VIDEO. Près de 200 personnes devant lhôpital Sébastopol de Reims à lappel des parents de Vincent Lambert – LUnion

VIDEO. Près de 200 personnes devant l\hôpital Sébastopol de Reims à l\appel des parents de Vincent Lambert - L\Union

VIDEO. Près de 200 personnes devant lhôpital Sébastopol de Reims à lappel des parents de Vincent Lambert

Dans une déclaration publique du groupe bioéthique de la Conférence des évêques de France, lÉglise catholique sest opposée explicitement à larrêt de lalimentation et de lhydratation de Vincent Lambert.

Sur laffaire Lambert, le silence prévaut sur le front religieux… Seule lÉglise catholique soppose explicitement pour lheure à larrêt de lalimentation et de lhydratation du patient. Samedi 18 mai, une longue déclaration publique du groupe bioéthique de la Conférence des évêques de France, signé par six évêques et deux prêtres spécialistes, a posé cette question au nom de tous les évêques: Pourquoi cette précipitation pour le conduire vers la mort? Dans le même temps, à Rome, LOsservatore romano, le quotidien officiel du Saint-Siège, publiait une tribune du père Roberto Colombo, professeur à la faculté de médecine et de chirurgie de lUniversité catholique du Sacré-Cœur à Milan, jugeant inacceptable larrêt de lalimentation et de lhydratation.

Tandis que les avocats des parents de Vincent Lambert ont annoncé ce dimanche matin de « nouveaux recours » pour empêcher linterruption des soins programmée, un rassemblement de soutien était organisé à Lyon à 15 heures, devant le Palais de justice des 24 Colonnes (5e arrondissement).

LIRE AUSSI – De laccident à larrêt des soins, les dix années de combat autour de Vincent Lambert

Dans ce texte romain fortement relayé par les médias du Vatican, cette autorité en matière de bioéthique …

Face à une banderole « Soutien à Vincent Lambert », ils étaient environ 150 à 15h30, certains tenant des feuilles blanches à la main avec l’inscription « Je suis Vincent ».

Les évêques de France dénoncent une précipitation à conduire Vincent Lambert vers la mort

Ce qu'on comprend dans cet article, c'est que le groupe bioéthique de la conférence des évêques de France semble découvrir le problème et tente de donner un jugement moderne conforme à son éthique. Un peu tard peut être? Cela a t'il une réelle importance maintenant? Ils auraient dû se bouger il y a des années pour résoudre le problème d'éthique, assister les parents et convaincre. C'est leur rôle fondamental. Maintenant, à la fumée des cierges, ils se réveillent. Pas très efficace comme démarche.

Lecture de lappel de 70 médecins pour sauver #VincentLambert a #Lyon devant 200 personnes au moment où Viviane Lambert demande à #Reims de continuer à nourrir son fils @SoutienVincent pic.twitter.com/lzF08fzHJF

Vincent est un être vivant, repirant seul, paucirelationnel comme 1500autres patients en France. Le laisser mourir de faim et de soif est une horreur qu'on ne souhaite à personne. Si on l'assassine, on tu aussi les 1500 autres ???? L'Eglise est là pourrappeler la dignité de tout être vivant quel que soit son état.

Le déléguée départemental du Parti chrétien-démocrate, Olivier Pirra, a également participé au rassemblement.

Plutôt que de balancer des formules lapidaires pour satisfaire on ne sait quoi, il semble qu'un commentaire pertinent serait plus approprié. Mais peut-être n'avez vous rien à dire.

Lire aussi ==>>  Vincent Lambert : larrêt des soins imminent, la bataille judiciaire se tend

Bien vu. La religion chrétienne a été inventée avant les progrès de la médecine. Et quant à laisser mourir, ou faire mourir, lEglise est mal placée pour donner des leçons : elle a fait bien pire pendant linquisition.

Il est mort bien peu de monde pendant linquisition quand on compare aux guerres de religion en Europe lorsque le protestantisme sest répandu et aux 2 guerres mondiales qui navaient rien de religieuses. Choisissez mieux vos exemples.

Bof, du réchauffé. Tapez 'inquisition idées reçues' dans G… et vous aurez quelques lumières sur la question.

Laffaire Vincent Lambert pourrait connaître son épilogue à partir de lundi 20 mai avec larrêt programmé des traitements du patient tétraplégique en état végétatif depuis plus de dix ans, combattu jusquau bout par ses parents.Selon une source médicale,ce protocole de fin de vie pourrait durer de deux à quatre jours et comprendre, outre larrêt des machines à hydrater et alimenter, une sédation “contrôlée, profonde et continue” de cet homme aujourdhui âgé de 42 ans, ainsi quune prise danalgésiques “par précaution”.

Affaire Vincent Lambert : une semaine décisive pour la famille

Farouchement opposés à larrêt du traitement, les parents du patient appellent à un rassemblement devant lhôpital Sébastopol dimanche dès 15h pour “supplier” les médecins “de continuer à nourrir et hydrater” leurs fils.

Affaire Vincent Lambert : appel à manifester aujourdhui à Reims

Cette famille est déchirée : dun côté les parents, Viviane (73 ans) et Pierre (90 ans), fervents catholiques, ainsi quun frère et une sœur; de lautre lépouse de Vincent, Rachel, six frères et sœurs et son neveu François dénoncent un “acharnement thérapeutique”.

Depuis 2013 et un premier arrêt des soins, stoppé sur décision judiciaire, les parents ont multiplié les recours devant maintes juridictions. Lun des derniers en date, devant le Conseil dEtat, sest conclu en avril par un énième rejet, ouvrant la voie à un nouvel arrêt des soins. Les avocats des parents ont aussi saisi un organisme de lONU, le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH), qui a demandé deux fois, le 3 mai et vendredi, à la France de ne pas suspendre les soins dans lattente de lexamen du dossier sur le fond par ses soins. Mais la France répète que ces mesures conservatoires “sont dépourvues de caractère contraignant” et met en avant le “droit du patient à ne pas subir dobstination déraisonnable”.Samedi, les avocats des parents ont encore imploré Emmanuel Macron de faire maintenir les traitements dans une lettre ouverte, qualifiant la mort programmée du patient de “crime dEtat commis au prix dun coup de force contre lEtat de droit”.Aucune information ne filtre sur le dispositif de sécurité concernant la mise en place de ce protocole toujours controversé. Seule certitude: aucune entrée ne sera autorisée sur le site de Sébastopol, déjà soumis à des conditions daccès draconiennes depuis que laffaire Lambert a pris cette dimension.