Rugby Top 14 : Bayonne-Pau le duel de voisins – France 3 Régions

Rugby Top 14 : Bayonne-Pau le duel de voisins - France 3 Régions

Rugby/Top 14. Bayonne – Section Paloise : De boue les gars

“Ce nest pas un derby !” Laffirmation franche et nette du plus palois des bayonnais, lentraineur des avants de lAviron Joël Rey, donne le ton du Bayonne – Pau de ce samedi 9 novembre pour la reprise du Top 14. Un match à part, certes, mais qui ne revêt pas la même importance pour tout le monde.

Côté Section Paloise, ils sont nombreux à considérer cette confrontation comme LE match à gagner pour lhonneur du maillot. “Les Basques et les Béarnais, cest une rivalité qui dure depuis toujours”, analyse larrière palois Charly Malié qui se dit “excité de jouer ce derby là”. Même si Joël Rey, qui a fait toute sa carrière de joueur à Pau avant dy entraîner, assure que _”le derby cest Pau-Oloron_, pour tout bon Béarnais qui se respecte.”

Il faut dire quà Bayonne, ceux qui parlent de cette rencontre face aux préfectoraux comme dun derby sont pris au mieux pour des ignorants, au pire pour des fous, ou des provocateurs. La raison est simple. Sur la côte basque, il ny a quun seul derby rugbystique. LE derby historique contre le voisin biarrot. 

Pour autant, les Bayonnais nignorent ni ne galvaudent limportance de ce match. Dailleurs le stade Jean-Dauger, grâce notamment à un fort contingent venu de lest du département, sera quasiment plein (16.000 spectateurs attendus). Toutes les places en tribunes ont été vendues il y a déjà plus dune semaine. “Les supporters ont à coeur de gagner ce match”, note Djibril Camara.

Mais lailier de lAviron ajoute aussitôt : “dans le vestiaire on nen parle pas tellement, mais cest quand même un match important pour nous, pour la saison. Ce match il faut à tout prix le remporter.” Dautant quaprès trois semaines de pause, pour cause de demi-finales et finales de Coupe du Monde, le Top 14 reprend un rythme saccadé, avec 2 matchs en 1 mois et demi, entrecoupés par les 4 premières journées de Coupe dEurope. 

Un rythme qui pourrait coûter cher à celui qui ne saura le gérer tout en gardant son effectif sur le qui-vive. Bayonne jouera ensuite chez le champion de France toulousain renforcé par ses nombreux mondialistes. Autant dire que le faux pas à domicile contre Pau est interdit pour les Bayonnais. “Vu notre parcours, on ne peut pas se permettre de perdre des points maintenant, confirme Joël Rey. Il faut absolument quon arrive à ramener une victoire au minimum de ces deux matchs.”

Même son de cloche du côté des Palois. Pragmatique, Nicolas Godignon souligne : “On est 6 ou 7 équipes à se tenir en 1 point, gagner nous permettrait de remonter dans le classement, cest surtout en cela que cest un match important”.

Mais un match en partie faussé par les conditions de jeu. Si le match nest a priori pas menacé, selon le club et les services municipaux, la pluie qui tombe en abondance depuis le début de la semaine – et a conduit de nombreuses villes du pays basque, dont Bayonne, à interdire laccès aux terrains en herbe jusquen début de semaine prochaine – va forcément rabattre les cartes.

Dautant que les prévisionnistes annoncent de nouvelles précipitations ce samedi au moment du match. Autant dire que les deux équipes, habituellement portées sur le jeu, risque de devoir trouver dautres arguments. “Il y aurait pu avoir de belle envolées, regrette Joël Rey. Des fois on dit quon est encore plus adroits quand il pleut, si cest le cas ce serait super, mais bon je pense que ça va vraiment niveler le jeu.”

On se préoccupe de la stratégie à mettre en place plutôt que dun soi-disant derby – Jean Monribot

“Cest toutes les valeurs du rugby qui vont ressortir, renchérit Jean Monribot. Le combat, lagressivité, la solidarité.” Et bien entendu quelques armes techniques. A commencer par la conquête. Si les Bayonnais ne sont pas dominateurs en mêlée, ils possèdent lun des meilleurs alignements en touche (90% de réussite sur leurs propres lancers) et se montrent efficaces sur les groupés pénétrants.

“La stratégie va vraiment être très importante”, rajoute Jean Monribot. Une stratégie bayonnaise que lon peut sans doute pressentir dans sa composition déquipe. La rentrée du très grand 2e ligne Guillaume Ducat, victime dune rupture des ligaments croisés dun genou fin février, titularisé pour son premier match depuis plus de 8 mois. Le choix de Romain Barthélémy à louverture, avec son jeu doccupation au pied précis et puissant.

Un jeu de déplacement qui pourrait faire défaut aux Palois. “Le plus grand spécialiste du jeu au pied palois, Colin Slade, nest pas là, se réjouit Joël Rey. Nous, ça nous arrange.” Les Bayonnais ont travaillé ce secteur pour préparer ce match. Ils ont aussi insisté sur la discipline, savent quil faudra être fort en défense et sur la récupération notamment dans les rucks. 

Celui qui maîtrisera le mieux lensemble de ces secteurs devrait réussir à sortir du bourbier de Jean-Dauger en vainqueur.

Remplaçants : 16. Torsten Van Jaarsveld, 17. Ugo Boniface, 18. Baptiste Héguy, 19. Filimo Taofifenua, 20. Guillaume Rouet, 21. Brandon Fajardo, 22. Sean Robinson ou Edwin Maka, 23. Aretz Iguiniz

🏉 Découvrez la compo présentée par la @CaveJurancon pour le déplacement à l @avironrugbypro ce samedi !#ABSP#TOP14#EnVertEtContreTous#GreenTeamSectionpic.twitter.com/4ioUD3hWw1

Une affiche basco-béarnaise en Top 14 était attendue depuis mars 2017, la Section était allé chercher le nul 25-25 à Jean-Dauger. Les Vert et Blanc (8e) restent dailleurs sur trois matchs sans défaite face aux Basques (3e). Ce samedi (18 heures), il faudra aux joueurs de Nicolas Godignon et Fred Manca beaucoup de détermination et de réalisme pour faire chuter des Bayonnais plein dassurance.

“Les seuls derbys cest Bayonne / Biarritz et Pau / Oloron” pose dentrée Joël Rey, lentraîneur des avants béarnais de lAviron. Toute la semaine, les deux clubs ont multiplié les sorties pour bien rappeler quil nétait pas la peine daccoler la mention “derby” pour ajouter du pétillant à la rencontre. Parce que finalement, un affrontement entre Béarnais et Basques suffit à aiguiser lappétit des supporters des deux camps. “Cest une rivalité qui dure depuis toujours, observe Charly Malié, arrivé à la Section en 2015. Je suis le premier excité de jouer ce genre de match, cest à nous de faire le travail pour rendre fier le peuple béarnais”.

Et puis au-delà de cet aspect émotionnel, le match est charnière pour la Section estime Nicolas Godignon : “On est 7 équipes à se tenir en un point, gagner nous permettrait de remonter et cest ça quil faut regarder plus que le fait de jouer un derby ou non… On se concentre sur le contenu et la manière de jouer ce match”. Le capitaine Quentin Lespiaucq acquiesce et veut se nourrir du contexte : “On va jouer chez une très bonne équipe qui fait un très bon début de saison, si on avait dû parier en début de saison, personne naurait mis lAviron à cette place-là… Ça va être un bon match pour se jauger et reprendre le bloc qui nous attend”.

Après une semaine de pluie et sur un terrain très certainement détrempé, peu de chances – a priori – de voir de grandes envolées. Avec notamment le sécateur Martin Puech, meilleur plaqueur (127 placages) et deuxième meilleur gratteur (9 ballons récupérés) du championnat, et lhyperactif Lekima Tagitagivalu, la Section est armée pour rendre la partie pénible aux Bayonnais. LAviron “qui na pas eu lhabitude de jouer dans ce genre de conditions” note Quentin Lespiaucq, et qui a lhabitude de mettre beaucoup de volume, pourrait se retrouver en difficulté. Avec aussi une mêlée forte depuis le début de la saison, la Section dispose de sérieux atouts.

🎙 @quentin_lepioc  Leur début de saison est plutôt impressionnant, ils manient très bien le ballon. Ce match est important pour les deux camps et les deux publics. #ABSP#TOP14#EnVertEtContreTouspic.twitter.com/tF1uT1mHjx

Les deux managers Vert et Blanc ont décidé dinstaller six avants et deux trois-quarts sur le banc pour entrer en cours de match, comme lors de la victoire face à Castres (37-24). Dans le XV de départ, le staff tente un coup avec la titularisation justement de Martin Puech dans laxe de la 3e ligne. Derrière, Jale Vatubua est le seul mondialiste à faire son retour dans les rangs palois.

Bayonne : 15. Tisseron ; 14. Duhau, 13. Alofa, 12. Hingano, 11. Camara ; 10. Barthelemy, 9. Ruru ; 7. Battut, 8. Luamanu, 6. Monribot ; 5. Ducat, 4. Galarza ; 3. Mousset, 2. Lamothe, 1. Afatia. Remplaçants : 16. Van Jaarsveld, 17. Boniface, 18. Heguy, 19. F. Taofifenua, 20. G. Rouet, 21. Fajardo, 22. Robinson, 23. Iguiniz.

Section Paloise : 15. Malié ; 14. Fumat, 13. Stanley, 12. Vatubua, 11. Votu ; 10. Hastoy, 9. Marques ; 7. Ugena, 8. Puech, 6. Tagitagivalu ; 5. Metz, 4. Ramsay ; 3. Adriaanse, 2. Lespiaucq (cap), 1. Calles. Remplaçants : 16. L. Rey, 17. Moïse, 18. Delannoy, 19. Pesenti, 20. Habel Kuffner, 21. Daubagna, 22. Taylor, 23. Corato.