Incendie à Rouen : la version de lusine Lubrizol mise en doute par lenquête – LExpress

Incendie à Rouen : la version de l\usine Lubrizol mise en doute par l\enquête - L\Express

Somme : les consignes de lEtat pour les récoltes touchées par les fumées de lincendie “Lubrizol”

Messenger LinkedIn Email Lincendie de lusine, à Rouen, oblige les producteurs de pommes, traversés par le panache de fumée, à arrêter ou décaler leur récolte.

Les productions agricoles de 112 communes de Seine-Maritime et dune centaine des Hauts-de-France, traversées par le panache de fumée de lusine Lubrizol, restent confinées dans lattente des résultats danalyses. Un coup dur pour 1 800 agriculteurs.

Certains riverains pourraient même développer certains symptômes, comme des irritations ou des maux de tête, de par l’effet nocébo. « À partir du moment où les gens craignent quelque chose, ils vont avoir des manifestations par somatisation de leur crainte (…) Les gens qui craignent les maladies respiratoires peuvent avoir des manifestations, ce sont des effets psychosomatiques. C’est tout à fait courant quand il y a des craintes au sein de la population », ajoute Gilles Dixsaut. 

Video: Incendie à lusine Lubrizol : la communication du gouvernement remise en cause

Comme Alexandre Luginbühl, en pleine récolte de pommes. Le jeune Normand sest installé il y a trois ans sur

Face à la pollution, « la seule protection efficace est de s’éloigner des sources de polluants », soutient le médecin. Ou bien, de porter un masque à cartouche, largement utilisé dans l’industrie, notamment par les ouvriers opérant sur les sites de désamiantage. Mais ce type de produit, qui comporte plusieurs niveaux de protection, est dédié aux professionnels et a un coût, quelques centaines d’euros selon le spécialiste. 

Dans un communiqué de ce mercredi 2 octobre après-midi, la préfecture de la Somme donne ses dernières consignes au travers un arrêté préfectoral concernant tout spécialement les récoltes et animaux d’élevage touchés par le nuage de fumée généré par l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen, jeudi 26 septembre. 

La méfiance sinstalle à Rouen et dans ses environs depuis jeudi 26 septembre, jour de lincendie à lusine chimique Lubrizol. Malgré la promesse de transparence du gouvernement, et lassurance que lair nest pas plus pollué que dhabitude, des riverains sinquiètent des conséquences sanitaires de ce qui est désormais qualifié comme une “terrible catastrophe industrielle” par le gouvernement. Ils sont rejoints par des forces de lordre et pompiers qui sont intervenus sur le site lors de la catastrophe.

Video: Roxana Maracineanu sur lincendie de lusine Lubrizol à Rouen : Toute la transparence sera faite

A la suite de l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen le 26 septembre dernier, des fumées ont traversé le département de la Somme suivant un axe Nord/Nord-Est entre le jeudi 26 septembre au matin et le vendredi 27 septembre au soir.

Mardi, le journal Libération a publié le témoignage dun pompier expliquant avoir passé une quarantaine dheures sur les lieux de lincendie. Le Service départemental dincendie et de secours (SDIS) de Seine-Maritime lui a demandé de faire un analyse sanguine pour vérifier si son intervention avait eu un impact immédiat sur sa santé. Selon son récit, lorsquil a voulu aller les chercher, le laboratoire a refusé de les lui donner.

Video: Incendie de Rouen : une manifestation des habitants pour réclamer la vérité

Le périmètre de l’arrêté du 29 septembre 2019 reste inchangé. Des contrôles réalisés le 29 septembre dans les communes du département ont fait apparaître des traces de suie dans 39 communes.

Les nouveaux signalements de communes ont fait l’objet de plusieurs vérifications qui n’ont pas permis de confirmer la présence de suies. Le nombre de communes impactées demeure donc inchangé à ce jour. Les mesures de précautions sont adaptées.

Et puis, hasard ou fatalité, lincendie de lusine Lubrizol de Rouen entre en résonance avec celui de Notre-Dame de Paris en avril dernier, qui alimente une polémique croissante sur les failles et les fautes dans la gestion des risques dexposition au plomb de la population. Un double cas décole en somme, qui voit des édifices religieux ou industriels brûler et un pouvoir exécutif comme piégé par une vérité quil dit chercher quand on laccuse de la camoufler.

Les mesures prises le 29 septembre qui limitaient certaines activités agricoles et la mise sur le marché de produits alimentaires d’origine animale et végétale sont modifiées par arrêté préfectoral du 2 octobre 2019.

Des représentants de la préfecture, des agents de lEtat, ou encore des dirigeants de Lubrizol devraient être auditionnés. Mais rien ne les obligera à répondre à ces convocations. Le poids médiatique de cette affaire est tellement fort que je ne vois pas comment ils pourraient se le permettre , veut croire le député de Seine-Maritime. Selon LCI, certains dirigeants dadministrations pourraient quand même être auditionnés sous serment.

· à autoriser de poursuivre la récolte de végétaux à condition de les tracer, de les identifier et de les conserver de façon séparée sur l’exploitation ; · à rappeler que ne sont pas concernées par les mesures de l’arrêté les cultures de végétaux non exposés aux retombées de suies, en particulier les productions sous serre ou sous tunnel, et les denrées issues d’animaux non exposés aux retombées de suies et qui ont été alimentés par des aliments non exposés.

La première a moins de pouvoirs contraignants que la seconde. Une mission dinformation doit se limiter à un simple rôle dinformation , lit-on sur le site de lAssemblée nationale. Dans le cadre dune commission denquête parlementaire, les élus peuvent notamment obliger une personne à venir témoigner sous serment, demander la fourniture de documents officiels, ou saisir la justice.

Ces mesures prévues par l’arrêté préfectoral du 2 octobre 2019 sont applicables dès aujourd’hui (mercredi 2 octobre 2019). La préfecture émet des recommandations et assure un suivi attentif de la situation.

Il sagit de "voir ce qui sest passé, comment les choses ont été gérées, et surtout en tirer les enseignements utiles (…), voir sil y a des décisions à prendre dordre législatif ou règlementaire", a indiqué le chef de file des députés LREM Gilles Le Gendre, devant lAssociation des journalistes parlementaires (AJP). Les responsabilités de cette mission dinformation seront partagées entre majorité et opposition.

La population et le monde agricole ayant fait part de questions, la préfète de la Somme a décidé d’ouvrir une cellule d’information du public dès le lundi 30 septembre. Cette cellule est maintenue le mercredi 2 octobre de 9h00 à 13h00 et de 14h00 à 18h00.

La commission denquête sénatoriale devrait être actée formellement "prochainement", a confirmé à lAFP le président du groupe LR Bruno Retailleau. Le président du groupe PS Patrick Kanner a indiqué avoir donné son accord à cette initiative, estimant que "si tout le Sénat se mobilise face à ce scandale sanitaire, cest bien".

La cellule d’information peut-être jointe au numéro suivant : 0805 010 580 (Numéro vert. Appel gratuit depuis un poste fixe)

Liste des communes de la Somme concernées par les mesures conservatoires prévues par l’arrêté préfectoral du 2 octobre 2019 relatif à des restrictions sanitaires de mise sur le marché de productions alimentaires d’origine animale et végétale produites sur la zone impactée par les retombées de suies de fumées de l’incendie de l’usine Lubrizol : 

Parmi les signataires figurent Yvon Robert, maire socialiste et président de la métropole de Rouen, des conseillers municipaux rouennais, des maires et des élus du conseil départemental de Seine-Maritime, et la sénatrice socialiste Nelly Tocqueville.  Devant les peurs, angoisses et questionnements bien légitimes de nos concitoyens, nous devons collectivement apporter une réponse rapide, claire, utile et efficace , écrivent ces élus. Ils soulignent que la transparence  doit non seulement viser la nature exacte de ce qui a brûlé, mais aussi la composition des polluants émis dans latmosphère, les sols, leur quantité, leur dangerosité .

Incendie de lusine Lubrizol: pourquoi ce site classé Seveso se trouve-t-il aussi près du centre-ville?

Agenville, Ailly-le-haut-Clocher, Airaines, Autheux, Bellancourt, Bertangles, Bouffers, Bus-lès-Artois, Contreville, Courcelles-au-Bois, Domesmont, Epecamps, Famechon, Frise, Gueschart, Hervilly, Hescamps, Hiermont, Le Mesge, Longvillers, Louvencourt, Mailly-Maillet, Maison-Ponthieu, Marlers, Meigneux, Montonvillers, Neuilly-le-Dien, Offignies, Oneux, Péronne, Picquigny, Pozières, Saint Acheul,, Sainte Ségrée, Soues, Surcamps, Vauchelles-lès-Domart, Vauchelles-lès-Quesnoy, Vitz-sur-Authie.

Comme dautres de ses collègues, Fabien a décidé de se tourner vers son médecin traitant et deffectuer un autre bilan sanguin, plus complet, et une radio des poumons. Cest une démarche personnelle, de la part de pompiers inquiets. La médecine du travail, elle, explique que ces premières analyses sanguines permettent surtout de servir de point de référence pour pouvoir constater ou non une évolution dans ces résultats à un mois et à six mois. La note accompagnant lordonnance précise ainsi: chaque agent concerné va faire lobjet dun suivi dexposition à risque particulier inscrit dans son dossier médical de santé au travail. Pour dépister déventuels effets à moyen terme, ce courrier est accompagné dune ordonnance pour la réalisation dune prise de sang à faire dès réception du courrier, renouvelée 30 jours après la première analyse puis à six mois. En fonction des identifications des produits réalisés par la société Lubrizol, dautres examens pourront être prescrits dans un second temps. Le syndicat insiste: il faut faire un vrai travail de communication pour rassurer les pompiers, cela na pas été suffisamment fait dans un premier temps.