Ablain-Saint-Nazaire Emmanuel Macron à Lorette, entre protocole …

Ablain-Saint-Nazaire Emmanuel Macron à Lorette, entre protocole ...

À Notre-Dame de Lorette, leffet centenaire de la Grande Guerre se fait sentir

REPORTAGE Commémorations de la Grande Guerre. Le plus grand cimetière militaire français sera visité ce jeudi 8 novembre par Emmanuel Macron. La commémoration des cent ans de la Première Guerre mondiale y a amené un public nombreux.

Ils sont là tous les jours de mars à novembre, quil pleuve ou quil vente, avec leur brassard tricolore, leur béret noir et leur insigne. Ce matin, la pluie tombe et le vent souffle, et Guy Vienne ne sen plaint pas.  On leur doit bien ça , dit le membre de cette garde dhonneur en tenue sombre. Avec ses camarades, il veille sur la nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette, où reposent les corps de 40 057 poilus tombés dans le secteur durant la Première Guerre mondiale.

Pour la cinquième journée de son  itinérance mémorielle , Emmanuel Macron se rendra ce jeudi 8 novembre sur ce site emblématique de la Grande Guerre, au sommet de la colline surplombant Ablain-Saint-Nazaire (Pas-de-Calais). Aménagé dans les années 1920 sous limpulsion de Mgr Julien, évêque dArras, le lieu est devenu le plus grand cimetière militaire français, déjà visité par Valéry Giscard dEstaing, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Pour les deux camps, il faut pouvoir contrôler tout point haut afin dobserver lennemi. Le corps darmée du général Maistre reçoit notamment, dans le cadre de loffensive dArtois du 9 mai 1915, lordre de chasser lennemi de léperon. Il faut trois semaines de lutte acharnée pour que les Français semparent de la …

La  garde dhonneur de lossuaire , de son nom officiel, a également été créée par le prélat et 3 600 bénévoles en font partie aujourdhui. Mobilisés une ou deux fois par an à tour de rôle, ils accueillent le public, renseignent les touristes ou rappellent quil ne faut pas courir entre les sépultures ni fumer.  On aide aussi des familles à retrouver des tombes , ajoute Guy Vienne, membre de la section de Noyelles-Godault de lassociation.

François Cochet est professeur émérite de luniversitéde Lorraine-Metz. Membre du conseil scientifique national de la mission du centenaire. Dernier livre paru: Les Français en guerres de 1870 à nos jours, Perrin, 2017.

Guy Vienne (à droite sur la photo), accompagné de Gilbert Vandwalle (au centre) et Jean-Pierre Tanghe, gardes dhonneur à la nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette / Pascal Charrier

CENTENAIRE DE LARMISTICE (5/6) -La colline, qui fut le théâtre de violents combats entre décembre 1914 et avril 1915, est aujourdhui une nécropole honorant aussi les morts de 39-45 et de la guerre dAlgérie.

L’itinérance d’Emmanuel Macron dans l’est et le nord de la France lui a donné l’occasion de lancer une grande offensive médiatique. Jeudi soir, il a encore accordé une interview à France 3 sur le site de Notre-Dame-de-Lorette, dans le Pas-de-Calais, où il avait participé à une cérémonie. Sa cinquième interview dans la presse depuis début novembre. Un changement de stratégie au moment où il est en difficulté.  

En septembre 2017, Louis Jean François Mion (surnommé “Joanny”) était inhumé dans le Pas-de-Calais, à la nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette. Ce Poilu nord-isérois, natif de Saint-Victor-de-Cessieu, était porté disparu depuis le 6 octobre 1914. Identifié en février 2017, le soldat Mion, tué à l’ennemi lors de la bataille d’Arras, pouvait alors reposer en paix.

La parole « rare », c’est fini. La séquence « itinérance » a marqué un retour tous azimuts d’Emmanuel Macron dans les médias. Presse écrite, radio, télé. En quelques jours, le président de la République a fait feu de tous médias et de tous formats pour s’adresser aux Français.

Et l’histoire va se poursuivre dès demain : une délégation de la famille Mion, deux enfants (8 et 17 ans) accompagnés pour l’un de sa maman et pour l’autre de son grand-père, a été invitée par l’ONACVG à se tenir aux côtés du président de la République, ce jeudi 8 novembre, à Notre-Dame-de-Lorette.

La presse quotidienne régionale et France 3 région pour se dégager de son image de président parisien. Une radio nationale en matinale pour parler à un public plus large. Et même dimanche 11 novembre un entretien prévu avec la chaîne internationale américaine CNN pour compléter le tableau.

Emmanuel Macron, qui poursuit son périple mémoriel à l’approche des commémorations du 11-Novembre, rencontrera également la famille d’un Poilu anglais et celle d’un soldat originaire du Pas-de-Calais.

Aller sur le terrain et en même temps se démultiplier dans les médias, une recette classique en politique quand on veut faire passer des messages. Mais une recette « ancien monde » pour un président qui, dès son élection, avait élaboré une communication dans laquelle les interviews étaient distillées au compte-gouttes.

Mais après un an et demi de mandat, une succession de séquences politiques chaotiques, avec une image ternie et à quelques mois des élections européennes, Emmanuel Macron a changé de stratégie vis-à-vis des médias. Il est passé de la diète à la boulimie. Reste à savoir si cela sera efficace.