apportée, a déploré M. Valette dans un communiqué, en estimant que le mouvement des +gilets jaunes+ doit donc se maintenir et se structurer.

Le préfet du Bas-Rhin a décidé jeudi dinterdire par arrêté toute manifestation samedi dans plusieurs endroits de Strasbourg, où un appel à un rassemblement national de gilets jaunes a été lancé. Compte tenu des risques de troubles à lordre et à la tranquillité publique, toute manifestation est interdite le samedi 27 avril sur une partie de lellipse insulaire (lîle du centre-ville historique de Strasbourg, ndlr), le parvis de la gare, ainsi que les abords des institutions européennes par arrêté préfectoral, a indiqué la préfecture dans un communiqué.

Emmanuel Macron débutera la conférence de presse, retransmise par les principales chaînes de télévision et de radio, par une déclaration dune vingtaine de minutes qui donnera des perspectives et un cap, selon lElysée. Puis il entrera dans le détail des mesures en répondant aux questions des journalistes français et étrangers. Il devrait ainsi préciser les conditions de baisses dimpôts pour les classes moyennes, de réindexation des retraites inférieures à 2.000 euros ou la promesse de ne pas fermer décoles ou dhôpitaux jusquà la fin du quinquennat.

La secrétaire dÉtat à lÉconomie Agnès Pannier-Runacher a fait état mercredi dune nouvelle augmentation de plus dun millier du nombre de commerçants ayant bénéficié de délais de paiement et de reports de charges sociales ou fiscales à la suite du mouvement social des gilets jaunes. 

Au 28 mars, au total, 8.877 entreprises ont bénéficié de mesures de délais de paiement et de reports de charges sociales, et 1.865 entreprises de mesures de délais de paiement et de reports de charges fiscales, soit une hausse de plus de 1.000 commerces en quinze jours, a indiqué Mme Pannier-Runacher au cours dun point presse après une rencontre avec des associations du secteur. 

La secrétaire dÉtat avait convié dix associations locales de commerçants à Bercy pour un cinquième tour de table depuis le début de lannée, en compagnie dOlivier Dussopt, secrétaire dÉtat auprès du ministre de lAction et des comptes publics. 

Certains saluent un premier pas dunion, dautres dénoncent un calcul opportuniste : en appelant à la création dune fédération populaire après les Européennes, Jean-Luc Mélenchon tente de replacer une France insoumise en difficulté au centre du jeu à gauche.

Une gilet jaune amiénoise dune quarantaine dannées a déposé plainte contre X pour violences, affirmant avoir reçu un coup de matraque dans le dos par un policier qui lui a fait perdre connaissance samedi à Paris. On ne peut pas laisser impuni ce genre de geste. Cest une femme qui ne représente aucun danger dans une manifestation autorisée, sinsurge Me Zineb Abdellatif, qui a déposé plainte mardi, confirmant une information du Courrier picard.

La direction des hôpitaux publics de Paris a reconnu quun fichier nominatif, recensant les blessés pris en charge lors de grands événements, notamment les manifestations de gilets jaunes, avait parfois inclus de manière inappropriée des précisions de nature médicale, une pratique quelle entend corriger.

Selon le Canard Enchaîné de mercredi, qui a eu accès à des données issues de ce fichier, certaines des fiches concernées comportent, à la case commentaire, des précisions sur le type de blessure, comme Tir flash-ball: plaie arcade, ou problème au poignet, suite coup de matraque selon le patient.

Le fichier SI-VIC (système dinformation pour le suivi des victimes), mis en place après les attentats de 2015 pour faciliter lidentification et la prise en charge des victimes, ne comporte sur sa page principale, aucune ligne qui aurait pour objet ou pour effet de recueillir des informations médicales, a rappelé dans un communiqué la direction de lAssistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Cependant, il apparaît que les onglets “commentaire” de lapplication ont pu être utilisés pour mentionner des éléments de nature médicale, de façon marginale, et inappropriée, reconnaît la direction.

Eric Drouet, lun des leaders du mouvement des Gilets jaunes, a annoncé ce mercredi sur sa page Facebook La France énervée vouloir prendre une pause, voire plus peut être, se disant fatigué notamment en raison des menaces sur sa famille, des insultes, et des foulards rouges. Tout nest pas fini mais là je suis au bout de mes forces, a-t-il indiqué. 

Il assure que rien nétait à lui : un pompier du Val-dOise soupçonné dappartenir aux Black blocs, interpellé samedi avec des cocktails Molotov et feux dartifice lors de lacte 23 des Gilets jaunes, a été condamné mardi à dix mois demprisonnement avec sursis. Trois autres hommes arrêtés avec lui ont écopé de peines allant de huit à dix mois avec sursis, là où le parquet réclamait un an avec sursis pour la plupart dentre eux.

Une longue conférence de presse à lElysée, à lancienne, comme François Hollande ou Nicolas Sarkozy : Emmanuel Macron se livrera pour la toute première fois jeudi à cet exercice typique de la Ve République pour sortir de la crise des gilets jaunes.

A 18H00 dans la salle des fêtes de lElysée, plusieurs centaines de journalistes se retrouveront face au chef de lEtat en présence de nombreux ministres. Après une introduction, il se prêtera au jeu des questions-réponses sur ses mesures destinées à répondre à la crise des gilets jaunes qui ébranle lexécutif depuis cinq mois.

Un gilet jaune de 52 ans qui avait apposé à larrière de son fourgon, en Tarn-et-Garonne, une affiche flic suicidé, à moitié pardonné, les autres nous mutilent, sera jugé le 12 juillet à Montauban pour outrage, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Le message, écrit sur fond jaune, a été découvert sur la lunette arrière de la camionnette par des passants, à Caussade. Prévenue, la gendarmerie a placé le propriétaire du véhicule en garde à vue en fin de semaine dernière. 

Plusieurs membres du bureau fondateur du parti Les Emergents, fondé en janvier par Jacline Mouraud figure des gilets jaunes, ont annoncé mardi leur démission, mettant notamment en cause le culte de la personnalité de la dirigeante.

Le député LFI Eric Coquerel a condamné mardi les slogans Suicidez-vous lancés aux forces de lordre samedi à Paris lors de lacte 23 des gilets jaunes, tout en estimant que l”escalade voulue par lEtat” crée un contexte pas sain.

Chaque mouvement de ce type, à un moment donné, suscite des slogans quon ne revendique pas par la suite, a-t-il relevé sur Europe 1 en notant que celui de CRS=SS en mai 1968 nétait pas dune intelligence folle.

Deux gilets jaunes ayant tenté de manifester dimanche soir dans le centre ville du Touquet lors du séjour privé dEmmanuel Macron seront jugés en août pour attroupement interdit, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Boulogne-sur-Mer.

Un homme et une femme seront jugés pour une infraction de participation à un attroupement sans arme après sommation de se disperser, a précisé à lAFP le procureur de la République Pascal Marconville, confirmant des informations de la presse locale.

Selon le magistrat, une vingtaine de personnes ont subitement revêtu un gilet jaune et ont tenté de manifester dans le centre ville du Touquet dimanche soir.

Le journaliste Gaspard Glanz, interpellé samedi lors de la manifestation des gilets jaunes, sest vu remettre lundi une convocation pour être jugé le 18 octobre au tribunal de Paris, a-t-on appris auprès dun de ses avocats.

Il sera jugé pour outrage sur personne dépositaire de lautorité publique, selon Me Raphaël Kempf et le parquet de Paris. Dici cette date, il a pour interdiction de paraître à Paris tous les samedis et le 1er mai, conformément aux réquisitions du parquet, a indiqué son avocat.

Sur Twitter, Me Kempf a annoncé quil allait contester cette décision qui porte atteinte à la liberté de la presse et à celle de travailler, M. Glanz sétant spécialisé dans la couverture de mouvements sociaux et notamment de celui des gilets jaunes. 

A la tête lagence Taranis News, le journaliste avait été placé en garde à vue, samedi, après avoir été interpellé place de la République.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête après que des manifestants aient scandé suicidez-vous face à des membres des forces de lordre lors du 23ème week-end de mobilisation des gilets jaunes à Paris. 

Cest lors dune manifestation non déclarée à Gare du Nord, samedi, que les forces de lordre ont interpellé un groupe dindividus. Parmi eux, un pompier du Val dOise dont le sac comportait notamment de quoi faire des cocktails Molotov.

Il faut que les violences sarrêtent !, a déclaré Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la maire de Paris Anne Hidalgo, après une nouvelle journée de manifestation des gilets jaunes, marquée par des échauffourées à Paris.

Les habitants en ont assez (…) Il nest pas acceptable que des gens crient suicidez-vous à la police place de la République, a déclaré à lAFP Emmanuel Grégoire. Selon ladjoint, qui se trouvait dans laprès-midi au centre de veille opérationnelle avec Anne Hidalgo, les dégâts sont de nouveaux très importants.

Sur tout le trajet entre Bastille et République en allant vers Goncourt, il y a de la casse de mobilier urbain et les commerces sont très touchés, a-t-il déploré. Les résultats du dispositif de sécurité mis en place ne sont pas satisfaisants, a-t-il souligné. On sétonne du parcours des deux cortèges de manifestants, qui conduit à léparpillement dans les petites rues de petits groupes que la police a du mal à appréhender, a-t-il expliqué.

Si lidée cest de protéger les Champs-Elysées pour quil y ait des dégâts ailleurs ça ne va pas !, a-t-il insisté. Il faut que la police adapte son dispositif pour que les fauteurs de trouble soient interpellés. Il faut que la peur change de camp, a-t-il tonné, en dénonçant un sentiment dimpunité chez les casseurs.

Invitée sur CNEWS, Perrine Sallé, la porte-parole du mouvement des Femmes des Forces de lOrdre en Colère (FFOC) a exprimé son dégoût après que certains gilets jaunes aient scandé suicidez-vous à des membres des forces de lordre, lors de la 23ème journée de mobilisations.

Perrine Sallé sur les suicidez-vous scandés aux policiers : aucun mot pour qualifier mon dégoût, ma haine par rapporte à ce terme #GiletsJaunes pic.twitter.com/27xwzgTmUR

Plusieurs milliers de gilets jaunes, selon la préfecture, étaient une nouvelle fois au rendez-vous samedi dans le centre de Toulouse, théâtre en fin daprès-midi déchauffourées entre manifestants et forces de lordre.

Deux journalistes ont par ailleurs été blessés par une grenade de désencerclement, selon leur témoignage ou celui de leur employeur.

Dans un communiqué, la préfecture de Haute-Garonne a dénombré deux blessés en urgence relative en début de soirée, mais il était impossible de vérifier sil sagissait des deux journalistes. 

Elle a fait également état de 17 interpellations, notamment pour des jets de projectiles, violences sur personnes dépositaires de lautorité publique ou outrages.

Touché par une grenade de désencerclement envoyée en cloche, a twitté Kevin Figuier, photographe et rédacteur indépendant de 27 ans. Jai vu la grenade dans les airs et heureusement je me suis tourné sinon je laurais reçu en pleine figure, a-t-il dit à lAFP, indiquant quil allait saisir lIGPN. Il a une plaie au mollet droit et un hématome au dos.

Selon le ministère de lIntérieur, 249 personnes ont été interpellées et 182 manifestants ont été placés en garde à vue en France

Selon les chiffres du ministère de lIntérieur, 27.900 gilets jaunes étaient dans les rues en France, dont 9.000 à Paris, pour cette nouvelle journée de mobilisation. 

Des chiffres en hausse. Samedi dernier, 31.100 personnes avaient défilé dans le pays, dont 5.000 dans la capitale, selon des chiffres officiels régulièrement contestés par les gilets jaunes.

Selon la préfecture de police, 227 personnes ont été interpellées et 20.518 contrôles préventifs ont été menés.

Alors que lordre de dispersion a été donné, il est toujours impossible pour les manifestants de sortir du cortège à Paris.

A 16h30, 189 personnes ont été interpellées, selon la préfecture de police. De même, la police a mené 17.567 contrôles préventifs.

Selon les chiffres de lIntérieur, il y a 9.600 participants en France pour ce 23e week-end de mobilisation, dont 6.700 à Paris.

Des chiffres en hausse par rapport à la semaine précédente. Samedi dernier, à la même heure, ils étaient 7.500 dans tout le pays, dont 1.300 dans la capitale. Au final, le ministère avait recensé ce jour-là 31.000 manifestants en France, dont 5.000 à Paris, selon des chiffres officiels régulièrement contestés par les manifestants.

Selon le parquet de Paris, 110 personnes ont été placées en garde à vue dans la capitale, en marge du mouvement des gilets jaunes. 

Au total, à ce stade de la journée, 137 personnes ont été interpellées, et 14.044 contrôles préventifs ont été effectués dans la capitale, selon la préfecture de police de Paris. 

Les premiers heurts entre manifestants et forces de lordre ont éclatés en début daprès-midi, notamment autour du boulevard Richard-Lenoir (11e arrondissement). Du mobilier urbain a notamment été incendié.

Le nombre dinterpellations à Paris grimpe à 126. Par ailleurs, 11.062 contrôles préventifs ont été effectués. 

Emmanuel Macron recevait le ministre de lIntérieur Christophe Castaner ce samedi midi à lÉlysée, pour faire un point de situation sur cette nouvelle journée de mobilisation. 

Plusieurs centaines de manifestants défilent dans le secteur de la Gare du Nord, où ils nont pas obtenu lautorisation de manifester. 

Les premiers manifestants se sont réunis ce matin à Bercy. Pour linstant, ils sont une centaine. 

Emmanuel Macron annoncera jeudi ses réponses au grand débat à 18H00 lors dune conférence de presse, après lannulation de son allocution lundi en raison de lincendie de Notre-Dame, a annoncé vendredi lElysée. Le président de la République sexprimera à lissue du Grand débat national et répondra à vos questions lors dune conférence de presse au Palais de lÉlysée, précise un communiqué de la présidence

Un gilet jaune blessé le 9 février va déposer vendredi une plainte contre X, soupçonnant un possible fichage illicite par lhôpital parisien layant opéré, a annoncé son avocat à lAFP.

Ce jour-là, à proximité de lAssemblée nationale, ce manifestant âgé de 30 ans, Sébastien Maillet, avait eu la main arrachée par une grenade GLI-F4 qui avait explosé. Il avait ensuite été opéré à lhôpital européen Georges-Pompidou, dans le XVe arrondissement de la capitale.

Plus de 60.000 policiers et gendarmes seront mobilisés en France samedi  20 avril pour lacte 23 des gilets jaunes, a annoncé  Christophe Castaner, qui affirme que les casseurs seront à nouveau au rendez-vous.

Selon le ministre, les casseurs se sont à nouveau donné rendez-vous demain, dans certains villes de France, à Toulouse, à Montpellier, à Bordeaux et en particulier à Paris. Leur objectif affiché est clair : reproduire le 16 mars, a poursuivi le ministre en référence à lacte 20 des gilets jaunes, pendant lequel les Champs-Elysées avaient été lobjet de saccages et de scènes de chaos, entraînant le limogeage du préfet de police de Paris.

Dans la capitale, deux secteurs seront interdits à la manifestation samedi : les Champs-Elysées mais aussi Notre-Dame et ses abords après lincendie qui a en partie détruit la cathédrale. Présent lors de la conférence de presse, le préfet Lallement a également annoncé avoir interdit deux manifestations, dont le trajet initial prévoyait un départ depuis le secteur de Bercy, dans lest de la capitale pour rejoindre les Halles ou la place de lEtoile.

Un gilet jaune blessé le 9 février va déposer vendredi une plainte contre X, soupçonnant un possible fichage illicite par lhôpital parisien layant opéré, a annoncé son avocat à lAFP. Ce jour-là, à proximité de lAssemblée nationale, ce manifestant âgé de 30 ans, Sébastien Maillet, avait eu la main arrachée par une grenade GLI-F4 qui avait explosé. Il avait ensuite été opéré à lhôpital européen Georges-Pompidou, dans le XVe arrondissement de la capitale.

Sa plainte repose sur un article publié mercredi par la Canard enchaîné. Lhebdomadaire fait état dun recensement nominatif par les hôpitaux parisiens des personnes blessées lors des manifestations des gilets jaunes, dans un fichier appelé SI-VIC (système dinformation pour le suivi des victimes), et mis en place après les attentats de 2015 pour faciliter lidentification des victimes dattaques.