Purge contre les policiers: lauteur présumé jugé le 28 novembre

Purge contre les policiers: l\auteur présumé jugé le 28 novembre

“Purge” contre les policiers: “une mobilisation renforcée” pour Halloween

Le jeune Isérois de 19 ans, à lorigine du premier message devenu viral, sera jugé le 28 novembre pour “provocation, non suivie deffet, au crime ou délit”, après son appel à la “purge” le mercredi 31 octobre, soir dHalloween. Il évoque de son côté “une énorme blague”.

“Quand on menace de tuer des policiers et des gendarmes, ce nest pas une blague, ce sont des faits extrêmement graves, et donc jai porté plainte”, a de nouveau réagi Christophe Castaner mercredi en marge dun déplacement à Garges-les-Gonnesse (Val-dOise).

Violences lors de la nuit dHalloween : incidents à Lyon et dans lEssonne, Castaner dénonce des faits "scandaleux"Plusieurs incidents en France Lien direct ou pas, dans le Rhône, douze personnes ont été interpellées, la majorité à Lyon après des scènes de bousculades, des jets de projectiles sur la vitrine d'un fleuriste et feux de poubelles et de véhicules.  Selon la police, les individus arrêtés sont essentiellement des mineurs, dont un qui avait relayé l’appel à la "purge" sur les réseaux sociaux. A Rennes ensuite, un adolescent de 15 ans a été blessé par un tir de gomme-cogne alors qu'il lançait des projectiles vers des policiers.

“Dautres (…) ont repris cet appel à la purge. Cest pour ça que jai demandé une mobilisation très attentive, renforcée à tous les préfets de France pour que nous puissions avoir une soirée festive, car Halloween est une soirée festive”, a-t-il ajouté.

Plus de 15.000 forces de l'ordre avaient été mobilisées. "Les dégâts sont (…) largement inférieurs à ce que nous avons connu" par rapport aux années précédentes, même si ils restent "totalement anormaux, scandaleux", a déclaré ce jeudi le ministre en marge d'une visite à la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Cette année, le ministre avait demandé une "mobilisation renforcée" à tous les préfets de France en raison, notamment, de la diffusion sur les réseaux sociaux d’un appel à la "purge" contre des policiers, notamment dans l’Essonne, durant la soirée du 31 octobre. 

“Il a été demandé une adaptation du dispositif des forces de lordre au niveau local en fonction des renseignements et du risque de débordement”, a confirmé auprès de lAFP une source policière.

Un message devenu viral, qui appelait à attaquer les forces de l’ordre "au mortier, feux d’artifice, pétards, pierres", la nuit d'Halloween, avait été lancé sur les réseaux sociaux. L'auteur de cette "blague", est un jeune Isérois de 19 ans qui a depuis été arrêté et sera jugé pour "provocation, non suivie d'effet, au crime ou délit". "Halloween doit rester une fête. La purge, ce n'est pas une blague", lui a répondu indirectement Christophe Castaner. 

Mardi, un homme de 16 ans avait également été interpellé à Sarcelles (Val-dOise) pour avoir relayé le mot dordre de la “purge” en y ajoutant des règles, selon une source policière.

IdentificationPolitique de confidentialité Je consens au traitement de mes données personnelles conformément à la Politique de Confidentialité à des fins de création dun compte personnel sur le site. Sinscrire* Tous les champs sont obligatoires Veuillez confirmer votre email en suivant les instructions qui vous ont été envoyées à ladresse OkRéinitialiser le mot de passeVeuillez saisir votre adresse de messagerieVeuillez saisir les caractères de limage ci-dessousRéinitialiserIdentificationPolitique de confidentialité Des instructions pour réinitialiser votre mot de passe ont été envoyées à ladresse OkSinscrireAvez-vous un compte sur fr.sputniknews.com?OuiNonSinscrire Bonjour, ! Email:Mot de passe:Se rappeler de moiConnexionJe nai pas de compte sur fr.sputniknews.comSinscrireMot de passe oublié?Politique de confidentialitéOkSinscrire Bonjour, ! Email:Pseudo:SuivantIdentificationJe possède un compte sur fr.sputniknews.com Je consens au traitement de mes données personnelles conformément à la Politique de Confidentialité à des fins de création dun compte personnel sur le site avec lutilisation du/des module(s) des réseaux sociaux. OkSupprimer votre profilEtes-vous sûr de vouloir supprimer votre profil fr.sputniknews.com?OuiNonVotre profil a été supprimé! Vous avez 30 jours pour le rétablir en cliquant sur le lien dans lemail qui a été envoyé à ladresse indiquée à linscription.Fermer Bonjour, ! Nous nous engageons à protéger vos informations personnelles et nous avons mis à jour notre Politique de Confidentialité afin de nous conformer au Règlement général sur la protection des données (GDPR), nouveau règlement de lUE qui est entré en vigueur le 25 mai 2018.

En garde à vue, il avait affirmé lui aussi que cette purge nétait quune “blague” quil sétait contenté de relayer, a ajouté cette même source.

Sept personnes ont été interpellées dans la soirée de mercredi à Lyon après des scènes de violence urbaine dans le centre-ville, a-t-on appris auprès de la préfecture du Rhône.

Après des appels à une «purge» des policiers le mercredi 31 octobre, soir dHalloween, relayés ces derniers jours sur les réseaux sociaux, de nombreux incidents ont éclaté ce mercredi soir au cœur de Lyon où environ 200 individus sen sont pris aux policiers, mais également aux commerçants.

Ces sept personnes, dont les identités nont pas été précisées, ont été arrêtées près de la place Bellecour où ont eu lieu des “bousculades” et des “jets de projectiles sur la vitrine dun fleuriste”, a ajouté la préfecture, qui a réfuté toute action “organisée”.

Les forces de police craignaient une nuit dHalloween particulièrement agitée après les appels à la “purge” sur les réseaux sociaux les jours précédents. Finalement, le bilan des manifestations violentes est, selon la police et le ministre de lIntérieur Christophe Castaner, moins important que lannée précédente. Si dans plusieurs villes de France de nombreux incidents ont émaillé la soirée du mercredi 31 octobre, les “évènements notables de gravité exceptionnelle” ont été moins importants cette année indique la police nationale. La menace portée par la “purge” aurait donc finalement été contenue, notamment par la forte présence policière : 15.000 personnes étaient déployées sur tout le territoire pour “anticiper” un éventuel désordre. Une mobilisation “jamais vue” pour un soir dHalloween, communiquent les services de police auprès de Marianne.

En 2016 et 2017, la soirée dHalloween avait déjà été marquée par des incidents dans lagglomération lyonnaise.

Par ailleurs, à Montgeron (Essonne), une épicerie a été attaquée par trois jeunes masqués pendant cette soirée. Les policiers qui poursuivaient un des trois jeunes ont été la cible dun caillassage et une bouteille dacide a notamment été lancée sur eux, indique le site internet du Parisien.

La soirée est toutefois loin davoir été débarrassée de toute violence. Cest à Lyon quelle semble avoir été la plus tendue. Les sapeurs-pompiers du Service départemental métropolitain dincendie et de secours (SDMIS) sont intervenus à 46 reprises pour des feux de voitures ou de poubelles, en centre-ville comme dans les communes environnantes (Grigny, Givors, Villefranche-sur-Saône), comme le rapporte le journal local Le Progrès. Près de la place Bellecour de Lyon, des groupes de jeunes ont tenté de sen prendre aux forces de police par des jets de projectiles. Des incidents qui ont nécessité lintervention de CRS. Selon la préfecture, douze personnes ont été interpellées sur ce même lieu .

Nuit de Halloween : des tensions et des violences devenues habituelles

Le député de lEssonne et président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a réagi dans un tweet: “En Essonne, à Lyon… les violences se multiplient en cette soirée d #Halloween ! Tous les prétextes sont bons pour la racaille. La France sensauvage, lEtat reste impuissant.”

Depuis samedi, plusieurs documents circulent sur les réseaux sociaux. Lun deux, intitulé “Les règles de la purge de Corbeil-Essonnes”, appelle notamment à attaquer les forces de lordre “au mortier, feux dartifice, pétards, pierres”.

Le ministre de lIntérieur Christophe Castaner avait demandé aux préfets une mobilisation renforcée pour la soirée dHalloween, alors que des appels à une “purge” contre les policiers circulaient sur les réseaux sociaux. Mais le nombre dincidents a été “largement inférieur” aux années précédentes, a déclaré le ministre de lIntérieur Christophe Castaner. Plusieurs incidents urbains ont tout de même eu lieu et une centaine de personnes ont été interpellées.

Nuit dHalloween : moins de violences que lan dernier, un blessé et 116 interpellations

Ces appels sinspirent dune série américaine, “The Purge”, dans laquelle, aux Etats-Unis, tous les crimes sont autorisés le temps dune nuit.

Au lendemain des violences urbaines qui ont éclaté lors de la fête dHalloween, Christophe Castaner a annoncé quune “centaine de personnes” avaient été interpellées grâce à la mobilisation anticipée de “15.000 membres des forces de lordre et de sécurité”. Un bilan provisoire fourni à la mi journée par le ministère fait état de 116 interpellations “qui ont donné lieu à 82 gardes à vue”.

Un lien avec lappel à la purge ? Ces incidents ont-ils un lien avec les appels à la purge contre les policiers lancés ces derniers jours sur les réseaux sociaux ? Difficile de le dire. Car les violences urbaines sont légion le soir dHalloween. Lan dernier, à Lyon, des violences étaient déjà survenues à cette occasion. En 2016 et en 2017, à Rennes, rappelle Ouest-France, les pompiers et la police étaient intervenus à plusieurs reprises pour des jets de projectiles et des feux de poubelles et de véhicules. Jeudi, Christophe Castaner a indiqué quil y avait eu “moins de débordements” au total, que lan passé pour cette nuit dHalloween, car “15.000 membres des forces de lordre” ont été mobilisés. Le ministre ajoute toutefois que la purge est “une menace sur celles et ceux qui incarnent la République et la sécurité de nos citoyens”. 

Christophe Castaner dénonce des “faits anormaux et scandaleux”. “Halloween doit rester une fête. La purge nest pas une blague, mais une menace à lencontre de nos forces de lordre”, a-t-il ajouté ce jeudi matin. Grâce à cette mobilisation anticipée, “les dégâts sont largement inférieurs à ce que nous avons connu” les années précédentes, même si “tout incendie de poubelle ou de véhicule reste dune extrême gravite et nous ne laisserons rien passer”, a-t-il assuré.

Le ministre avait demandé mercredi aux préfets “une mobilisation renforcée”, après la diffusion sur les réseaux sociaux de messages appelant à une “purge” des policiers le soir dHalloween. Ce “dispositif de grande ampleur” a permis selon lui de faire diminuer le nombre dincidents. Un jeune Isérois de 19 ans, à lorigine du premier message devenu viral, appelant à la “purge” et qui a dit avoir voulu faire “une énorme blague”, sera jugé le 28 novembre pour “provocation, non suivie deffet, au crime ou délit”.

Dégradations, vols, bousculades, jets dacide… violences graves mais en baisse pour Halloween

Mercredi soir dans le Rhône, 12 personnes ont été interpellées, la plupart à Lyon à la suite de bousculades, jets de projectiles, feux de poubelles et de véhicules, selon la police. Les interpellés sont essentiellement des mineurs, dont un qui avait relayé lappel à la “purge” contre les policiers sur les réseaux sociaux.

 A Rennes, un adolescent de 15 ans a été blessé par un tir de gomme-cogne alors quil lançait des projectiles vers des policiers, selon la préfecture.

En Essonne, des interpellations ont eu lieu notamment à Massy pour une tentative de vol de véhicule, à Etampes pour des tirs de mortiers dartifice, à Saint-Michel-sur-Orge pour des dégradations et vols, et à Montgeron où entre 20 et 30 personnes ont “pris dassaut” un centre commercial. Un policier a été légèrement blessé à la main par un jet dacide et une mineure de 13 ans a été interpellée.

Sur Twitter, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a réclamé des “sanctions exemplaires” contre les auteurs de ces faits. “A la loi des bandes, nous devons nous opposer”, réclame-t-elle. 

Insupportables violences en #Essonne cette nuit d#Halloween. #Montgeron. Contre lensauvagement de notre société, la seule réponse possible doit être la tolérance zéro. Limpunité des racailles doit cesser ! Soutien total à nos forces de lordre. #Purge pic.twitter.com/Tf1ThoA4qg