Paris et Saint-Denis : plusieurs évacuations de camps de migrants prévues pour ces prochains jours – Le Parisien

Paris et Saint-Denis : plusieurs évacuations de camps de migrants prévues pour ces prochains jours - Le Parisien

Importante opération dévacuation de campements de migrants dans le nord-est de Paris

Grève et travaux dans les transports franciliens: Pécresse réclame lindemnisation des voyageurs

Des caméras dans les bus scolaires dAuvergne-Rhône-Alpes pour lutter contre le harcèlement à lécole

Paris : Une vaste opération dévacuation de campements de migrants est en cours, 600 policiers déployés

La circulation était très compliquée ce jeudi matin sur les routes franciliennes, avec un cumul de plus de 500 km de bouchons atteint peu avant 9 heures. Les principales difficultés se concentrent dans le secteur de la porte de la Chapelle, à éviter absolument en voiture. En raison de limportante opération dévacuation de campements de migrants dans le nord-est parisien, les autorités ont bouclé le secteur.

Ce nest pas lensemble des camps qui seront évacués ce jeudi, puisque les forces de lordre doivent “procéder au démantèlement des campements illicites installés au niveau de la Porte de la Chapelle à Paris XVIIIe et de lAvenue du Président Wilson à Saint-Denis, ainsi quà la mise à labri” des occupants, ont annoncé les préfectures dans un communiqué commun.

Plusieurs axes sont fermés à commencer par le périphérique intérieur à hauteur de la porte de la Chapelle. LA1 est aussi fermée entre Paris et Saint-Denis. En venant de Roissy, il est fortement conseillé demprunter lA3, même si là aussi des difficultés sont à prévoir. 

Une importante opération dévacuation de deux campements regroupant entre 600 et 1.200 migrants dans le nord-est de Paris, sest déroulée jeudi matin dans le calme, dans une volonté affichée par les autorités de "changer de braquet" sur la gestion de ces zones devenues "incontrôlables".

Cette évacuation d'une ampleur inédite depuis plus d'un an dans la capitale intervient dans un contexte de durcissement de la rhétorique sur la politique migratoire et au lendemain de l'engagement pris par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. Il a assuré mercredi lors des annonces gouvernementales sur l'immigration que les campements du nord-est parisien allaient être évacués d'ici la fin de l'année.

Lévacuation des occupants des deux camps aux abords du périphérique parisien, entre la Porte de la Chapelle et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), a démarré à laube vers 06H00 et sest terminée peu avant 09H00, a constaté un journaliste de lAFP.

La police française a lancé jeudi matin une importante opération d'évacuation de deux campements dans le nord-est de Paris, au total, 1606 personnes ont été évacuées. Près de 600 policiers accompagnaient depuis 6h des clandestins qui vivaient sous des tentes de fortune près du périphérique parisien vers des bus pour les emmener dans des gymnases ou des centres d'accueil franciliens.

Parmi les délogés, de nombreux Afghans et originaires dAfrique sub-saharienne, ainsi que des familles avec enfants.

Environ 600 policiers étaient mobilisés. Cette évacuation dune ampleur inédite depuis plus dun an dans la capitale intervient au lendemain de la présentation par le gouvernement dun plan immigration controversé, instaurant notamment des "quotas" de professionnels qualifiés. 

Une opération policière d'une ampleur inédite a eu lieu jeudi matin à l'aube entre le nord-est de Paris et la Seine-Saint-Denis.

Dans ce contexte de durcissement de la rhétorique sur la politique migratoire, le ministre de lIntérieur Christophe Castaner sétait engagé mercredi à évacuer les camps du nord-est parisien "avant la fin de lannée".

Les migrants devaient être conduits vers des bus pour être ensuite temporairement installés dans des gymnases ou des centres daccueil franciliens, dans une opération conjointe de la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Ile-de-France. La mise à labri concerne dabord les familles avec femmes et enfants. Elles sont au moins 250. Quinze gymnases sont réquisitionnés dans toute la région pour accueillir les migrants évacués de la Porte de la Chapelle et de lavenue Wilson à Saint-Denis.

Sur les quelque 1.500 à 3.000 exilés qui vivent dans des tentes sous les pots déchappement du périphérique et de lautoroute A1, entre 600 et 1.200 personnes devaient être évacués et mis à labri dans des centres daccueil ou des gymnases aux quatre coins de lIle-de-France. Lautre partie, qui se trouve sur le camp voisin de la Porte dAubervilliers, doit faire lobjet dune prochaine opération similaire.

La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) est sur place. Elle a expliqué quune réunion avec treize maires avait eu lieu dix jours plus tôt au ministère de lIntérieur. On nest pas confrontés à un afflux de migrants tel quon ne pourrait pas lassumer, notre pays est en mesure daccueillir ces personnes dans la dignité . La rue nest pas un lieu pour vivre, cest un lieu de danger, dindignité , a-t-elle insisté, pour les migrants comme pour les riverains.

Awa, Ivoirienne de 32 ans, dormait dans une tente Porte de la Chapelle depuis son arrivée en France il y a un an. "Il pleut, il fait froid. Je ne sais pas où je vais, mais ça me fait plaisir dy aller, parce que jaurai un toit ce soir", dit-elle à lAFP en emportant juste un sac à dos.

Paris : Importante opération dévacuation de campements de migrants dans le nord-est

"Je ne peux pas laisser une situation de danger de cette nature (…) tout ça ne peut plus durer, et cest le sens de la fermeté dont je vous parle", a expliqué sur place le préfet de police de Paris Didier Lallement.

Dans les prochains jours, selon les associations, les forces de lordre devraient évacuer le campement de la porte dAubervilliers, dont les tentes et les baraques de fortune ont peu à peu conquis les contreforts et recoins du boulevard périphérique, sur plusieurs centaines de mètres. Au total, les associations avaient recensé début octobre que 3 000 personnes vivaient portes de la Chapelle, dAubervilliers, de la Villette et à Saint-Denis.

"Jusque-là, on avait des opérations de mise à labri de 200, 300 personnes, mais on ne vidait jamais les campements et ils revenaient. Avec cette opération, on a un objectif de zéro retour", explique-t-on à la PP.

Une importante opération dévacuation de deux campements regroupant entre 600 et 1 200 migrants, à cheval sur le nord-est de Paris et la Seine-Saint-Denis a débuté ce jeudi à laube sous une pluie battante. Mercredi à midi, dans le cadre du Conseil interministériel sur limmigration, le ministre de lIntérieur Christophe Castaner avait annoncé lévacuation avant la fin de lannée .

Les campements de migrants du nord-est de Paris évacués avant la fin de lannée annonce Castaner

Cest le préfet de police qui a pris un arrêté dévacuation, jugeant de même source que les campements prenaient "trop dampleur" et quune "délinquance" sy installait. 

Paris : lévacuation des campements de migrants porte de la Chapelle touche à sa fin

La préfecture évoque 213 atteintes aux personnes répertoriées sur le "secteur" de la Porte de la Chapelle depuis début 2019. Sans compter les "rixes entre migrants". 

Alors que les files dattente sallongent devant les cars, Mahar, 21 ans, originaire du Pakistan et arrivé en France il y a 4 mois, montre des cicatrices après plusieurs tentatives de suicide. "Je vais être hébergé mais jy vais surtout parce quon ma dit quil y aurait une aide pour les formalités administratives, pour que je puisse demander lasile", explique-t-il.

Les associations de défense des migrants craignent, elles, que lopération ne se transforme en vaste coup de filet avec des placements en détention.

Les mises à labri se feront sur la base du "volontariat", insiste à linverse la préfecture de région. Les examens des situations administratives se feront dans un second temps, mais laccueil reste "inconditionnel", souligne-t-on.

"Le but, cest déviter les reconstitutions des camps", a affirmé sur place le préfet de la région Île-de-France Michel Cadot.

Pour éviter que des camps ne se reforment, des forces mobiles doivent "tourner 24 heures sur 24 sur place", pour effectuer des contrôles didentité et "placer en centre de rétention sil le faut". Le tout accompagné dun "dispositif de vidéo-patrouilles, avec notamment quelques caméras tactiques spécifiquement prévues pour cette action".