Pro D2 : Perpignan simpose face à Béziers pour louverture de la saison – France 3 Régions

Pro D2 : Perpignan simpose face à Béziers pour louverture de la saison - France 3 Régions

Pro D2 : Perpignan domine Béziers lors de la première journée – Rugby – Pro D2

Ce derby de reprise a lancé de la manière la plus âpre mais pas la plus libérée cette nouvelle saison de Pro D2. Sans être grandement avantagés par un carton rouge pour Maxime Veau au début du match, les Catalans ont assuré une première victoire de la saison à domicile grâce notamment à deux essais de Eru (25e) et Taumoepeau (34e).

Après une saison cauchemardesque en Top 14 (seulement deux victoires), les Catalans étaient attendus pour cette reprise dans leur antre dAimé-Giral. Alors quoi de mieux que de démarrer par un derby face à des Biterrois revanchards après avoir manqué les phases finales de Pro D2 la saison dernière. En terme de combat, les 13 541 spectateurs de ce duel douverture ont eu leur dose. Pour ce qui est du jeu, cest moins sûr tant ce duel a été saccadé par les fautes de main et lindiscipline. Le ton de ce derby a dailleurs très vite été donné avec Jonathan Best, le capitaine de Béziers, qui laissait les Catalans entrer en premier sur la pelouse mais pas de quoi empêcher les sifflets au moment de sortir la tête du tunnel. De bonne guerre. En revanche, sur le terrain, il ny a jamais eu de cadeau avec une bagarre générale dès la 1ère minute puis ce coup dépaule à joueur au sol de Maxime Veau qui réduisait lASBH à 14. Un fait de jeu qui finalement na pas empêché cette partie dêtre disputée jusquau bout.

En deuxième mi-temps, lUSAP na profite de sa supériorité numérique que 20 minutes puisque Damien Chouly (40e) puis Berend Botha (70e) ont écopé de cartons jaunes. Ce deuxième acte était dailleurs bien brouillon. Béziers en recollant à 20 à 13 a fait trembler quelque peu Aimé-Giral pendant un moment. Le pied sûr de Jonathan Bousquet (5 sur 5) a permis aux fans catalans de ne finalement pas trembler en fin de match.

Rugby : Béziers “humble et motivé” pour aller défier Perpignan, ce jeudi à 20 h 45

Plutôt réalistes en première période avec un magnifique essai de 100m, sur une contre-attaque presque depuis len-but, les Usapistes ont confirmé avec un essai en force de Taumoepeau avant de balbutier leur rugby. Loccasion était belle de passer 73 minutes à 14 contre 15 mais les joueurs du trio Bastid – Arlettaz – Freshwater se sont bien compliqués la tâche en deuxième période avec pour seule grande envolée ce premier essai dEru. Si leur avance était confortable à la pause (20-6), le carton jaune pour Damien Chouly (40e), pour sa première en Pro D2, a laissé lespoir à des Biterrois très solidaires et affamés notamment dans les zones de combat. Dun joli saut par dessus le ruck, Jeffrey Williams (44e) permettait aux siens de revenir à sept points avant une ultime pénalité de Bousquet qui a scellé cette partie. Le deuxième carton jaune catalan pour Botha (73e) na rien changé à lissue de cette rencontre bien trop crispée pour être véritablement appréciée.

L'USAP et Béziers étaient à égalité 6-6 lorsqu'une balle volée en touche à 5m de la ligne catalane marquait le début d'une action de grande classe des Catalans. Un essai qui n'est pas sans rappeler "l'essai du bout du monde" inscrit le 3 juillet 1994 par Jean-Luc Sadourny avec l'équipe de France lors d'une légendaire victoire en Nouvelle-Zélande.

VIDÉOS – LUSAP simpose face à Béziers (23 à 13) pour louverture du championnat

Ce Béziers new look, avec David Aucagne à la barre en tant que manager, na de son côté pas à rougir de sa prestation collective et de létat desprit affiché. Mais les fautes ont également réduit les chances des Biterrois malgré cette volonté de jouer même à 14. Lessentiel est en tout cas assuré pour lUSAP qui démarre bien sa saison par une victoire à domicile (23-13). Un premier succès depuis mars qui ne pourra tout de même pas masquer le manque de maîtrise catalan en supériorité numérique et lindiscipline qui a clairement gangrené ce match de reprise.

A l'inverse, Jonathan Best, le capitaine de Béziers, a dit "ne jamais se satisfaire d'une défaite" et regrettait le carton rouge. "C'est bien joué de la part de Perpignan. Ils ont mis la pression sur l'arbitre qui a dégainé le carton rouge un peu vite. Le public catalan a joué son rôle à merveille". Il a également sorti quelques punchlines dont il est un habitué sur les réseaux sociaux. C'est à réécouter ci-dessous.

Jaccepte de recevoir par mail les nouveautés et les offres concernant les produits & services des sociétés du même groupe quEurosport.

Un match qui a vu la victoire de l'USAP 23 à 13. L'Indépendant vous propose d'élire le joueur du match pour les Catalans dans l'application ci-dessous.

Les Biterrois ouvrent le bal de la Pro D2, ce jeudi à 20 h 45, à Perpignan. Un sacré défi pour débuter : "Nous allons pouvoir nous tester face à une des deux meilleures équipes du championnat avec Grenoble, assure le manager de l'ASBH David Aucagne. Au moins nous saurons où nous en sommes. Mais il est clair que cela va piquer !"

Est-ce que cette seconde période allait être un chemin de croix pour les Biterrois ou allaient-ils redresser la tête ? La réponse ne se faisait pas attendre. A la manière d’un joueur de football américain, Williams sautait par dessus le regroupement pour inscrire le premier essai languedocien (20-13, 45e). Après le retour de Chouly, les Catalans imposaient plus leur jeu et contraignaient les Biterrois à défendre dans leur 22m sans toutefois réussir à passer la ligne d’en-but (54e). Béziers ne montrait pas grand-chose en attaque mais sur un coup de pied chanceux Rawaca était à deux doigts d’aller en terre promise (56e). Même à quatorze, Béziers se défendait bien, mais la machine huilée catalane les poussait à la faute. Trois points de plus pour Bousquet (23-13, 60e). Le match était équilibré malgré le joueur de moins du côté de Béziers. Perpignan n’arrivait pas à se lâcher complètement devant une ASBH paradoxalement assez sereine (65e). Les Héraultais jouaient les coups à fond mais un en-avant de Wilkins annulait une belle contre-attaque (23-13, 66e). Botha laissait ses collègues à 14 jusqu’à la fin du match pour s’être un peu trop énervé sur Latorre (74e).