Rouen : trois semaines et toujours des questions – Libération

Rouen : trois semaines et toujours des questions - Libération

Incendie de Lubrizol : les pros du tourisme sinquiètent des conséquences

LEcho Touristique – Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Inquiets de limage renvoyée par la ville suite à lincendie de Lubrizol, Les professionnels du tourisme saisissent le président de la Métropole Rouen Normandie pour mettre fin au Rouen Bashing .

La catastrophe survenue jeudi 26 septembre 2019 place lentreprise Lubrizol, leader mondial des additifs pour huiles de moteurs, au cœur du cyclone. Au grand dam de ses dirigeants français et américains, qui ont toujours opté pour la discrétion. Installé à Rouen et au Petit-Quevilly, lindustriel, qui manipule pléthore de produits dangereux, a de tout temps mis un point dhonneur à se faire oublier.

Lincendie de lusine chimique Lubrizol, le 26 septembre dernier, aura-t-il des conséquences sur le tourisme normand ? Cest ce que craignent Rouen Normandie Tourisme & Congrès, lUMIH et le Club Hôtelier Rouennais, qui envoient une lettre ouverte à Yvon Robert, le président de la métropole Rouen Normandie.

La société Lubrizol France, dont le siège social est à Rouen, nest pas quun site industriel à hauts risques. Cest aussi une prospère entreprise de culture américaine, qui irrigue le bassin industriel rouennais avec le soutien des élus locaux.

 Impactés, [les pros du tourisme] lont été fortement au cœur des premiers jours de crise : fermeture détablissements, perte brutale dactivités, nuitées et réservations annulées, etc […] , témoignent-ils dans leur courrier.

Lubrizol: discrète mais influente, une entreprise qui pèse à Rouen

Les signataires de la lettre ouverte souhaitent rappeler  [leur] disponibilité et [leur] volonté de travailler ensemble  aux côtés de la Métropole pour  rétablir, le plus rapidement possible, lattractivité de [notre] territoire , victime dune couverture médiatique peu flatteuse ces dernières semaines. Ces professionnels du tourisme souhaitent notamment évoquer  deux périodes clés à venir : les fêtes de fin dannée, puis la reprise de la saison touristique au printemps prochain .

  Sagissant du court terme, et notamment des fêtes, nous pensons quun des enjeux forts des prochaines semaines est de cibler une communication positive en direction de nos clients et visiteurs régionaux et du grand Nord-Ouest de la France, afin de les inciter à revenir nous voir , estiment-ils dans leur lettre.

Lubrizol : lattente se poursuit pour certains agriculteurs

Les signataires écrivent que,  même sil nest nullement question pour [eux] de nier ce grave accident industriel ou de minorer ses conséquences en termes sanitaire et de sécurité […], [ils] souhaitent également que des messages forts soient portés au niveau régional, national et international pour mettre, encore plus quavant, [leurs] atouts et [leurs] éléments de qualité de vie qui sont si nombreux et malheureusement minorés par la médiatisation actuelle de la crise .

Dans un communiqué, le ministère indique ainsi que  tous (les prélèvements) sont conformes aux observations habituelles dans les plans de contrôle annuels conduits dans la France entière par le Direction générale de lalimentation.  Cette dernière demande donc aux préfets des 5 départements concernés de modifier les arrêtés préfectoraux et de lever les mesures de restriction sur le lait.

Le 26 septembre dernier, un incendie dans lusine chimique Lubrizol a détruit 5 253 tonnes de produits chimiques sur le site de lusine Lubrizol, classée Seveso seuil haut. Trois entrepôts de son voisin Normandie Logistique qui en stockait 4252 tonnes de produits ont également été touchés.

Dans son avis rendu lundi, lAgence nationale de sécurité sanitaire et de lalimentation (Anses) indique que les analyses de lait effectuées après lincendie « ne montrent pas de dépassement des teneurs maximales réglementaires » pour divers contaminants. LAgence souligne toutefois dans un communiqué « que des éléments dincertitudes demeurent quant au risque de contamination du lait par les retombées de lincendie et recommande des travaux supplémentaires ». Pour lagence, une éventuelle « levée des mesures de restrictions de la commercialisation du lait doit saccompagner dun dispositif de surveillance renforcée ». Le ministère assure que « le plan de surveillance va être réorienté tel que proposé par lAnses, afin dassurer désormais une surveillance au long cours ». « Cette surveillance permettra de vérifier si ces résultats favorables se maintiennent dans le temps », ajoute-t-il. Un avis de lAnses est par ailleurs attendu dans les prochains jours pour le miel, les œufs, les poissons et les végétaux, qui font toujours lobjet de mesures de restriction. Le préfet de Normandie a dit lundi avoir « bon espoir pour que cette semaine la totalité de ces contraintes qui pesaient sur le monde agricole puissent être levées. »

Incendie de Lubrizol : fin de la restriction sur le lait – A la une

Depuis lincendie de la nuit du 26 septembre à lusine Lubrizol, linquiétude persiste sur les conséquences de cet accident industriel où ont brûlé des milliers de tonnes de produits chimiques. Les services de lÉtat tentent de rassurer en publiant des résultats danalyse. Celles-ci sont pour linstant rassurantes, mais incomplètes.

« Sil y avait le moindre risque pour la santé, je ne lèverais pas » les mesures de restriction, a-t-il assuré. Lincendie de Lubrizol a causé aux agriculteurs un préjudice global estimé « entre 40 et 50 millions » deuros, avait affirmé vendredi à Rouen le ministre de lAgriculture Didier Guillaume. En tout « 3 000 agriculteurs ont été concernés » par les conséquences de lincendie, a-t-il rappelé. La région Normandie a annoncé lundi quelle verserait cinq millions deuros, sous forme davance remboursable, à destination des agriculteurs normands.