Rennes : Raphinha, un rodage prometteur – Foot Mercato

Rennes : Raphinha, un rodage prometteur - Foot Mercato

Ligue Europa : le Stade Rennais va devoir cravacher…

Cet été, le Stade Rennais s’est offert sur le gong la deuxième recrue la plus chère de son histoire : le Brésilien Raphinha. Arrivé en provenance du Sporting Portugal en échange d’un chèque de 21 M€, l’ailier-attaquant a débarqué en Bretagne avec une réputation prometteuse. Chez les Rouge et Noir, on ne cachait pas en tout cas sa joie d’avoir pu arracher cet espoir des mains lisboètes. « C’est un joueur d’élimination, de percussion, de dribbles, capable de faire les dernières passes et de marquer des buts, en gagnant des uns contre un. Il complète les caractéristiques de nos autres joueurs offensifs et il peut jouer en deuxième attaquant axial », s’enthousiasmait l’entraîneur rennais Julien Stéphan le 3 septembre dernier, lors de la présentation de sa recrue.

Onze jours plus tard, une fois la trêve internationale passée, Raphinha a pu disputer son premier match officiel sous ses nouvelles couleurs face à Brest. Une rencontre marquée par une énorme polémique arbitrale qui n’a pas empêché le Brésilien d’être l’un des meilleurs de son équipe. Très remuant, il n’a pas tardé à se mettre en action et aurait pu bénéficier d’un penalty dès la 19e minute. Véritable poison pour la défense brestoise, l’ex du Sporting CP a même eu la balle de match en toute fin de rencontre (89e), après avoir été directement impliqué sur le gros couac du VAR (son but a été refusé). Cinq jours plus tard, il a fêté sa deuxième titularisation consécutive pour le retour de la Ligue Europa au Roazhon Park, contre le Celtic Glasgow. Une compétition qu’il a jouée avec les Leões.

Avec le Manchester United de Paul Pogba à 753,25 millions d’euros, devant les Gunners d’Arsenal. Le groupe mancunien est plus ou moins six fois plus cher que ceux des deux équipes françaises : le Stade Rennais ici devant l’ASSE. On dit ici, car les bookmakers de France considèrent les Stéphanois (un peu) plus légitime pour le titre, que les Bretons. Rennes et Saint-Etienne sont en milieu de tableau pour ce qui concerne l’estimation des collectifs sur le marché des transferts.

Face aux Bhoys, le natif de Porto Alegre était aligné, sur la feuille de match, aux cotés de Mbaye Niang. En réalité, il a surtout occupé le flanc droit. Très vite identifié comme l’un des gros dangers adverses, il a été serré de près. Difficile ainsi de pouvoir utiliser ses qualités d’agent percuteur. Mais Raphinha ne s’est pas caché. Il a souvent décroché ou repiqué dans l’axe pour réclamer le cuir. Néanmoins, le bon quadrillage opéré par les Écossais ne lui a permis de briller que par intermittence (13e, 21e, 45e), contrairement à son pendant gauche, Flavien Tait, auteur d’un match très moyen. Des éclairs durant lesquels on a pu apprécier toute sa vitesse. Un atout de poids lors des phases de contre-attaque. Ses partenaires l’ont d’ailleurs très bien compris et l’ont souvent recherché par des passes en profondeur. Malheureusement pour lui, sans grande réussite. Mais dans ce match où les occasions bretonnes ont été rares, Raphinha a signé la deuxième la plus dangereuse de son équipe, après le penalty obtenu et transformé par Niang, avec une frappe enroulée du gauche obligeant Fraser Forster à sortir le grand jeu (31e). En deuxième période, le néo Rennais a été moins en vue.

Les Verts sont proches de la Gantoise qu’ils vont affronter dans le groupe I. Wolfsbourg a l’avantage dans cette poule ; les Loups pèsent ensemble l’équivalent quasiment pile du transfert de Neymar au PSG, en 2017. Le Stade Rennais est dans une position équivalente aux Verts dans le groupe E, avec une Lazio Rome supérieure (291,25 M€) et une formation du Celtic non loin en valeur (130,5 M€ contre 93,6 M€).

Certains y verront un verre à moitié vide, mais pour une deuxième en rouge et noir en moins de deux semaines, il y a pire. Au sein du vestiaire breton, en tout cas, Raphinha a déjà séduit pas mal de monde. A commencer par celui qui est destiné à devenir un partenaire privilégié : Mbaye Niang. « C’est un garçon qui a des qualités, qui est dans la percussion, qui aime jouer avec ses coéquipiers, qui est très généreux. Je cherche à l’aider, à parler avec lui, à faire qu’il s’adapte le plus rapidement possible parce que c’est un joueur qui va nous apporter énormément par sa qualité et sa générosité. En plus, c’est un garçon attachant qui est très gentil. C’est une très belle recrue qui va beaucoup nous aider cette saison », a déclaré le Sénégalais en zone mixte. Enfin lancé dans les cadences infernales du calendrier, le Stade Rennais affiche une patience optimiste avec sa recrue. Et nul doute qu’il espère désormais la voir briller à l’occasion des chocs qui se profilent à l’horizon (Lille, Nantes, OM, Lazio).

Sentiment mitigé au Roazhon Park. Tout heureux de retrouver la Coupe d’Europe après la belle aventure de la saison dernière (huitième de finale), le Stade Rennais pensait lancer son parcours en Ligue Europa de la meilleure des manières après l’ouverture du score de Mbaye Niang sur penalty. Malheureusement pour les hommes de Julien Stéphan, les Ecossais du Celtic n’ont rien lâché et sont repartis de Bretagne avec le point du match nul. Pas une bonne affaire pour les Rouge et Noir, surtout après la victoire, un peu surprise, de Cluj face à la Lazio. Résultat : la marge de manœuvre pour le prochain match à Rome s’annonce très réduite si les partenaires de Clément Grenier veulent une nouvelle fois rêver d’exploit. D’autant que les vainqueurs de la Coupe de France 2019 n’ont pas affiché un visage très séduisant. Un constat que ne partage pourtant pas l’ancien Lyonnais.

« Un peu de déception parce qu’on a le match en main et on leur fait un cadeau. On a été la hauteur dans ce match. C’est la Coupe d’Europe. On a su rivaliser avec eux, voire mieux dans l’intensité. En termes de statistique, on a été au-dessus d’eux dans tous les compartiments du jeu. Malheureusement, on n’est pas arrivé à garder ce résultat. On a fait un bon match qui va nous aider à progresser. C’était très intéressant ce soir. Il faut être positif. (…) Non, ce n’est pas une contre-performance, en tout cas à chaud, on a vraiment fait un match intéressant. (…) Ce qui s’est passé l’an passé c’est derrière nous. Ça nous sert d’expérience. On le savait que c’était un groupe compliqué, avec des clubs qui ont l’expérience des coupes d’Europe. »

Positiver, le mot d’ordre était largement répandu chez les joueurs rennais. Buteur sur penalty face aux Bhoys, Mbaye Niang n’a donc pas voulu sombrer dans le pessimisme à l’heure où se profile à l’horizon une série de chocs (Lille, Nantes, OM) avant le déplacement périlleux en Italie. « Il faut avoir confiance en nous si on veut réussir quelque chose. Si on n’a pas confiance, on ne verra rien du tout. Il faut rester confiant, être conscient de nos qualités. C’est bien beau de regarder les autres, mais on a de très bons joueurs et il faut le dire aussi », a-t-il indiqué, avant d’évoquer le gros test de Rome. Quand le match commence, il y a 0-0. « Il faut être confiant, on va mettre une stratégie en place. Il ne faut pas être obnubilé par ce match. Le piège serait de penser à la Lazio avant celui de Lille. Il ne faut pas qu’on tombe dans ce piège sinon ça va nous coûter cher ».

De son côté, son entraîneur Julien Stéphan a tenu un discours plus nuancé. Avec un groupe renforcé surtout dans les dernières heures du mercato, le coach du SRFC, qui a aligné pas moins de six recrues ce jeudi soir, sait que son équipe est encore loin d’être compétitive. « Ce n’est pas un match maîtrisé. C’est un match où l’on voit qu’on est en reconstruction, avec beaucoup de nouveaux joueurs à intégrer, qui sont arrivés tardivement, en fin de mercato, et six joueurs majeurs qui sont partis. Il faut trouver des repères collectifs et les matches vont nous permettre d’y arriver. On était face à un adversaire expérimenté, mais on n’a pas assez ouvert d’espaces et on leur a donné la possibilité de revenir », a-t-il déclaré en conférence de presse. Auteur d’un début de saison solide en Ligue 1 (2e, à 2 points du PSG), Rennes va désormais passer ses premiers vrais tests de ce début de saison. Fortement remanié cet été, l’effectif de Stéphan devra donc trouver rapidement la bonne formule.

Enfin pour le Luxembourg, la soirée a été historique. Au terme dune rencontre épique, à Nicosie, le modeste Dudelange FC sest imposé 4-3 sur le terrain de lApoel. Et quel scénario ! Menant dabord 2-0, le petit poucet luxembourgeois a vu les Chypriotes passer devant avec trois buts en quatre minutes…