A Perpignan, Louis Aliot cherche linspiration du côté de Robert Ménard – Libération

A Perpignan, Louis Aliot cherche l\inspiration du côté de Robert Ménard - Libération

Municipales à Perpignan – Robert Ménard : “Jai besoin de ne plus être seul”

Au cours d'une réunion publique à la salle des Libertés, le maire de Béziers Robert Menard a donné ses recettes électorales au candidat perpignanais Louis Aliot. Nicolas Parent / Nicolas Parent / Nicolas Parent Publié le 25/10/2019 à 22:06 / Modifié le 25/10/2019 à 22:09 Sabonner 7 commentaires — partages Partager sur Perpignan, Politique Elections municipales Municipales à Perpignan : quand Ménard fait la leçon à Aliot Le maire de Béziers était en déplacement ce vendredi 25 octobre à Perpignan pour soutenir le député RN Louis Aliot, candidat sans étiquette à la mairie de Perpignan. L'occasion surtout pour l'élu populiste, au cours d'un meeting express, de prodiguer ses conseils pour le scrutin des 15 et 22 mars prochains. Comme un prof à son élève. Sécurité, propreté, beauté. Devant 250 personnes réunies à la salle des Libertés, l'ancien journaliste Robert Ménard, aujourd'hui maire de Béziers, s'est mué en professeur des écoles pour apporter son soutien à son "ami" Louis Aliot qui, pour la quatrième fois en douze ans, se présente pour occuper le fauteuil de maire de Perpignan. 

Devant les journalistes, plus tard, devant les sympathisants, celui qui revendique être "un populiste municipal", a rappelé sa martingale qui lui a permis de l'emporter en 2014 et qu'il croit être la bonne stratégie pour Perpignan. À savoir promettre "une ville plus sûre, une ville plus propre et une ville plus belle. Le boulot d'un maire est d'incarner tout cela. C'est ça le cœur du monde". Dressant un portrait quasiment idyllique de sa ville où "le prix de l'immobilier serait en forte hausse" et où les entrepreneurs afflueraient, Robert Menard veut croire que ce qu'il refuse d'appeler l'extrême droite est dans une phase de conquête "face à ce vieux monde qui nous dirige et qui a de quoi s'inquiéter pour son avenir". 

Sur le marché Cassagne, dans le quartier Saint-Jacques marqué par la pauvreté, le statut de favori de Louis Aliot est difficile à contester. “Cest un département pauvre, donc le terreau est favorable pour exclure”, estime une électrice de gauche. “Les politiques municipales, auparavant, nont peut-être pas été à la hauteur, se souvient-elle aussi. Donc oui, il y a une pente.”

Avec un ton policé, mais pourfendant tous les partis politiques "qui nous empêchent de progresser", l'élu biterrois n'a pas hésité à afficher des désaccords avec Louis Aliot, comme pour mieux dispenser ses conseils de victoire. S'adressant au public conquis à sa cause, il s'est positionné comme un homme proche des aspirations de ses concitoyens en leur rappelant "que ce vous êtes est respectable". 

Dans le centre-ville de Perpignan, Louis Aliot sinstalle dans son QG de campagne, au premier étage dun bel hôtel particulier. “Cest vrai que cest un bel endroit au cœur de perpignan, pas très loin de la mairie, se félicite le député. On va jouer gagnant, nous ferons tout pour lêtre.”

Après la dédiabolisation, place à la normalisation et à la phase de conquête qui, selon le premier magistrat de Béziers, passera par l'alliance des droites à l'échelle municipale avant d'imaginer calquer cette stratégie nationalement. "Nos villes sont des laboratoires et nous avons montré que, non seulement nous savions administrer des municipalités, mais que nous les gérions mieux. Avant, nous avions la droite la plus conne du monde, mais cette peur d'être montré du doigt est en train de tomber. Aujourd'hui à Béziers, les trois quarts de la droite classique sont venus taper à ma porte".

Bien moins prolixe que "son ami, son voisin", le candidat Louis Aliot n'a que peu dévoiler ses intentions si ce n'est "battre ceux qui depuis trente ans sont aux affaires à Perpignan". Refusant de répondre aux questions des journalistes sur son programme et son équipe lors d'un point presse dans sa permanence cossue du premier étage de la cour Mailly – "je ne veux pas commencer la campagne trop tôt" -, le député s'est posé en candidat "contre le système", qui doit faire "face à la meute qui aboie". Tapant essentiellement sur les socialistes, Louis Aliot veut croire que l'échec de 2014, où il a été battu par le Front républicain, est derrière lui. "Les compteurs sont remis à zéro. Les socialistes sont en phase de disparition, les Républicains sont profondément divisés et certains me rejoignent. Le scénario n'est plus le même. On peut voir émerger un autre village gaulois à Perpignan qui sera un point d'appui pour les échéances électorales qui suivront les municipales". 

Robert Menard était à Perpignan pour apporter son soutien au député RN Louis Aliot, candidat aux suffrages des Perpignanais ds 15 et 22 mars 2020. Michel Clementz / Michel Clementz / Michel Clementz Publié le 25/10/2019 à 20:39 / Modifié le 25/10/2019 à 22:03 Sabonner 32 commentaires — partages Partager sur Perpignan, Politique, Flash News Elections municipales Municipales à Perpignan – Robert Ménard : "J'ai besoin de ne plus être seul" En déplacement pour inaugurer le local de campagne de Louis Aliot puis pour tenir une réunion publique, le maire de Béziers veut croire que la dynamique qui la conduit à sa victoire en 2014 peut permettre au député des Pyrénées-Orientales de conquérir Perpignan.  "J'ai besoin que vous gagniez". Devant les journalistes lors de l'inauguration du local de campagne du candidat Louis Aliot, puis devant 250 personnes assemblées lors d'une réunion publique à la salle des Libertés, le maire de Béziers Robert Ménard était en déplacement ce vendredi 25 octobre à Perpignan, pour apporter son appui à son "ami" candidat pour la quatrième fois à la mairie de Perpignan. 

Sur un ton volontairement populiste, mais sans écart de langage, le premier magistrat de Béziers, ancien journaliste, "arrivé par effraction" à l'hôtel de ville de la cité héraultaise, s'est surtout efforcé de vanter "les qualités humaines" de Louis Aliot ,"qui comme moi aime les gens". Puis de répéter les enjeux municipaux et électoraux qui se présentent à eux. "J'ai intérêt à ce que Louis Aliot gagne cette ville car aujourd'hui je suis un peu seul. On a besoin de montrer ensemble que l'on est l'alternative et je ferai tout pour t'aider". 

Devant les médias à l'intérieur de sa permanence cossue du 5 rue Mailly, le député du Rassemblement national s'est davantage posé en candidat antisystème et a promis à son invité du soir "un autre village gaulois en Occitanie en mesure de servir d'appui pour les reconquêtes futures". En bon élève.