Saint-Denis : un adolescent de 15 ans interpellé pour avoir tiré avec un pistolet à billes sur une enseignante – LCI – LCI

Saint-Denis : un adolescent de 15 ans interpellé pour avoir tiré avec un pistolet à billes sur une enseignante - LCI - LCI

93: sidération après lagression dune enseignante au cri de cest un attentat

VIDÉO – Jeudi 11 avril, un jeune garçon a pénétré dans une salle de classe dun collège de Saint-Denis en Seine-Saint-Denis et a tiré sur une professeure avec un pistolet à billes. Il a été arrêté.

Cest une scène profondément choquante qui sest déroulée jeudi 11 avril dans un établissement scolaire de Saint-Denis en Seine-Saint-Denis. Une professeure du collège Elsa-Triolet a été braquée par un adolescent avec un pistolet à billes, lequel a tiré sur la jeune femme de 26 ans. Lauteur de lagression, un ancien élève exclu il y a 2 ans, a été arrêté peu après les faits.

Seine-Saint-Denis : Jean-Michel Blanquer apporte son soutien à lenseignante braquée dans un collège de Sai…

Selon France Inter, lenseignante donnait un cours dans une salle située au rez-de-chaussée de létablissement lorsque trois individus dune quinzaine dannées, situés dans la rue, ont commencé à interpeller ses élèves en classe. La professeure est alors sortie pour leur demander darrêter. Après lavoir insultée, les délinquants ont lancé un pavé dans la vitre de la salle de classe, avant que lun deux nescalade la clôture et entre à lintérieur. Il a alors crié: Cest un attentat!, pointant un pistolet à billes vers la jeune femme. Il a tiré trois fois dans sa direction. La victime est parvenue à se protéger avec sa main. Elle na pas été blessée. Les deux autres jeunes nont pas été identifiés.

Agression denseignante à Saint-Denis: Il y a un désengagement de lEtat

Jétais dans la sidération parce que je ne connaissais pas lindividu, a témoigné lenseigante auprès de France info. Ce nest pas un évènement ponctuel. Lincident est dune extrême gravité mais les violences, cest tout le temps.

Le ministre de lEducation Jean-Michel Blanquer a réagi samedi 13 avril à cette agression, à la suite de sa médiatisation. Il a assuré soutenir la communauté éducative du Collège Elsa Triolet et lenseignante agressée. Toutes les mesures de protection et de sanction sont prises avec @AcCreteil, écrit-il dans un tweet.

Lacadémie a assuré que lenseignante visée et ses élèves ont été pris en charge et quune cellule découte a été mise en place. Des équipes mobiles de sécurité seront présentes à compter de lundi 15 avril. Le recteur se déplacera sur place ce jour-là, accompagné de représentants des services de lEtat:

Le SNES 93 affirme ainsi que dans la même journée, dans le même établissement, un élève de 6e a introduit un taser et quun incendie sest déclaré à la cantine. Le syndicat rappelle également que le 12 mars dernier à Saint-Denis, un professeur avait été agressé devant le collège La Courtille et que le même jour, un groupe délèves sétait introduit dans le lycée Paul-Eluard avec des battes et des marteaux. Le 5 avril, une assistante déducation et un enseignant étaient eux agressés à Aubervilliers, au collège Diderot.

Face à cela, la seule réponse des établissements est souvent répressive. On estime que pour le département de Seine-Saint-Denis, chaque jour, 167 à 589 élèves sont sous le coup dune exclusion temporaire. Les personnels du collège Elsa-Triolet, eux, se sont mis en grève vendredi 12 avril. Encore un braquage dune enseignante dans un collège! À Saint-Denis comme ailleurs ça suffit!, ont-ils dénoncé dans un communiqué, demandant notamment plus de moyens humains pour létablissement. La ville de Saint-Denis a fermement condamné ces violences et demandé quune réunion avec les acteurs concernés soit organisée à la préfecture. Daniel Auverlot a également condamné fermement lagression. Il annoce que les équipes mobiles de sécurité de lacadémie seront présentes dans létablissement la semaine prochaine.

Cette affaire rappelle un fait similaire intervenu dans un lycée de Créteil en octobre 2018. Un élève avait braqué son enseignante avec une arme factice en lui demandant de linscrire présent et non absent sur la feuille de présence. Lenseignante avait porté plainte et lélève mis en examen, avec obligations de demeurer hors du Val de Marne.

Le chef de lEtat Emmanuel Macron avait condamné cette agression en demandant que soient prises toutes les mesures pour bannir des écoles les menaces envers les enseignants.

La plupart de ces enseignants de Gauche laxiste et bien pensante est responsable pour une grande partie de ce laxisme qui s'étend. Ne parlons pas des sociologues formés "à la bien-pensance dogmatique" . De quoi se plaignent t'ils, ils ont colporté une vision sociétale qui a des effets funestes.

L'Education Nationale récolte ce qu'elle a semé depuis les années 80. Éduquer, ce n'est pas seulement transmettre du savoir, mais aussi des valeurs morales. La répression des agressions ne suffit pas. Il faut aussi éduquer les consciences des enfants et adolescents. On n'en prend pas le chemin, donc il y aura encore des agressions de profs.

"Daniel Auverlot, recteur de lacadémie de Créteil, condamne fermement lagression" : ce sont les agresseurs qu'il faut condamner, pardi !

Au lieu de gueuler comme des ânes, les enseignants devraient se remettre en cause. Pour commencer, pour être respectés, il faut d'abord être respectables . Qu'ils commencent déjà par se vêtir correctement ! Certains ont des dégaines pas possible!

Des centaines de milliards d'euros déversés sans mesure dans ces zones, depuis des dizaines d'années. Des établissements scolaires, des piscines, des salles de sport, des médiathèques et autres bibliothèques qui la plupart du temps partent en fumée à peine inaugurés. Pour quel résultat ? Zéro, nada. Ces enclaves communautaires, rejetant toute assimilation, sont non seulement dédouanées de toute application de justice en ce qui concerne les trafics de drogue, mais en plus elles concentrent à elles seules l'essentiel des dépenses "sociales". Quel est leur apport à la société ? Absolument aucun, ils ne produisent rien, de créent rien, ne participent en rien… Alors que les territoires se meurent, que les petites villes et villes moyennes perdent leurs écoles, leurs hôpitaux, leurs gares… Ce qui est vraiment pathétique, c'est que la gauche, LFI en tête, ainsi que la grande majorité de la presse continuent à nous saouler de leurs jérémiades sur le manque de moyens, le manque d'accompagnement, le manque de soutien de ces populations… Ouvrez les yeux et vite, parce que le point de non retour est pratiquement franchi.

Murs de trois mètres et barbelés, portique d'entrée avec fouille systématique, portables interdits. L'enseignement se déroulera sans aucun problème.

Ma femme prof de math a eu une collègue violement agressée. Les médias n'en n'ont pas parlé car c'est tous les jours et partout

Laissez les dans leur bocal. Vu quils ne veulent ni de police ni de justice dans leurs établissements, quils se débrouillent avec leurs syndicats et continuent à parler de misère sociale.

Mais que font Blanquer et le Ministère ?? Il faut amorcer 1 changement de comportement et d'état d'esprit des élèves , sinon ce sera la catastrophe. Et pas qu'en banlieue. La situation devient ingérable partout. Y compris dans des villes de province de 10 000 habitants. C'est terrible .

L'éducnat gauchiste et les gouvernements de gauche récoltent ce qu'ils ont semé par idéologie et angélisme… Ce depuis 1981. Ne cherchez pas plus loin, seule une vraie politique de droite (bon sens) rétablira l'ordre en FRANCE.

Ce jeune enfant est désorienté, sans repère, il sest donc adonné à une mauvaise plaisanterie dira un bon gauchiste, un bon socialiste !

Cette agression envers un prof est médiatisée mais combien d'autres restent dans l'ombre.

Bonjour. Quand j'ai vu à la télévision les commentaires d'une députée L.F.I. de Seine Saint Denis, j'ai halluciné. Elle disait qu'il n' y avait pas assez d'assistantes sociales, que les "parents" étaient en galère, pas assez de personnels encadrants, etc… Que c'était la faute de l'état !!! Pas un mot pour condamner cet acte ! Si elle pense que les classes avec un seul élève est la solution, alors que les premiers responsables sont les parents, il faut qu'elle reviennent sur terre !

Dans le 9-3 et même ailleurs, la génération actuelle, 10/17 ans, est vraiment le résultat d'une non éducation ! Et pas de sanction au bout ? Plus d'allocs, tribunal et prison.

Nous condamnons fermement ces agissement qui ne sont pas digne de notre république. Bon ça c'est fait, suivant…

Et les syndicats d'enseignants refusent la présence de policiers dans les établissements. Les résultats sont là. Qu'ils ne viennent pas pleurer ensuite.

Pourquoi parle t on de sidération: 1- les agressions sont quotidiennes 2- rien ne ce passera 3- la victimisation de ses jeunes durent depuis 20 ans.

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète T'as vu ? Fake Off By the Web High-Tech Podcast Vidéos En Images Guide d'achat Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Société Agression d'enseignante à Saint-Denis: Il y a un désengagement de l'Etat

INTERVIEW 20 Minutes  a interviewé l'un des membres du personnel du collège Elsa Triolet, où une enseignante s'est fait agressé par un jeune jeudi

Ce jeudi, trois jeunes se sont introduits dans le collège Elsa Triolet, en Saint-Denis ( Seine Saint-Denis). Lun deux a tiré avec un pistolet à billes en direction dune enseignante en faisant croire à un attentat. Les employés du collège se sont mis en grève ce vendredi. Timothée, un des membres du personnel de létablissement et qui a préféré rester anonyme, a répondu à nos questions sur ce mouvement et ces revendications.

Ce vendredi, nous avons fait une assemblée générale et voté à lunanimité pour faire une grève pour la journée. Nous nous sommes rendus dans les collèges et les lycées de Saint-Denis pour rendre compte de la situation et faire un front commun avec lensemble des enseignants et des personnels de ces établissements pour dénoncer ce climat et demander plus de moyens et plus de personnels à lEtat.

Non, cest la première fois que lon constate une telle intrusion dans ce collège. Ce jeudi, on a atteint une échelle de violence rare et exceptionnelle, mais sil ne faut donc pas faire de généralité, elle témoigne dune ambiance qui se dégrade dans la ville.

Nos personnels sont débordés. Nous comptons par exemple deux CPE pour plus de 400 élèves. On ne demande pas une réponse sécuritaire, on veut faire de la prévention et mieux accompagner les individus, quil y ait plus de personnels mais aussi que les professeurs puissent organiser des demi-groupes ou des ateliers avec moins délèves.

On assiste aussi à une dégradation des services publics alentour, qui, comme nous, sont totalement saturés. Ce manque deffectif ne nous permet pas de remplir nos missions. Cest aussi pour eux que nous faisons cette grève, pas seulement pour nous donner des moyens à nous mais également à lensemble des services de Seine Saint-Denis.

Ce quon souhaite, cest rompre avec cette fracture sociale. Quon nous écoute et surtout quon nous donne plus de moyens. On sait que les élèves sont les premières victimes, et cest pour eux quon se bat. Si un élève veut voir un psy, il doit attendre des semaines, pareil pour un éducateur, etc.

Non car on sait que les grèves ne changent rien. Nous allons faire une nouvelle assemblée générale ce mardi soir pour réfléchir à différentes actions, notamment dans le cadre de la grève nationale contre la réforme Blanquer.

Oui, nous avons peur dune rupture encore plus grande dans légalité des territoires. Cest aussi pour cela que je témoigne en anonyme, car la réforme​ impose un droit de réserve. Mais ce que nous dénonçons en premier lieu, cest le désengagement de lEtat. On est le dernier service public qui fait encore barrage. Un élève ayant besoin dune assistante scolaire mettra neuf mois à lobtenir ici, contre un ou deux mois dans dautres régions. Il y a une distorsion des chances, et les élèves se sentent abandonnés par linstitution, cest pour ça que certains la défient ensuite comme ce jeudi. On ne peut pas à des élèves de croire aux valeurs de la République sils voient la République bafouer ses propres valeurs devant lui.