Incendie de lusine Lubrizol: Des agriculteurs en colère déversent du lait à Rouen – 20 Minutes

Incendie de lusine Lubrizol: Des agriculteurs en colère déversent du lait à Rouen - 20 Minutes

Lubrizol : coup de gueule dune agricultrice qui doit encore jeter trois jours de collecte de lait

Les premiers fûts calcinés de lentreprise Lubrizol, dont le site industriel a brûlé à Rouen le 26 septembre, sont arrivés en fin de semaine dernière dans lentreprise Sedibex (groupe Veolia), à Sandouville (pays de Caux, Seine-Maritime). Lubrizol a fait le choix de cette entreprise spécialisée depuis 40 ans dans le traitement des déchets dangereux pour traiter les résidus de lincendie…. Pour découvrir la suite choisissez une offre

Nouveau coup dur pour les agriculteurs frappés par le gel des collectes de lait, oeufs, commercialisation des légumes, fromages …suite à l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime) le 26 septembre 2019.

Messenger LinkedIn Email Le ministre de lAgriculture Didier Guillaume, sur place à Rouen, ce vendredi 11 octobre, a annoncé que  tous les prélèvements étaient négatifs pour le lait . Daprès lui, la consignation mise en place par précaution sur le lait à la suite de lincendie de lusine Lubrizol, classée Seveso, devait être levée dans laprès-midi. Mais le préfet a finalement décidé de tempérer, en repoussant léchéance au début de semaine prochaine.

Lire aussi : J-2 avant les résultats des analyses Lubrizol : l’insupportable attente des agriculteurs du pays de Bray

Mais au moment de prendre la parole, ce vendredi soir, Pierre-André Durand a décidé de tempérer les choses. Par prudence, il a dit attendre de nouvelles analyses de lAgence nationale de sécurité sanitaire de lalimentation, de lenvironnement et du travail (Anses) pour lever la consignation du lait dès aujourdhui. Son arrêté sur la suspension de la collecte du lait par les laiteries ne devrait être revu quen début de semaine prochaine.

Ils sont nombreux à avoir appelé à manifester devant la Préfecture de Rouen (Seine-Maritime) le 11 octobre 2019 au soir car les restrictions sur le lait ne sont toujours pas levées alors que Didier Guillaume,  ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a annoncé que pour le lait, tous les prélèvements étaient négatifs. 

“Lidée maintenant, cest de surmonter ce qui nous est arrivé, de suivre dans la durée certaines thématiques, les thématiques de santé, les thématiques surtout denvironnement et de remise en état de ce site industriel”, a détaillé le préfet de Seine-Maritime Pierre-André Durand, au micro de BFMTV.

« Les arrêtés modificatifs ne seront pas signés avant lundi », se lamente Aline Catoir, agricultrice à Conteville, près d’Aumale.

En installant ce comité, lobjectif est clair: restaurer un lien de confiance avec les habitants, échaudés par la communication des autorités et la crainte dune pollution du fait des milliers de tonnes de produits chimiques partis en fumée dans le sinistre qui a frappé le site industriel.

« Cela représente trois jours de production en plus à jeter. Pour moi, c’est du gaspillage alimentaire et de la torture morale des agriculteurs ».

Force est de constater que depuis laccident, les Rouennais sortent moins de chez eux et consomment moins. Un état de fait observé aussi par Matthieu de Montchalin, libraire dans le centre de la ville et président de lassociation Vitrines de Rouen :  Les commerçants ont perdu 50 % de leur chiffre daffaires les trois premiers jours suivant la catastrophe, 33 % la semaine suivante et 25 % cette semaine . Une baisse dactivité qui pourrait avoir de tristes conséquences pour les 3.000 commerçants et artisans locaux, selon lui :  Déjà, nous avions souffert dune baisse de la fréquentation de nos magasins en raison des ” gilets jaunes “, ce qui avait entraîné la perte de 500 emplois. Mais à cause de lincendie de Lubrizol, des centaines demplois pourraient être menacées. Lattractivité de la ville va en prendre un coup , indique-t-il, tout en demandant que les commerçants soient indemnisés comme cela est prévu pour les agriculteurs.

Les produits transformés, comme le neufchâtel, produits laitiers et consignés depuis l’arrêté préfectoral ne pourront pas être vendus ce week-end.

Ce mardi matin, au bar tabac La Madeleine à Rouen, seuls trois clients sont au comptoir. Le café est situé dans le quartier ouest de la ville, qui fait face à lusine Lubrizol, touchée par un grave incendie le 26 septembre. Mais un peu moins de deux semaines plus tard, les clients ne sont pas revenus, selon Bruno Mascarell, gérant du café :  On a perdu 50 % de notre chiffre daffaires les dix premiers jours après lincendie. Et alors que je fais 50 couverts habituellement, jen fais 15 depuis. Mes clients, employés de banques et de concessionnaires automobiles, viennent moins et les parents délèves ne traînent pas à la sortie de lécole. Après les gilets jaunes , on navait pas besoin de ça ! , déclare-t-il.

Incendie de Lubrizol à Rouen : vers une levée des séquestres pour le lait ?

Lire aussi : A Conteville, près d’Aumale, deux agriculteurs veulent réduire leur empreinte carbone

"De nombreux habitants nous demandent ce quils doivent faire de leurs déchets verts avec des retombées dhydrocarbure, des eaux utilisées pour nettoyer les retombées des suies ? Pourquoi à 150 mètres du site les habitants navaient aucune consigne pour se protéger alors que les policiers portaient des masques ?", égrène Charlotte Goujon, maire de Petit-Quevilly, commune qui jouxte lusine Seveso seuil haut.

« Il y a la Fête du ventre ce week-end à Rouen avec de nombreux producteurs. Mais les produits restent consignés dans les frigos. C’est la déception ».

"Transparence, principe de précaution, suivi sanitaire et environnemental: je lavais annoncé, le comité pour la transparence et le dialogue sur #Lubrizol est désormais installé. À tous ceux qui ont été impactés, aux Rouennais: lengagement de lÉtat à vos côtés reste total", sest félicité dans un tweet vendredi le Premier ministre Edouard Philippe.