Depuis lincendie de Lubrizol à Rouen, le préfet Pierre-André Durand seul face à tous – Blog Le Monde

Depuis l\incendie de Lubrizol à Rouen, le préfet Pierre-André Durand  seul face à tous  - Blog Le Monde

Incendie à lusine Lubrizol à Rouen : un robot commandé à distance va manipuler les fûts à neutraliser

Alerte tardive, manque dexercice de simulation et de consignes de sécurité : les Rouennais nétaient pas préparés aux risques liés au site Seveso qui a brûlé le 26 septembre.

Le futur écoquartier Flaubert se trouve à moins de 500 m de sites Seveso, dont lusine Lubrizol, qui a pris feu  le 26 septembre. Benoit DECOUT/REA Depuis le grenier de sa maison, sur les hauteurs de Rouen, Stéphane Martot a une vue imprenable sur la boucle de la Seine, le port autonome de Rouen et Lubrizol. Quand de premières explosions ont retenti vers 5 h 30 du matin, jeudi 26 septembre, elles ne lont pas empêché de replonger dans les bras de Morphée.  La veille, on avait manifesté pour les retraites, raconte ce travailleur social de 47 ans. Je me suis dit dans mon demi-sommeil : ils sont quand même gonflés les copains dockers de tirer des pétards en pleine nuit ! Et puis je me suis rendormi. 

Vendredi 18 octobre 2019 à 12:05 Lubrizol : le Sénat entend le PDG Eric Schnur mardi 22 octobre Le PDG de Lubrizol sera entendu par la commission denquête du Sénat sur la gestion des conséquences de lincendie de lusine de Rouen. Par Public Sénat 3mnCréée la semaine dernière, la commission denquête du Sénat sur la gestion des conséquences de lincendie de lusine Lubrizol, à Rouen, commence ses travaux. Elle va entendre mardi 22 octobre à 15h30, Eric Schnur, le PDG américain de Lubrizol monde.

Ce nest que deux heures plus tard, quand les sirènes dalerte se sont mises à hurler, que Stéphane Martot a compris. Il sest précipité dans son grenier, a ouvert le Velux et a filmé puis posté sur les réseaux sociaux : lusine chimique en feu et limmense panache noir qui se répand au-dessus de la ville.  Cétait Mad Max sous mes fenêtres. Alors quon nous disait toujours que cétait un délire décolo ! , témoigne Stéphane Martot, également secrétaire des Verts à Rouen, conseiller municipal et à la Métropole.

Lubrizol: levée des dernières restrictions de commercialisation des produits agricoles

Trois semaines après laccident, la ministre de la santé, Agnès Buzyn, considère que  les Rouennais peuvent reprendre une vie normale . Jeudi 17 octobre, ils étaient encore près de 800, à la Halle aux Toiles, venus partager leurs craintes et leur colère jusque tard dans la soirée, lors dune réunion publique organisée par un large collectif de syndicats et dassociations. Avec un mot dordre :  Pas de retour à la normale sans que la vérité soit faite !  De nombreuses questions hantent toujours les Normands. Elles saccumulent, même, au fur et à mesure des révélations. Quelle est la dangerosité des 9 500 tonnes (et non des 5 253 tonnes initialement communiquées) de produits partis en fumée et quelle seront les conséquences sur leur santé à long terme, certaines substances chimiques étant potentiellement cancérogènes ou des perturbateurs endocriniens ?

Le ministère de lAgriculture a annoncé vendredi la levée des dernières restrictions de commercialisation de produits agricoles mises en place après lincendie de lusine chimique de Lubrizol à Rouen, mais une “surveillance rapprochée” des produits va être maintenue. “Lensemble des restrictions de commercialisation sur les productions agricoles sont levées”, a indiqué le ministère dans un communiqué, après la publication dun avis de de lAgence nationale de sécurité sanitaire et de lalimentation (Anses).

Lubrizol: lenlèvement des fûts à risque durera deux mois

Comment un feu dune telle ampleur a-t-il pu se déclarer sur un site Seveso seuil haut, six ans après un premier incident (une fuite de mercaptan sétait fait ressentir jusquen région parisienne) et deux ans après une inspection des installations classées estimant le risque dun incendie à  au maximum une fois tous les 10 000 ans . Comment Lubrizol a-t-il pu stocker plus de 4 000 tonnes de produits potentiellement dangereux chez son voisin Normandie Logistique, pourtant non classé Seveso, et dont les entrepôts ont également été ravagés par les flammes ? Lenquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris pour mise en danger dautrui devra tenter de lever toutes les zones dombre, à commencer par lorigine de lincendie, toujours indéterminée.

Incendie de lusine Lubrizol à Rouen : Lenlèvement des fûts à risque durera deux mois

Ce vendredi 18 octobre 2019, la préfecture de la Seine-Maritime a publié un communiqué dans lequel elle détaille les conditions de dépollution du site Lubrizol à Rouen.  Les opérations doivent débuter le mardi 22 octobre.

“L’air capté dans cette structure fait l’objet d’un traitement d’odeur. Le procédé technique mis en place repose sur 3 barrières de sécurité : une première enveloppe étanche, une deuxième enveloppe à l’intérieur, faisant office de sas, et des brumisateurs internes et externes afin de neutraliser les éventuelles odeurs”, précise la préfecture.

Un équipement provisoire de confinement de 1000 m2 recouvre déjà les fûts. La zone est totalement recouverte et lair qui est capté dans cette structure est traité.  Le procédé mis en place est le suivant : deux enveloppes étanches dont celles à lintérieur qui fait office de sas avec des brumisateurs internes et externes pour éviter les mauvaises odeurs. 

Lubrizol : déplacement de fûts potentiellement dangereux

A lintérieur de cet équipement, un robot commandé à distance par du personnel qualifié, manipulera chacun des fûts pour une neutralisation sur place.  Ce robot va trier, traiter,et neutraliser les matières.  Les matières ainsi traitées seront acheminées par camion-citerne. Les fûts vidés seront transportés dans des bennes étanches par voie routière. Le transport de ces matières et contenants sera détruit dans des centres de traitement agréés. Cela pourrait être Sedibex basé au Havre. 

Des  odeurs dues à des nappes résiduelles dhydrocarbures peuvent encore être ressenties ponctuellement  à Rouen  en raison des conditions météorologiques , malgré la mise en place de  brumisateurs avec diffusion de produits neutralisants dodeurs pour diminuer les possibles nuisances olfactives , rappelle la préfecture. Mercredi, la préfecture avait indiqué que lopération démarrerait mardi et navait pas souhaité indiquer le nom de lentreprise chargée dévacuer les fûts. Le préfet doit donner une nouvelle conférence de presse vendredi à 16h30.

Pendant toute la phase de nettoyage, des brumisateurs avec diffusion de produits neutralisants dodeurs ont été mis en place pour diminuer les possibles nuisances olfactives. Cependant, des odeurs dues à des nappes résiduelles dhydrocarbures peuvent encore être ressenties ponctuellement en raison des conditions météorologiques.

Ces 160 fûts endommagés dans lincendie qui a ravagé le site Seveso seuil haut le 26 septembre contiennent une substance qui, si elle est chauffée, peut donner lieu à des émanations de sulfure dhydrogène (H2S), un gaz  extrêmement dangereux , et de Mercaptan, un gaz  très incommodant , selon lÉtat. Avant de neutraliser les fûts,  un équipement provisoire de confinement de 1.000 m2 en dépression dair  a été construit pour  recouvrir entièrement la zone des fûts .

Lensemble de cette opération sera réalisé en journée hors week-end et durera environ 2 mois. Concernant les fermetures de voiries : la rue Bourbaki devrait pouvoir être ouverte sous peu. La partie nord du quai de France et la rue de Madagascar restent fermées pour le moment.