VIDÉO – Incendie à lusine Lubrizol : “Sur linformation, nous travaillons avec des outils datés”, estime le préfet – France Bleu

VIDÉO - Incendie à l\usine Lubrizol : \

Incendie à Rouen : levée des restrictions sur la collecte de lait

La collecte de lait va pouvoir reprendre normalement dans les exploitations des 122 communes concernées par larrêté consignant la production laitière après lincendie de Lubrizol le 26 septembre 2019 à Rouen et le passage dun panache de fumées noires. Cette décision saccompagne du retour à la commercialisation du lait et des vaches dans les herbages.

“La levée des mesures de restriction sur le lait et les produits laitiers est possible. Les préfets des cinq départements de Seine-Maritime, de lOise, de la Somme, du Nord et de lAisne, en lien avec les services de lEtat, vont abroger partiellement les arrêtés préfectoraux pris pour protéger les consommateurs des conséquences possibles de lincendie de lusine Lubrizol à Rouen le 26 septembre dernier”, confirme le ministère de lAgriculture dans un communiqué daté du lundi 14 octobre 2019. Ce qua fait Pierre-André Durand, préfet de la Seine-Maritime, dans la foulée de la décision ministérielle.

En revanche, “les mesures de restriction pour le miel, œufs, poissons et les végétaux sont maintenues”.

Peu de temps avant, lAnses (Agence nationale de sécurité sanitaire de lalimentation, de lenvironnement et du travail) avait rendu public les résultats des analyses réalisés après lincendie de Lubrizol.

Dans son avis rendu lundi, lAgence nationale de sécurité sanitaire et de lalimentation (Anses) indique que les analyses de lait effectuées après lincendie "ne montrent pas de dépassement des teneurs maximales réglementaires" pour divers contaminants. LAgence souligne toutefois dans un communiqué "que des éléments dincertitudes demeurent quant au risque de contamination du lait par les retombées de lincendie et recommande des travaux supplémentaires".

Lubrizol: levée des restrictions sur le lait et les produits laitiers

Il en ressort que “lAnses a examiné les résultats des 130 prélèvements de lait (lait, lait cru, lait entier, mélange de laits de tank, principalement dorigine bovine et pour partie dorigine caprine) réalisés sur une période entre trois et onze jours après lincendie, soit du 29 septembre au 7 octobre 2019”.

Aline Catoire, productrice laitière et vice-présidente de la chambre dagriculture de Seine-Maritime, a fait part dune "réaction mitigée". "Certes, on reprend la collecte. Par contre, on ne sait toujours pas avec quoi on va nourrir les animaux car les silos (de fourrage) sont toujours consignés" et quil ny a "plus grand chose" dans les prés, a-t-elle déclaré à lAFP.

Selon lAgence, ces prélèvements étudiés “ne montrent pas de dépassement des teneurs maximales réglementaires (à lexception dune valeur atypique et isolée pour le plomb) et leurs valeurs médianes se situent en dessous de 20 % de ces teneurs maximales”.

Les préfets des cinq départements concernés vont abroger partiellement ces arrêtés préfectoraux pour permettre la collecte du lait, la mise sur le marché des produits laitiers et laccès des animaux aux pâturages, a annoncé le ministère dans un communiqué de presse, soulignant que les résultats de "130 prélèvements de lait sont favorables".

De même, les analyses “ne font pas apparaître, après regroupement spatial, de tendance temporelle à la hausse”.

LAgence nationale de sécurité sanitaire et de lalimentation  souligne toutefois que des éléments dincertitudes demeurent quant au risque de contamination du lait par les retombées de lincendie et recommande des travaux supplémentaires​ , selon un communiqué. Pour lagence, une éventuelle  levée des mesures de restrictions de la commercialisation du lait doit saccompagner dun dispositif de surveillance renforcée .

LAnses souligne toutefois que “des éléments dincertitudes demeurent quant au risque de contamination du lait par les retombées de lincendie et recommande des travaux supplémentaires afin de mieux repérer la dispersion des contaminants dans lenvironnement et didentifier déventuelles tâches de contamination”.

Dans le même temps, lAgence nationale de sécurité sanitaire de lalimentation, de lenvironnement et du travail (Anses) a rendu ses conclusions, ce lundi. Des analyses de lait, effectuées quelques jours après lincendie,  ne montrent pas de dépassement des teneurs maximales réglementaires  pour divers contaminants, a indiqué lorganisme public alors que la collecte de lait est interdite actuellement dans certaines communes.

Pour lAnses, “une levée des mesures de restrictions de la commercialisation du lait doit saccompagner dun dispositif de surveillance renforcée, qui tienne compte du mode dhébergement et dalimentation des animaux et permette une détection précoce de contaminations du lait, que ce soit via le sol de pâtures ou par le biais de labreuvement ou daliments locaux susceptibles davoir été exposés”.

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète T'as vu ? Fake Off By the Web High-Tech Podcast Vidéos En Images Voyage Guide d'achat Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Société Les mesures de restrictions sur la collecte de lait levées près de Rouen

Le ministère de lagriculture indique donc dans son communiqué : “Le lait et les produits laitiers initialement bloqués, dans les départements sous arrêté préfectoral et dans les autres zones où les produits ont pu être expédiés (laits transformés entre la date dincendie et la prise des arrêtés préfectoraux), peuvent être mis sur le marché dès lentrée en application des arrêtés de levée partielle des mesures. La reprise de production peut sopérer sans délais à la date dapplication des nouveaux arrêtés préfectoraux. En parallèle, le plan de surveillance va être réorienté tel que proposé par lAnses, afin dassurer désormais une surveillance au long cours, venant compléter les plans de surveillance et de contrôle dores et déjà existant au niveau national. Cette surveillance permettra de vérifier si ces résultats favorables se maintiennent dans le temps”.

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

ROUEN – Quelque 4.250 tonnes de produits ont brûlé chez Normandie Logistique, voisin de l’usine chimique Lubrizol à Rouen, selon un document publié ce lundi 14 octobre par la préfecture, ce qui porte à 9.505 tonnes la quantité totale de produits brûlés lors de l’incendie du 26 septembre.

Messenger LinkedIn Email Le préfet de Normandie a annoncé la levée des mesures de restriction sur la collecte de lait. Pour lAgence nationale de sécurité sanitaire de lalimentation, de lenvironnement et du travail les analyses ne montrent pas de dépassement des teneurs maximales réglementaires .

Jusqu’à présent, Normandie Logistique n’avait communiqué que la quantité totale de produits présents dans ses entrepôts lors du sinistre, soit 9.050 tonnes. Elle estimait que la moitié environ de ces produits étaient partis en fumée mais n’avait pas leur détail exact.

Le préfet de Normandie a annoncé lundi la levée des mesures de restriction sur la collecte de lait, sur les produits laitiers et sur laccès des animaux aux pâturages, mises en place après lincendie de lusine chimique de Lubrizol à Rouen.

Video: Incendie de Lubrizol à Rouen : une manifestation ce samedi pour réclamer la vérité

Cest une excellente nouvelle pour nos agriculteurs , a déclaré le préfet Pierre-André Durand, au cours dune conférence de presse. Larrêté préfectoral est en train dêtre préparé (…) Cela signifie que la reprise de la production peut sopérer sans délai. Et surtout la reprise de la collecte.

Des analyses de lait effectuées après lincendie de lusine de Lubrizol ne montrent pas de dépassement des teneurs maximales réglementaires pour divers contaminants, a indiqué un peu avant lAgence nationale de sécurité sanitaire de lalimentation, de lenvironnement et du travail, alors que la collecte de lait est interdite actuellement dans certaines communes.

LAnses souligne toutefois que des éléments dincertitudes demeurent quant au risque de contamination du lait par les retombées de lincendie et recommande des travaux supplémentaires , selon un communiqué.

L’indemnisation des agriculteurs doit être totale, simple et rapide. La @RegionNormandie proposera de débloquer 5M€ sous forme d’avances pour les agriculteurs impactés puissent bénéficier d’un soutien de trésorerie si les crédits de l’Etat tardent à venir.

Pour lagence, une levée des mesures de restrictions de la commercialisation du lait doit saccompagner dun dispositif de surveillance renforcée .

112 communes étaient concernées par une interdiction de commercialisation et de consommation du lait, des œufs, du miel et du poisson. Le préjudice sélève à 50 millions deuros, selon le ministre de lAgriculture, qui était à Rouen vendredi.

À ce tonnage, il faut ajouter les 5.253 tonnes de produits chimiques partis en fumée sur le site de Lubrizol lui-même. Ce qui porte à 9.505 tonnes, la quantité totale de produits brûlés lors du spectaculaire incendie du 26 septembre.