PSG-Strasbourg: les ultras veulent montrer à Neymar quil na plus le droit à lerreur – BFMTV.COM

PSG-Strasbourg: les ultras veulent montrer à Neymar  qu\il n\a plus le droit à l\erreur  - BFMTV.COM

PSG : Thomas Tuchel détaille ce quil attend de Mauro Icardi

Le doute est désormais levé. Thomas Tuchel a annoncé ce vendredi en conférence de presse la présence de Neymar dans le groupe pour la réception de Strasbourg ce samedi au Parc des Princes (5e journée de Ligue 1). Un choix qu’il a longuement expliqué. « Oui, clairement oui, bien sûr (Neymar sera dans le groupe). Comme je l’ai dit, je suis très heureux de la fin du mercato, tout est clair, on connait notre groupe, j’en suis très content. Nous avons un grand groupe, beaucoup de talent, de caractère et de personnalité. Nous avons Ney dans notre groupe, c’est sûr maintenant, il n’y a plus de perturbation, il peut se concentrer à nouveau », a-t-il lancé avant de poursuivre.

« Il nous manque Edi et Kylian pour demain et c’est nécessaire que Neymar fasse son retour, il est un joueur du PSG, il est disponible pour ça. Il est habitué à ces voyages (le n° 10 était aux États-Unis avec la Seleção ces derniers jours, ndlr), il s’est entraîné normalement jeudi avec le groupe », a-t-il indiqué, ayant discuté avec son attaquant brésilien. « Ce n’est pas facile pour lui non plus ces dernières semaines. Maintenant, c’est décidé. C’est la vie. On a un peu parlé jeudi, on doit encore parler aujourd’hui. Parfois, à trop insister sur un sujet, on en fait une montagne, alors que le sujet ne le mérite pas forcément. Je dois trouver l’équilibre pour notre dialogue », a-t-il lâché, relativisant volontiers la situation.

La préparation de la réception du Real Madrid (mercredi à 21h, en direct sur RMC Sport) en Ligue des champions passera par là. Le Paris Saint-Germain accueille Strasbourg en Ligue 1 samedi (17h30) avec lambition dintégrer au mieux les nouvelles recrues, et de leur donner du temps de jeu avant deux échéances très importantes. Car après avoir ferraillé contre léquipe de Zinedine Zidane, les Parisiens se déplaceront au Groupama Stadium dimanche 22 septembre (21h). En attendant, Thomas Tuchel compte ses blessés (Cavani, Mbappé, Kehrer, Bernat, Draxler) et ne peut pas travailler sur les schémas de jeu quil souhaiterait mettre en place. Le tout dans un contexte de défiance avec les supporters, alors que Neymar est attendu sur la pelouse demain. Une situation que Thierry Laurey observe de loin.

« La vie n’est pas trop dure pour Ney. Vivre et jouer à Paris, ce n’est pas trop grave. Si on parle de tout ce que tout le monde a dit, Neymar, son père, sa mère, le FC Barcelone, on va perdre notre tête. Maintenant, les choses sont décidées. Je veux penser à l’avenir. C’est à moi de prendre des décisions maintenant. Il va retrouver son sourire. Après, on doit voir », a-t-il expliqué, histoire de dédramatiser, réagissant ensuite aux informations au sujet de l’accueil que réservent les supporters parisiens à l’international auriverde face aux Alsaciens.

“Les Parisiens ont leurs problèmes, on a les nôtres”, a déclaré Thierry Laurey. Lentraîneur de Strasbourg va tout de même devoir composer avec une inconnue qui découle des problèmes parisiens, celle de la composition déquipe adverse. Mais il a ses propres soucis à gérer. “On ne pense quà nous, a-t-il répété en conférence de presse. Les problèmes du PSG nous importent peu. On a fait un début de championnat moyen sur le plan comptable. On pensait pouvoir faire un peu mieux.” Strasbourg na pas gagné le moindre match depuis le début de la saison. Le Racing a concédé trois matchs nuls et une défaite. Le club alsacien pointe à la 17e place du classement et sa situation ne devrait pas sarranger au soir de la 5e journée. 

« Je peux comprendre que tous les supporters ne soient pas heureux de la situation. Je ne peux pas influencer ou contrôler cette réaction. La seule chose que je peux contrôler, c’est mon équipe. Ney est notre joueur, c’est absolument nécessaire de clore ce sujet. Demain, on va voir. Je ne m’attends à rien. Il est un joueur du PSG, je suis persuadé qu’il va nous aider à atteindre nos objectifs. Gagner contre Strasbourg, c’est le premier défi pour Ney demain », a-t-il conclu. Le ton est donné. Neymar sait ce qu’il lui reste à faire.

“Paris, cest toujours compliqué, a reconnu lentraîneur de Strasbourg en souriant. De toute façon, il faut que tu les joues dans lannée. Que ce soit après ou avant la trêve, cest toujours très très compliqué. La seule chose, cest que je pense quils vont vouloir régler le problème rapidement, parce quils ont des échéances qui arrivent. Et qui sont autrement plus importantes, je pense, que le match de Strasbourg. Quoiquil en soit, il va falloir quon soit très vigilants, notamment sur le début de rencontre, parce que je pense quils vont vouloir nous mettre une pression importante dès le début de la rencontre.”

Privé de Kylian Mbappé et Edinson Cavani, insuffisamment remis de leurs pépins physiques, Thomas Tuchel dispose néanmoins de solutions pour composer son attaque ce samedi, pour la réception de Strasbourg (5e journée de Ligue 1). L’entraîneur du Paris SG l’a dit ce vendredi en conférence de presse au centre d’entraînement Ooredoo, Neymar fera son retour au Parc des Princes. Une enceinte que Mauro Icardi devrait lui découvrir, comme l’a aussi laissé entendre l’Allemand. « Peut-être que demain on pourra utiliser Mauro parce qu’Edi n’est pas avec nous », a-t-il lâché, ne sachant toutefois pas combien de temps le buteur argentin pourra tenir.

Le latéral gauche espagnol de 26 ans souffre dun petit coup au genou. Sa disponibilité pour le match contre les Strasbourgeois nest pas encore établie, le groupe nayant pas été communiqué pour lheure. En cas de forfait ou dune volonté de le préserver en le laissant sur le banc, après avoir disputé lintégralité des quatre premiers matches de championnat, Layvin Kurzawa pourrait en profiter pour gagner du temps de jeu. 

Tuchel : “On a gagné en personnalité avec les recrues. Cétait important pour continuer notre développement”

« Je ne suis pas sûr qu’il soit prêt à jouer tout un match. Il a manqué beaucoup de matches avec l’Inter ces derniers mois », a-t-il indiqué, déjà sous le charme des qualités de l’international albiceleste. « Il a une qualité claire, sa dernière touche pour finir les attaques. Il est toujours dangereux, il n’a pas besoin de beaucoup de touches pour marquer, il a beaucoup de confiance dans la surface », a-t-il apprécié, demandant toutefois du temps. « Mais notre style est différent de celui de l’Inter. Il peut s’adapter très vite ou prendre un peu de temps, on doit attendre de voir », a-t-il confié. Séduit par le profil de sa recrue estivale, le coach parisien attend beaucoup de lui.

Strasbourg : un nouvel exploit pour gâcher les retrouvailles de Neymar avec le public parisien ?

« Il nous amène une concurrence totale en attaque, c’est bien pour nous je pense. Il doit prouver. Il n’a pas joué depuis longtemps. Il doit retrouver son rythme aussi. Normalement, il est un n° 9, comme Edi. C’est une bonne situation. Il est là, très content d’être là. Il se sent très libre. (…) La concurrence nous aide beaucoup. J’attends un bon esprit dans le travail. Du respect dans tous les sens, de la complicité pour tirer le groupe vers le haut », a-t-il expliqué. Et s’il a mis ses deux buteurs en concurrence, l’entraîneur du PSG a également laissé entendre qu’à terme une association pourrait être envisagée.

Juan Bernat nétait pas le seul à ne pas participer à cet entraînement. Edinson Cavani, Julian Draxler, Thilo Kehrer et Kylian Mbappé ont également manqué à lappel. Ces quatre joueurs ont dores et déjà été déclarés forfaits par Thomas Tuchel pour la réception de Strasbourg.

« On peut peut-être jouer avec Edi et Mauro ensemble dans quelques matches. Si les deux montrent qu’ils doivent jouer, je trouverai une solution, c’est à eux de se montrer indispensables », a-t-il assuré, ravi des futurs casse-têtes qui s’offrent à lui. « Si tout le monde est là, j’ai beaucoup de schémas, on décidera quand on devra décider. Si on a la possibilité d’aligner tout le monde, ce sera dur pour moi, mais c’est bien pour l’équipe, ça veut dire que nous sommes forts. On ne peut pas atteindre tous nos objectifs sans choix forts », a-t-il conclu. Tout le monde est prévenu, les places seront chères en attaque au PSG.

Le Racing, 17ème après quatre journées, na toujours pas gagné le moindre match cette saison en Ligue 1, mais le défenseur strasbourgeois Kenny Lala espère au moins que son équipe montrera un état desprit irréprochable ce samedi au Parc des Princes : “Il faut montrer une bonne mentalité. On a parfois un peu lâché en championnat et encaissé des buts bête, depuis le début de la saison. Cest un match compliqué, mais on a toujours su tenir tête au PSG. On ne peut pas dire quon soit au notre meilleur niveau en ce moment. La saison dernière, on les a joué alors quon était plutôt en bonne position”.