Poitiers : un “indice de durée de vie” pour lutter contre l …

Poitiers : un “indice de durée de vie” pour lutter contre l ...

Obsolescence programmée : le gouvernement réfléchit à une étiquette de \”durée de vie\” pour les produits

nDès 2020, les appareils électroménagers et des produits high tech produits porteront une nouvelle étiquette avec un indice sur leur durée de vie, si le fabricant le souhaite. Il permettra aux consommateurs de connaître rapidement, grâce à une note allant de 1 à 10, la durabilité et la réparabilité de son appareil.

Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique propose de placer sur les appareils électroménagers et high tech, une étiquette avec un indice de durée de vie des produits. Cette initiative, mise en place à titre expérimental auprès des fabricants volontaires, ne débutera qu'en 2020. Placé à coté de l'étiquette énergie, cet indicateur, allant de 1 à 10, permettrait à l'acheteur de s'informer, en un coup d'oeil, sur la durabilité, la robustesse  de l'appareil et sur les possibilités de réparation de son produit.

Obsolescence programmée : le gouvernement réfléchit à une étiquette de \”durée de vie\” pour les produits

Par ailleurs, une application numérique facile d'accès (flash code sur l'étiquette des produits) serait également créée pour permettre aux consommateurs de comparer les labels, d'expliciter les principaux impacts environnementaux, d'informer sur la traçabilité et sur l'éco-conception des produits.

De sa conception à sa distribution, la consommation d'un produit nécessite une quantité considérable de ressources et d'énergie. À titre illustratif, la fabrication d'un smartphone de 300 g requiert d'extraire 70 kg de ressources naturelles. Pourtant, dans 60 % des pannes, le consommateur n'essaye même pas de faire réparer son produit. Pour y remédier, le gouvernement propose de créer un réseau de réparateurs sur le territoire de proximité à un coût incitatif.

Pour Me Émile Meunier, avocat de HOP (Halte à l'obsolescence programmée) à l'origine des premières actions françaises contre l'obsolescence programmée, "l'intention est louable, car les consommateurs pourront ainsi savoir si les produits qu'ils achètent sont durables et réparables", mais étant donné qu'il s'agit d'une expérimentation, il souligne que "seules les entreprises qui ont déjà un comportement vertueux et pas toutes les autres" se plieront à ce nouvel étiquetage. 

Un indice dedurée de vie qui ressemblerait à une étiquette énergie. C’est ce que le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot souhaite mettre en place sur les produits électroniques et électroménagers. Cet indice attribuerait une note au produit allant de 1 à 10 en fonction de divers critères, comme leur robustesse ou leur réparabilité.

Brune Poirson, secrétaire d’Etat à la transition écologique et solidaire, était hier à Poitiers pour visiter la Regratterie et la Filature de Ligugé, deux lieux dédiés au développement durable. Elle a confirmé que le gouvernement entend lutter contre l’obsolescence programmée.

“L’idée c’est d’avoir un indice précis d’information claire et précise sur la durabilité des produits mais aussi sur leur robustesse et leur durabilité” a précisé la secrétaire d’Etat. 

Parmi les pistes envisagées, l’affichage pour des produits électroniques et électroménagers d’un indice de durée de vie. Cet indice serait calculé sur la base de dix critères (une note sur 10) comme la durabilité, la réparabilité et la robustesse.

“Nous pensons que les consommateurs souhaitent et veulent consommer des produits qui ont une durée de vie plus longue” précise-t-elle.

Édition Atlantique, Bordeaux Métropole, Euskal Herri Pays Basque, Le journal continu, Pau Sud Aquitaine, Pays de Corrèze, Périgords

Obsolescence programmée : le gouvernement réfléchit à une étiquette de \”durée de vie\” pour les produits