Perpignan: rassemblement pour les indépendantistes catalans condamnés – Le Figaro

Perpignan: rassemblement pour les indépendantistes catalans condamnés - Le Figaro

Catalogne : Colère et heurts à Barcelone après la condamnation des indépendantistes

Face au lourd verdict envoyant l’ancien gouvernement de Carles Puigdemont en prison, les militants indépendantistes provoquent blocages et manifestations à Barcelone.  

13h50: Les CDR ont convoqué deux marches pour se rendre jusqu’à la délégation du gouvernement à Barcelone. Les rendez-vous sont donnés à 18h30 plaça Universitat et Jardinets de Gràcia. Les associations indépendantistes ont convoqué des manifestations devant les délégations du gouvernement à Barcelone, LLeida, Tarragone et Gérone ce soir à 19h.

 Je ressens de la rage, de limpuissance. Ils sont condamnés pour une idéologie qui est la mienne , a lancé Joan Guich, un étudiant de 19 ans manifestant à Barcelone. Ces douze indépendantistes étaient jugés pour avoir organisé le 1er octobre 2017, en dépit de linterdiction de la justice, un référendum dautodétermination, émaillé de violences policières, suivi de la proclamation le 27 du même mois dune vaine déclaration dindépendance par le parlement catalan.

13h30 : Barcelone: un manifestant blessé par un tir de flashball pourrait perdre un œil, lire notre article, ici 

Dans une région que le séparatisme maintient en ébullition depuis près de dix ans, ces condamnations relancent des tensions qui vont dominer les élections législatives du 10 novembre, les quatrièmes en quatre ans. Lancien vice-président régional catalan Oriol Junqueras sest vu infliger la plus lourde peine avec 13 ans de prison pour sédition et détournement de fonds publics.

13h20 : Le parlement de Catalogne se réunira jeudi en séance plénière pour apporter une réponse institutionnelle au verdict du procès indépendantiste.

Des peines de neuf à 12 de prison pour sédition, et détournements dans certains cas, ont frappé par ailleurs lancienne présidente du parlement catalan Carme Forcadell (11 ans et demi), les dirigeants des puissantes associations indépendantistes ANC et Omnium Cultural, Jordi Sanchez et Jordi Cuixart (9 ans) et cinq anciens ministres régionaux (entre 10 ans et demi et 12 ans).

Video: Heurts à Barcelone après la condamnation de dirigeants catalans

13h16 : Le service TGV Barcelone – Gérone – Figueres reprend dans les deux sens, mais avec des perturbations suite à des dommages causés à linfrastructure par des objets brûlés à lentrée de Gérone. Les fréquences de passage et les horaires  reviendront progressivement à la normale dans la journée.

 Sils ne veulent pas nous entendre lorsque nous faisons de la politique, quils nous entendent dans la rue , a déclaré Mireia Sintes, étudiante de 26 ans. Sur twitter, le  Tsunami démocratique , a annoncé de nouvelles actions pour mardi. Des marches sont prévues à travers la région à partir de mercredi avant une grève générale convoquée pour vendredi.

Video: Heurts à Barcelone après la condamnation des indépendantistes Catalans

[VIDÉO] Laéroport de Barcelone a fini en champ de bataille

12h07 : La grève générale ce vendredi dans toute la Catalogne est confirmée. Les concentrations principales auront lieu à Barcelone indique l’intersyndicale IAC. Toute la semaine risque dêtre perturbée, les indépendantistes devraient effectuer de nombreuses opérations coups de poings.

Pep Guardiola, après la condamnation de neuf indépendantistes catalans : Une dérive autoritaire – Foot – ESP

11h30: Selon des sources policières citées par l’agence de presse Efe, la police catalane admet avoir utilisé des balles en caoutchouc durant les charges de l’aéroport de Barcelone, pour répondre aux manifestants qui lançaient des extincteurs et des panneaux sur les forces de l’ordre.

11h25: Le ministre catalan des Affaires extérieures Alfred Bosch débutera une tournée européenne pour dénoncer le verdict. Il se rendra à Munich, Salzbourg, Vienne, Bratislava et Paris pour expliquer les conséquences.

11h20: La réunion prévue à 13h entre le ministre catalan des Affaires extérieures Alfred Bosch et le corps consulaire de Barcelone n’aura finalement pas lieu, a-t-on appris par le Consulat de Suisse. Convoquée hier en urgence durant les protestations indépendantistes, elle a été annulée par le gouvernement catalan pour “motifs d’agenda” nous indique ce matin le cabinet d’Alfred Bosch.

La police anti-émeutes a chargé à plusieurs reprises des centaines de militants tentant de pénétrer dans le terminal et jetant pierres et poubelles, a constaté lAFP. La police a arrêté un manifestant, et 75 personnes ont été blessées, selon les services durgence de laéroport, qui nont pas précisé la gravité de ces blessures.

11h: Les différentes associations indépendantistes viennent d’annoncer les rassemblements prévus ce soir. Les manifestants ont rendez-vous à 19h devant les délégations du gouvernement espagnol à Barcelone, Gérone, Lleida, Tarragone, Vic, Tortosa, Terrassa, Puigcerdà, Gérone et Igualada.

Les juges ont écarté le chef daccusation plus grave de rébellion invoqué par le parquet qui avait requis jusquà 25 ans de prison pour Oriol Junqueras. Trois autres anciens membres du gouvernement catalan, qui étaient en liberté conditionnelle, ont eux été condamnés à des amendes de quelque 60.000 euros chacun pour désobéissance.

Espagne : neuf indépendantistes catalans condamnés à des peines allant jusquà 13 ans de prison – LCI

10h50: À Cassà de la Selva, près de Gérone, la circulation est coupée dans les deux sens sur la C-65. Les forces de l’ordre délogent la plupart des manifestants dans les différents points de blocage.

Le gouvernement espagnol de Pedro Sanchez avait envoyé ces derniers jours des renforts policiers et prévenu quil nhésiterait pas à prendre des mesures extraordinaires pour garantir la sécurité, y compris à suspendre lautonomie de la région, comme en octobre 2017 après la tentative de sécession.

10h45: Les CDR coupent la circulation des trains de banlieue (Rodalies) à Mataró. Les manifestants se sont postés sur l’une des voies.

10h40: L’association indépendantiste Òmnium diffuse un lien dans lequel les personnes ayant participé aux mobilisations du 20 septembre et du 1er octobre 2017 peuvent “s’auto-inculper”. Le formulaire sera remis le 21 octobre à 10h aux juges des quatre villes principales de Catalogne.

Cette tentative de sécession avait été la pire crise politique quait connue le pays depuis la fin de la dictature franquiste en 1975.  Ce nest pas la justice, cest une vengeance , ont dénoncé, dans un communiqué commun, les neuf indépendantistes condamnés.

10h30: Le procès de cinq anciens membres du bureau du Parlement catalan et de l’ancienne députée Mireia Boya est fixé aux 28 et 29 novembre et aux 3 et 4 décembre, selon une annonce du Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne. Il s’agit de Lluis Maria Corominas (PdeCAT), Lluís Guinó (PDeCAT), Anna Simó (ERC), Ramon Barrufet (PDeCAT) et Joan Josep Nuet (EUiA).

Dès lannonce des peines allant de 9 à 13 ans de prison, des rassemblements spontanés ont eu lieu dans la métropole catalane avant que les militants ne rejoignent, à lappel dun mouvement anonyme baptisé  Tsunami démocratique , laéroport pour le bloquer.

10h25: En Catalogne, cinq routes sont actuellement bloquées: C-65 à Cassà de la Selva (dans les deux sens), C-17 à Gurb, C-25 à Gurb, N-141e à Bescanó et C-66 à Celrà (dans les deux sens).

Des milliers dindépendantistes catalans en colère sont descendus dans les rues lundi et ont tenté de paralyser laéroport de Barcelone, après la condamnation de neuf de leurs dirigeants à des peines de prison pour la tentative de sécession de la Catalogne en 2017.

10h15: Le ministre de l’Intérieur espagnol Fernando Grande-Marlaska attend que la Belgique livre Carles Puigdemont et que gracier les leaders indépendantistes condamnés n’est pas dans les plans du gouvernement, selon ses propres mots. Il a également affirmé que “nous avons des services d’intelligence très efficaces et nous finirons par savoir qui se cache derrière le mouvement Tsunami Democràtic”. L’organisation est celle qui met en place les marches et blocages, comme celui de l’aéroport.

Les indépendantistes prévoient au minimum une semaine de blocage à Barcelone pour protester contre le verdict du Tribunal suprême qui condamne à des dizaines dannées de prison ferme les leaders indépendantistes. La plateforme “Tsunami Democratic” a lancé comme mot d’ordre à midi le blocage surprise de laéroport. Pour empêcher les militants d’arriver au Prat, les autorités ont fermé dans l’après-midi les métros et trains qui relient Barcelone à laéroport. Peu importe, les manifestants surmotivés ont fait le trajet à pied, bloquant au passage la Gran Via.

10h: Aujourd’hui, c’est la date anniversaire de lexécution du président catalan Lluis Companys par l’armée franquiste. Lors de l’acte d’hommage, l’actuel président catalan Quim Torra a affirmé “nous le referons, car un référendum n’est pas un délit, ce n’est pas dans le code pénal. Nous insistons: le droit d’autodétermination est reconnu dans les traités internationaux reconnus par l’Espagne”.

Des milliers de manifestants sont actuellement dans laéroport face à une police très nerveuse. Ils sont passés par les portes du personnel pour accéder à la zone d’embarquement. De fait, les forces de l’ordre ont bloqué les accès réservés aux travailleurs du Prat. Cependant ce cordon policier a empêché le personnel qui devait prendre son tour de travail d’accéder à laéroport. Ainsi, Vueling a annulé des dizaines de vols. Les avions au départ et l’arrivée du Prat accusent également d’importants retards.

“Ce nest pas fini”, disent les manifestants indépendantistes catalans – Toute lactualité de la Guadeloupe sur Internet

9h45: 45 vols ont été annulés en ce mardi à l’aéroport de Barcelone, sur les 986 programmés, en raison des avions qui n’ont pas pu atterrir hier. L’infrastructure espère que tout reviendra à la normale rapidement. Pour l’instant, les guichets de réclamation sont saturés par de longues files d’attente.

Le Tsunami Democratic, la plateforme indépendantiste réussit à provoquer un important blocage à laéroport de Barcelone. Les indépendantistes protestent contre la centaine dannées de prison ferme qu’ont reçu au total ce matin les anciens ministres catalans, suite à la déclaration dindépendance d’octobre 2017. 

9h25: Hier soir, le Catalan Pep Guardiola, ancien entraîneur du Barça et actuel de Manchester City, a lu un communiqué pour dénoncer “la dérive autoritaire” de l’Etat espagnol, en passant par la plate-forme Tsunami Democràtìc.  “Tout cela est inacceptable dans l’Europe du XXIe siècle. L’Espagne connaît une dérive autoritaire. (…) Nous appelons la communauté internationale à se positionner clairement. Il n’y a qu’une seule voie: s’asseoir autour d’une table et discuter “

De temps en temps la police charge et envoie de la fumée. Sans pour autant que les manifestants quittent les lieux.

Pep Guardiola posa veu a @tsunami_dem en un comunicat internacional emès per la @BBC i @AFP pic.twitter.com/8mWLgbanJr

Leaders indépendantistes condamnés : laéroport de Barcelone évacué ce lundi soir après des affrontements

9h15: Selon l’agence de presse Efe, le ministère de l’Intérieur du gouvernement catalan fera une enquête sur les actions de la police catalane à l’aéroport de Barcelona-El Prat. Elle permettra de “déterminer les éventuelles responsabilités”. Un fourgon de police aurait démarré avec un manifestant posté sur le véhicule.

Des responsables indépendantistes catalans ont été condamnés lundi 14 octobre à des peines allant jusquà 13 ans de prison, pour leur rôle dans la crise de 2017. Des mobilisations sorganisaient à Barcelone alors quOriol Junqueras, le principal condamné, dénonce une  vengeance . Le socialiste Pedro Sánchez exclut, lui, toute amnistie.

9h01: Les CDR coupent la circulation des trains de banlieue (Rodalies) à Mataró. Les manifestants se sont postés sur l’une des voies, et coupent également la circulation de la nationale NII devant la gare.

8h52: Les agents anti-émeutes de la Guardia Civil restent déployés dans les lieux les plus stratégiques de Barcelone. Madrid avait décidé d’envoyer la semaine dernière 2000 policiers supplémentaires en Catalogne pour contenir les troubles.

Les indépendantistes prévoient au minimum une semaine de blocage à Barcelone pour protester contre le verdict du Tribunal suprême qui condamne à des dizaines dannées de prison ferme les leaders indépendantistes. La plateforme Tsunami Democratic a lancé comme mot dordre à midi le blocage surprise de laéroport. Pour empêcher les militants darriver au Prat, les autorités ont fermé dans laprès-midi les métros et trains qui relient Barcelone à laéroport. Peu importe, les manifestants surmotivés ont fait le trajet à pied, bloquant au passage la Gran Via. Le blocage a duré de 16h à 22h. Annulant plus d’une centaine de vols et retardant l’intégralité des avions au départ et à l’arrivée de Barcelone.

8h37: C’est un jour particulier aujourd’hui pour les indépendantistes puisque c’est la date anniversaire de lexécution du président catalan Lluis Companys par l’armée franquiste. Companys avait proclamé lEtat Catalan de la République fédérale espagnole.en 1936 avant d’être incarcéré et condamné à 30 ans de prison avec l’ensemble des rebelles. Gracié puis exilé en Bretagne lors du régime franquiste, il fut, après avoir été torturé, fusillé au château de Montjuïc le 15 octobre 1940 en criant le devenu célèbre Per Catalunya, repris hier par Carles Puigdemont à l’occasion de la publication du verdict.

8h20: L’aéroport semble avoir récupéré son rythme habituel. Les accès ont été rouverts, il n’est plus nécessaire de présenter son billet pour pouvoir entrer, et la présence policière est similaire à celle de tout autre jour sans manifestation. Une vingtaine de vols ont toutefois été annulés aujourd’hui, notamment par la compagnie Vueling particulièrement affectée par le blocage d’hier. Des centaines de personnes ont passé la nuit à l’aéroport suite aux retards et annulations. Les guichets de réclamation sont saturés par de longues files d’attente.

Le Tsunami Democratic, la plateforme indépendantiste réussit à provoquer un important blocage à laéroport de Barcelone. Les indépendantistes protestent contre la centaine dannées de prison ferme quont reçu au total ce matin les anciens ministres catalans, suite à la déclaration dindépendance doctobre 2017. 

8h12: Bilan de la première journée de mobilisations hier suite à l’annonce du verdict : 70 blessés, principalement lors du blocage de l’aéroport, et deux personnes placées en garde-à-vue. Environ 10% des vols programmés au Prat ont dû être annulés, 110 au total selon Aena.

En réponse la police a effectué de nombreuses charges, souvent violentes. Des affrontements ont eu lieu dans les halls de laéroport et dans le parking. (video elNacional)

7h49: Le TGV entre Figueres et Barcelone ne peut pas circuler suite aux dégâts réalisés hier sur les voies. Les trains entre Sant Miquel de Fluvià et Flaça (Rodalies R11 et RG1) sont également affectés après un sabotage: des individus ont coupé un arbre qui est tombé sur un caténaire. La circulation est coupée depuis plus d’une heure.

Mardi 15 octobre 7h34: Les réseaux sociaux des Comités pour la Défense de la République (CDR) ainsi que ceux du Tsunami Democràtic (à l’origine des blocages d’hier) annoncent une nouvelle journée de mobilisations.

A laéroport de Barcelone, la police charge des militants indépendantistes

Lundi 14 octobre 23h28: Via Laietana, les manifestants chantent l’hymne catalan face à la police espagnole impassible.

A plusieurs reprises, les indépendantistes ont vidés des extincteurs sur les forces de l’ordre.

Catalogne : lourdes peines de prison pour neuf indépendantistes

23h26 : Un groupe de plus de 200 personnes bloque l’autoroute  l’AP-7 à la hauteur de Tarragone

23h00 : Calme relatif entre la police et les indépendantistes Via Laietana. Un millier de manifestants environ.

À plusieurs reprises ce lundi après-midi, les policiers ont chargé à l'aéroport de Barcelone. Là où des manifestants ont décidé de procéder à un blocage. Ces derniers réagissent à la condamnation de neuf indépendantistes à des peines de 9 à 13 ans de prison pour leurs rôles dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017.

22h41 : “L’after” de la manifestation indépendantiste est à la Via Laietana devant le siège de la Police Nationale espagnole.

22h26 : Le calme est revenu au Prat. Mais des violences ont lieu Via Laetania devant la préfecture de police espagnole.

– A Barcelone, des milliers de manifestants dénoncent cette décision dans la rue, puis à l'aéroport où des échauffourées ont éclaté dans l'après-midi.

🔴📽️ Més càrregues de la Policia Nacional a Via Laietana! pic.twitter.com/vKX5pvWxbc

Dès la mi-journée, ils étaient des milliers rassemblés place de Catalogne dans le centre de la capitale régionale avant de se diriger vers l'aéroport. 

22h22 : Les indépendantistes quittent définitivement laéroport de Barcelone. Le mouvement Tsunami Democratic a demandé le retrait des militants, une nouvelle action coup de poing aura lieu demain. En revanche, il n’y a pas de trains pour rentrer à Barcelone.

– Un nouveau mandat d'arrêt international a été lancé contre Carlos Puigdemont, ex-président de la Generalitat exilé en Belgique.

Catalogne : les manifestations continuent, laéroport de Barcelone toujours perturbé

22h15 : Une vidéo qui tourne sur les réseaux sociaux choque les indépendantistes. On y voit des manifestants se cramponner sur le capot d’un véhicule des Mossos d’Esquadra qui continue d’avancer. Les militants indépendantistes demandent la démission de Miquel Buch, ministre catalan de lintérieur proche de Carles Puigdemont. Diverses violences tant des Mossos que de la police espagnole ont émaillé la journée et la nuit de protestations.

22h11 : Jeu du chat et de la souris, entre la police et les manifestants à laéroport du Prat. La police effectue des charges violentes, et quand ils peuvent les militants vident des extincteurs sur les gardiens de la paix.

Condamnations dindépendantistes catalans : la réaction des politiques corses sur les réseaux sociaux

Vídeo, els UIP avancen i reculen per les maniobres dels manifestants que contraataquen amb extintors pic.twitter.com/emRDihn3WF

Plus que jamais, ce lundi, le chiffre de manifestants est une statistique secondaire. Car l’ambition des manifestants se trouvait ailleurs. L'objectif : bloquer les voies de communication. "Joder", faire ch**r, pour marquer l'indignation provoquée par les sentences de ce procès hors normes qui maintient neuf ancien leaders indépendantistes en prison. Finies les manifs de centaines de milliers de personnes qui n'intéressent plus aucun voisin européen ? Place à la "désobéissance civile", "pacifique bien sûr", selon Maria José, la soixantaine, croisée dans l'après-midi place Catalogne, les écouteurs dans les oreilles, branchés sur le direct de Catalunya ràdio et les yeus rivés sur le Smartphone. 

22h04 : A Madrid aussi, les indépendantistes catalans tentent de bloquer laéroport. La police espagnole procède à des contrôles didentités.

22h03 : Violentes charges des Mossos d’Esquadra pour dégager les manifestants de la zone des taxis de laéroport de Barcelone. (Vidéo Guillem Ramos-Salvat)

Le message de Telegram est diffusé à 13 heures et marque le début d’une longue journée de mobilisations. Le bilan : au moins 34 personnes soignées par les services d’urgence de la Generalitat, en conséquence des charges policières effectuées durant toute la journée et ponctuées de tirs de flashballs. Mais surtout, ce lundi, ce sont pas moins de 108 vols qui ont été annulés, hier, selon les sources officielles de l'aéroport Josep Tarradellas, plus connu sous le nom de Barcelona-El Prat, qui accueille chaque année une cinquantaine de millions de visiteurs, à peine moins que celui de Madrid.

Blocages et heurts en Catalogne après le verdict contre les dirigeants séparatistes

21h52 : Lextrême-droite espagnoliste manifeste devant Catalunya Radio a informé sur Twitter le directeur de la station Saül Gordillo. Les médias public catalans, TV3 et Catalunya Radio sont régulièrement accusés par la droite et lextrême-droite dêtre des instruments propagandistes à la solde du gouvernement indépendantiste catalan. “Nous continuerons à défendre la liberté d’information et d’expression” a commenté Saül Gordillo.

21h43 : Affrontement entre les manifestants et la police espagnole dans le parking de laéroport de Barcelone. (Vidéo Elnacional).

De nombreux élus assistaient à ce rassemblement, dont le sénateur (LR) des Pyrénées-Orientales, François Calvet, qui a déploré lors des prises de parole un  jour très triste pour la démocratie .  La liberté sen va, cest la liberté de nos enfants , a-t-il dit.  Nous sommes encore une fois indignés par ce quil se passe en Catalogne sud , a confié la présidente (PS) du département, Hermeline Malherbe.  Nous sommes inquiets, cest à lEurope de prendre ses responsabilités. Les solutions doivent être politiques , a-t-elle affirmé. Francesc Billocht, le représentant dans les Pyrénées-Orientales de lANC, lAssemblée nationale catalane, une association indépendantiste, a annoncé que des manifestations auraient désormais lieu chaque jeudi à Perpignan.

21h42 : La Gran via complètement coupée direction Le Prat. Des automobilistes coincés dans leurs véhicules depuis plus de 5 heures.

21h33 : Pep Guardiola lit un communiqué du Tsunami Democratic, organisation à l’origine des blocages d’aujourd’hui. Le manifeste demande aux citoyens européens de soutenir les libertés en Catalogne.

Dans un communiqué publié avant ce rassemblement, la présidente PS dOccitanie Carole Delga estime que  la solution en Catalogne doit être politique . Selon lélue,  cest la seule qui amènera lapaisement nécessaire pour permettre le dialogue et garantir la négociation. Face aux dangers extrémistes, lEspagne démocratique doit faire le choix dun dialogue politique afin damener une solution pérenne .

21h23 : La situation se tend Via Laetania devant la préfecture de police espagnole. Les policiers nationaux arrivent en renforts pour charger contre une manifestation devant cette représentation de l’Etat Espagnol à Barcelone.

Dénonçant les peines de 9 à 13 ans de prison prononcées lundi par la Cour suprême dEspagne à lencontre des neuf indépendantistes, les manifestants ont scandé  LLibertat presos politics  ( liberté pour les prisonniers politiques  en catalan), note lAFP, ainsi que lhymne catalan. La manifestation sest déroulée dans le calme.

21h12 : A laéroport de Barcelone notre journaliste Auriane Duroch explique que la situation s’enlise. Les passagers ayant vu leur vol annulé espère avoir un avion demain matin et vont passer la nuit au Prat.  Les manifestants font un sitting face aux forces de l’ordre et n’ont pas l’intention de bouger rapidement.

Les manifestants assis et les bras levés face aux forces de lordre. @Equinoxradio #barcelone pic.twitter.com/lDyRprecV4

21h08 : Concert de casseroles sur les balcons Barcelone pour protester contre le verdict. La casserolade est née en Algérie à lépoque française en 1962. Les Français pieds-noirs tapaient à leur fenêtre sur des casseroles afin de protester contre lindépendance de lAlgérie. On retrouve aussi des casserolades dans les années 1970 au Chili et en Argentine pendant la crise économique de 2001 et au Canada durant les manifestations étudiantes au Québec de 2012.

De lourdes peines de prison ont été prononcées contre des dirigeants catalans. Le dialogue politique est la seule solution pr éviter de nvelles tensions en Espagne avec qui la Région entretient dexcellentes relations, à lEuro-région avec la Catalogne comme avec le gvt à Madrid.

20h46 : La police espagnole se prépare pour charger face à la manifestation devant la préfecture via Laietana. (Photo David Recasens)

Je laffirme depuis fin 2017 : la solution en Catalogne doit être politique. Cest la seule qui amènera lapaisement nécessaire pour le dialogue et la négociation. Face aux dangers extrémistes, lEspagne démocratique doit faire le choix du dialogue, vers une solution pérenne !

Les indépendantistes catalans dans la rue après la condamnation de leurs dirigeants

20h35 : A laéroport de Barcelone, les manifestants vident des extincteurs sur la police. (images exclusives)

COLERE Les manifestants ont dénoncé les peines de 9 à 13 ans de prison prononcées lundi par la Cour suprême dEspagne à lencontre des neuf indépendantistes

20h31: Affrontement entre la police et les manifestants à laéroport de Barcelone. Les militants ont rompu le cordon de sécurité de la police, qui a répondu avec des charges musclées.

Colère et heurts à Barcelone après la condamnation des indépendantistes catalans – Toute lactualité de la Guadeloupe sur Internet

20h24 : A laéroport de Barcelone, la police a bloqué des centaines de manifestants dans un hall sans qu’ils puissent en sortir. Les esprits séchauffent et les personnes frappent aux fenêtres après avoir vu des charges policières nous informe sur place Auriane Duroch.

20h19 : Malgré la pluie et les charges policières, laéroport de Barcelone reste rempli de manifestants.

ESPAGNE. Catalogne : neuf indépendantistes condamnés, des heurts à Barcelone

20h14 : Le Tsunami Democratic, organisation à l’origine des blocages d’aujourd’hui annonce la publication d’un communiqué de presse international qui sera diffusé ce soir à 21h05. Notamment via l’agence France Presse (AFP) et la BBC anglaise.

20h08: En plus de Barcelone, des protestations sont actuellement en cours à Gerone, Sabadell, Terrassa, Manresa et Vic. Laéroport du Prat est toujours rempli de milliers de manifestants ainsi que différents points du centre-ville de Barcelone. La plaça Sant Jaume siège du gouvernement et de la Mairie est noire de monde. Les axes Passeig de Gracia, Diagonal, Via Laetana et Gran Via en direction du Prat sont coupés à la circulation. 

20h06 : Les protestations pourraient durer toute la semaine. Une fois loccupation de laéroport terminée, la plateforme Tsunami Democratic devrait annoncer dautres opérations coups de poings pour cette nuit et demain. Mercredi des marches auront lieu aux quatre coins de la Catalogne. Des marcheurs qui convergeront à Barcelone vendredi, jour où une grève générale à été convoquée.

Désobéissance civile après la condamnation de neuf anciens dirigeants catalans

19h47 : Vox, le parti espagnol dextrême-droite frère du Rassemblement National, demande l’envoi de l’armée à Barcelone.

19h45 : Un premier bilan des services publiques de santé fait état de 37 personnes blessées alors que les protestations se poursuivent dans toute la Catalogne.

19h26 : Le Tsunami Democratic, organisation à l’origine des blocages d’aujourd’hui informe qu’une nouvelle opération coup de poing sera annoncée ce soir à 20h.

19h09 Notre journaliste Auriane Duroch présente au Prat de Barcelone informe que la police a bloqué des centaines de manifestants dans un hall sans qu’ils puissent en sortir.

En Espagne, les indépendantistes jugés dès lundi dans la tentative de sécession de la Catalogne

18h58 : Les indépendantistes organisent une organisation coup de poing á Madrid en tentant de saturer les routes menant à laéroport de la capitale espagnole.

18h54 : Une centaine de personnes manifestent à Perpignan en soutien aux prisonniers catalans, indique la journaliste Julia Taurinya.

18h49 : Le trafic TGV entre la France et Barcelone est coupé suite à des dégradations sur les voies. Des techniciens effectuent en ce moment les réparations.

Neuf à 13 ans de prison pour des figures de lindépendantisme catalan

18h46 : Tandis que les indépendantistes annoncent que des véhicules vont bloquer laéroport de Madrid, les manifestants restent nombreux dans l’enceinte du Prat.

Catalogne : des manifestations organisées après la condamnation dindépendantistes

18h42 : Dans un communiqué l’organisation Tsunami Democràtic à l’origine du blocage de laéroport de Barcelone déclare avoir déplacé “des milliers de véhicules autour de l’aéroport de Madrid Barajas-Adolfo Suarez dans le but de réagir à la décision rendue dans la capitale de l’État espagnol” C’est une première dans l’histoire du pays.

18h36 : La plateforme Tsunami Democratic annonce que 1.200 véhicules vont bloquer laéroport de Madrid.  C’est la première action indépendantiste contre la capitale espagnole.

18h27 : Dans quelques minutes l’organisation indépendantiste Tsunamic Democratic va annoncer une nouvelle organisation coup de poing.

Espagne : des peines allant jusquà 13 ans de prison pour les indépendantistes catalans

18h23 : Face aux violences policières, les manifestants jouent au jeu du chat et de la souris. Les militants essaient de pénétrer par une autre entrée du Prat après sêtre fait charger par la police, informe notre journaliste sur place Auriane Duroch.

18h20 : La police espagnole prend le relais des Mossos d’Esquadra et charge violemment les manifestants de laéroport de Barcelone

18h02 : Impossible daccéder à laéroport de Barcelone. Le périphérique sur la Gran Via est coupé (uniquement dans le sens Barcelone vers le Prat). Les trains en direction de laéroport ne circulent pas non plus.

18h00 : Dans une allocution officielle, Roger Torrent, le président indépendantiste du parlement catalan affirme que le verdict est contre toute la société catalane.

17h48 : A laéroport de Barcelone, après les charges de la police, les personnes présentes courent dans tous les sens, manifestants et touristes. Les indépendantistes sont en colère après les charges et se motivent encore plus à bloquer le Prat explique notre journaliste sur place Auriane Duroch.

17h35 : Le groupe devant la Generalitat descend maintenant la Via Laietana avec pour destination Ronda Littoral ou Ronda de Dalt pour provoquer un nouveau blocage.

17h32 : Nouveau rassemblement.  Cette fois devant le siège du gouvernement catalan, plaça Sant Jaume de Barcelone.

16h59 :  Des dizaines de vols Vueling annulés à laéroport de Barcelone. Le personnel qui devait prendre son tour de travail ne peut pas entrer, la police ayant bloqué les accès.

Espagne : charges policières contre des manifestants indépendantistes à Barcelone

16h48 : Le parquet belge vient d’accuser réception du mandat darrêt contre Carles Puigdemont émit par la justice espagnole suite au verdict du procès indépendantiste rendu public ce matin. L’ancien président qui réside à Bruxelles pourrait être rapidement placé en garde à vue dans un commissariat belge.

16h36 : Des centaines de personnes marchent vers laéroport qui est déjà rempli de manifestants.

16h31 : Laéroport de Barcelone est rempli de manifestants. Cependant les vols ne sont pas annulés mais retardés au départ et à l’arrivée.

Espagne: Des peines allant jusquà treize ans de prison pour les indépendantistes catalans

16h29 : Les polices catalanes et espagnoles lancent de la fumée pour disperser les manifestants à laéroport de Barcelone.

16h25 : Une des artères principales de Barcelone, la Gran Via, est fermée à la circulation. Des manifestants l’empruntent à pied pour se rendre à laéroport du Prat.

16h22 La police devient très nerveuse à laéroport de Barcelone. Des manifestants seraient passés par les portes du personnel pour accéder à la zone d’embarquement indiquent nos confrères d’El Periodico. De fait, les agents ont bloqué les accès réservés aux travailleurs du Prat.

16h17 : Carles Puigdemont, qui est sous le coup d’un mandat darrêt international depuis quelques heures, a fait une déclaration devant la presse depuis Bruxelles. “Cette sentence confirme la voie de la répression en Espagne” a commenté l’ancien président.

16h07 : Tandis que l’Union Européenne et l’Allemagne sont prudentes et refusent de commenter le verdict, la France est décomplexée dans son appui  à l’Espagne. “Notre pays soutient l’unité territoriale et constitutionnelle de l’Espagne” a expliqué le porte-parole du Quai D’Orsay. 

16h00 : Point sur les blocages : des retards de vols à l’arrivée et au départ de laéroport de Barcelone.  Forts ralentissements sur la B10 à Barceloneta et B-20 à Diagonal en direction de Llobregat ; La C-17 à Vic est coupée dans les deux sens ;  la C-252/C-31 et GI-634 à Verges ; la C-37 à  Querol coupée dans les deux sens,  N-240 à Valls et  lEspluga de Francolí  dans les deux sens et la N-II à Mataró.

15h55 :  Les protestations pourraient durer toute la semaine. Une fois l’occupation de laéroport terminée, la plateforme Tsunami Democratic devrait annoncer d’autres opérations coups de poings pour cette nuit et demain. Mercredi des marches auront lieu aux quatre coins de la Catalogne. Des marcheurs qui convergeront à Barcelone vendredi, jour où une grève générale à été convoquée.

15h45 : Tandis que laéroport de Barcelone est déjà occupé par les indépendantistes, de nouveaux groupes arrivent par la route après la coupure des transports publics pour affaiblir la mobilisation.

15h22 : Malgré des charges policières, les manifestants sont toujours présents dans laéroport de Barcelone.

14h50 : Le gouvernement français a exprimé sa “confiance” dans la gestion de l’exécutif espagnol de la crise en Catalogne, après la publication de l’arrêt du Tribunal suprême. “Les autorités françaises ont confiance dans la capacité des autorités espagnoles à surmonter les tensions apparues en Catalogne dans le respect de l’état de droit et de la démocratie”, a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. “Notre pays soutient l’unité territoriale et constitutionnelle de l’Espagne”, a-t-il ajouté. Demain, le consul de France à Barcelone Cyril Piquemal est invité à une réunion avec le ministre catalan des Affaires étrangères Alfred Bosch. 

14h41 : Violentes charges policières à laéroport de Barcelone. Les manifestants veulent bloquer le terminal 1.

14h25 : La ligne TGV entre la France et Barcelone est occupée par les manifestants. Les trains ne circulent plus.

14:20 : Les indépendantistes vont à laéroport à pied pour le bloquer, après que la police ait fermé tous les métros et trains.

14:11 : Pour empêcher les indépendantistes d’arriver à laéroport, tous les trains et métros vers le Prat  sont arrêtés par les Mossos d’Esquadra. Les militants sont donc descendus des wagons à mi-trajet et veulent finir les 15 kilomètres de trajet à pieds.

14:00 : Conséquence du verdict qui condamne à la prison ferme les leaders indépendantistes, la justice espagnole réactive le mandat darrêt international contre Carles Puigdemont. Lancien président catalan réside actuellement à Bruxelles.

13h46 : La plaça Catalunya est vide, les manifestants sont en route vers laéroport de Barcelone.

13h34 : Le blocage de laéroport était planifié par le groupe Tsunami Democratic mais gardé secret jusqu’à aujourd’hui. (photo Adria Costa)

13h26 : Selon Aurelie Chamerois, une de nos journalistes sur place, le mouvement de foule pour se rendre à laéroport est assez impressionnant. La plaça Catalunya et les rues se vident, les manifestants se rendant vers les stations de métro pour arriver au Prat et bloquer le terminal 1.

13h13 : Les milliers de manifestants quittent le centre-ville de Barcelone pour se rendre à laéroport de Barcelone, première action d’envergure de la campagne de blocages indépendantistes.

12h50 : Le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez lors d’une allocution officielle a estimé que le procès “s’est déroulé avec toutes les garanties, preuves du bon fonctionnement du système.” Le président du gouvernement a défendu la Constitution “qui a mis fin à la dictature franquiste et qui a permis à l’Espagne d’être l’une des meilleures démocraties du monde”.

12h50 : La police vient de fermer le parc de la Ciutadella qui abrite le parlement catalan en raison des manifestations. Entrer à lintérieur du parlement pour forcer la proclamation de lindépendance est l’un des objectifs des manifestants les plus musclés.

12h35 : Toutes les rues adjacentes au Passeig de Gracia sont bloquées. Tous les carrefours de l’Eixample sont tenus par les manifestants, de fait la circulation est bloquée dans tout le district.

12h22 : Sur le terrain, notre journaliste Auriane Duroch relate une attitude très pacifique de la part des manifestants et aucune réponse de la police. Les Mossos d’Esquadra sont dans une dynamique de dialogue. La question est posée du comportement de la police catalane dirigée par le ministère catalan de lIntérieur aux mains des indépendantistes. En cas de désordre public sans réponse des Mossos d’Esquadra, le gouvernement espagnol a menacé à plusieurs reprises de prendre le contrôle de la police catalane en quelques heures via l’activation de la loi de sécurité nationale. Cependant, habituée à suivre les manifestations françaises notamment de Gilets Jaunes, Auriane Duroch pointe la différence d’ambiance entre les rues parisiennes et barcelonaises. Pour le moment, les rassemblements sont dénués de tensions et bon enfant. En revanche, peu nombreux sont les indépendantistes à vouloir parler à la presse. Ceux qui s’expriment expliquent leur tristesse face à un verdict plus lourd que prévu et annoncent continuer le combat pour lindépendance de la Catalogne..

12h15 : Le président catalan Quim Torra a prononcé une allocution officielle en catalan, castillan et anglais :  “Le gouvernement et moi-même rejetons ces condamnations par des moyens injustes et non démocratiques, qui font partie d’un procès politique  contre l’indépendance (…)  Condamner ces personnes est une insulte à la démocratie et un mépris de la société catalane.” s’est exprimé Torra depuis le Palau de la Generalitat entouré de tout son gouvernement.

12h04 : Les Mossos d’Esquadra, la police dirigée par le gouvernement indépendantiste est pour le moment dans une attitude de dialogue face aux bloqueurs pacifiques. Aucune charge, ni violence.

11H50 : Circulation compliquée dans Barcelone. Lautobus qui effectue les allers-retours vers laéroport est perturbé, ainsi que les lignes 136, 192 et V29.

11h38 : Vidéo Equinox : la police catalane recule devant les manifestants à la hauteur de Diagonal (images Auriane Duroch)

11h25 : Les étudiants passent par la Plaça Universitat avant de rejoindre le grand rassemblement de la Plaça Catalunya prévu à midi.

11h25 : Le club de football FC Barcelona dans un communiqué critique les peines de prison et appelle au dialogue pour solutionner le conflit entre la Catalogne et l’Espagne.

11h20 : “La démocratie est morte au sein de létat espagnol” a twitté, l’ancien vice-président de la Catalogne, Oriol Junqueras condamné à 13 ans de prison.

11h12 : Avec le système de remise de peine,  et après avoir passé deux ans en prison préventiveles activistes Jordi Sanchez et Jordi Cuixart seraient les premiers à sortir de prison à la mi-janvier 2020. Le plus lourdement condamné, l’ancien vice-président Oriol Junqueras sera derrière les barreaux jusqu’au printemps 2021.

11h00 : Les anciens ministres de Carles Puigdemont, les activistes associatifs et l’ancienne présidente du parlement catalan sont condamnés à 100 ans de prison ferme au total pour la déclaration dindépendance du 27 octobre 2017. Le détail du verdict est disponible ici. A 11h30, le gouvernement catalan s’exprimera officiellement. A midi le Premier ministre socialiste espagnol Pedro Sanchez fera une déclaration en castillan et en anglais. A la même heure , les indépendantistes lanceront le coup d’envoi du grand blocage de Barcelone avec un rassemblement massif sur la place Catalunya. Déjà différentes rues et avenues de la ville sont fermées à la circulation. 19.000 policiers sont mobilisés.

10h43 : Une partie de la Diagonal est fermée à la circulation. La majeure partie des manifestants sont des étudiants.

10h30 : Sporadiquement la circulation routière est coupée à Barcelone :  Plaça Espanya, avenue Diagonal à hauteur de Palau Reial, le Passeig de Gracia,  Gran Via à hauteur de la rue Balmes, la Via Laietana, la Via Augusta, la Travessera de les Corts et la Ronda de Dalt à la hauteur du campus Mundet de l’UB.

10h20 : Depuis Bruxelles, Carles Puigdemont “appelle les Catalans à réagir comme jamais auparavant. Pour l’avenir de nos enfants. Pour la démocratie. Pour l’Europe. Pour Catalunya.” a réagi l’ancien président via Twitter.

09h55 : Les Mossos d’Esquadra et la police nationale espagnole ont déployé un lourd dispositif à l’aéroport de Barcelone et à la gare de Sants.

09h50 : A 12h la plate-forme Tsunami Democratic et les syndicats étudiants convoquent une concentration massive sur la Plaça Catalunya.