Brest-Rennes: Le Stade Rennais demande à la LFP ne pas homologuer son résultat – 20 Minutes

Brest-Rennes: Le Stade Rennais demande à la LFP ne pas homologuer son résultat - 20 Minutes

Brest et Rennes dos à dos, le VAR KO

Messenger LinkedIn Email Balayé à Nîmes avant la trêve internationale, Brest a tenu tête à des Rennais ambitieux dans le derby. Cette fois les Finistériens ont mis lintensité quil fallait.

Finalement, quand on na pas pléthore dinternationaux mobilisés, elle peut faire du bien cette trêve internationale. Brest avait terminé son mois daoût balayé à Nîmes (3-0). Inexistant face à un adversaire boxant pourtant dans sa catégorie. Avec une nouvelle entame de match catastrophique. Si ça navait pas eu de conséquences fâcheuses

« Au final, la bonne décision a été prise et en aucun cas Clément Turpin, qui est un arbitre international reconnu pour son expérience, n’a eu recours à l’assistance vidéo sous la pression de quiconque. (…) Il y a eu un vrai dysfonctionnement dans le process de l’assistance vidéo. (…) On va tirer les leçons de cet épisode qui ne doit pas se reproduire », a-t-il déclaré dans des propos relayés par RMC Sport.

Jamais Clément Turpin “na eu recours à lassistance vidéo sous la pression de quiconque”, a assuré lundi auprès de lAFP Pascal Garibian, le directeur technique de larbitrage (DTA), qui a cependant reconnu “un vrai dysfonctionnement” dans lutilisation de la VAR lors de Brest-Rennes (0-0).

Le derby breton a donné lieu à une drôle de scène samedi en Ligue 1. Lattaquant rennais Raphinha a inscrit un but que larbitre a validé malgré la faute préalable dun partenaire. Les Brestois ont refusé de reprendre le jeu et, après cinq minutes de palabres, M. Turpin a recouru à la vidéo avant dinvalider le but.

“Au final, la bonne décision a été prise et en aucun cas Clément Turpin, qui est un arbitre international reconnu pour son expérience, na eu recours à lassistance vidéo sous la pression de quiconque”, même si “le déroulé des événements” peut laisser penser linverse, défend M. Garibian.

Dans la foulée, les Brestois ont refusé de reprendre le jeu, ce qui a mis de facto la pression sur le corps arbitral. Cest précisément ce qui ne passe pas au SRFC. Ils vont voir le VAR quand ils veulent. Il y a beaucoup de choses incohérentes et ils ne donnent pas dexplication. On est pris en otages , peste Clément Grenier dans LÉquipe.

Brest-Rennes : Garibian reconnaît un gros dysfonctionnement

En revanche, “il y a eu un vrai dysfonctionnement dans le process de lassistance vidéo”, reconnaît le patron des arbitres, avant de promettre: “On va tirer les leçons de cet épisode qui ne doit pas se reproduire”.

Samedi, à lissue de la rencontre, le quotidien sportif précise que le coordinateur sportif brestois Grégory Lorenzi, les dirigeants du Stade Rennais, les arbitres ainsi que les délégués se sont vigoureusement expliqués durant une bonne demi-heure, dans le vestiaire des arbitres. À cette occasion, les murs ont tremblé…

Selon lui, M. Turpin a bien “détecté une faute” du Rennais Jordan Siebatcheu mais il a laissé laction se terminer, conformément au règlement. Puis il a demandé à lassistant vidéo de “vérifier que le coup de sifflet soit bien intervenu une fois que le ballon a franchi la ligne, et non pas avant”, rapporte le DTA.

Après le match nul entre le Stade Brestois 29 et le Stade Rennais FC (0-0, résumé), samedi soir, marqué par une grosse polémique autour dun but refusé aux visiteurs, après intervention de la VAR, le dernier vainqueur de la Coupe de France a décidé de protester. Selon les informations révélées ce lundi après-midi par RMC, confirmées par LEquipe, les Rouge-et-Noir ont ce jour envoyé un courrier officiel à la Ligue de Football Professionnel (LFP) dans lequel ils demandent à linstance de « ne pas homologuer (leur) résultat » et « du même coup (leur) classement », en raison dune « succession de bêtises ». En plus de cette demande officielle, les pensionnaires du Roazhon Park vont prendre contact avec la Direction Technique de l’Arbitrage pour obtenir des explications sur l’arbitrage de la rencontre.

Une fois cette vérification faite, lassistant vidéo “est resté sur un gros plan qui montre que le gardien est bousculé par son propre défenseur. A partir de là, Clément a modifié sa décision et accordé le but”, affirme M. Garibian.

Le patron des arbitres a parlé. Et sa parole fait force de loi. Pascal Garibian était linvité de Breaking Foot ce lundi, sur RMC. Il est donc revenu sur la grosse polémique qui a entaché la cinquième journée de Ligue 1 dimanche. Rennes a inscrit un but accordé par larbitre… puis invalidé par le VAR, après six minutes dinterruption rocambolesques à Brest. Rennes, par la voix de son président Olivier Létang, a annoncé dès la fin du match que le club avait lintention de déposer une réserve technique. Cest fait. “Je ne vais pas me lancer dans une polémique avec Rennes, a déclaré Garibian en guise de préambule. Je tiens simplement à dire que finalement, même si cela a été douloureux, la bonne décision a été prise.”

Laffaire aurait pu en rester là mais “à un moment ils se sont aperçus quil y avait potentiellement une faute dans le déroulement de laction — une charge de lattaquant dans le dos du défenseur. Quand Clément a eu cette information (…), il a décidé comme le veut le protocole daller voir lui-même les images”.

“Clément Turpin na pas agi, nest pas allé voir la vidéo, sous la pression de quiconque, a estimé Pascal Garibian. Il ny aura pas de jurisprudence Clément Turpin puisque selon le règlement, il est interdit pour un joueur de réclamer lassistance vidéo. Cest sanctionné dun avertissement. Les arbitres ont des instructions, et forts de cette mauvais expérience, on va tirer les leçons de cet épisode. Il est hors de question que ça se reproduise. Nous avons bien conscience quil y a eu des dysfonctionnements.”

Affaire Brest-Rennes: Des dysfonctionnements mais pas de jurisprudence Turpin selon Garibian

“Chronologiquement, le travail aurait dû être inversé. Lanalyse dun but doit se faire dès le départ de la phase offensive et, après, on déroule” jusquà la fin, explique M. Garibian qui pointe en outre “une communication pas efficiente” entre larbitre et lassistant vidéo.

A la 65e minute du match entre les deux équipes samedi, Raphinha a prolongé un tir lointain après un téléscopage entre deux Brestois, le gardien Gautier Larsonneur et le défenseur Jean-Charles Casteletto. Larbitre a tardé à prendre une décision puis, devant le refus des Brestois dengager, sen est allé prendre les informations auprès du VAR. Il a finalement décidé, après six minutes darrêt de jeu, dannuler le but pour une poussette de Siebatcheu.

FOOTBALL. Ligue 1 : Rennes demande à la LFP de ne pas homologuer la 5e journée

Les Rennais, furieux du revirement, ont accusé M. Turpin davoir cédé à la pression du public et des joueurs brestois. Le club a déposé une réserve technique.