Arsenal-Rennes: Le Stade Rennais est-il devenu le porte-drapeau du football breton ? – 20 Minutes

Arsenal-Rennes: Le Stade Rennais est-il devenu le porte-drapeau du football breton ? - 20 Minutes

Arsenal-Rennes : les compos probables

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète High-Tech T'as vu ? Vidéos 20 Minutes Podcast Guide d'achat By the Web En Images Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Sport Le Stade Rennais est-il devenu le porte-drapeau du football breton ?

FOOTBALL Grâce à son parcours en Ligue Europa, Rennes pourrait simposer comme le club phare de toute la Bretagne

Avec quatre clubs professionnels évoluant dans les deux premières divisions (Rennes, Guingamp, Brest et Lorient) et quelque 150.000 licenciés, la Bretagne est une vraie terre de foot. Pourtant, aucun club na réussi à simposer définitivement comme lincontestable porte-étendard du football breton.

Mythique ! Quand deux cortèges de supporters rennais se retrouvent à Highbury Fields, Aux armes puis les retrouvailles pic.twitter.com/5uDmpFnoDW

 Historiquement, le Stade Rennais était le club de la Bretagne, le premier club pro de la région jusquà lémergence des autres clubs, mais sa zone dinfluence sest restreinte au fur et à mesure des années , précise le journaliste Benjamin Keltz, auteur dun livre de référence sur les supporters rennais.

Fédérer la Bretagne autour du Stade Rennais fait dailleurs partie des objectifs affichés par sa direction depuis des années. Le président Olivier Letang a ainsi réaffirmé lors de sa prise de fonction, fin 2017, sa volonté de  renforcer lancrage breton du club . Une ambition qui se heurtait jusque-là au faible palmarès des Rouge et Noir – les Coupes de France de 1965 et 1971 commencent à prendre sérieusement la poussière – et à une tradition de lose souvent moquée. Mais ça, cétait avant ! Avant lépopée en Ligue Europa, la qualification face au Betis et le succès contre Arsenal en 8e de finale aller.

On imaginait rencontrer un Julien Stéphan un brin courroucé lorsquil sest présenté en conférence de presse, mercredi soir dans les travées de lEmirates Stadium, mais il nen fut rien. Sil sest montré ironique concernant  un timing surprenant , le coach rennais na pas voulu polémiquer outre mesure :  On ne pouvait imaginer ça jusquà 17h45 hier soir [mardi] quand linfo est tombée. Bon, les instances ont décidé de réduire la suspension de trois à deux matchs, tant mieux pour lui. Cest comme ça, on subit. Mais aujourdhui on est trop proche du match et on na pas dénergie à perdre avec lUEFA. On va maintenant sorganiser en conséquence. 

De quoi changer la donne au niveau régional ? Benjamin Keltz veut y croire :  Il y a aura un avant et un après Arsenal au Roazhon Park. Ce match va marquer toute une génération de supporters pour les prochaines décennies. Même en cas délimination à lEmirates, le soufflet retombera un peu mais il se sera passé quelque chose de fort.  Pour lui, ce match a déjà permis au SRFC de  rétablir son statut de club phare en Bretagne .

La nouvelle est tombée mardi soir comme un cheveu sur la soupe : Alexandre Lacazette, initialement suspendu trois matchs après un coup de coude contre le BATE Borisov a finalement été autorisé à jouer jeudi le 8e de finale retour contre Arsenal. Après une réclamation posée par les Gunners (sans que le Stade Rennais nait été mis au courant), lUEFA a donc décidé de se montrer clémente. Mais ce qui pose problème dans ce bazar, cest le timing de la décision, 48 heures avant le coup denvoi de la rencontre.

Quen pensent les membres et supporters des autres clubs bretons ? Michel, intendant du Vannes OC, assume être  derrière le Stade Rennais. Chez nous, cest le club de cœur de la majorité des gens. Et dans la vie courante, on sent que lengouement dépasse le cadre de Rennes depuis les matchs face au Betis et Arsenal.  Il est dailleurs  persuadé que la majorité des salariés des autres clubs bretons sont derrière Rennes en Ligue Europa. Avec Guingamp, Brest ou Lorient, il ny a pas la même animosité qu entre Lyon et Saint-Etienne par exemple. 

La position de Michel nest cependant pas partagée par tous. Si Benoît, supporter du Stade Brestois depuis 30 ans, reconnaît ainsi avoir  plutôt soutenu Rennes contre Arsenal , cest surtout car il  naime pas trop  les Gunners.  Mais le Stade Rennais représentant de la Bretagne, ça me fait un peu rire, ajoute-t-il. Ils se la jouent “breizhous” à fond avec lhymne breton en début de match alors que personne ne capte les paroles dans le stade ! 

Même s’ils forment une famille parmi les plus riches du monde, ils restent très loin des deux premiers propriétaires de club de sport, à l’épaisseur du portefeuille. Selon Forbes, le deuxième est l’Américain Steve Ballmer, ancien PDG de Microsoft, il a racheté en 2014 la franchise de basket-ball des Los Angeles Clippers. Sa fortune est évaluée à 41,2 milliards de dollars. À la tête du classement avec un patrimoine proche de 50 milliards : l’homme d’affaire indien, Mukesh Ambani, patron de la la franchise indienne de cricket, les Mumbai Indians. Il est aussi le dirigeant de Reliance Industries, entreprise spécialisée dans l’industrie pétrochimique qui a fait sa richesse.

Quant aux ultras, ils sont forcément les plus imperméables au pouvoir dattraction rennais. Les Merlus Ultras 95 indiquent quils ne  supporteront jamais un autre club que le FC Lorient , tandis que Franck, fondateur des Roud Boys de Guingamp, est  totalement neutre devant Rennes-Arsenal. Jétais plus heureux de les voir gagner contre Caen [à la lutte avec lEAG pour le maintien] , assure-t-il, tout en glissant une petite pique au rival régional :  Au moins, avec ce beau parcours en EL, ils nauront plus honte de leur club. 

Loin des terrains et du match de ce jeudi soir opposant le Stade Rennais à Arsenal, pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa. Avec une fortune estimée à 29,7 milliards de dollars (26,2 milliard€) François Pinault est, selon Forbes, le troisième propriétaire d’une équipe de sport le plus riche du monde. Lui, et désormais son fils François-Henri, sont à la tête du Stade Rennais, pour autre activité que le secteur du luxe où ils opèrent, via le groupe Kerin qu’ils dirigent (Gucci, Yves Saint Laurent, Balenciaga…).

Une posture logique selon Benjamin Keltz :  On ne change pas de club de cœur comme ça, du jour au lendemain. Mais ça pourrait évoluer dans les familles. À Saint-Brieuc, par exemple, il y a souvent eu une guéguerre familiale entre les grands-parents supporters du Stade Rennais et les petits-enfants fans de Guingamp. Si lépopée continue, Rennes pourrait réussir à reconvertir la dernière génération dans une zone plus large .

1. Mukesh Ambani (50 milliards$) = Mumbai Indians 2. Steve Ballmer (41,2 milliards$) = Los Angeles Clippers 3. François Pinault et sa famille (29,7 milliards$) = Stade Rennais 4. Dietrich Mateschitz (18,9 milliards$) = New York Red Bulls, RasenBallsport Leipzig, Red Bull Salzbourg, Red Bull Racing, Red Bull Toro Rosso Honda 5. Hasso Plattner et sa famille (13,5 milliards$) = San Jose Sharks

Le Paris SG et l’Olympique Lyonnais éliminés en 8es de finale de Ligue des Champions, le Stade Rennais représente les derniers espoirs du football français sur la scène continentale cette saison. Forts d’une belle victoire au Roazhon Park (3-1), les hommes de Julien Stéphan se présentent sur la pelouse d’Arsenal avec une sacrée dose de confiance. Le onze rennais ressemblera d’ailleurs beaucoup à celui du match aller.

Tomas Koubek gardera les cages derrière une défense à quatre, au sein de laquelle Hamari Traoré, suspendu à Rennes, reviendra prendre place dans le couloir droit aux côtés de Damien Da Silva, Mexer et Ramy Bensebaïni. Dans l’entrejeu, la paire Benjamin André-Clément Grenier tentera de protéger son arrière-garde et de mettre sur orbite les éléments offensifs. À l’animation, une ligne de trois, la même qu’à l’aller, composée d’Ismaïla Sarr, Benjamin Bourigeaud et Hatem Ben Arfa.

Trois hommes qui avaient su faire mal aux Gunners à Rennes. Enfin, Mbaye Niang, de retour de suspension, devrait être aligné en pointe en lieu et place d’Adrien Hunou. Côté londonien, Unai Emery, spécialiste de l’Europa League (trois titres avec le FC Séville), ne compte pas lâcher si facilement. Devant l’inusable Petr Cech, on s’attend à un 3-4-3. Skhodran Mustafi, Laurent Koscielny et Nacho Monreal tiendraient ainsi l’axe de la défense.

Sead Kolasinac à gauche et le jeune Ainsley Maitland-Niles à droite seront les pistons choisis par le coach des Gunners. Lucas Torreira et Granit Xhaka partent favoris pour démarrer dans le cœur du jeu. Enfin, Mesut Özil devrait être aligné en soutien de la paire Alexandre Lacazette, finalement disponible alors qu’il était annoncé suspendu, et Pierre-Emerick Aubameyang. Les bases sont posées !