Seine-Saint-Denis : un policier se suicide au tribunal de Bobigny – Le Parisien

Seine-Saint-Denis : un policier se suicide au tribunal de Bobigny - Le Parisien

Seine-Saint-Denis : Un policier sest suicidé avec son arme de service

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Messenger LinkedIn Email Un officier de police de 33 ans sest suicidé ce mercredi matin au dépôt de police du tribunal de grande instance de Bobigny (Seine-Saint-Denis), portant à cinquante-trois le nombre de policiers sétant donné la mort depuis le début de lannée.

Depuis le début de l'année, 53 agents ont mis fin à leurs jours selon un décompte de la police nationale, contre 35 en 2018. Au début du mois, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé la mise en place d'un nouveau numéro vert (0805 230 405) pour lutter contre le phénomène.

Un policier, qui fait partie de la brigade de nuit, sest suicidé avec son arme de service vers 6 h, ce mercredi matin, a indiqué le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis). LInspection générale de la police nationale a été saisie de lenquête.

Un officier de police de 33 ans s'est suicidé ce mercredi matin au dépôt de police du tribunal de grande instance de Bobigny (Seine-Saint-Denis), portant à 53 le nombre de policiers s'étant donné la mort depuis le début de l'année.

Un policier se suicide avec son arme de service au tribunal de Bobigny

Depuis le début de lannée, cinquante-trois agents ont mis fin à leurs jours selon un décompte de la police nationale, contre trente-cinq en 2018.

Le journaliste Gaspard Glanz a été interpellé à deux reprises, hier, lors de la Marche de la colère, manifestation organisée par des policiers à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail. Ses avocats assurent qu'ils vont porter plainte dans les prochains jours pour privation de liberté arbitraire.

Au début du mois, le ministre de lIntérieur Christophe Castaner a annoncé la mise en place dun nouveau numéro vert (0805 230 405) pour lutter contre le phénomène.

Après l'attaque à la préfecture de police de Paris, qui a fait cinq morts, un compte Twitter et plusieurs médias ont écrit que l'assaillant refusait de serrer la main des femmes et avait été convoqué par sa direction pour s'expliquer à ce sujet. Informations démenties par d'autres titres de presse.

Cest le 53ème suicide de policier depuis le début de lannée. Le fonctionnaire a mis fin à ses jours avec son arme de service au dépôt du Tribunal de Grande Instance de Bobigny.