Seine-Saint-Denis : six policiers en garde à vue à la suite dune interpellation violente en août – Le Monde

Seine-Saint-Denis : six policiers en garde à vue à la suite d\une interpellation violente en août - Le Monde

Interpellation controversée à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) : six policiers en garde à vue

Nouveau rebondissement dans laffaire de violences policières qui se sont déroulées cet été, dans la cité Cordon, à Saint-Ouen. Six fonctionnaires ont été placés en garde à vue ce mardi à lIGPN, la police des polices, pour violences par personne dépositaire de lautorité publique, faux en écriture publique et vol.

Il sagit de la suite dune enquête ouverte après linterpellation très musclée menée par un équipage de la compagnie de sécurisation et dintervention (CSI 93), le 9 août. La scène filmée par des témoins avait été largement relayée sur les réseaux sociaux.

Sur des images, captées par la vidéosurveillance et une vidéo amateur, largement relayées sur les réseaux sociaux, on apercevait un policier de la compagnie de sécurisation et dintervention de Seine-Saint-Denis (CSI), en civil, asséner plusieurs coups au visage dun jeune homme. Ce dernier, âgé de 20 ans, sétait vu prescrire trois jours dITT (incapacité totale de travail) et avait déposé une plainte pour actes de torture contre les policiers

La vidéo amateur montrait deux hommes en venir aux mains, sur un parking, au cœur de la cité. On y voit lun des deux protagonistes, vêtu dun tee-shirt blanc, donner plusieurs coups de poing, faire tomber son adversaire avant de limmobiliser, en se mettant à califourchon sur lui.

Coup de filet chez les policiers de Seine-Saint-Denis. Six dentre eux ont été placés en garde à vue mardi 8 octobre dans les locaux de lIGPN. Ils sont accusés dêtre impliqués dans linterpellation violente dun jeune homme au début du mois daoût à Saint-Ouen, a-t-on appris auprès du parquet de Bobigny. Les six fonctionnaires sont également soupçonnés de  faux en écriture publique  et vol, a précisé cette même source.

Interpellation musclée à Saint-Ouen : six policiers en garde à vue

Trois policiers en uniforme débarquent ensuite, lun deux frappe aussi. Lhomme au tee-shirt blanc expédie encore quelques coups, se relève sans donner limpression dêtre inquiété par les autres policiers. Et pour cause : il sagissait également dun fonctionnaire de police, en civil. Il sagirait dun motard de la police, venu ponctuellement en renfort ce jour-là.

Dans sa plainte consultée par lAgence France-Presse, il avait déclaré avoir  reçu des coups de pied par les fonctionnaires de police  et  plusieurs coups de pistolet à impulsion électrique (taser) sur ses organes génitaux  dans le fourgon de police qui le conduisait au commissariat de Saint-Ouen.

La victime, un dealeur qui ne vit pas dans le quartier, avait le visage tuméfié lorsquil a été placé en garde à vue pour trafic de stupéfiants. Sa garde à vue a été levée notamment à la lumière dimages de vidéosurveillance de la ville qui confortaient sa version.

Les six fonctionnaires sont également soupçonnés de faux en écriture publique et vol, a précisé cette même source (photo dillustration)

Selon lui, le policier en civil sétait fait passer pour un client, venu acheter de la drogue, une pratique autorisée à la condition dêtre strictement encadrée par le parquet. Or, selon nos informations, aucune autorisation navait été donnée ce jour-là.

Sur des images, captées par la vidéosurveillance et une vidéo amateur, largement relayées sur les réseaux sociaux, on apercevait un policier de la compagnie de sécurisation et d’intervention de Seine-Saint-Denis (CSI), en civil, asséner plusieurs coups au visage d’un jeune homme.

Une autre enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny pour faire la lumière sur les violences commises sur le dealeur. Elle a été confiée à lIGPN, qui a fait le rapprochement avec plusieurs plaintes visant des fonctionnaires de cette même unité. Lune delles accusait les policiers de vol et daccusations mensongères.

Compte tenu de la gravité des faits reprochés, nous attendons désormais que les mis en cause soient déférés devant un juge dinstruction en vue de leur mise en examen pour torture et actes de barbarie , réagit Me Yassine Bouzrou, avocat du blessé.

Dans cette affaire, “deux témoins indiquent que des policiers de la Compagnie de sécurisation et d’intervention (CSI) 93 ont amené deux jeunes dans un hall pour les frapper”, avait confié à l’AFP une source proche de l’enquête.

Après une interpellation violente en Seine-Saint-Denis, six policiers en garde à vue

VOIR LES COMMENTAIRESÎle-de-France & OiseQui est Samat, le rappeur tué par balles lundi soir à Garges-lès-Gonesse ?Accueil des mineurs étrangers : malaise chez les travailleurs sociaux du 93Chelles : larme de lassuré énervé était une réplique de fusil dassautVitry : 16 ans de prison requis pour avoir battu à mort Oumar, 15 ansGuide Shopping Le Parisien

Certains des policiers soupçonnés dans cette affaire sont par ailleurs visés par une deuxième enquête, pour des faits qui se seraient déroulés le même jour, également à Saint-Ouen.

Le Courage World Tour de Céline Dion fera un détour par Paris lété prochain. Après une vague de préventes très plébiscitée, les ventes de billets pour le concert de Céline Dion démarrent le 9 octobre. Attention, il ny en aura pas pour tout le monde.

Vous voulez changer votre vieux smartphone et vous équiper dun modèle plus récent ? Sachez que Cdiscount propose actuellement liPhone XR dApple à 649,99 euros au lieu de 849,99 euros, soit 200 euros de remise.

Les six fonctionnaires sont également soupçonnés de “faux en écriture publique” et vol, a précisé cette même source.

Amazon propose, pendant toute la semaine, des promotions sur les appareils de la marque Sony. Dimportantes remises sont affichées sur un grand nombre de produitscomme les casques, objectifs, smartphones… qui peuvent bénéficier de jusquà 55% de réduction.

Ce dernier, âgé de 20 ans, s’était vu prescrire trois jours d’ITT (incapacité totale de travail) et avait déposé plainte.

Fnac Darty proposent, de concert, des ventes flash permettant de profiter de remises immédiates qui varient selon le montant de votre commande sur de nombreux produits dont liPhone, le Pixel et le P30. Des propositions valables uniquement jusquà 13 heures.

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Messenger LinkedIn Email Cest une vidéo qui avait fait le tour des réseaux sociaux. On y voyait un policier en civil, entouré de plusieurs de ses collègues, asséner plusieurs coups au visage dun jeune homme lors de son arrestation vendredi 9 août dernier. LIGPN, la police des polices, qui sétait alors saisie de laffaire, vient de placer six policiers en garde à vue, accusés dêtre impliqués dans linterpellation.

Six policiers de Seine-Saint-Denis ont été placés en garde à vue mardi dans les locaux de lIGPN, accusés dêtre impliqués dans linterpellation violente dun jeune homme début août à Saint-Ouen, a-t-on appris auprès du parquet de Bobigny.

Les six fonctionnaires sont également soupçonnés de  faux en écriture publique  et vol, a précisé cette même source.

Sur des images, captées par la vidéosurveillance et une vidéo amateur, largement relayées sur les réseaux sociaux, on apercevait un policier de la compagnie de sécurisation et dintervention de Seine-Saint-Denis (CSI), en civil, asséner plusieurs coups au visage dun jeune homme.

Ce dernier, âgé de 20 ans, sétait vu prescrire trois jours dITT (incapacité totale de travail) et avait déposé plainte.Le parquet de Bobigny avait saisi lIGPN, lInspection générale de la police nationale, dune enquête pour violences par personne dépositaire de lautorité publique.

Certains des policiers soupçonnés dans cette affaire sont par ailleurs visés par une deuxième enquête, pour des faits qui se seraient déroulés le même jour, également à Saint-Ouen.

Dans cette affaire,  deux témoins indiquent que des policiers de la Compagnie de sécurisation et dintervention (CSI) 93 ont amené deux jeunes dans un hall pour les frapper , avait confié à lAFP une source proche de lenquête.