Camps de migrants à Paris et Saint-Denis: 1 606 personnes évacuées – Le Parisien

Camps de migrants à Paris et Saint-Denis: 1 606 personnes évacuées - Le Parisien

Importante opération dévacuation de campements de migrants dans le nord-est de Paris

Plus de 1.600 migrants ont été évacués dans le calme jeudi matin de deux importants campements du nord-est parisien, lors dune opération denvergure qui a vidé la moitié de ces camps insalubres de la capitale, signe selon les autorités dun "changement de braquet" gouvernemental sur limmigration. 

Baluchon sur lépaule ou sac à la main, parfois enveloppés dans des couvertures sous une pluie battante dès laube, 1.606 personnes selon les chiffres de la Préfecture de police sont montées dans des bus pour être mis à labri dans une quinzaine de gymnases en Ile-de-France ainsi que dans des centres daccueil.

Près de 600 policiers, mobilisés pour cette évacuation dune ampleur inédite depuis plus dun an dans la capitale et qui se déroulait dans le calme, sous la pluie, accompagnaient jeudi depuis 6h des exilés qui vivaient sous des tentes de fortune près du périphérique parisien vers des bus pour les emmener dans des gymnases ou des centres daccueil franciliens, dans une opération conjointe de la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Ile-de-France.

Lévacuation concernait deux camps en regroupés en 1km² à cheval sur Paris et la Seine-Saint-Denis, lun Porte de la Chapelle, lautre à Saint-Denis. Un troisième campement Porte dAubervilliers regroupe lautre moitié des quelque 2.000 à 3.000 exilés dans les campements de la zone et doit être évacué dans les prochaines semaines.

Sur les quelque 1.500 à 3.000 exilés qui vivent dans des tentes sous les pots déchappement du périphérique et de lautoroute A1, moins de la moitié, soit 600 à 1.200 personnes devaient être évacuées et mises à labri dans des centres daccueil ou des gymnases aux quatre coins de lIle-de-France. Lautre partie, qui se trouve sur le camp voisin de la Porte dAubervilliers, doit faire lobjet dune prochaine opération similaire.

Parmi les délogés, qui ont laissé derrière eux des tentes vides sous le périphérique, de nombreux Afghans et originaires dAfrique sub-saharienne, ainsi que des familles avec enfants.

“Fin de lopération dévacuation du campement de La Chapelle. Au total, sur les secteurs de La Chapelle et du président Wilson (à Saint-Denis, ndlr) 1.606 personnes ont été évacuées” et mises à labri, a souligné la préfecture sur Twitter. Avec cette évacuation, près de la moitié des campements de migrants du nord-est de Paris ont été vidés.

Environ 600 policiers étaient mobilisés pour cette évacuation dune ampleur inédite depuis plus dun an dans la capitale, qui intervient au lendemain de la présentation par le gouvernement dun plan immigration controversé. A cette occasion, le ministre de lIntérieur Christophe Castaner sétait engagé  à évacuer les camps du nord-est parisien "avant la fin de lannée".

Ce jeudi 7 novembre, la préfecture de police et la préfecture de région vont procéder au démantèlement des campements illicites installés au niveau de la porte de la Chapelle (18e) et de lavenue du Président Wilson à Saint-Denis (93), avait communiqué, la veille, la préfecture de Paris et dIle-de-France.

Awa, Ivoirienne de 32 ans, dormait dans une tente Porte de la Chapelle depuis son arrivée en France il y a un an. "Il pleut, il fait froid. Je ne sais pas où je vais, mais ça me fait plaisir dy aller, parce que jaurai un toit ce soir", dit-elle à lAFP en emportant juste un sac à dos.

Cette évacuation intervient dans un contexte de durcissement de la rhétorique sur la politique migratoire et au lendemain de lengagement pris par le ministre de lIntérieur Christophe Castaner.

Video: Campements de migrants: “Nous ne tolérerons pas de réinstallation” (Préfet de police) | AFP Extrait

"Je ne peux pas laisser une situation de danger de cette nature (…) tout ça ne peut plus durer", a expliqué sur place le préfet de police de Paris Didier Lallement, rappelant la volonté du gouvernement de "retrouver le contrôle" de limmigration. 

Plus de 1.600 migrants ont été évacués jeudi matin de deux importants campements insalubres à cheval sur le nord-est de Paris et la Seine-Saint-Denis, a annoncé la Préfecture de police.

"Cest ce que nous faisons ce matin. Il faut changer de braquet", a-t-il ajouté. "Jusque-là, on avait des opérations de mise à labri de 200, 300 personnes, mais on ne vidait jamais les campements et ils revenaient. Avec cette opération, on a un objectif de zéro retour", explique-t-on à la PP.

Cest le préfet de police qui a pris un arrêté dévacuation, jugeant de même source que les campements prenaient "trop dampleur" et quune "délinquance" sy installait, dans une situation devenue "incontrôlable". 

“Nous ne pouvons accepter les conditions dhébergement dangereuses et insalubres de certains campements. Après Grande-Synthe, Calais, Nantes en octobre, nous allons continuer à évacuer les campements. Nous prenons en particulier lengagement dévacuer dici la fin de lannée dévacuer les campements du nord-est parisien”, a précisé le ministre de lIntérieur. 

Les campements de migrants du nord-est de Paris évacués avant la fin de lannée annonce Castaner

La préfecture évoque 213 atteintes aux personnes répertoriées sur le "secteur" de la Porte de la Chapelle depuis début 2019.  

Les campements de migrants du nord-est de Paris seront évacués “avant la fin de lannée”, a annoncé Christophe Castaner, alors que le gouvernement présente ce mercredi des mesures sur limmigration. Entre 1.500 et 3.000 migrants se trouvent dans ces campements. 

Le secteur de la Chapelle saturé: accès au périphérique et à lA1 fermés, plus de 500 km de bouchons

Alors que les files dattente sallongent devant les cars, Mahar, 21 ans, originaire du Pakistan et arrivé en France il y a 4 mois, montre des cicatrices après plusieurs tentatives de suicide. "Je vais être hébergé mais jy vais surtout parce quon ma dit quil y aurait une aide pour les formalités administratives, pour que je puisse demander lasile", explique-t-il.

“La constitution de campements de personnes migrantes, notamment dans les grandes agglomérations, constitue une anomalie du fonctionnement de notre système dhébergement et dasile”, a expliqué le gouvernement, dans son plan pour limmigration.

Les mises à labri se font sur la base du "volontariat" et sont "inconditionnelles", a insisté de son côté le préfet de la région Ile-de-France, Michel Cadot. "Cest une opération assez massive. Le but, cest déviter les reconstitutions des camps", a-t-il ajouté.

"Chaque fois on nous a dit ça ne se reproduira plus", souligne la maire de Paris Anne Hidalgo, présente également, rappelant quil sagit de la 59e mise à labri depuis lété 2015. "Ça faisait des mois quon demandait cette mise à labri", explique-t-elle à lAFP, "mais en évacuant ces camps et pas la Porte dAubervilliers, on court le risque dune reformation".

Un dispositif policier ? Pierre Henry, directeur de lassociation France Terre dasile, qui opère les comptages sur ces camps, pense plutôt quil faudrait "mettre des moyens" et avoir "une capacité dhébergement". "Sans dispositif pensé nationalement", craint-il, "ça recommencera".

À Paris, des camps de migrants près de Porte de la Chapelle évacués

Après les annonces du Premier ministre concernant les camps de migrants, la réaction ne s’est pas fait attendre. Ce jeudi 7 novembre 2019, à 6h du matin, les camps de la Porte de la Chapelle à Paris et le camp de l’avenue Wilson à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) ont été évacués. L’opération s’est terminée à 9h.

Lire aussi : Après l’annonce de Christophe Castaner, des camps de migrants démantelés à Paris

Cette opération est toujours en cours, 1 200 personnes vivaient dans ces deux camps, depuis des années. Elle est encadrée par 600 policiers, venues en nombre pour sécuriser le secteur, ainsi que par des associations qui viennent en aide aux migrants.

Parmi les délogés, de nombreux Afghans et originaires d’Afrique sub-saharienne, ainsi que des familles avec enfants.

Lopération se poursuit dans le calme, les personnes sont prises en charge par @prefpolice et @Prefet75_IDF à #LaChapelle et #Wilson pic.twitter.com/s2CiL0V3hr

Isaure, membre de l’association Armée du Salut, explique que « tout se passe dans le calme. Nous sommes arrivées très tôt sur place pour les préparer. »

Awa, Ivoirienne de 32 ans, dormait dans une tente Porte de la Chapelle depuis son arrivée en France il y a un an. Elle n’avait jamais été hébergée avant aujourd’hui. Dans la file d’attente sous un embranchement du périphérique pour monter dans un bus, elle explique qu’on est venu la voir à 3h du matin pour lui proposer cette mise à l’abri.

« Il pleut, il fait froid. Je ne sais pas où je vais, mais ça me fait plaisir d’y aller, parce que j’aurai un toit ce soir« , dit-elle à l’AFP en emportant juste un sac à dos avec elle.

Évacuation en cours d’un campement d’environ 1000 migrants à Paris (Porte de La Chapelle), opération de police en cours.

15 gymnases sont réquisitionnés en région parisienne pour accueillir les migrants.

Des campements de migrants du nord-est parisien évacués dès jeudi matin

Pendant que les migrants quittent les lieux, les éboueurs passent derrière eux pour nettoyer les trottoirs. Un situation qui déplaît aux associations : « nous voulions récupérer leur matériel pour le redistribuer ».

Lire aussi : Immigration : Edouard Philippe détaille son plan et confirme la mise en place de « quotas »

Isore a quitté le camp avec quelques migrants pour se rendre dans un gymnase dans le 17e arrondissement de Paris. En effet, les migrants sont pris en charge dès leur évacuation pour être relogés dans des gymnases de toute l’Ile-de-France.

Le préfet de police de Paris était sur place ainsi que la maire de Paris, Anne Hidalgo. Le préfet a souligné que c’est « la première fois qu’il y a une évacuation complète d’un camp ». Il a aussi ajouté qu’un arrêté devrait être pris pour que les migrants aient l’interdiction de se réinstaller.

Les réinstallations de #campements sur lespace public ne seront plus tolérées par @prefpolice . pic.twitter.com/fmh9Nc4U5I

Lire aussi : CARTE. Camp de migrants démantelé Porte de la Chapelle : routes fermées et bus déviés

« Jusque-là, on avait des opérations de mise à l’abri de 200, 300 personnes, mais on ne vidait jamais les campements et ils revenaient. Avec cette opération, on a un objectif de zéro retour », explique-t-on à la Préfecture de Paris.

Migrants. Deux campements évacués à Paris, plus dun millier de personnes conduites dans des gymnases

Pour éviter que des camps ne se reforment, la préfecture de police a vu grand : des forces mobiles doivent « tourner 24 heures sur 24 sur place », pour effectuer des contrôles d’identité et « placer en centre de rétention s’il le faut ». Le tout accompagné d’un « dispositif de vidéo-patrouilles, avec notamment quelques caméras tactiques spécifiquement prévues pour cette action ».

Paris : Importante opération dévacuation de campements de migrants dans le nord-est

Dans quelques jours, c’est le camp voisin qui se trouve près de la Porte d’Aubervilliers qui doit faire l’objet d’une prochaine opération similaire.