Couac pour lArmada de Rouen : la tour panoramique géante ne viendra pas ! – actu

Couac pour l\Armada de Rouen : la tour panoramique géante ne viendra pas ! - actu

Les meilleurs spots et conseils pour voir passer les bateaux de lArmada sans aller à Rouen

INFO 76ACTU. « À l’abordage », scandent des Gilets jaunes sur les réseaux sociaux, à l’approche de l’Armada de Rouen (Seine-Maritime). Ils ont lancé un appel national pour le samedi 8 juin 2019, jour de leur acte 30.

En plus de l’interdiction désormais habituelle de manifester dans le centre-ville, la préfecture s’apprête à prendre un arrêté interdisant les manifestations sur le site de l’Armada et autour. De plus, il sera interdit de porter ou de détenir un gilet jaune à l’intérieur des lieux de l’événement, sous peine d’amende.

Il a fallu prendre toutes les précautions pour transporter les 3,5 tonnes de métal depuis son rond-point jusqu’aux quais de Seine. En début de journée, lundi, la statue et son encadrement métallique destiné à la stabiliser ont été déposés à la pointe de la presqu’île Waddington, la flamme tournée vers l’aval de la Seine. Plusieurs ouvriers étaient affairés à démanteler la cage de fer de la statue pour qu’elle retrouve sa liberté.

Lire aussi : Notre-Dame-des-Palettes, au rond-point des Vaches : une Zad aux portes de Rouen ?

L’originale marquait l’arrivée des migrants à New York, la réplique accueillera les voiliers et marins venus du monde entier, pour l’Armada de Rouen (Seine-Maritime). Lundi 3 juin 2019, la Statue de la Liberté de Barentin a pris ses quartiers au bout des quais de Seine, sur la rive droite, à trois jours du début de l’événement.

Rouen se prépare à accueillir lArmada et son flot de visiteurs

Tenter de bloquer l’Armada, certains Gilets jaunes s’y refusent, d’autres en rêvent. Même s’ils sont passés de plusieurs milliers à quelques dizaines dans les rues rouennaises, les militants comptent à nouveau battre le pavé, samedi 8 juin, pour leur acte 30. C’est le sens de l’appel national lancé depuis des semaines sur Facebook, pour lequel 320 personnes ont répondu présent, contre 1 300 intéressés.

L’initiative divise, dans les commentaires, les communautés de gilets jaunes et chez ceux que nous avons interrogés. « L’Armada, c’est d’abord du business », nous dit un militant du rond-point des Vaches pour justifier l’appel à manifester auquel il répondra. « Je refuse de bloquer une fête familiale », rétorque une mère de famille havraise, habituée des cortèges rouennais, qui n’ira pas manifester. D’autres, comme le représentant du rond-point des Vaches Olivier Bruneau, envisagent des tractages sans blocage.

Reste à savoir où les Gilets jaunes comptent défiler : vers le centre, ou sur le périmètre de l’Armada ? Si le rendez-vous est donné à l’hôtel de ville à 10 heures, les quais attireront forcément. Déjà, le directeur de cabinet du préfet de Seine-Maritime, Benoît Lemaire, prévient que le centre sera interdit « comme chaque samedi ». Pour cela, un arrêté préfectoral similaire à ceux pris chaque jeudi depuis fin mars devrait rapidement être publié.

“Ce sera la star de la manifestation”, avance M Herr. LHermione entrera dans Rouen le 7 juin dans la soirée au son des canons de plusieurs autres navires déjà installés. A chaque édition, les quais sont pris dassaut par la foule qui se précipite chaque jour pour visiter – gratuitement – les bateaux et chaque nuit pour les concerts, dans les bars et les restaurants installés à proximité du fleuve.

Selon nos informations, un autre arrêté d’interdiction de manifestation sera pris pour les dix jours sur le site et à ses abords directs. Benoît Lemaire ne croit pas à une manifestation d’ampleur près de l’événement : « Cela m’étonnerait que des gens veuillent manifester dans l’Armada, cela ne servirait pas leur cause. » 

Mais les visiteurs pourront aussi découvrir le quatre-mâts Santa Maria Manuela (Portugal), ancien navire de pêche à la morue, le Kruzenshtern, navire école de la marine nationale russe long de 123 m, ou encore lEagle, ancien navire du régime nazi désormais propriété de la marine américaine, qui effectue son retour à Rouen à l?occasion du 75e anniversaire du débarquement en Normandie.

CARTE. Samedi, l’interdiction concernera le centre-ville (tracé habituel) et l’Armada (tracé du site) :

Remontée de la Seine par bateaux, visites des navires, rencontres avec les équipages venus du monde entier, feux dartifice et concerts gratuits quotidiens: Rouen va faire la fête jusqu?à un final grandiose, la grande parade des voiliers. Survolés par la Patrouille de France, les bateaux emprunteront les méandres du fleuve jusquà la mer avec leurs équipages debout dans la mâture.

Périmètre au sein duquel le gilet jaune – « comme les gilets des autres couleurs », selon Benoît Lemaire – sera interdit sur le site. « En plus des objets interdits – aérosols, bouteilles, armes… – ce qui peut prêter à confusion avec les services de sécurité le sera aussi. C’est une mesure liée au contexte terroriste », insiste le sous-préfet de Rouen.

Cette année, pour la première fois, l?Armada accueille le Sedov, navire école de l?université maritime de Mourmansk, long de 118 mètres. “Ses mâts culminent à 60 mètres, c?est le plus haut du monde. On leur a demandé de procéder à des modifications techniques pour lui permettre de franchir les ponts sur la Seine”, explique Patrick Herr.

Un « contexte » qui ne justifiait pas de mesure similaire aux précédents grands rendez-vous : elle n’existait ni à la Foire Saint-Romain d’octobre 2017, ni à la fan zone de la finale de la Coupe du monde de juillet 2018. Une source confirme à 76actu que l’interdiction des gilets fluorescents n’a rien à voir avec l’antiterrorisme :

“Lors de la dernière édition, nous avions eu entre quatre et six millions de visiteurs à Rouen sans prendre en compte la grande parade où les visiteurs se massent tout au long du fleuve jusqu?au Havre”, rappelle Patrick Herr, président de lassociation Armada qui organise cet événement qui a lieu tous les cinq ans.

C’est caché derrière ça, mais c’est bien lié aux Gilets jaunes. Le but, c’est de leur interdire l’accès à l’Armada, ce n’est pas autre chose.

Toute personne ayant un gilet fluorescent devra le jeter à la poubelle lors des fouilles aux entrées ou rester à l’extérieur. Et si quelqu’un réussit à entrer avec son gilet, il sera sous le coup d’une amende de 135 euros, à l’instar des verbalisations pour manifestation dans un périmètre interdit en vigueur le samedi.

Interdits aussi, les gilets rouges des agents portuaires syndiqués à la CGT ne devraient de toute façon pas se sentir concernés. « Nous ne voulons pas bloquer l’Armada », a assuré Fabrice Lottin, délégué syndical des agents du port de Rouen, au nom de sa section, lundi 3 juin. Les agents se mobilisaient contre les fermetures des centrales à charbon comme elles sont actées dans le cadre de la transition écologique. (et non pas contre la fusion, comme nous l’avions précédemment indiqué).

Lire aussi : En visite au Havre, François de Rugy confirme la fermeture de la centrale à charbon « d’ici 2022 »

LArmada proposera plusieurs nouveautés, notamment linstallation de la plus haute tour panoramique mobile du monde (81 m) ou encore la présence de la frégate Hermione, intronisée invitée d?honneur de cette édition.

Elles sont prévues pour 2022, eux réclament qu’elles n’arrivent qu’en 2025, explique Fabrice Lottin :

“Lopération était délicate, surtout pour la relever, mais elle avait été bien renforcée, tout sest passé sans problème”, confirme Jean-Marc Chiron, conducteur de travaux chez SGM (Société générale de métallarie Barentin). Lentreprise lextrait de sa structure métallique aujourdhui, elle devra ensuite être lestée, pour rester en place en toute sécurité.

C’est ce qu’a demandé la commission européenne. On veut que ce soit respecté. Gardanne, Nantes et Le Havre sont concernées. Pour nous, ça veut dire moins de trafic, donc moins de tonnage, moins d’argent pour les grands ports maritimes donc des suppressions d’emplois. Il faut prendre le temps de mettre des projets alternatifs.

Toutefois, prévient Fabrice Lottin, les portuaires pourraient agir « si la fédération lance un appel » national.

Galerie photos 0 Commentaire Partage : armada2019 barentin loisirs Autres articles Armada 2019. Pas de tour “la plus haute du monde” Tourisme 04/06/2019 15h14 Armada 2019. Les horaires de levée du pont Flaubert Tourisme 03/06/2019 14h00 Armada 2019. Du 5 au 7 juin, LHermione attendue à Caudebec Tourisme 31/05/2019 09h47 Ajoutez un commentaire

Alors que les premiers bateaux s’apprêtent à faire leur entrée dans l’estuaire de la Seine afin de rejoindre Rouen (Seine-Maritime), où l’Armada s’ouvrira jeudi 6 juin 2019, vous faites peut-être partie de ceux qui voudraient les admirer sans affronter la foule des visiteurs qui se masseront dans les rues de la ville.

Les rédactions de L’Éveil de Pont-Audemer et 76Actu ont donc sélectionné pour vous quelques spots et astuces pour profiter du passage des bateaux.

Lire aussi : Météo. Quel temps pour l’Armada de Rouen ? Découvrez la tendance pour les premiers jours

La première étape de ce voyage, cétait mercredi 29 mai, entre le plateau commercial et les services techniques de la Ville de Barentin. Elle reviendra dans sa ville cauchoise dadoption, après lArmada.

Les ponts de Normandie ou Tancarville peuvent apparaître comme les spots parfaits pour profiter du défilé… Fausse bonne idée ! Ils seront fermés aux piétons et vélos toute la journée du dimanche 16 juin 2019, de 9 heures à minuit au plus tard. Pas d’interdiction en revanche pour les jeudi 6 et vendredi 7 juin quand les navires remonteront jusqu’à Rouen.

Notez qu’au pied du pont de Tancarville, la mairie du Marais-Vernier ne proposera pas de parking comme lors des éditions précédentes. Il faudra donc se garer sur l’aire de covoiturage afin d’accéder au chemin de halage, qui sera lui interdit aux voitures.

Pas la peine non plus d’espérer profiter du passage des bateaux depuis la plage du Havre. À moins de s’équiper de jumelles ou d’avoir accès à Port 2000, ils risquent d’être trop loin au large pour pouvoir les observer.

Première option pour profiter du spectacle : trouver un point pour surplomber la Seine. Au choix, direction le panorama de Barneville-sur-Seine où une vingtaine de kilomètres du fleuve s’offre aux curieux, avec en prime une vue sur l’abbaye de Jumiège. La commune possède par ailleurs deux autres spots au bord de l’eau, et met à disposition des visiteurs deux parkings. Tous les détails pratiques sont à retrouver ici.

Rive gauche toujours, Bardouville et le phare de Saint-Samson-de-la-Roque promettent eux aussi d’offrir un bel aperçu de la parade des bateaux.

De l’autre côté de l’eau, le bois de Villequier (désormais Rives-en-Seine, près du pont de Brotonne), la corniche de Retival (sur la commune de Caudebec-en-Caux), Saint-Maurice-d’Ételan, Hénouville (quoiqu’un peu plus éloigné des bords de Seine) possèdent également de jolis panoramas.

Autre stratégie à adopter : s’installer en bord de Seine. Attention, plusieurs communes ont mis en place des restrictions de stationnement et il faudra peut-être un peu marcher avant d’atteindre les lieux.

Rive gauche, Heurteauville, ou encore le petit village de Vieux-Port (attention, le stationnement est réservé aux habitants ou doit se faire sur réservation auprès de la mairie) et sa voisine Aizier (qui offrira elle 2 000 places de parking le 16 juin) offrent notamment un bel accès aux bords de Seine. 

La Corniche de Retival  Berville-sur-Mer, Caumont (où la route sera fermée à la circulation), ou encore Quillebeuf-sur-Seine permettent également d’accéder aux abords du fleuve. Honfleur, l’un des derniers points où il sera possible d’apercevoir les bateaux le 16 juin (mais aussi l’un des premiers à les voir arriver ces prochains jours) devrait être aussi un spot très convoité.

Enfin une fois votre spot choisi, reste à savoir quand si rendre ! Dimanche 16 juin sera incontestablement LA journée idéale, marquée par la descente de Seine. Tous les bateaux s’élanceront de Rouen à partir de 10 heures. Pour les plus patients, notez que la montée de Seine, prévue les jeudi 6 et vendredi 7 juin permettra de les apercevoir, au compte-gouttes, au moment de leur arrivée.

Pour bien tout suivre, connectez-vous sur le site Marine Traffic, qui permet de connaître en temps réel le trajet de chacun navire. Les équipes de NormandieActu seront également sur le terrain pour vous informer en direct des événements via les réseaux sociaux.

Le jour J, une estimation des horaires de passage a également été établie par les organisateurs. Elle est à retrouver ici.