On est chez nous : Génération identitaire a manifesté à Paris – Valeurs Actuelles

Quelques centaines de militants identitaires ont défilé, dimanche 17 novembre, dans Paris, où ils ont pu entonner leurs slogans racistes et anti-immigrés en toute tranquillité, au lendemain de linterdiction de plusieurs rassemblements de  gilets jaunes  dans la capitale.

 Pas dislamistes dans nos quartiers ! Une seule solution, cest la remigration ! On ne vous entend pas !!! , hurle Clément Gandelin dit  Galant , le président de Génération identitaire, juché sur une petite camionnette bardée du slogan  Stop à lislamisme . Place Denfert-Rochereau, à Paris, quand démarre vers 14 h 30 la manifestation dextrême droite, le cortège ne compte que quelques centaines de personnes, et elles ne font encore pas assez de bruit pour les organisateurs.

Le Journal InternationalFranceÉconomieCultureDossiers Fil d'actualités Journal imprimé Le Studio

Sur les réseaux sociaux, quelques commentateurs ont moqué le faible nombre de participants de la manifestation, notamment à partir de cette vidéo, offrant une vue lontaine. Même si un proche de lorganisation assure à Checknews que ces images ne montrent que la première partie du cortège. Cette même source revendiquant 500 participants.

Le mouvement Génération identitaire a tenu, ce 17 novembre, une marche à Paris contre les islamistes, en réaction, en particulier, à l'attentat de la préfecture de Paris d'octobre. Des slogans appelant à la réémigration s'y sont fait entendre.

Une centaine de personnes arborant des drapeaux régionaux et français ont défilé depuis la place Denfert-Rochereau à Paris, le 17 novembre, à lappel du «Collectif stop islamisme» et de lorganisation anti-immigration radicale Génération identitaire. «Face aux islamistes Défendons la France», pouvait-on lire en mot dordre de lappel à manifester diffusé sur Facebook.

#generationidentitaire 300 a 500 personnes défilent au refrain de “ici cest chez nous ” a Paris ce dimanche après-midi. Un rassemblement lancé a linitiative de génération identitaire. pic.twitter.com/ED8K1HkrFR

«Nous voulons la réémigration. Pas dislamistes, pas dattentat», scandaient, entre autres slogans, les manifestants, selon le reporter de RT France présent sur place. 

Le magazine lIncorrect (défendant lunion des droites), sans donner de chiffres, évoquait pour sa part peu de participants mais insistait sur le fait quil étaient jeunes et très déterminés.

"Nous voulons la remigration. Pas d'islamistes, pas d'attentat" une centaine de participants à la #ManifStopIslamismepic.twitter.com/7rYX2ONqO4

“Une seule solution, cest la #remigration” scandent les Identitaires à la #ManifStopIslamisme. Peu de participants, mais des manifestants jeunes et très déterminés. pic.twitter.com/JQulZLhcDp

Certains manifestants arboraient des portraits dauteurs dattentats islamistes en France, comme celui du terroriste responsable de lattaque sanglante de lHyper casher à la Porte de Vincennes à Paris en janvier 2015, Amedy Coulibaly. 

Un aperçu des slogans chantés à la manif dextrêmedroite #StopIslamisme … “Ici, cest Pariiiiisss, cest pas pas lAlgériiiiieeeee…” pic.twitter.com/heOGNL5InE

Des manifestants portent des pancartes au noms de terroristes qui ont ensanglanté la France #ManifStopIslamismepic.twitter.com/DKlnwRM1r5

Entre 300 et 500 personnes défilent dimanche après-midi à Paris à lappel de “Génération identitaire”, groupuscule dextrême droite. Les participants à cette marche sont partis de la place Denfert-Rochereau en début daprès-midi, en direction des Gobelins.

Lorganisation identitaire, hostile à limmigration et à l«islamisation» de Europe, avait appelé à manifester contre l«islamisme», en faisant référence en particulier à lattaque du 3 octobre à la préfecture de police de Paris, perpétrée par Mickaël Harpon, un employé de ladministration converti à lislam. «Harpon était habilité secret défense alors qu’il fréquentait des imams salafistes fichés par la DGSI. Un islamiste était donc infiltré au plus haut niveau de lEtat, du jamais-vu dans toute notre Histoire», pouvait-on lire dans lappel à manifester sur Facebook. De fait, selon un rapport interne de la Direction du renseignement de la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP), Mickaël Harpon était habilité secret défense. Il avait fréquenté, à Gonesse (95) où il vivait, un imam fiché S, selon des sources proches de lenquête citées par lAFP.

Génération identitaire, néanmoins, ne fait pas que dénoncer lislamisme et le terrorisme islamiste : prenant la parole devant les manifestants, la porte-parole du mouvement Anaïs Lignier a accusé sans ambages «une grande partie des musulmans» vivant en France, de souhaiter faire «appliquer la charia, les lois islamiques en France» afin «que celles-ci prennent le dessus sur nos propres lois». 

Interrogée par RT France sur la marche contre lislamophobie organisée la semaine précédente, la porte-parole a déclaré que la manifestation de ce 17 novembre se voulait aussi en être une «réponse», même si il ny a pas de «lien direct» entre ces deux appels au rassemblement. 

“Ici cest chez nous”, scandent les manifestants, qui veulent dénoncer “lislamisme” et “défendre la France”.

«Quand on compare lislamophobie qui na fait aucun mort en France […] en comparaison de 250 morts [du terrorisme islamiste] en quelques années, évidement quon répond à cela et quil faut être aussi dans la rue», a-t-elle déclaré. Quand à la question du peu daffluence à la marche, elle serait due, selon elle, à la censure des «médias», mais aussi des «réseaux sociaux». En mai 2018, Génération identitaire sétait vu suspendre sa page Facebook, en raison, selon un porte-parole du réseau, de «discours incitant à la haine».

Selon @AnaLignier la "censure" sur les réseaux sociaux justifie la faible affluence à la #ManifStopIslamisme de Génération Identitaire pic.twitter.com/VmApoAYUO0

Quelques centaines de militants identitaires ont défilé, dimanche 17 novembre, dans Paris, où ils ont pu entonner leurs slogans racistes et anti-immigrés en toute tranquillité, au lendemain de linterdiction de plusieurs rassemblements de  gilets jaunes  dans la capitale.

En fin de manifestation, les militants identitaires ont déployé une banderole avec le mot «Reconquête» écrit en lettre capitales et agité des torches de détresse. 

La manifestation, si elle na réuni quun nombre limité de militants, a suscité un certain nombre de réactions indignées sur les réseaux sociaux, notamment de la part de ceux qui avaient lancé dans Libération lappel à marcher contre lislamophobie. 

«Les mots dordre de cette manif, cest xénophobie et islamophobie», a ainsi déclaré lélu de Saint-Denis Madjid Messaoudene sur Twitter, reprochant, entre autres, aux manifestants davoir scandé des slogans hostiles aux immigrés. 

Dans la #ManifStopIslamisme des slogans anti migrantsLes mots d'ordre de cette manif c'est xénophobie et Islamophobie#ManifIslamophobe#ManifDeLaHainepic.twitter.com/55c7pdZXBh

Souvent accompagnés du mot-dièse #ManifDeLaHaine, les tweets hostiles à cette manifestation moquaient aussi le peu daffluence de la marche. «Même à ma dernière soirée karaoké il y avait plus de monde, désolé Edouard la remigration c’est pas pour tout de suite», a ainsi tweeté le journaliste et militant Taha Bouhafs.

La rue cest pas les réseaux.Twitter leur a fait se sentir pousser des ailes, le bitume le leur a griller comme Icare.Même à ma dernière soirée karaoke il y avait plus de monde, désolé edouard la remigration cest pas pour tout de suite 😂#ManifDeLaHainepic.twitter.com/XKzR6Eg7s5

En novembre 2017, une marche au mot dordre similaire avait été interdite par arrêté du préfet de police de Paris dalors Michel Delpuech. 

Lire aussi : Valeurs actuelles accuse Facebook davoir censuré une publication sur Génération identitaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.