La suppression du train de fruits et légumes entre Rungis et Perpignan annulée – 20 Minutes

La suppression du train de fruits et légumes entre Rungis et Perpignan annulée - 20 Minutes

Le train de primeurs Perpignan-Rungis finalement sauvé ?

Le train des primeurs qui transporte six jours sur sept des fruits et légumes de Perpignan à Rungis ne sarrêtera au 30 juin, comme cétait prévu. La SNCF Fret a annoncé la prolongation de la liaison jusquà la fin de la haute saison et propose daller jusquà la fin de lannée aux conditions actuelles du contrat, échéance au-delà de laquelle les wagons seront hors dusage, indique un communiqué du ministère des Transports qui réunissait ce vendredi 17 mai, les différents acteurs du dossier. La ligne menaçait de sarrêter fin juin, faute daccord, la SNCF demandant aux transporteurs, Roca et Rey dinvestir dans de nouveaux wagons, afin de remplacer les voitures actuelles vieilles de quarante ans. Les deux entreprises doivent encore donner leur accords pour confirmer la prolongation de la liaison.

La fermeture de cette ligne, la dernière qui amène par voie ferroviaire des fruits et légumes à Rungis signifierait larrivée denviron 23 000 camions sur les routes chaque année. Une aberration écologique soulignée par Elisabeth Borne qui a sollicité la réunion daujourdhui, mais aussi par plusieurs élus locaux dont les deux présidentes des régions concernées Carole Delga en Occitanie et Valérie Pécresse en Île-de-France.

Au-delà, le ministère assure vouloir trouver “une solution ferroviaire pérenne d’ici la fin de l’année, permettant de poursuivre dans la durée le transport des fruits et légumes par le rail”. Ainsi, “un groupe de travail, sous l’autorité du ministère chargé des transports, se réunira chaque mois jusqu’à la fin de l’année, afin d’élaborer et mettre en oeuvre collectivement cette solution ferroviaire pérenne”, détaille le communiqué.

Afin de maintenir une solution ferroviaire pérenne, explique le ministère, la mise en place dune liaison en transport combiné (transport ferroviaire de containers sur le train), a été évoquée ainsi que le transfert de la marchandise sur la futur autoroute ferroviaire qui doit relier Barcelone à Rungis. Mais cette dernière solution avait déjà été abordée dans les premières négociations entre la SNCF et les deux transporteurs Rey et Roca, avant dêtre écartée pour des raisons pratiques, comme nous lexpliquions précédemment dans Libération. Un groupe de travail, sous lautorité du ministère doit se réunir chaque mois dici la fin de lannée afin de trouver une solution.  

Devant le tollé provoqué par cette décision, le ministère a organisé une réunion ce vendredi entre la SNCF, les principaux clients de la ligne (Rey, Rocca), les plateformes de Rungis et de Perpignan, les conseils régionaux d’Ile-de-France et d’Occitanie, les conseils départementaux des Pyrénées-Orientales et du Val-de-Marne, ainsi que l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

Le train des primeurs entre Perpignan et Rungis va pouvoir continuer de circuler après le mois de juin. C'est le ministère des Transports qui l'a annoncé vendredi 17 mai. Tout en indiquant chercher "une solution ferroviaire pérenne", indique France Info.

Ce train convoie quelque 600 tonnes de fruits et légumes chaque jour. La raison ? Ses wagons réfrigérés, usés, explique Le Parisien, doivent être tous remplacés. Le coût serait trop élevés pour les transporteurs.

Fin mars, Carole Delga, la présidente socialiste de la Région Occitanie avait écrit au président de la SNCF, Guillaume Pepy, pour l’alerter sur le sujet.

Dans un communiqué, les services de l'Etat avancent que, à court terme, "Fret SNCF a annoncé que le train continuera de circuler au moins jusqu’à la fin de la saison haute en cours. Au-delà, elle a proposé de prolonger la liaison jusqu’à la fin de l’année aux conditions actuelles du contrat, échéance au-delà de laquelle les wagons seront hors d’usage. Une discussion commerciale doit s’engager avec ses clients afin qu’ils confirment leur intérêt. En conséquence, il n’y aura donc pas d’interruption de cette liaison ferroviaire fin juin comme c’était initialement envisagé. La réunion d’aujourd’hui (vendredi 17 mai, NDLR) ouvre un programme de travail précis qui devra déboucher sur une solution ferroviaire pérenne d’ici la fin de l’année, permettant de poursuivre dans la durée le transport des fruits et légumes par le rail."

"Sans ce Perpignan-Rungis, c’est 80 camions par jour qui seront du coup envoyés sur les routes. (…) C’est un non-sens économique et écologique", indiquait alors Carole Delga.

Les milliers de camions au départ de Perpignan pour acheminer fruits et légumes au marché international de Rungis, ce n'est pas pour tout de suite. Après une réunion organisée autour de la ministre des Transports Elisabeth Borne ce vendredi, il a été décidé de maintenir le train de fret entre la capitale du Roussillon et la région parisienne au moins "jusqu'à la fin de l'année", annonce-t-on du côté du ministère de la Transition écologique et solidaire.

"Je considère qu'à cette heure, le compte n'y est pas. Quand on sait que la solution envisagée ne nous laisse que 15 jours de sursis, je ne partage pas l'optimisme du ministère.

Oui, sil sagit dune solution durable. Nous allons dailleurs évoquer ce dossier lors dune réunion au ministère des Transports, le vendredi 17 mai. La suppression de cette ligne de fret de fruits et légumes serait un non-sens économique et écologique. Cest un choix politique. Sans ce Perpignan-Rungis, cest 80 camions par jour qui seront du coup envoyés sur les routes, plus de 20 000 chaque année. Imaginez le bilan carbone. Et puis Perpignan ne serait alors plus la plateforme centrale, qui devrait être déplacée à Barcelone avec, comme conséquence, la perte demplois sur la manutention. Cette menace de fermeture a provoqué lindignation générale, dautant que les arguments avancés par Fret SNCF sont faux. Dabord, contrairement à ce qui est dit, les volumes existent. Ensuite, la date butoir nest pas le 30 juin, mais fin décembre. Enfin, les wagons frigorifiques ne sont pas hors dusage. Ils peuvent tenir encore un ou deux ans, un temps que nous devons mettre à profit pour trouver une solution pérenne.

Carole Delga : Nous avons fait le choix du service public ferroviaire

"Aucune solution pérenne n'a été trouvée et le ministère renvoie dos à dos la SNCF et les transporteurs alors que sa priorité devrait être au contraire de tout faire pour faciliter un accord entre eux, d'autant que la SNCF est sous son autorité.

En nous engageant avec la SNCF jusquen 2025, nous avons fait un choix fort, celui du service public ferroviaire auquel je crois. Cela dit, il faut relativiser cette question de louverture à la concurrence et, à mon sens, ne pas être dans un débat idéologique. Pour quun opérateur privé fasse circuler des trains sur des réseaux, encore faut-il quils soient entretenus, ce qui nest pas toujours le cas. Ensuite, parce que cela ne va concerner que quelques lignes. La libéralisation du fret ferroviaire a-t-elle eu pour conséquence de le relancer ? Non, tout au contraire. Le trafic a chuté et la menace sur la ligne Perpignan-Rungisen est la dernière aberration.

Transport : lunique train reliant Perpignan à Rungis pourrait être supprimé

"Dans ce contexte, la Région réunira le 17 juin prochain à Perpignan un comité de pilotage, en présence des acteurs concernés afin de travailler ensemble à garantir une solution pérenne et viable pour tous et maintenir le train de primeurs Perpignan-Rungis. L'Etat est également convié."