Stade Rennais-Toulouse : Dans le dur, Rennes sauvé par Yann Gboho, un minot de 18 ans – 20 Minutes

Stade Rennais-Toulouse : Dans le dur, Rennes sauvé par Yann Gboho, un minot de 18 ans - 20 Minutes

Rennes-Toulouse (3-2). Stephan : La victoire nous manquait

 Il y a beaucoup de joie (dans le vestiaire) et du soulagement. La victoire nous manquait et jespère que celle-ci va nous permettre de repartir sur une bonne série. Cétait un scénario assez incroyable, mais est-ce que ça pouvait être autrement ? Peut-être que cétait notre destin. On a fait une entame de match canon, portés par lénergie du public jeudi (face à Cluj en Ligue Europa). Après, on a un peu trop reculé et laissé linitiative à Toulouse qui sest bien relancé. En deuxième période, il y avait peu de maîtrise collective, des deux côtés, et on restait à la merci dune égalisation .

 Je nétais pas résigné, donc jai encore fait des changements pour quon puisse prendre notre chance. Les joueurs ont continué à pousser, à y croire, ils ont de la valeur, ils sont solidaires, et on a forcé la décision sur un joli mouvement. Ça montre quil faut toujours y croire, même quand ça ne tourne pas comme on veut. Les joueurs ont été résilients et sont justement récompensés. Ce championnat est très homogène, donc ça oblige à avoir beaucoup de recul. On a deux points de plus que Nice, qui nous avait battu le mois dernier. Cest très serré, à part peut-être le PSG, Lyon et Monaco qui vont bientôt décoller.

Tout en subissant et tremblant sur chaque offensive toulousaine, Rennes a quand même réussi à se créer quelques situations dangereuses au retour des vestiaires. Niang a raté une opportunité juste après la reprise, et à la 69e le jeune Eduardo Camavinga a passé en revue toute la défense adverse avant de buter sur Baptiste Reynet. Des tentatives que le SRFC a cru regretter lorsque Max-Alain Gradel a égalisé sur coup franc à la 85e, mais le rentrant Gboho a donc sauvé la mise aux siens à la 92e en exploitant une superbe remise de Siebatcheu. Un but qui a plongé le Roazhon Park dans une vraie euphorie.

Rennes – Toulouse (3-2). Il était temps…

 Cest un groupe très uni, très sain, et on est ravis du scénario car ces trois jours resteront très importants dans la construction de ce groupe. On était fatigués, donc cétait moins léché au niveau du jeu. On a eu deux situations dangereuses en fin de match et la deuxième a été la bonne. Je sais que Yann (Gboho) a une faculté à rentrer très vite dans les matches, en étant très efficace. Je le connais bien et je lui avais dit cette semaine quil avait franchi un cap. Il est bien intégré dans le groupe, il avait été très bon au Trophée des Champions et à Monaco. Cest son premier tir en L1 et son premier but .

Dans tous les sens du terme, il était temps.  Ça fait du bien. On attendait depuis un long, long moment. On sait que, pour inverser la tendance, cest toujours compliqué. Quand ils égalisent, on se dit que les fantômes reviennent , glisse Damien Da Silva.

Ainsi, au bout du bout (90+3), le Stade Rennais a accroché sa première victoire au cours des onze derniers matchs, grâce à la première réalisation de Yann Gboho (18 ans). Celui qui a été au cœur de laffaire du fichage ethnique du Paris SG a ouvert son compteur, après seulement 37 minutes de jeu en pro (23 en Trophée des champions, 11 à Monaco et trois petites ce dimanche).

 Je lui ai dit cette semaine quil avait franchi un cap, souligne Julien Stéphan, très heureux, après des semaines chaotiques. Il y a beaucoup de joie, renforcée par le scénario assez incroyable. Pouvait-il en être autrement pour sortir de cette série ? On a extériorisé un certain nombre de choses… Charnière ? Je ne sais pas. Mais cest, je lespère, un moment qui fera date. Ça va nous permettre de recréer une dynamique positive .

La discussion à la mi-temps de Kombouaré. Ça va lancer des parpaings. #SRFCTFC pic.twitter.com/ANOb9Qglbr

Avant ce but libérateur, Rennes avait fait le job, avec une entame folle et une image forte, encore. A peine sa volée expédiée au fond, Niang court vers un seul homme : Julien Stephan ! Tout le groupe suit le Sénégalais pour célébrer au plus près du staff. Une nouvelle preuve de lenvie des joueurs de poursuivre laventure avec ce coach (1-0, 3). La mise est vite doublée par Hunou (2-0, 6).

Mais fatigués par leur débauche dénergie jeudi face à Cluj (0-1), à dix pendant 40 minutes, puis à neuf pendant 44 minutes, les Rennais reculent et sexposent. Déjà peu rassurant sur ses premières prises de balle, E. Mendy est trop court et permet à Dossevi de relancer la partie (2-1, 41). Déjà dangereux (1, 24), Gradel voit sa volée raser le montant (53), avant de convertir un coup-franc (2-2, 84). Si Hunou (55), Camavinga (69), Raphinha (74) et Siebatcheu (90+1) ont eu la balle de troisième but, Gboho a su viser juste, sur son premier tir en L1 (3-2, 90+3), pour remettre la maison rouge et noir daplomb.

Rennes : Sylvain Armand se défend vis à vis de Stéphan !

 Ça a été poussif, mais mérité. Cest une bonne chose, mais il ne va pas falloir se contenter de ça , confie Adrien Hunou, qui a expliqué ne pas avoir reçu doffre écrite de prolongation, lui qui sera libre en juin 2020.

Lancer le diaporama Rennes – Cluj : la toile senflamme pour la défaite des Rennais !+14Julien StéphanCredit Photo – Icon Sport"L'interview visait toutes les composantes du club, dans une période plus délicate Si Julien l'a mal pris, il faut qu'il se rassure, ce n'était vraiment pas contre lui. Si ça avait été contre lui, ça voudrait dire qu'on ne tire pas tous dans le même sens. Pourquoi ça ressort un mois après ? Aucune idée. Je ne sais pas. Je le répète, j'ai été le premier surpris, mais le premier serein. J'ai fait des milliers d'articles dans ma carrière, si j'ai envie de viser quelqu'un, je ne passe pas par la presse, je vais voir la personne."

BUTS. Rennes : Mb. Niang (3), Hunou (6), Gboho (90+3) ; Toulouse : Dossevi (41), Gradel (84).

Mercredi, avant le fiasco face à Cluj, Julien Stéphan avait répondu à une question pour savoir si il se sentait dans une position de fragilité. Il avait alors répondu ceci : "Ma position d'entraîneur a été fragilisée il y a quelques semaines, très clairement, lors de la sortie médiatique de la direction sur le site du club." Cette sortie médiatique, c'est Sylvain Armand, le coordinateur sporif qu'il l'avait faite en disant : "Nous sommes sereins, mais on ne va pas pouvoir se cacher et se trouver des excuses en permanence" Stéphan l'aurait apparemment pris pour lui mais  Sylvain Armand s'en est défendu aujourd'hui dans les colonnes de Ouest France.

RENNES. E. Mendy – H. Traoré, Da Silva (cap.), Gnagnon, Maouassa (Morel, 72) – Raphinha, Camavinga, Bourigeaud, Mb. Niang – Del Castillo (Gboho, 90+1), Hunou (Siebatcheu, 64). Non entrés en jeu : Bonet (g.), Guitane, Gélin, Gboho, Léa-Siliki. Entraîneur : Julien Stephan.

TOULOUSE. Reynet – Moreira, Amian, Isimat-Mirin, I. Sylla – Dossevi, Vainqueur (Makengo, 76), Sangaré (Boisgard, 27), Gradel (cap.) – Koulouris, Sanogo (Leya Iseka, 66). Non entrés en jeu : Goicoechea (g.), M. Diarra, K. Koné, NGoumou Minpole. Entraîneur : Antoine Kombouaré.