Paris et Saint-Denis : dautres évacuations de camps de migrants prévues pour ces prochains jours – Le Parisien

Paris et Saint-Denis : dautres évacuations de camps de migrants prévues pour ces prochains jours - Le Parisien

Campements de migrants: “nous ne tolérerons pas de réinstallation”, prévient le préfet de Paris

Plus de 1.600 migrants ont été évacués jeudi matin de deux importants campements insalubres à cheval sur le nord-est de Paris et la Seine-Saint-Denis, a annoncé la Préfecture de police.

“Fin de lopération dévacuation du campement de La Chapelle. Au total, sur les secteurs de La Chapelle et du président Wilson (à Saint-Denis, ndlr) 1.606 personnes ont été évacuées” et mises à labri, a souligné la préfecture sur Twitter. Avec cette évacuation, près de la moitié des campements de migrants du nord-est de Paris ont été vidés.

Sous une pluie battante, près de 600 policiers étaient déployés dès laube, pour prendre en charge des exilés qui vivent depuis des mois porte de la Chapelle, côté Paris, et le long de lavenue Wilson, côté Saint-Denis, sous des bâches en plastique, tentes et baraques de fortune. Cest aussi là que stagnent des consommateurs de crack, sur une butée râpée qui a tristement gagné le surnom de colline du crack . Mais cette partie sera traitée dici Noël , selon Christophe Castaner, le temps de trouver des places dhébergement sanitaire.

Près de 600 policiers, mobilisés pour cette évacuation dune ampleur inédite depuis plus dun an dans la capitale et qui se déroulait dans le calme, sous la pluie, accompagnaient jeudi depuis 6h des exilés qui vivaient sous des tentes de fortune près du périphérique parisien vers des bus pour les emmener dans des gymnases ou des centres daccueil franciliens, dans une opération conjointe de la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Ile-de-France.

Les migrants devaient être conduits vers des bus pour être ensuite temporairement installés dans des gymnases ou des centres daccueil franciliens, dans une opération conjointe de la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Ile-de-France. La mise à labri concerne dabord les familles avec femmes et enfants. Elles sont au moins 250. Quinze gymnases sont réquisitionnés dans toute la région pour accueillir les migrants évacués de la Porte de la Chapelle et de lavenue Wilson à Saint-Denis.

Plus de 1600 personnes évacuées de deux campements de migrants du nord-est de Paris | LCI

Ce jeudi 7 novembre, la préfecture de police et la préfecture de région vont procéder au démantèlement des campements illicites installés au niveau de la porte de la Chapelle (18e) et de lavenue du Président Wilson à Saint-Denis (93), avait communiqué, la veille, la préfecture de Paris et dIle-de-France.

Cette évacuation intervient dans un contexte de durcissement de la rhétorique sur la politique migratoire et au lendemain de lengagement pris par le ministre de lIntérieur Christophe Castaner.

"Chaque fois on nous a dit ça ne se reproduira plus", souligne la maire de Paris Anne Hidalgo, présente également, rappelant quil sagit de la 59e mise à labri depuis lété 2015. "Ça faisait des mois quon demandait cette mise à labri", explique-t-elle à lAFP, "mais en évacuant ces camps et pas la Porte dAubervilliers, on court le risque dune reformation".

Camps de migrants à Paris et Saint-Denis: 1 606 personnes évacuées

Il a assuré mercredi lors des annonces gouvernementales sur limmigration que les campements du nord-est parisien allaient être évacués dici la fin de lannée.

Sur les quelque 1.500 à 3.000 exilés qui vivent dans des tentes sous les pots déchappement du périphérique et de lautoroute A1, moins de la moitié, soit 600 à 1.200 personnes devaient être évacuées et mises à labri dans des centres daccueil ou des gymnases aux quatre coins de lIle-de-France. Lautre partie, qui se trouve sur le camp voisin de la Porte dAubervilliers, doit faire lobjet dune prochaine opération similaire.

Alors que les files dattente sallongent devant les cars, Mahar, 21 ans, originaire du Pakistan et arrivé en France il y a 4 mois, montre des cicatrices après plusieurs tentatives de suicide. "Je vais être hébergé mais jy vais surtout parce quon ma dit quil y aurait une aide pour les formalités administratives, pour que je puisse demander lasile", explique-t-il.

Importante opération dévacuation de campements de migrants dans le nord-est de Paris

Une opération policière d'une ampleur inédite a eu lieu jeudi matin à l'aube entre le nord-est de Paris et la Seine-Saint-Denis.

La police française a lancé jeudi matin une importante opération d'évacuation de deux campements dans le nord-est de Paris. Au total, 1606 personnes ont été évacuées. Près de 600 policiers accompagnaient depuis 6h des clandestins qui vivaient sous des tentes de fortune près du périphérique parisien vers des bus pour les emmener dans des gymnases ou des centres d'accueil franciliens.

Des opérations de démantèlement de deux camps de migrants installés dans le nord-est de Paris ont débuté ce jeudi matin. Entre 600 et 1 200 personnes vivent dans ces campements de fortune regroupés autour de la Porte de la Chapelle. Quelque 600 policiers sont mobilisés. Ces évacuations interviennent dans un contexte de durcissement de la rhétorique sur la politique migratoire et au lendemain de l engagement  pris par le ministre de lIntérieur Christophe Castaner.

Quelque 1500 à 3000 exilés vivaient dans des tentes sous les pots d'échappement du périphérique et de l'autoroute A1. Ceux qui ne sont pas évacués ce jeudi et qui se trouvent dans le camp voisin de la Porte d'Aubervilliers doivent faire l'objet d'une prochaine opération similaire.

Près de 600 policiers accompagnent ces exilés qui vivaient sous des tentes de fortune près du périphérique parisien vers des bus pour les emmener dans des gymnases ou des centres daccueil franciliens, dans une opération conjointe de la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Ile-de-France. Il y a là une volonté affichée par les autorités de  changer de braquet  sur la gestion de ces zones devenues  incontrôlables .

Le secteur de la porte de la Chapelle saturé: les accès au périphérique et à lA1 fermés

Cette évacuation d'une ampleur inédite depuis plus d'un an dans la capitale intervient dans un contexte de durcissement de la rhétorique sur la politique migratoire et au lendemain de l'engagement pris par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. Il a assuré mercredi lors des annonces gouvernementales sur l'immigration que les campements du nord-est parisien allaient être évacués d'ici la fin de l'année.

Ils sont des milliers à vivre dans des conditions exécrables. Dans la matinée du jeudi 7 novembre, des campements de migrants insalubres vont être démantelés entre le nord-est de Paris et la Seine Saint-Denis. Lannonce, faite ce mercredi 6 novembre par la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Île-de-France intervient après une déclaration du ministre de lIntérieur.