Rennes : Si le tribunal me donne raison, cest la révolution . Le maire anti-pesticides de retour en… – 20 Minutes

Rennes :  Si le tribunal me donne raison, cest la révolution . Le maire anti-pesticides de retour en… - 20 Minutes

Anti-pesticides. Pour ces agriculteurs réunis à Langouët, cet arrêté est une erreur

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Messenger LinkedIn Email Larrêté anti-pesticides, pris par le maire de Langouët, est examiné sur le fond ce lundi 14 octobre 2019 par le tribunal administratif de Rennes. Laudience démarrait à 9 h. Environ 250 militants sont venus soutenir lélu.

Lagriculture française est saine, sûre et de qualité, le Manger Français doit devenir une réalité, disent-ils. Les agriculteurs sengagent depuis longtemps pour une agriculture durable et respectueuse, la confiance accordée par les Français ne mérite pas dêtre entachée par des dispositions contraignantes et inadaptées .

Larrêté anti-pesticides pris par le maire de Langouët est examiné, sur le fond, ce lundi 14 octobre 2019, par le tribunal administratif de Rennes.

Le maire de cette commune bretonne a pris un arrêté dinterdiction des pesticides à moins de 150 mètres de toute habitation. Cette décision lui valait une convocation en justice jeudi 22 août. Daniel Cueff, maire écologiste sans étiquette, met en avant un principe de précaution.

Daniel Cueff, 20 ans de combat contre les produits chimiques

Une centaine de soutiens au tribunalEnviron 250 personnes sont venues soutenir lélu pour cette audience qui devait démarrer à 9 h, ce lundi. Les automobilistes doivent prendre leur mal en patience, cette portion de rue du Contour-de-la-Motte est bloquée à la circulation.

Il nourrit ce soupçon depuis plus de vingt ans, et sest fait une spécialité dagir en conséquence, faisant de sa commune de Langoüet un fer de lance des politiques de lutte contre les produits chimiques, au nom de la  protection de la santé  de sa population. Certes, son arrêté ne vise pas les produits phytosanitaires autorisés en agriculture biologique, dont il  ne connaît pas les effets , car sa commune  nest pas concernée : les agriculteurs bio de ma commune font de lélevage. (…) Mais lagriculture nest quun symbole, notre objectif est politique. Il faut avoir une vision globale , assure-t-il. Lancien fondateur dun groupe danimation sociale dans des quartiers sensibles de Brest et de Rennes, homme de convictions, sait conduire des batailles.  Nous avons abandonné le désherbage chimique en 1999, la cantine de lécole est bio et locale depuis 2004.  Mais son plus long combat a porté sur la qualité de lair intérieur des maisons.  Nous avons beaucoup travaillé pour que les habitants arrêtent dutiliser des produits toxiques. Puis avec lécole supérieure de la santé de Rennes, nous avons réalisé des prélèvements et trouvé des taux considérables de formaldéhyde , substance cancérogène avérée. En 2003, il importe dAutriche des lasures durables pour dépolluer lair intérieur de lécole et de ses  écohameaux  : il est le premier à bâtir des  écolotissements  en Bretagne, des maisons de bois de 100 mètres carrés, chauffées au poêle à granulés et équipées de chauffe-eau solaires. Aujourdhui, Langouët respire… Agriculture, ou non.

Audience sur le fond pour larrêté antipesticides du maire de Langouët

Au tribunal, ce lundi matin, le maire de Langouët sest exprimé en disant que son action était un pas en avant pour sauver la démocratie . Il est accompagné dautres maires qui ont pris le même type darrêté pour leur commune. Comme Jacqueline Belhomme, la maire de Malakoff, commune des Hauts-de-Seine. Il y avait aussi Patrice Leclerc, le maire de Gennevilliers, le premier dailleurs à prendre la parole.

Devant une centaine de militants venus le soutenir lundi matin au tribunal administratif de Rennes, brandissant un bidon de produits phytosanitaires, Daniel Cueff ne donne pas dans la mesure. En prenant au mois de mai un arrêté interdisant lusage de pesticides de synthèse à moins de 150 mètres des habitations (en réalité rédigé par dautres), il a fait un pas  pour sauver la démocratie . Rien que ça !  Nous sommes face à quelque chose de lordre du Mediator , ce médicament antidiabète utilisé comme coupe-faim responsable de plusieurs centaines de morts, ose-t-il. Les faits ont beau le contredire, loutrance paie : quelque 90 maires ont suivi son exemple, et ces arrêtés médiatiques ont déclenché une vaste consultation publique, en même temps quun tollé au sein du monde agricole.

On mempêche de protéger ma population !, le maire de Langouët défend son arrêté anti-pesticides

Paris ne sest pas fait en un jour Philippe, habitant de Betton, qui fait partie du Collectif des coquelicots, a tenu à être là. Jai un diplôme décologie, ça fait quarante ans quon a des problèmes avec les pesticides. Les agriculteurs demandent encore du temps, cest scandaleux !

Philippe estime quici, le maire de Langouët a mis le gouvernement devant ses responsabilités. Il est temps que les Français prennent les choses en mains et réagissent . Il sinquiète : Le glyphosate : il y a lélément actif… mais quels effets secondaires. Et les tests faits par des labos, qui les encadre ? Il ne faut pas parler de produits phytosanitaires, cest du glissement sémantique pour nous faire croire que ce nest pas dangereux.

Le député de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière (LFI) était aussi présent. "Il semble évident que le maire dune commune doit -et cest sa responsabilité- protéger ses concitoyens et agir tel quil la fait", a-t-il estimé à la sortie de laudience. 

Pesticides : larrêté préfectoral du maire de Langouët devant la justice

Sur le fond, Philippe ny croit pas, Paris ne sest pas fait en un jour ! Il sagit là, dune bataille mais ce nest pas la guerre.

Après la tenue de barrages, mardi 8 octobre sur les routes du département, les réseaux JA 35 et FDSEA 35 se rassemblent ce lundi à 11 h, à Langouët. Par cette action, les agriculteurs veulent démontrer lincohérence dune telle mesure. Privilégier la contrainte réglementaire abusive à la concertation constructive nest pas acceptable.

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Pesticides : le maire de Langouët au tribunal de Rennes

Messenger LinkedIn Email Environ 200 agriculteurs sont rassemblés dans le calme, devant la mairie de Langouët, ce lundi 14 octobre 2019. Ils protestent contre larrêté anti-pesticides pris par le maire, Daniel Cueff. Toute la rue principale est bloquée, mais cela na pas dincidence sur la circulation.

Cette fois, il compte bien lemporter car lÉtat est en carence , assure-t-il. Le Conseil dÉtat a en fait cassé en juin larrêté pesticide français jugé pas assez protecteur pour les riverains. En réponse, le gouvernement qui doit rendre sa copie avant fin décembre a annoncé vouloir fixer à 10 ou 5 m de distance selon les cultures, ce qui a provoqué un tollé auprès des ONG environnementales jugeant cela risible .

La FDSEA et les jeunes agriculteurs JA se sont installés dans le bourg de Langouët, ce lundi 14 octobre, à 11. Avec une quinzaine de tracteurs et des remorques, ils bloquent la rue principale de la petite commune du nord de Rennes.

Arrêté anti-pesticides à Langouët : le tribunal de Rennes se prononcera dans deux semaines

Ils se sont installés devant la mairie pour dénoncer laction de Daniel Cueff, le maire. Cet arrêté anti-pesticides avec une distance dau moins 150 m est une erreur , estiment à lunisson les agriculteurs présents. Cette décision, il la prise seul. Cela aurait dû être discuté avant et voter en conseil municipal , déplorent deux de ses adjoints, Remi Morel et Jean-Pierre Goupil.

Lambiance est très calme. Les agriculteurs discutent entre eux. Ils ont prévu de quoi faire un barbecue sur place ce midi. La gendarmerie et un hélicoptère sécurisent le bourg et les alentours.

Daniel Cueff, le maire de Langouët, nest pas sur place puisquil est au tribunal administratif de Rennes où larrêté anti-pesticides a été examiné sur le fond ce matin.

Le maire de Langouët devant la justice ce lundi pour défendre son arrêté anti-pesticides

Le président de la FDSEA 35, Cédric Henry,a demandé aux agriculteurs sils souhaitaient échanger avec le maire. Ceux-ci ont dit oui. Pour le moment, on ignore si cette rencontre aura lieu.