Les vélos Gobee.bike bientôt en libre-service à Reims

Vous devez être connecté·e pour rédiger un commentaire.

Le Gobee.Bike : le vélo sans borne d'attache annonce son arrivée à Reims

Histoires 14-18 : le retour de la superstition

Gobee.bike, La Start-Up Qui Va Ringardiser Vélib' À Paris

Looking for Gobee, ou la mystérieuse privatisation des vélos verts

Marie-Pascale : “il peut nous rassembler”Avis de tempête pour Vélib’ version JCDecaux. Déjà piteusement écarté des pistes cyclables de la capitale par la PME Smoove qui prendra sa succession dès le 1er janvier 2018, le service de vélos libre-service piloté par le spécialiste de la publicité urbaine devrait vivre une fin de règne contrariée avec l’arrivée du nouveau venu Gobee.bike qui a déboulé ce lundi à Paris. Après une phase de tests à Hong Kong puis, plus près de nous, à Lille, les deux roues verdoyants de Gobee.bike sont disponibles depuis ce lundi à Paris et présentent une spécificité, et non des moindres, qui relègue Vélib’ « V1 » au rang « d’antiquité » : la géolocalisation qui permet à chaque usager de ne plus être tributaire des « fameuses » bornes et ainsi disposer d’une marge de manœuvre accrue pour déposer sa bicyclette sur un simple parking à vélos.  Finis ainsi les sempiternels détours pour trouver une borne  avec des places disponibles.Une petite « révolution » à laquelle les services de scooters en libre-service comme CityScoot ont déjà souscrit, faisant de la géolocalisation leur marque de fabrique.  « Concilier ville mobile et ville durable n’est plus un objectif, c’est une réalité pour des métropoles comme Paris. La Mairie de Paris a lancé son plan Vélo dès 2015, et aujourd’hui en proposant les services de Gobee.bike aux parisiens et aux Hauts de Seine et Versailles, nous soutenons les ambitions de la Mairie de Paris de maintenir son statut de capitale mondiale du vélo », développe Raphael Cohen, PDG et cofondateur de Gobee.bike dans les colonnes du Figaro.  Le « modus operandi » est limpide.  Les « montures » vertes pomme de Gobee.bike sont disponibles par l’intermédiaire d’une application mobile, celle-ci permettant aux usagers de localiser les vélos à proximité.

Histoires 14-18 : René Fonck, l’as des asVous utilisez un navigateur trop ancien. Merci de le mettre à jour

Galvanisé par une levée de fonds de 9 millions d’euros au mois d’août dernier, Gobee.bike se sent pousser des ailes et espère rapidement tisser sa toile dans l’Hexagone. Objectif avoué : une dizaine de villes en France mais également en Europe  d’ici la fin de l’année en cours. De quoi devenir une alternative crédible à Vélib’ « version Smoove » qui a quelques atouts à faire valoir également :  la PME montpelliéraine gère actuellement plus de 715 stations vélos, 8 800 vélos en libre-service et 13 000 vélos de location longue durée.  Une capacité qui devrait plus que doubler avec l’accession à la « concession » Vélib’ « première version ».

Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine