A Reims, lhistoire tumultueuse du monument aux héros de lArmée …

A Reims, l\histoire tumultueuse du monument aux héros de l\Armée ...

Inauguration du monument aux morts à Reims : IBK rend un vibrant hommage aux soldats africains de la première guerre mondiale • Malijet.co * Mali

Le président IBK à côté de son homologue français Emmanuel  Macron  a été le seul chef dEtat africain invité pour rendre hommage aux troupes africaines à REIMS

Le Président de la République, SEM. Ibrahim Boubacar Keïta et son homologue français SEM Emmanuel MACRON ont procédé à linauguration officielle du Monument aux héros de lArmée noire récemment reconstruit.

 Cité des sacres, cité des rois, Reims, lieu de brassage et carrefour de tant de marqueurs de lhistoire de lhumanité, porte lempreinte de bien de grandes civilisations. Dans cette ville, déjà capitale de Rome au deuxième siècle avant notre ère, lon innova dans lenseignement du dessin, des mathématiques, de lanatomie, de la chimie et je pourrais poursuivre linterminable liste. Dans une dimension différente, peut-être un peu moins prestigieuse pour vous, mais combien importante pour mon pays et pour le peuple malien, luniversité de Reims Champagne-Ardennes, est le creuset formateur dune élite de qualité de par la France, de par le monde. Nombre de cadres, parmi les meilleurs de mon pays, y ont été formés et pour faire simple, je vous dirai que deux des anciens Premiers ministres du Mali sont sortis de cette université , a-t-il rappelé. Avant dexpliquer le message que Moreau Vauthier, soldat de la première guerre mondiale, survivant de Verdun et sculpteur dexception, a laissé pour les nouvelles générations à travers ces deux monuments. Il le traduit en trois mots simples : solidarité, discipline et loyauté.

La cérémonie solennelle qui a vu le Mali à lhonneur avec la présence du Chef dEtat malien aux côtés du Président Macron comme seul Chef dEtat invité spécial à cette symbolique, a eu lieu en début de soirée de ce 6 novembre 2018 à Reims dans le Parc de Champagne.

Honneurs militaires, lecture historique, éclairage du Monument, chœur, dépôt commun de gerbes de fleurs par les deux Présidents, sonnerie aux morts , minute de silence , la Marseillaise chantée par le Cœur de lArmée françaises, salutations des invités ont marqué la solennité de laprès-midi dinauguration qui a durée 45 minutes.

Le Monument inauguré, dorigine, œuvre du sculpteur Paul Morceau-Vauthier, avait été construit en deux exemplaires, à Reims et à Bamako au Mali, pour rappeler le sacrifice des tirailleurs sénégalais pour la défense de Reims en 1918. Il sagit du seul monument érigé en France après la guerre 1914-1918 en hommage aux troupes africaines des anciennes colonies.

Alors que le Monument jumeau de Bamako, inauguré le 3 janvier 1924, est toujours en place, celui de Reims fut démonté et détruit pendant la seconde guerre mondiale par loccupant allemand.

 Merci à la France et à son peuple pour ce sens si aigu de lhistoire. Un merci sincère et profond à vous, monsieur le président, pour lélégance et la tranquille sérénité avec laquelle vous incarnez et assumez cette histoire. Un merci sincère, profond et tout simplement chaleureux à la population de cette grande et belle ville de Reims, solidement construite, qui porte si fièrement le sceau de lhistoire, de la grande histoire , a déclaré le président Ibrahim Boubacar Keita lors de son intervention.

Linauguration du Monument aux héros de lArmée noire par les deux présidents est sans doute un hommage solennel aux troupes africaines qui payèrent un lourd tribut pour la défense de la France. Terre de combat, réservoir de ravitaillement multiforme, vivier de recrutement en soldats, lAfrique a payé un lourd tribut à la Grande Guerre. Plus de 500.000 soldats des colonies françaises (africains) ont participé entre 1914 et 1918 à la Première Guerre Mondiale, sillustrant lors des batailles les plus emblématiques ( Verdun et Somme en 1916 ; Chemin des dames en 1917).

Pour IBK, sa représentation dun chef blanc à la tête des combattants noirs navait rien de suprématiste car le soldat-sculpteur a voulu signifier quau front où lennemi était en face, identifiable et traçable et où il sagissait de tuer ou de mourir, ceux du même camp navaient dautre salut que de saccepter, de saimer, de saider lun, lautre et de braver la mort lun, pour que lautre survive quand la survie nétait pas possible pour tous deux.

Inauguration du monument aux héros de LARMEE NOIRE : Larbre ne doit pas cacher la forêt • Malijet.co * Mali

Après le cérémonial inaugural, IBK et MACRON en cortège automobile commun ont regagné lHôtel de Ville Reims où ils ont été accueillis par M. Arnaud ROBINET Maire de Reims. Sur place au niveau du Salon Colbert IBK a salué les adjoints au Maire avant de se diriger avec Macron vers bureau du Maire pour un entretien en tête-à-tête . A lissue du tête-à-tête IBK a signé le livre dor de la Mairie de Reims .

Mali : Centenaire de lArmistice à Reims: IBK rend hommage aux soldats de lArmée noire

Sur place, à Reims, la présence dun détachement Forces Armées Maliennes et de Sécurité, composé de 15 personnels, venu directement de la région militaire de Gao sans passer par Bamako, le dimanche 4 Novembre 2018 . Le détachement a composé le piquet dhonneur avec les troupes françaises lors des honneurs militaires aux deux chefs dEtats. Il était commandé par le lieutenant Seydou Diarra de lunité BA, âgé seulement de 28 ans .

Linauguration a mobilisé aux côtés du Chef de lEtat, le Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, le Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le Ministre des Maliens de extérieure et de lintégration Africaine, le Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République, le Général de Division Chef dEtat Major Particulier du Chef de lEtat , lAmbassadeur du Mali en France, lAmbassadeur du Mali à lUNESCO, le Consul du Mali à Paris , Mme le Maire de Montreuil et le personnel de lAmbassade du Mali en France.

Cent ans après la signature de l'Armistice, le président français Emmanuel Macron et son homologue malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), ont salué mardi 6 novembre à Reims la mémoire des 200 000 soldats africains ayant combattu dans l'armée française durant la Première Guerre mondiale. Au total, 30 000 soldats africains ayant combattu pendant la Première Guerre mondiale ont trouvé la mort entre 1914 et 1918. Hommage solennel, honneurs aux drapeaux, hymnes, revue des troupes et inauguration officielle du « Monument aux héros de l'Armée noire ».

La cérémonie militaire marquant l’inauguration du « Monument aux héros de l’Armée noire » se voulait solennelle, et elle l’a été. Les présidents Macron et Keïta ont déposé ensemble une gerbe de fleurs au pied de la sculpture qui domine une clairière. Ils sont repartis main dans la main.

En visite officielle à Paris sur invitation du Président français, le jeune Emanuel Macron, le très honorable, le très respecté et le très adulé des Maliens (IBK), sest vu accueilli par un Maire pour saluer à Reims la mémoire des 200.000 Soldats africains ayant combattu dans lArmée française lors de la Première Guerre mondiale. 

Si le président Macron n’a pas prononcé de discours, le chef d’Etat malien lui est revenu sur le rôle des tirailleurs qui étaient pour la plupart originaires de son pays : « Ils se sont battus pour l’empire, par monts et par vaux, ils se sont battus de jour et de nuit, et plus souvent de nuit que de jour. Ils se sont battus pour la France, mais pour eux-mêmes aussi », a déclaré IBK.

Durant cette guerre et lorsque les obus avaient dévasté la terre, seule cette fleur de bleuet continuait à pousser.  Après la guerre, des citoyens animés des sentiments nobles se sont regroupés pour entourer solidairement tous les soldats blessés, les victimes de guerre, les veuves et les orphelins.

Malgré la solennité de la cérémonie, l’émotion était au rendez-vous, du moins aux yeux du romancier congolais, Alain Mabanckou : « C’est cette sensation qu’on a lorsqu’on se retrouve quelque part et de se dire que ses ancêtres sont passés ici, et de ressentir des pulsations qui font que votre cœur se met à battre plus vite. »

Actualités – France: Inauguration du Monument en hommage aux héros de lArmée noire

Pour la France et ses anciennes colonies, la Première Guerre mondiale n’est peut-être plus qu’un mauvais souvenir. Mais les uns et les autres peuvent plus que jamais, cent ans après l’Armistice, se souvenir ensemble.

Plusieurs centaines d'invités assistaient à la cérémonie, y compris une poignée d'étudiants africains, dont l'arrière-petite-fille d'un tirailleur : « Cette cérémonie pour moi est un honneur puisque j’ai un membre de ma famille qui carrément fait partie de l’Armée noire. Mon arrière-grand-père malien qui représentait le Soudan du Sud. Donc pour moi, c’est une réelle fierté d’être ici aujourd’hui et de pouvoir lui rendre hommage. Il en est revenu muet, il en a été traumatisé. Donc ça a créé une sorte de mémoire d’une violence qui n’a pas été dite, mais qui a été quand même comprise dans la famille. » Sa voisine poursuit : « Avec cette cérémonie et avec l’inauguration de ce monument, cela montre qu’ils sont finalement commémorés et appréciés. Et cela montre la réalité de la colonisation et de ce qui s’est vraiment passé. »

« En tant que Sénégalais et Africain, je suis honoré quand je vois un monument qui rend hommage aux héros de l’Armée noire, surtout que l’histoire des tirailleurs sénégalais et des héros de l’Armée noire, elle a été pendant très longtemps mise de côté. Par exemple, aujourd’hui c’est un siècle après qu’on inaugure un monument, ça en dit long sur finalement comment cette histoire a été pendant très longtemps mise de côté. On n’en parlait pas beaucoup. Et pour réconcilier les mémoires, c’est important qu’on soit tous présents aujourd’hui. »

Macron et le président malien honorent la mémoire de lArmée noire de 14-18

Les deux présidents ont salué la solidarité de leurs deux pays aujourd’hui encore et cette fois dans une bataille contre le jihadisme sur les terres africaines : « C’était important pour moi que le président Keïta soit là. D’abord parce qu’il est lui-même le descendant d’un poilu à titre personnel. Il l’a dit avec beaucoup d’émotion. Et aussi, parce que je veux que nos concitoyens français, européens, africains, aient à l’esprit cette dette de sang qui nous lie. A l’heure où je vous parle, nous avons des milliers de nos soldats qui sont sur le sol du Mali, qui sont en Mauritanie, qui sont au Burkina Faso, au Tchad, au Niger et qui se battent contre l’obscurantisme pour la sécurité et la liberté dans ces pays. Mais je n’oublie pas qu’il y a cent ans, ce sont les aïeux de ceux qu’on est allé défendre qui se sont battus pour nous. Reims fait partie de cette histoire avec ce magnifique monument et je remercie le président Keïta. »

Ce dernier confie : « Ce qui nous lie plonge dans l’histoire et a été fécondé par tous ces défis relevés ensemble et qu'aujourd’hui encore, des jeunes Français relèvent quotidiennement dans le Sahel. Ce n’est pas pour la liberté, ce n’est pas pour la paix, mais pour les valeurs parce que ce qui s’est passé chez nous aujourd’hui au Sahel concerne le monde entier. Je me devais de venir témoigner ici de cette solidarité renouvelée entre nos peuples, entre nos pays. »