Saint-Étienne remporte le derby, 1 à 0, face à lOL dans un Chaudron en surchauffe – France Bleu

Saint-Étienne remporte le derby, 1 à 0, face à l\OL dans un Chaudron en surchauffe - France Bleu

ASSE – OL : Lyon encore en convalescence

AVANT-MATCH. Relancé par sa victoire à Leipzig (0-2), l’OL doit conclure sa semaine d’union sacrée par une victoire de prestige contre Saint-Étienne et son nouvel entraîneur Claude Puel.

Enjeu. C’est un match dont on a coutume de dire qu’il est hors du temps et toujours particulier, mais qui n’échappe pas totalement aux soubresauts de l’histoire. Le 119e Derby opposera donc grands malades de ce début de saison, qui espèrent tous les deux que cette semaine ait sonné le début de la guérison.

ASSE – OL : Sylvinho transcendé par les supporteurs (vidéo)

Cela est passé par une reprise en main de Jean-Michel Aulas et une victoire inattendue à Leipzig en Ligue des Champions pour l’OL, et par un changement d’entraîneur pour l’ASSE. Et c’est peu dire que l’arrivée de Claude Puel, ancien paria de Gerland et déjà adversaire du club lyonnais aux Prud’hommes, contribuera à rendre ce Derby encore plus bouillant, même sans supporters lyonnais à Geoffroy-Guichard (on en a hélas pris l’habitude).

J’ai rarement vu une ambiance pareille le veille d’un match, si après ça les joueurs se défoncent pas sur le terrain c’est qu’il n’y a plus rien à faire. Nous avons un grand coach qui mérite qu’on lui laisse du temps et je suis sûr qu’il nous emmènera haut !! Dans un peu moins de trois heures le chaudron sera éteint et on signera une victoire de plus chez eux, le pied, mais c’est une honte qu’on soit privés de stade une fois de plus; Allez l’OL

Bouillant, et sans doute un peu plus symbolique aussi. Ce qui était déjà le cas, puisque l’OL a l’occasion d’égaler l’ASSE au bilan historique du Derby : on en est pour l’instant à 42 (!) victoires lyonnaises, 43 stéphanoises et 33 nuls. Mais le Derby n’est pas totalement hors du temps, ni seulement une affaire d’histoire.

Le premier moment fort de ce samedi après-midi a été la mobilisation des supporteurs lyonnais, qui étaient environ 2000 au centre d’entrainement de l’OL. Cette ambiance a permis à tout le monde d’entrer pleinement dans le derby, et de se préparer aux frissons à venir. Sylvinho le premier, a semblé métamorphosé par cet engouement des supporteurs, et l’a exprimé à sa manière à sa sortie du terrain.

Et dans le présent, l’OL aurait bien besoin des trois points pour passer une trêve internationale un peu plus tranquille. Pour l’instant, le club lyonnais est en effet à 7 points du podium (possiblement 8 au coup d’envoi selon les résultats de l’après-midi) et à 10 de Nantes, surprenant dauphin du PSG. Leipzig n’a pas réglé tous les soucis et le Derby ne le fera pas non plus. Mais il peut empêcher de s’en créer un nouveau.

Depuis son arrivé je suis conquis, j’ai eu vraiment très peur qu’Aulas et les supp fassent l’erreur de le virer. À l’heure actuelle, c’est très rare de trouver un coach qui respecte les conditions d’Aulas et celle des supporters. Il faut à tout prix le garder, je sais qu’il fera ses preuves mais esperons qu’il ne le fasse pas trop tard

Le groupe de l’OL : Lopes, Tatarusanu – Andersen, Rafael, Dubois, Marçal, Marcelo, Tete – Aouar, Caqueret, Jean Lucas, Reine-Adélaïde, Mendes, Tousart – Terrier, Dembélé, Memphis, Traoré.

pas le choix , on est 15 eme à la minute où je poste à 12 points de paris . Ce n’est pas notre place, ni notre niveau . Il est temps de reprendre les choses en main et d’arrêter le yoyo et les contre performance. 3 points sinon rien.

D’abord, l’absence d’entraînement tactique depuis la victoire à Leipzig pourrait inciter Sylvinho à ne pas changer la formule de mercredi. Ensuite, rester à trois derrière (avec Rafael dans le couloir gauche) permettrait de ne pas avoir à se casser la tête pour l’organisation devant.

Ça a l’air d’être un bon mec avec bcp de classe et très travailleur en tout cas. Après savoir si c’est un bon entraîneur ou si il le deviendra il faut attendre pour savoir…

Si le trio du milieu, avec Lucas Tousart et Thiago Mendes plus bas qu’un lanceur de pressing qui était Houssem Aouar et qui pourrait être Jeff Reine-Adélaïde, pourrait se dessiner de la même façon, il faudrait en effet alors trouver une façon d’associer Memphis Depay et Martin Terrier, tous les deux en pointe mercredi. Avec Moussa Dembélé devant, les deux pourraient toutefois être alignés sur les côtés, Terrier réglant peut-être enfin l’insoluble débat de l’identité de l’ailier droit.

C’est beau cette ferveur et cette communion , Sylvinho a bloc avec les supporter , ça fait plaisir , il s’investit à fond ( et il a encore une jolie technique balle au pied ) .

La composition probable : Lopes – Dubois, Marcelo, Andersen, Marçal – Tousart, Mendes – Terrier, Reine-Adélaïde, Memphis – Dembélé.

Le prono de la rédac. Comment imaginer l’OL ne pas gagner après l’incroyable session de claques dans les mains de Sylvinho à l’entraînement hier ? (qu’on vous conseille vraiment de regarder en haut de cette page si vous ne l’avez pas déjà fait, on en a toujours les larmes aux yeux)

Timothée Kolodziejczak ouvre le score (1-0, 14e) ouvre le score histoire de faire vivre un running-gag des anciens Lyonnais buteurs contre l’OL un peu écorné par le ralenti montrant que c’était Fernando Marçal et non pas Samuel Moutoussamy l’auteur du but nantais la semaine dernière. Mais Marcelo égalise sur corner (1-1, 41e) avant que Lucas Tousart ne se projette dans la surface à la conclusion d’un mouvement rapide (1-2, 67e) pour offrir le Derby à l’OL. Faites attention à vos mains à l’arrivée du bus au Training Center dans la nuit !

Depuis la défaite contre Nantes le week-end dernier, et les déclarations fortes de Juninho qui avait pu laisser penser à un changement de staff, un nouvel état desprit semble se dégager de leffectif lyonnais. Jean-Michel Aulas a renforcé les positions de chacun au sein de lorganigramme, en particulier concernant Juninho et Sylvinho, et les joueurs ont été mis face à leurs responsabilités.  On a un grand club derrière nous, on na pas le droit de faire cette mauvaise série à Lyon. On a pris conscience de certaines choses durant ces trois derniers jours. Avant même laspect tactique ou technique, on a vu une vraie équipe qui sest battue jusquau bout , reconnaissait Anthony Lopes mercredi soir.

Ce coach est une chance pour nous. Il faudra le soutenir durant les périodes difficiles et il nous le rendra au centuple

Depuis le début de la semaine, toutes les actions menées par le club visent à améliorer cette  mentalité  de léquipe. Du repas entre joueurs lundi soir, à lintervention de Juninho lors de la séance vidéo précédent le match à Leipzig, et son rapprochement du groupe professionnel. Tout laisse à penser quune nouvelle mentalité va naître, doit naître. Mercredi soir, lors de la victoire en Ligue des champions, le regard et la détermination des joueurs nétait pas habituelle. Ils semblaient tous aller dans le même sens. Après un sauvetage de Marcelo, on a vu Anthony Lopes lui sauter dessus comme si le match était terminé. Joachim Andersen s’est permis d’élever la voix lorsquun décalage trop facile a été trouvé par les Allemands sur le côté gauche de la défense lyonnais. Un  body-language  qui faisait plaisir à voir ! Même après le match, lorsque les joueurs sont venus fêter la victoire avec les supporteurs qui avaient fait le déplacement, cette communion entre les joueurs s’est fait ressentir. Enfin de la détermination, enfin de la solidarité !

Joie collective partagée avec les fans ! 💪🏻🔴🔵 Merci aux supporters qui ont fait le déplacement 👏🏻👏🏻👏🏻#RBLOL pic.twitter.com/E4yXOz6Vm8

Mercredi soir, les joueurs ont fait les efforts les uns pour les autres, comme le rappelait Lucas Tousart en conférence de presse vendredi :  Cétait plutôt un problème de mentalité, de faire les courses et les efforts ensembles . Mais laspect collectif du jeu est encore grandement perfectible. Les combinaisons entre les joueurs sont rares, et les déplacements autour du porteur de balle trop peu nombreux. En fin de rencontre à Leipzig, on a même pu voir réapparaître une équipe lyonnaise sur le reculoir, avec une absence soudaine de pressing et des difficultés à ressortir le ballon. Les buts marqués lont été sur des erreurs de la défense adverse, provoquées par le pressing des attaquants lyonnais. La carte des passes effectuées par les joueurs est même troublante, puisquon saperçoit que très peu de passes ont traversées laxe du terrain. Le jeu se construit principalement sur la périphérie, et si la situation est bloquée, repasse systématiquement par les défenseurs centraux. De plus, on peut constater que le jeu penche côté gauche, avec des positionnement de Joachim Andersen et Houssem Aouar clairement décalés de ce côté. En conférence de presse vendredi, Sylvinho le reconnaissait :  Le pressing haut nous a apporté beaucoup (contre Leipzig, NDLR). Mais on a besoin de beaucoup plus, de contrôler, de créer plus. Ce travail de pressing haut est intéressant, il apporte beaucoup. Mais on doit aujourdhui développer notre football. 

That’s a really unusual #passmap by Olympique Lyon. No connections in the middle of the field, strong focus on the flanks.#OlympiqueLyonnais #RBLeipzig #UCL pic.twitter.com/S5JfwDNRnw

Depuis la prise de fonction de Sylvinho, rares sont les matchs où les changements effectués par le coach brésilien nont pas été critiqués. Que ce soit pour le timing de ses changements, qui étaient parfois trop tardifs lors des premiers matchs de la saison, ou pour les choix des hommes, en sortant souvent le meilleur joueur lyonnais en premier, comme Jeff Reine-Adélaïde à plusieurs reprises. Mercredi, malgré la victoire, la sortie de Martin Terrier à la 69e minute, pourtant lun des meilleurs lyonnais sur le terrain, si ce nest le meilleur daprès certains médias, na pas rassuré les supporteurs. Il a été remplacé par Bertrand Traoré, qui a encore effectué une entrée timide, sans réel apport pour le collectif, voir même le déstabilisant.

Comme depuis quelques années, lOL nous a surpris sur un match à priori difficile. Peu de personnes voyaient les Lyonnais repartir dAllemagne avec les trois points. Mais léquipe de Sylvinho ne pourra être jugée que sur la durée. Il faudrait un enchaînement de résultats positifs jusquà Noël pour être réellement rassuré. Pour linstant, avec un seul bon résultat, on est loin dune série. Combien de prises de conscience faudra-t-il aux joueurs lyonnais pour dégager enfin une soif de victoire et une détermination permanente, sur la durée, à la hauteur des ambitions du club ? Sylvinho le soulignait en conférence de presse vendredi :  On doit être constant . En commençant par lun des grand rendez-vous de la saison, ce dimanche à Saint-Etienne.

Difficile de connaitre la composition de l’OL à Saint-Etienne. Quel schéma de jeu ? Quel joueurs titularisés ? L’entraîneur de l’OL n’a que très peu de certitudes. Ce qui peut aussi être un avantage, car l’adversaire peut difficilement axer sa préparation sur un  style  lyonnais rodé et régulier. Côté stéphanois, les nombreux absents et l’arrivée de Claude Puel ne permettent pas non plus de connaître réellement l’équipe qui sera alignée. La préparation tactique du match est donc difficile pour les deux entraîneurs. Sylvinho affirmait en conférence de presse s’être parfaitement préparé :  Pour tout ce qui concerne la technique, la tactique, les statistiques, on sait tout. Il y a un vrai travail de staff, de vidéo, on analyse tout ça. LASSE varie aussi ses systèmes de jeu. Je ne peux pas trop en dire sur la stratégie que je compte adopter , avant d’ajouter un bémol lié au changement dentraîneur :  Nous avons fait un travail de fond, avec lentraîneur actuel (Ghislain Printant, NDLR) et les joueurs stéphanois. Mais je ne peux pas parler de quelque chose que je ne connais pas. Jai travaillé leur style et leur système actuel . Enfin, l’OL s’en est sorti mercredi face a un adversaire qui jouait haut et permettait les contre-attaques, ce qui ne devrait pas être le cas de Saint-Etienne. Comment sauront s’adapter les Lyonnais face à ce type d’opposition ? Réponse dimanche soir.

D’accord pour dire qu’il y a encore énormément de travail sur le jeu et l’organisation. Par contre, pas certain d’avoir des réponses ce soir sur un derby. Ça se joue toujours dans les têtes et/ou sur des faits de jeu.

Ça serait bien d’enchaîner une deuxième victoire de suite, déjà parce que tout club se doit de pouvoir gagner deux matches de suite, ensuite parce que c’est ce dont on a besoin dans la construction de l’équipe (victoire = de la confiance), et pour finir, on pourrait commencer à rattraper plusieurs équipes devant nous qui ont perdu en cette fin de semaine.

 Ca serait bien  NON NON , c’est une obligation !!! qu’ils se mettent bien ça dans le crâne. Ce soir c’est 3 points pour rattraper leurs conneries passées, ils ont pas le choix . Saint étienne est 20 ème , à un moment on a un statut de 2 ème meilleur budget de L1 à faire respecter. Stop à la démagogie ! il nous faut des points maintenant peut importe la manière. Regardez ou est Nantes avec ses 1-0 dans le derniers 1/4 d’heure. IL FAUT SAVOIR GAGNER SES MATCHS !!

Article très interessant , l’animation à Leipzig est passée par les côtés ( apport très bon de Marçal ) , avec un gros travail de Dubois et koné . Il y a bien sûr beaucoup à améliorer comme le souligne justement Sylvinho , dans la maîtrise du jeu et la création , qui sont très insuffisantes pour le moment . Beaucoup d’incertitudes encore , car on ne sait jamais quel va être l’état d’esprit des joueurs , le pb majeur de ces dernières saisons , ou on les voyaient se transcender sur un match , puis être totalement médiocres le suivant , ou combien de matchs joués une seule mi temps la saison dernière , passant au travers complètement en première , puis ressuscitant après un coup de gueule à la mi temps de génésio , en seconde , voir l’inverse comme ça arrivait aussi , lachant des points stupidement en fin de match après avoir maitrisé la première mi temps . Des joueurs sur courant alternatif ou à réactions , le mal de l’OL , qui est profond puisque nos deux brésiliens ne sont pas parvenu à corriger cet état d’esprit sauf sur ce dernier match , ou Juni a tapé le poing sur la table et réussi à faire comprendre en séance vidéo comment il fallait jouer et se comporter sur le terrain ! Mais devront ils faire ce travail de motivation à chaque match ou les joueurs vont ils finir par comprendre ce qu’un club comme l’OL leur demande en terme d’engagement et de jeu collectif ? Pas sûr que la réponse soit donnée ce soir car le derby c’est un match à part , différent des matchs habituels du championnat . Il faudra attendre la trêve hivernale pour savoir si Sylvinho et Juni ont réussi à transformer mentalement cette équipe , et créer enfin un vrai bloc soudé , qui arrive à imposer son jeu , comme on avait cru le voir les deux premiers matchs , mais c’était un leurre car l’opposition était très faible . L’organisation tactique est secondaire pour vaincre le mal qui pèse sur l’OL depuis … Puel . C’est le mental et l’attitude sur le terrain qu’il est urgent de corriger enfin une bonne fois pour toute . Il faut s’appuyer sur ce match référence à Leipzig et réitérer sur tous les matchs , l’OL doit avoir la possession et contrôler ses matchs .

Jeff est frais et devrait rentrer , à la place d’Aouar en soutiens des deux mêmes attaquants qui ont donné grande satisfaction mercredi . Dembélé reste sur le banc et va nous faire une déprime automnale .