Vol Lyon-Rennes : La plus grosse erreur de ma vie , reconnaît lauteur de la fausse alerte – Ouest-France

Vol Lyon-Rennes :  La plus grosse erreur de ma vie , reconnaît lauteur de la fausse alerte - Ouest-France

Fausse alerte à la bombe sur le vol Lyon-Rennes : létudiant rennais condamné

Le 18 janvier 2019, paniqué à lidée de voir ses parents débarquer à Rennes pour une visite de son école de commerce, létudiant avait téléphoné à laéroport de Rennes pour signaler  une bombe qui allait exploser en vol  dans lavion Easyjet qui reliait Lyon à Rennes. Il avait utilisé une application internet pour modifier sa voix, avant son appel à 14 h 50.

Quelques minutes plus tard, lavion fait demi-tour vers laéroport de Lyon. Treize vols au départ de Saint-Exupéry vont être retardés, le trafic est arrêté pendant 40 minutes et un avion venant dAllemagne est dérouté vers Genève.  Ce genre de geste nest pas anodin, précise lavocate de la partie civile. Onze personnes ont dû travailler en heures supplémentaires . Les passagers qui devaient arriver à 16 h ont finalement atterri à 23 h.

Le jeune homme  de bonne famille ,  bien sous tous rapports  selon les propos du procureur de la République, avait tenté dès les vacances de Noël de dissuader ses parents de venir.  Javais prétexté une compétition sportive mais ils ont pris leur billet quand même, se souvient-il. Je ne savais pas comment men sortir, cétait un acte désespéré .

Après des études de droit à Lyon (Rhône), le jeune homme sétait réorienté vers une école de commerce à Rennes.  À Lyon, javais développé une addiction au cannabis, explique-t-il. Mes parents lavaient découvert et jétais suivi pendant un temps . En sinstallant à Rennes, il  replonge  et consomme jusquà dix joints par jour.

 Je voyais le week-end où ils venaient comme un week-end gâché. Je naurais pas pu fumer du week-end et ils auraient découvert létat de mon appartement. Je ne pensais pas vraiment que mon appel serait pris au sérieux . Son avocat, Me Bertrand Maillard, parle dun  acte désespéré ,  dun appel au secours  de la part dun jeune homme  immature . Il signe son geste  en appelant avec son propre téléphone portable .

Les faits remontent au 18 janvier dernier. Un appel anonyme annonce qu’une bombe se trouve à bord du vol Lyon-Rennes de la compagnie EasyJet. L’appareil fait aussitôt demi-tour, les passagers sont débarqués et leurs bagages fouillés. L’incident provoque une interruption de 40 minutes du trafic aérien à l’aéroport Lyon-Saint-Exupéry. 

Depuis, il a eu  une réelle prise de conscience pour sortir de sa consommation de cannabis . Le jeune homme est suivi à lhôpital et ne fume  presque plus . Il sest inscrit en fac de droit lannée prochaine, à Rennes, afin de poursuivre les études entamées à Lyon. Enfin, une médiation familiale est en cours pour renouer avec ses parents  qui navaient pas compris limportance de son addiction .

Faits diversLauteur de lalerte à la bombe est aussi maire dune commune bretonneTas vu ?Expulsée dun avion pour avoir refusé de regarder la vidéo des consignes de sécurité  (…) Lire la suite sur 20minutesÀ lire aussi :Indonésie: Sept avions de combat français atterrissent en urgenceEtats-Unis: Une collision entre deux hydravions fait cinq morts en Alaska, une personne disparue737 MAX: Boeing reconnaît des défauts dans les simulateurs de volJapon: Un avion furtif américain F-35 gravement endommagé par un oiseauCrash Egyptair: La piste dun incendie causé par lemballement thermique dun iPhone ou dun iPad est improbable

Laéroport de Lyon, de Rennes-Dinard et la compagnie Easyjet sont reconnus comme parties civiles. Le jeune homme devra leur verser 2 351 € pour leur préjudice matériel et 1 500 € pour leurs frais de justice. Le tribunal a entièrement débouté Easyjet de ses demandes indemnitaires  en labsence de justificatifs . La compagnie réclamait plus de 9 000 €.

Une fausse alerte à la bombe dans un avion… pour ne pas voir ses parents

Un étudiant rennais de 23 ans lance une alerte à la bombe en menaçant de faire exploser l’avion effectuant le vol Lyon-Rennes.

“Écoutez-moi attentivement, lavion Easyjet en provenance de Lyon vers Rennes ne décollera pas, sinon il explosera” : le vol EasyJet, parti de Lyon pour Rennes avec 150 passagers, avait dû faire demi-tour après un appel anonyme faisant état de la présence dune bombe à bord de lappareil. Une douzaine de vols avaient été retardés et un avion de la Lufthansa, empêché datterrir à Lyon, avait été dérouté vers Genève. 

Lire aussi : Alerte à la bombe dans un avion easyJet : l’étudiant ne voulait pas que ses parents viennent le voir

Cheveux mi-longs, jean noir et baskets, il a reconnu les faits devant le tribunal correctionnel, disant avoir voulu empêcher ses parents deffectuer le déplacement. Poursuivi pour “communication de fausses nouvelles compromettant la sécurité dun aéronef en vol”, le jeune homme avait créé la pagaille le 18 janvier aux aéroports de Rennes-Dinard et de Lyon-Saint-Exupéry. 

Dans des propos rapportés par Ouest-France, l’étudiant évoque un  geste désespéré . Il voulait à tout prix que ses parents n’arrivent pas à Rennes.

Afin de montrer ces publicités personnalisées, nous essayons davoir une idée de vos intérêts probables en fonction des sites que vous visitez sur Internet. Sur la base de ces intérêts, nous adaptons le contenu sur notre site web aux différents groupes de clients. Par exemple, en fonction de vos habitudes de navigation sur Internet, vous pouvez être inclus dans une certaine catégorie, telle que homme, groupe dâge 30 à 45 ans, marié avec enfants, sintéresse au football . Bien évidemment, ce groupe verra dautres publicités que le segment femme, groupe dâge 20 à 30 ans, célibataire et aime voyager .

Je ne pensais pas que cet appel allait être pris au sérieux. J’ai commis la plus grosse erreur de ma vie.

Son action entraîne des retards sur plusieurs vols. Des cellules de crise sont déclenchées. Lavion, avec à bord 158 passagers, doit faire demi-tour.

"Javais essayé de les dissuader", a-t-il ajouté. Connue de ses parents, son addiction au cannabis – jusquà dix joints par jour – "était leur ennemi n°1. Cela aurait créé un événement familial" (un psychodrame, ndlr), a dit létudiant qui voulait aussi cacher le désordre de son logement.

Lire aussi : Fausse alerte à la bombe à la gare de Rennes : l’auteur, un maire breton, convoqué par la justice

La visite de ses parents? "Impensable", selon lui. "Je passais ma journée quand je navais pas cours à fumer des joints. Cétait deux jours parfaits où je navais pas dobligation", a expliqué dune voix calme et posée le jeune homme, titulaire dun Deug de Droit et inconnu de la justice.

Le tribunal a condamné le jeune homme à une peine de 9 mois demprisonnement avec sursis et mise à lépreuve de deux ans

Le tribunal a condamné le jeune homme à neuf mois demprisonnement assorti dun sursis avec mise à lépreuve de deux ans, obligation de soins et de formation. Le tribunal a requalifié les faits et déclaré le prévenu coupable de délit de communication ou divulgation de fausses informations dans le but de faire croire quune destruction ou une dégradation a été commise.

Il devra aussi indemniser les victimes, c’est-à-dire la société des aéroports de Lyon (1 351 €) et celle de laéroport de Rennes–Dinard (1 000 €).

Une douzaine de vols avaient été retardés et un avion de la Lufthansa, empêché datterrir à Lyon, avait été dérouté vers Genève. Létudiant avait utilisé un logiciel pour modifier sa voix. Géolocalisé par lintermédiaire de son smartphone, il avait été interpellé à larrivée de ses parents qui avaient finalement atteint Rennes à bord dun autre avion.