LOIRE. Gilets jaunes à Saint-Etienne: 400 personnes ont défilé, quelques incidents vers la RN88 – Le Progrès

LOIRE. Gilets jaunes à Saint-Etienne: 400 personnes ont défilé, quelques incidents vers la RN88 - Le Progrès

LOIRE. Manifestation régionale des Gilets jaunes à Saint-Etienne: à quoi faut-il sattendre?

Après un premier événement ce jeudi 24 octobre, soutien aux cheminots , ayant rassemblé une quarantaine de manifestants Gare de Perrache en soirée, les sympathisants des Gilets jaunes sont appelés à rejoindre deux manifestations à Lyon pour l’Acte 50.

À 14 heures, place Guy-Moquet à Vaulx-en-Velin, l’Association des Victimes des Crimes Sécuritaires appelle au rassemblement « pour se rappeler des êtres chers tués ou violentés aux mains de la police, pour exiger la justice pour nos proches ». Deux points de ralliement sont annoncés : 15 heures, métro Charpennes, et 15 h 30, place Guichard. Les Gilets jaunes ont annoncé leur intention de participer à la marche, qui prendra fin devant le Palais de Justice à Lyon 5e.

Ils avaient pour ambition une manifestation nationale pour relancer le mouvement à lapproche de lanniversaire de la naissance des Gilets jaunes. Mais ce samedi, à Saint-Etienne (Loire), seules quelque 500 personnes sétaient rassemblées dans cette ville dont le centre avait plusieurs fois été paralysé par la contestation lhiver dernier. Pour autant, cette faible mobilisation a suffi à ralentir considérablement la circulation et à bloquer plusieurs axes.

Seconde manifestation et seconde convergence souhaitée : « Contre l’agression de l’armée turque contre le Rojava et les Syriens du Kurdistan. » Le départ est prévu à 16 h 30, place Guichard, pour une arrivée place Jean-Macé. Les organisateurs des deux mobilisations évoquées ont déposé leurs parcours à la Préfecture.

Mais les services de l’Etat ont, via un nouvel arrêté préfectoral, reconduit le périmètre d’interdiction pour tous « cortèges, défilés et rassemblements revendicatifs », de 10 à 22 heures, ce samedi 26 octobre.

Depuis la « rentrée » des Gilets jaunes à Lyon, début septembre, chaque samedi fait l’objet d’un périmètre d’interdiction de manifestations, quasiment identique, concentré sur l’hypercentre de la ville.

Cest la fin de la manifestation “contre la peine de mort dans la rue”, conclut le porte-parole du collectif. La prochaine mobilisation aura lieu 21 novembre à Vienne pour Joail Zerroukhi, décédé à 19 ans, en 2017, à Vienne.

Venus à pied dune zone commerciale de la périphérie pour rejoindre le centre, les manifestants ont traversé Saint-Étienne en début daprès-midi puis bloqué vers 16 heures la RN 88, en direction de Firminy et du Puy-en-Velay, à laide de bidons métalliques, coupant la circulation dans les deux sens.

Le cortège pro-Kurde sest également dispersé. Un autre rassemblement est annoncé vendredi 1er novembre.

Ce samedi 26 octobre, une manifestation régionale de gilets jaunes est prévue à Épinal à partir de 13 h 30. La préfecture a interdit tout rassemblement et manifestation dans le centre-ville y compris dans le parc du Cours. Pour rappel, les contrevenants sexposent à une amende de 135 euros. Les gilets jaunes seront cependant libres de se rassembler au parking du Petit-Champ-de-Mars qui avait été fixé comme point de ralliement sur les réseaux sociaux.

La manifestation contre les violences policières est arrivée quai Romain Rolland. Lorganisation instaure une minute du silence au nom des victimes de la police dont fait partie le collectif Mehdi Bouhouta.”On demande Justice mais on met pas tous les policiers dans le même sac”, précise un membre du collectif de Mehdi Bouhouta.

Les Gilets Jaunes ont appelé à une manifestation nationale ce samedi 26 octobre à Saint-Etienne, à partir de 13h. Un appel a été lancé sur les réseaux sociaux. Les manifestants espèrent être au moins 500, comme samedi dernier à Clermont-Ferrand.

Vosges. Manifestation des gilets jaunes : des barrages filtrants à toutes les entrées dÉpinal

Lors des prises de paroles les gilets jaunes ont été remerciés et le président Macron hué.

Messenger LinkedIn Email Pour le 50e week-end consécutif de mobilisation, environ 500 Gilets jaunes ont participé, samedi après-midi, à Saint-Étienne (Loire) à une manifestation  nationale , a constaté un correspondant de lAgence France Presse (AFP) sur place. Venus à pied dune zone commerciale de la périphérie pour rejoindre le centre-ville, les manifestants ont traversé la ville en début daprès-midi puis bloqué vers 16 h la RN 88, en direction de Firminy et du Puits-en-Velay, à laide de bidons métalliques, coupant la circulation dans les deux sens. Ils ont été délogés par les forces de lordre à grand renfort de gaz lacrymogènes et les voies dégagées.

La manifestation contre les crimes sécuritaires arrive place Bellecour et perturbe la circulation. Beaucoup de klaxons se font entendre et plusieurs voitures sont arrêtées. 

Des contrôles préventifs de la gendarmerie avaient été organisés dans la matinée sur les axes autoroutiers aux abords de Saint-Étienne. Ces opérations navaient pas donné lieu à des saisies  extraordinaires  ni à des gardes à vue, selon la gendarmerie. Des renforts dunités mobiles avaient été demandés par la préfecture de la Loire qui a invité à la vigilance les commerçants de la ville.

Les deux manifestations se sont retrouvées à langle du pont de la Guillotiere et du quai Victor Augagneur sous haute sécurité et sans violence. pic.twitter.com/nzOJsW6C9R

A langle du quai Victor-Augagneur et du pont de la Guillotière, les deux manifestations se sont retrouvées nez-à-nez. Les différents cortèges se sont salués dans une ambiance bon enfant, bloquant ainsi la circulation pendant quelques minutes. Le tout était très encadré par les forces de lordre et aucun débordement na eu lieu. Chacun a ensuite repris son chemin. 

La manifestation pro-Kurdes savance vers le 7e arrondissement. Environ 300 personnes composent le cortège. Le slogan “Erdogan, assassin ! Macron, complice !” est scandé par les manifestants dans les rues de Lyon. 

Les gilets jaunes de retour à Saint-Etienne

Pendant ce temps, les militants contre les crimes sécuritaires remontent le cours Gambetta en direction du Tribunal et passeront par la place Bellecour.

Dans le Grand-Est, à Épinal, ce sont 350 “gilets jaunes” qui ont parcouru les rues à partir de 14H30. Le centre-ville leur avait été interdit par la préfecture. Cette dernière a indiqué en fin daprès-midi que la manifestation avait été “plutôt calme” si ce nest “des incidents mineurs”. “Ils ont cheminé tranquillement”, a ajouté la préfecture des Vosges.

La manifestation pro-kurde comprenant environ 300 personnes quitte la place Guichard à Lyon (3e) en direction du 7e arrondissement. pic.twitter.com/MwzEHkbgT5

A Bordeaux, environ 250 personnes, selon la préfecture de la Gironde, dont une minorité porteurs de gilets jaunes, ont arpenté dans le calme le centre de Bordeaux, derrière des banderoles proclamant “Fin de mois, Fin du monde = Même combat” ou “Le problème en France, cest le social, pas le voile”.

Environ 150 à 200 personnes ont rejoint la manifestation contre les crimes sécuritaires. Le groupe vient de passer devant la Part-Dieu et va traverser lavenue Félix-Faure, Saxe-Gambetta et la rue de la Barre avant darriver devant le Palais de Justice . Au total, ils auront parcouru 9,5 km pour rejoindre les 24 colonnes depuis Villeurbanne.

Une soixantaine de personnes est désormais présente place Guichard (Lyon, 3e) à la manifestation pro-kurde qui va se diriger en direction de la place Jean-Macé (Lyon 7e) dans une vingtaine de minutes. La police est présente. Chacun ici espère que les Loups gris, ces Turcs ultranationalistes, bien présents à Lyon, ne viendront pas.

Quelque 500 “gilets jaunes” ont participé samedi à Saint-Étienne à une manifestation “nationale”, donnant lieu à des face-à-face tendus avec les forces de lordre, tandis quà Paris et Bordeaux dautres rejoignaient des rassemblements de soutien aux Kurdes ou aux Chiliens.

Roseline Lisa, vice-présidente de France Kurdistan Rhône explique les raisons de ces protestations.

Après avoir traversé Saint-Étienne en début daprès-midi, les manifestants ont bloqué vers 16H00 la RN 88, en direction de Firminy et du Puy-en-Velay, à laide de bidons métalliques, coupant la circulation dans les deux sens, a constaté un correspondant de lAFP sur place.

Manifestation pour les Kurdes place Guichard à Lyon (3e). Roseline Lisa, vice-présidente de France Kurdistan Rhône explique les raisons de ce rassemblement. pic.twitter.com/ydRYPskaWK

Côté restaurateurs, la crainte est dautant plus forte que ce samedi sannonce très ensoleillé, avec des températures agréables. Loccasion de remplir les terrasses, probablement lune des dernières fois avant lhiver. “Si on fait encore un samedi sans la terrasse, cest un gros manque à gagner ! explique Clémentine, serveuse place Jean Jaurès. Après il va faire froid, cest ce week-end ou jamais.” Mais à lidée de revoir les gilets jaunes devant son restaurant, Eric Agostino grimace : “On pensait être débarrassés, mais non … _on a quand même eu des terrasses brûlées place Jean Jaurès_. Donc on a donné des consignes à nos employés, quil naille pas à la confrontation et se cloître à lintérieur si ça dégénère.” 

La marche contre les violences policières repart et ne sarrêtera pas place Guichard comme les manifestants lauraient souhaité.

Un peu moins dun an après, les vitrines brisées et les magasins pillées sont encore dans tous les esprits. Jérémy travaille dans une boutique de la GrandRue. Difficile de rester serein : “Même sils font juste une marche, quil ny a pas de bruit, rien, il y a toujours la peur : il ne faut pas quil y ait trop de clients quand ils passent, il faut éloigner les clients de la vitrine.” Un peu plus loin dans sa boulangerie, Rémy Buize essaie de rester optimiste : “Si ça dégénère, on ferme les rideaux mais pour linstant on reste ouvert, on ne va pas fermer à chaque manifestation ! Ça peut très bien se passer, il faut rester vigilant.” 

Après avoir été rejoint par quelques dizaines de manifestants à Charpennes, le cortège se dirige vers le Palais de Justice des 24 colonnes.

“Qui nous protègent de la police?” Questionnent les Gilets jaunes de la Croix-Rousse qui demandent aux passants de les rejoindre… pic.twitter.com/Qk2kekmFrF

“Police partout, justice nulle part”, scandent les manifestants soutenant lAssociation des Victimes des crimes sécuritaires de Lyon, en direction de Charpennes.

Difficile destimer par avance lampleur de cette mobilisation, mais par précaution, la préfecture recommande aux commerces de fermer sur le passage du cortège si possible et demande aux restaurants de rentrer les tables, chaises ou panneaux qui pourraient servir de projectiles si la situation dégénère. 

Pendant ce temps, place Carnot (Lyon 2e), environ 150 personnes dont beaucoup de femmes voilées manifestent. Les participants scandent des slogans comme “Touche pas à mon voile”, “Le voile est ma liberté” ou “Liberté, égalité, fraternité”.

Différentes pancartes sont brandies où il est notamment inscrit “Stop au lynchage médiatique” ou “Tu perds ton temps avec mes vêtements pendant que je construis le monde présent”. 

“Police partout Justice nul part” sclandent les manifestants en prenant la direction de Lyon à allure soutenue. Le cortège a été rejoint par des jeunes qui soutiennent le mouvement initié par lAssociation des Victimes des crimes sécuritaires de Lyon. pic.twitter.com/eeFlxUuUh7

Manifestation pour dire Stop aux meurtres et aux violences policières qui touchent les jeunes des quartiers populaires. La marche est partie de Vaulx-en-Velin et prend la direction de Lyon ” Tribunal des 24 colonnes”. pic.twitter.com/6kQvEn1cOm

Après une brève présentation de leurs motivations pour “davantage de justice pour les jeunes des quartiers populaires et contre les violences policières”, les manifestants se rendront à pied en direction de Charpennes.

On note la présence de la sœur de Mehdi Bouhouta, qui avait été tué par un tir de la police en 2015, alors quil tentait de forcer un barrage.

Des Gilets jaunes sont présents, ainsi que des membres dExctinction rébellion, arborant leurs tee-shirts.

Les sympathisants du mouvement des Gilets Jaunes ont été invités à rejoindre deux manifestations ce samedi pour marquer l’acte 50 de leur mobilisation. La première marche débutera à 14 heures de la place Guy-Moquet à Vaulx-en-Velin, au cœur du quartier du Mas-Du-Taureau. Elle est organisée par l’Association des victimes des crimes sécuritaires, « pour se rappeler des êtres chers tués ou violentés aux mains de la police, pour exiger la justice pour nos proches ». Deux points de ralliement sont annoncés : 15 heures, métro Charpennes, et 15 h 30, place Guichard. L’objectif est de rallier le Palais de Justice des 24 colonnes dans le 5e arrondissement de Lyon.

La seconde manifestation et seconde convergence souhaitée : « Contre l’agression de l’armée turque contre le Rojava et les Syriens du Kurdistan. » Le départ est prévu à 16 h 30, place Guichard, pour une arrivée place Jean-Macé. Les organisateurs des deux mobilisations ont déposé leurs parcours à la Préfecture. On peut craindre le croisement des deux marches, place Guichard, sans compter la présence éventuelle de représentants de la communauté turque pro-Erdogan.

LYON, Manifestation de solidarité avec les Kurdes du Rojava.RDV ce samedi 26 octobre, à 16h30Place Guichard#ROJAVA #Kurdes #ErdoganArmyOutOfRojava #riseup4rojava #DefendRojava pic.twitter.com/bSs8HRyhfs

Les services de lÉtat ont, via un nouvel arrêté préfectoral, reconduit le périmètre dinterdiction pour tous  cortèges, défilés et rassemblements revendicatifs , de 10 à 22 heures, ce samedi 26 octobre sur la partie nord de la Presquîle et la rue Victor-Hugo. Depuis la  rentrée  des Gilets jaunes à Lyon, début septembre, chaque samedi fait lobjet dun périmètre dinterdiction de manifestations, quasiment identique, concentré sur lhypercentre de la ville.

Pour ajouter un peu de piment à ce samedi qui sannonce déjà compliqué, il sagira de la 3e journée expérimentation de la piétonnisation dans la Presquîle de Lyon. Les piétons seront prioritaires de 11 heures à 20 heures dans une zone allant du nord de la place Bellecour aux bas des pentes. Il est conseillé de laisser sa voiture au garage est de privilégier la marche et les transports en commun.