Poitiers : les Gilets jaunes manifestent devant le centre des impôts

Poitiers : les Gilets jaunes manifestent devant le centre des impôts

La revue du web de la Vienne prend de la hauteur

Les Gilets jaunes ne décolèrent pas. Le mouvement entamé samedi 17 novembre sest poursuivi lundi et toute la semaine avec des barrages filtrants à Poitiers, Châtellerault, Loudun… et le blocage de nombreuses stations-service. Le car du Stade Poitevin rugby accidenté. Grosse frayeur pour les joueurs du Stade qui ont frôlé la mort dans la nuit de dimanche à lundi. Ils sont passés à deux doigts dune collision frontale avec un camion, en Haute-Vienne. Celui-ci a heurté le rétroviseur du car et des vitres ont explosé, blessant légèrement cinq joueurs.

Un poney à la maison de retraite. A La Résidence dor à Montmorillon, on attend chaque mois la visite de Crème: ce poney shetland anime laprès-midi des seniors et prend même lascenseur. Lex-fac de médecine rasée. Une page se tourne pour les anciens Poitevins. Depuis lundi, une grue de 30 mètres dotée dune grosse pince  grignote  les bâtiments désaffectés, en haut de la voie Malraux. Dans un mois, ils auront disparu et seront remplacés par un bâtiment bas et un espace vert.

Les actions des Gilets jaunes se poursuivaient jeudi, moins massivement que les jours précédents, mais avec la volonté de mobiliser à lapproche du week-end. Le mouvement semble vouloir se structurer pour durer. 

VIDÉO. Manifestation des Gilets jaunes en direction du centre-ville de Poitiers

Avions volés: le jeune pilote met fin à ses jours. Nicolas Retailleau, 20 ans, sest tué avec un fusil, en bout de piste de laérodrome de Loudun. Deux avions de chasse lavaient forcé à sy poser. Il venait de voler un avion à Marennes. Cest déjà à Loudun quil avait fait parler de lui la première fois en janvier, après deux vols davions. Il souffrait de troubles psychiatriques

Par mesure de sécurité,  la direction a décidé de fermer le site. “De toute façon, plus personne ne pouvait entrer ni sortir, précise Patrick Gonzalez”. Au final, pas dagriculteurs. Entre 12h et 13h, le centre des impôts a été évacué. Entre 80 et 100 agents ont dû rentrer chez eux. Le CDi est, depuis,  fermé au public. 

Commerce : la grande peur du Yellow Friday

Village des marques: cest non. Pour les promoteurs et les défenseurs du projet du Village des marques de Sorigny, cest la douche froide. La commission nationale daménagement commercial a mis son veto. A Châtellerault, le président des commerçants a lancé une pétition contre ce projet. Avocats en colère. Sur les marches du palais, les avocats se sont mobilisés dans le cadre de la journée daction Justice morte, destinée à protester contre les projets de réforme du gouvernement.

A Poitiers, les gilets jaunes changent leur fusil dépaule. Après avoir filtré la circulation au rond-point du Mac do pendant  six jours, ils changent de cible et bloquent le centre des impôts.  un petit groupe est toujours au rond-point du Mac Do de Croutelle, mais les autres, ont pris le chemin des Couronneries. 

Les Gilets jaunes continuent de voir rouge

Gilets jaunes et peur de vendredi jaune. Notre journaliste a passé une partie de la nuit avec les Gilets jaunes, toujours mobilisés au rond-point de Poitiers-sud. Tandis quune délégation de commerçants était reçue par la préfète pour dire leur exaspération de voir leur activité entravée et leurs difficultés économiques. Les fonderies dIngrandes pourraient fusionner. Lhypothèse dune fusion des deux fonderies dIngrandes prend de lépaisseur. LÉtat et Renault y sont favorables. Reste à convaincre Fonderie du Poitou Fonte et Saint-Jean Industries. Un patron disparaît et laisse onze salariés dans la tourmente. Depuis début novembre, le gérant de RM Bâtiment, à Jardres dans la Vienne, ne donne plus signe de vie à ses onze salariés qui nont pas été payés depuis mi-août.

Depuis ce matin, une cinquantaine de Gilets jaunes manifestent dans la calme devant lentrée du centre des impôts de Poitiers dans le quartier des Couronneries. 

Nuit noire pour Gilets jaunes

Encore près de cent cinquante Gilets jaunes, mercredi, autour du rond-point dAuchan, à Poitiers sud. Cinq jours que ça dure. Il est 20h et ça klaxonne en longueur. Voitures, routiers. Un concert entêtant. Jamais une mobilisation populaire navait suscité une telle sympathie. Les Gilets jaunes se nourrissent du ras-le-bol général. Cest leur carburant pour tenir, même par grand froid. A peine -2° ce soir.  Cest prêt!  : Bruno, un artisan de Montmorillon, est content de ses braises pour le barbecue.

Gilets jaunes : quelles actions pour les prochains jours en Poitou-Charentes ?

 Cest bien, le mouvement samplifie, contrairement à ce que disent les médias , lance une dame.  Ouais, faut pas regarder BFM TV , lui répond sa fille.La défiance vis-à-vis de la presse est une réalité sur le barrage filtrant. Regards noirs. On annonce la couleur : Je suis journaliste… Mais ça ne marche pas toujours. Du côté du McDo, certaines recrues, pas seulement motivées par la défense du pouvoir dachat, font la loi. Les  historiques  sont au courant des  dérives  dans ce coin de rond-point. Ils interviennent souvent. La police aussi, indispensable ici.  Rien à foutre que tu sois journaliste. Tu prends pas de photo, sinon…  Limmense brasier éclaire la nuit noire. Les  jaunes  ne se font pas un sang dencre sur leur avenir:  Il ny aura pas dintervention policière sinon ça va dégénérer, prédit Jean-Paul, 56 ans. De toute manière, les policiers sont avec nous.  Et cest vrai.Lintérimaire observe loiseau de lhyper.  Tu sais, pour linstant, on est sur le carburant. Mais on a aussi marre de bouffer de la merde chimique. Les légumes viennent dEspagne. On préférait bouffer du sain, du bio, si on avait les moyens. Lécologie, ça va venir.  Jean-Paul nest pas encore un  gilet vert , ces citoyens engagés contre le dérèglement climatique. Mais il y en a ici.Un motard lance un  burn  bruyant et odorant. Le routier roumain qui bloque la N10 se fait payer un café. Une palette jetée dans le feu lève des milliers détincelles au ciel. Il ny a presque plus de voitures et quasiment pas de bruit. Par petits groupes, ça discute. Du travail, de la vie. De la suite. Zebda coupe linstant de grâce:  Motivé, motivé, il faut se motiver.  Pas besoin, ils le sont. Les travailleurs pauvres dont lhorizon sarrête au 15 du mois. Pour eux, la colère vient des tripes. Ohé partisans, ouvriers et paysans cest lalarme… Et quelques patrons, comme Aurélien. Lui ne veut plus de partis politiques. Ni de gouvernement.  Je veux un système à lislandaise avec des citoyens tirés au sort pour gouverner. Maximum un an. Après on change. Pour éviter les conflits dintérêts avec la finance et les multinationales.  Bon, il trouve aussi quil y a trop détrangers en France. Largument revient souvient comme une antienne. Quand la confiance sinstalle. Pas étonnant. Beaucoup ici ont voté Rassemblement national. Mais dans cette microsociété du giratoire enflammé, ils confrontent leurs arguments à des gens de gauche. Ces citoyens jadis  ennemis  discutent autour du feu. Et brûlent parfois ensemble des idées reçues. Cest déjà ça de gagné.

Nous avions un bon tuyau, mercredi soir. Une piste pour comprendre la mécanique des Gilets jaunes. Dans ce mouvement citoyen inédit en France, il ny a ni porte-parole ni structure conventionnelle. Nous avions vent dune réunion secrète dans un bar de Poitiers. Un peu avant 20h. Assis autour dune table, une quinzaine de personnes. En civil. Sans la chasuble.  Nous allons discuter stratégie, nous ne souhaitons pas votre présence, indique lun des  clients . Mais vous pouvez aller au rond-point, il y a du monde.  La  stratégie , il sagissait des actions à venir. Comme lintervention au Centre des impôts, hier. Et une montée sur Paris?  Non, cest pas nous, ça. Nous, cest ici.  Selon nos informations, les Gilets jaunes ont des  têtes pensantes : il sagirait dadministrateurs de groupes Facebook, notamment Colère 86 et Ras le bol 86.