Roubaix, une lumière: le réalisateur regrette labsence davant-première – La Voix du Nord

Roubaix, une lumière: le réalisateur regrette l\absence d\avant-première - La Voix du Nord

Premières séances du 21 août : Roubaix, une lumière brille en tête

Est-il vrai que le gouvernement n'a pas financé de pub pour le grand débat, comme l'a dit Sibeth Ndiaye ?

Roubaix, une lumière dArnaud Desplechin. Partant dune matière imbibée de détresse sociale, Desplechin tire un film qui est pourtant à lopposé du tout-venant du cinéma social français contemporain. Dun classicisme quasi anachronique, il sécarte dune représentation vériste de la police à travers une figure de commissaire (Roschdy Zem) incarnant à elle seule une morale intemporelle. Lire notre critique et linterview dArnaud Desplechin.

Votre demande dinscription aux newsletters de Nice-Matin et Var-Matin à bien été prise en compte.

Les Baronnes dAndrea Berloff. Pour des films au discours censément féministe, aux mecs supposés être raillés ou du moins écartés, cest raté : la féminisation de genres réputés mâles – comme le film de gangsters – mais ne prenant la peine de rien déplacer ou relancer de lexercice. Résultat : un tas de poncifs puissance meuf. Lire notre critique.

Haut perchés dOlivier Ducastel et Jacques Martineau . Haut perchés ne va nulle part, reste en place, dans son salon bien foutu, comme un prototype de film avec idée et acteurs, français en diable – cest-à-dire capable de lyrisme dans létroitesse et la réduction en miniature des choses vécues -, énervant et intéressant. Notre critique.

Retrouvez tous les horaires et infos de votre cinéma sur le numéro AlloCiné : 0 892 892 892 (0,34€/minute)

Thalasso de Guillaume Nicloux. Houellebecq est capable datteindre une surprenante émotion, comme dans ce plan où il parle de sa grand-mère et de sa croyance en la résurrection des corps, et même en linexistence de la mort, pendant que des larmes jaillissent littéralement de ses yeux. Ce qui se produit ici est extraordinaire, et face à lui, Depardieu est sidéré. Lire la critique.

Arnaud Desplechin fait recette. Lors des premières séances parisiennes, le thriller “Roubaix, une lumière”, signé du réalisateur, sest imposé face à la concurrence. Roschdy Zem, Léa Seydoux et Sara Forestier ont convaincu 1.490 Parisiens dans 24 salles. Un démarrage qui signe le deuxième plus gros lancement de la carrière dArnaud Desplechin, battu uniquement par “Les Fantômes dIsmaël” (1.886 entrées en mai 2017). De quoi devancer par ailleurs lensemble des nouveautés de la semaine.

Premières séances : “Roubaix, une lumière” démarre bien, les autres nouveautés faibles

Le cinéaste revient pour Libération sur la genèse de son dernier film, son rapport aux acteurs et linfluence du théâtre comme du rêve dans lévolution de son cinéma, un grand entretien dont nous publions ici la version longue.

Lessentiel de lactualité Italie. Le Premier ministre Giuseppe Conte a annoncé sa démission cet après-midi devant le Sénat italien, après avoir accusé le…

Mathieu Messager retrace la vie, les engagements et les œuvres majeures du penseur et écrivain qui cultivait lart subtil du décalage.

Hongkong. La police de Hongkong affirme disposer des ressources suffisantes pour continuer à se dresser devant les manifestants pro-démocratie, même si la…

Si la science-fiction présente lexode spatial comme une solution pour sauver lespèce humaine, elle émet des doutes sur la réussite dune telle aventure techniciste.

Le polar dArnaud Desplechin se place premier dans ce classement, devant Late Night et Thalasso. (Source : Le Film Français)

Roubaix, une lumière illumine ce top des premières séances. La relation conflictuelle entre Léa Seydoux et Roschdy Zem attire 1490 personnes dans les salles obscures, pour 24 copies distribuées. Le film est le deuxième meilleur démarrage pour son réalisateur Arnaud Desplechin, après Les Fantômes dIsmaël sorti en 2017. Ce dernier long-métrage avait attiré 1886 spectateurs.

Après la misère sociale dépeinte dans le polar de Desplechin, vient le faste des late shows à la télévision. Late Night, comédie dramatique de Nisha Ganatra a été vu 664 fois aujourdhui, sur les 20 copies distribuées. Emma Thompson et Mindy Kaling, qui signe également le scénario du film, arrivent en deuxième place de ce top, talonnées de près par Michel Houellebecq et Gerard Depardieu.

Thalasso de Guillaume Nicloux a en effet intéressé 603 spectateurs, pour 15 copies. Ce buddy movie en huis clos réunissant les deux célèbres acteurs a compté en moyenne 40 spectateurs par projection.

Et après les vétérans du cinéma français, viennent Les Baronnes dAndrea Berloff. Melissa McCarthy, Elisabeth Moss et Tiffany Haddish se sont retroussé les manches pour remplacer les hommes dans le business mafieux du quartier dHells Kitchen… mais leur prise de pouvoir sest arrêtée là, puisquelles nont obtenu que la quatrième place de classement : en tout, seulement 411 spectateurs sont allés voir ce thriller aux airs de gangster.

La mafia, cest bien, mais ce nétait pas suffisant pour faire frémir 370 personnes, qui ont préféré aller voir Scary Stories. Le film dhorreur dAndré Ovredall, adapté dune série de romans et nouvelles dépouvante, a été co-écrit par Guillermo del Toro. Si les chiffres ne sont pas bien impressionnants, il sagit malgré tout du meilleur démarrage pour le réalisateur en France, après The Jane Doe Identity qui avait séduit 364 spectateurs, et lovni Troll Hunter qui sétait contenté de 33 entrées le premier jour.

La comédie de Grand Corps Malade et Mehdi idir devance Une fille facile. (Source : Le Film Français)

Prenez quelques secondes pour remplir ce questionnaire, cela nous permettra de mieux répondre à vos attentes.

Tous les mois, retrouvez le cinéma comme vous ne lavez jamais lu avec des descriptifs sur les sorties de films, des reportages et des interviews exclusives.

Les séances dans les cinémas les plus proches Les films à laffiche dans vos salles favorites Les sorties de la semaine et les films à venir