Les vélos en libre-service de Gobee.bike retirés de Lille, Reims et …

Les vélos en libre-service de Gobee.bike retirés de Lille, Reims et ...

Les vélos en libre-service de Gobee.bike retirés de Lille, Reims et …

raconte Le Temps. Même les vélos “flottants” peuvent couler.

libre-service de Gobee.bike retirés de Lille, Reims et …” alt=”Les vélos en libre-service de Gobee.bike retirés de Lille, Reims et …”>

Les vélos en libre-service de Gobee.bike retirés de Lille, Reims et …

Un système “anarchique”. Mais il y a aussi les villes elles-mêmes, parfois mécontentes du déploiement des vélos “flottants”. A Paris, le maire PS du troisième arrondissement Pierre Aidenbaum a dénoncé un “développement anarchique de vélos géolocalisables sans bornes d’accrochage”, évoquant des vélos “abandonnés un peu partout, entassés, qui envahissent l’espace public”. Le système, vu d’un bon œil par la mairie qui veut favoriser l’usage du vélo, entraîne néanmoins des encombrements qui sont une “préoccupation légitime”, a indiqué Christophe Najdovski, adjoint en charge des transports et de l’espace public de la maire Anne Hidalgo. A Lille, pour éviter les débordements, la mairie réclame désormais une redevance annuelle de 11 euros par vélo à chaque opérateur, un coût financier censé les encourager à surveiller leur flotte d’un peu plus près.

Facile à utiliser et pas cher. Pourtant, le concept avait tout pour fonctionner puisqu’il reposait sur deux piliers forts : facile et pas cher. Contrairement aux vélos en libre-service classique – type Vélib’ – il n’y a pas de borne. Les vélos “flottants” sont disposés dans la rue. On prend le sien là où l’utilisateur d’avant l’a laissé (grâce à une application qui géolocalise les vélos) et on le laisse où on veut. Côté tarif, il faut compter seulement 50 centimes par demi-heure. Pas d’abonnement, on débloque le vélo en flashant un QR Code sur le cadenas. Quand on le réactive à la fin, le paiement est arrêté.

profitant du remplacement des Vélib’ qui tourne au cauchemar.
Les vélos en libre-service de Gobee.bike retirés de Lille, Reims et ...

Les vélos en libre-service de Gobee.bike retirés de Lille, Reims et …

Triste de voir que le vandalisme a tué #gobeebike à #Lille. Quelle belle mentalité que de détruire des services pratiques, pas chers, et qui ne coûtent rien au contribuable. Le service s’est arrêté à cause de gros débiles. Je n’ai pas d’autres mots.