Toulouse : la cité de lespace invite les citoyens à vivre en direct l …

Toulouse : la cité de l\espace invite les citoyens à vivre en direct l ...

Nasa: la sonde InSight tente une descente à haut risque sur Mars

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète High-Tech By the Web T'as vu ? 20 Minutes Podcast Vidéos En Images Guide d'achat Le direct Jeux Services PDF Menu complet Retour à laccueil Sciences Comment suivre l'atterrissage d'InSight sur Mars en live

ESPACE Pour suivre latterrissage dInSight sur Mars, plusieurs événements sont prévus à Paris et à Toulouse. Les amateurs despace pourront suivre aussi cet événement depuis leur canapé…

Elle comprend notamment linstrument SEIS (Seismic Experiment for Interior Structure) conçu et fabriqué en France. Il comprend trois sismomètres « capables de détecter un frémissement de l’ordre de 10^-11 mètre, c’est-à-dire de la taille d’un atome » explique le CNES. Il est néanmoins la cause du retard de deux ans sur le lancement de la mission « en raison d’un problème technique », une microfuite en loccurrence.

Ce soir à partir de 20h, suivez latterrissage dInSight sur Mars

Ce lundi soir, latterrisseur InSight doit se poser sur Mars pour une mission de deux ans. Objectif de cette mission de la Nasa : écouter les vibrations de la planète rouge pour mieux comprendre le processus de formations des planètes rocheuses du système solaire.

Avant de remplir ces objectifs scientifiques, latterrisseur et ses instruments devront réussir à traverser latmosphère de Mars et se poser sans encombre aux alentours. Une descente dun peu de moins de sept minutes à haut risque qui doit débuter aux alentours de 20h40. 

Le 5 mai dernier, une fusée Atlas V décollait avec la mission InSight et deux nanosatellites (MarCo A et B) à son bord . Pour rappel, cette sonde « est une récupération de latterrisseur Phoenix, une mission martienne de 2008 ».

Pour que les amateurs despace puissent suivre cette aventure, le CNES, aux manettes du sismomètre SEIS embarqué sur latterrisseur, a prévu de la retransmettre en direct sur sa chaîne YouTube. 20 Minutes vous permettra également de suivre cet atterrissage.

Latterrissage (oui, même sur Mars on parle datterrissage) devrait avoir lieu aux alentours de 21h ce soir. Lévénement sera à suivre en direct avec la NASA à partir de 20h.

Une partie de ses équipes engagée dans ce projet sera présente à la Cité des sciences et de llndustrie à Paris pour partager à partir de 17h ce moment avec le grand public.

La mission InSight est chargée de recueillir des informations sur Mars, grâce à son sismomètre SEIS (Seismic Experiment for Interior Structure) fabriqué à Toulouse, afin de mesurer  les tremblements  de la planète rouge et de comprendre son histoire. Après avoir décollé depuis la Californie (États-Unis) le 5 mai 2018, son voyage va bien prendre fin… mais sa mission ne fera que débuter.

InSight : comment va se dérouler son atterrissage sur Mars ?

🛰️ Lundi soir, la #NASA et le #CNES posent la mission 🚀 #InSightMars sur #MarsLanding. Retrouvez moi avec Francis Rocard, Philippe Lognonné et les scientifiques impliqués dans cette mission spatiale dont @aymeric_spiga à @citedessciences à partir de 17h00. #SEISsurMars 🔭📡

La Cité de l’Espace prévoit de mettre en place de multiples animations sensorielles, accessibles aux petits et grands, pour vivre l’atterrissage du robot  comme si vous étiez sur Mars . De 20 heures à 21h30, le public pourra également suivre les opération d’atterrissage en direct, et notamment l’instant précis où le robot InSight se posera sur la planète rouge, à 20h54.

A Toulouse, où se trouve le Centre spatial, la Cité de lespace a aussi prévu une grande soirée autour de larrivée dInSight sur Mars.

Le robot InSight, fabriqué à Toulouse, devrait effectué un atterrissage à haut risque sur la planète Mars lundi 26 novembre 2018. Le grand public est convié gratuitement pour assister à cet événement en direct, à la Cité de l’Espace, à partir de 17h30, au cœur de multiples animations et en compagnie des experts et des animateurs scientifiques. 

 Nous allons expliquer ce qui se passe, donner le contexte et les enjeux de cette mission, interpréter les propos relativement techniques. Nous avons aussi un atterrisseur à léchelle 1 et léquivalent dun sismomètre, mais aussi des activités sur la gravité martienne , détaille Philippe Droneau, son directeur des Publics.

Un envoyé spécial de la Cité de l’Espace, présent au centre de contrôle de la NASA en Californie, partagera l’ambiance et les émotions suscitéeS sur place avec le public, et interrogera en direct les équipes américaines.

Il sera assisté par lastrophysicien Sylvestre Maurice, mais aussi de Jean-Marie Mouret, le responsable de linstrument SEIS au CNES ou encore Raphaël Garcia, co-responsable scientifique de la mission InSight et professeur à  lIsae-Supaéro.

La sonde lancée début mai doit analyser lintérieur de notre voisine pour mieux comprendre la planète rouge et son histoire. Si cette mission est importante pour le Cnes, cest parce que linstrument de mesure principal, le sismomètre Seis, est made in France. Géré par lagence spatiale française, imaginé et conceptualisé par lInstitut de physique du globe de Paris (IPGP), fabriqué en partie par Sodern, filiale dArianeGroup. Cest le fruit de 30 ans de travail majoritairement hexagonal.

Cette école, par laquelle Thomas Pesquet est passé, accueille pour la soirée 22 collèges et lycées de lacadémie de Toulouse pour faire vivre aux plus jeunes cet événement, et leur donner par la même occasion de se tourner vers des études scientifiques.

ESPACE – Ce lundi 26 novembre, cest le grand jour pour la Nasa, mais aussi pour le Cnes, lagence spatiale française. Après sept ans de travail, sept mois de voyage dans lespace et sept minutes dangoisse, la sonde américaine InSight va enfin toucher ce lundi soir (heure française) la surface de la planète Mars à lissue dune descente à haut risque.

Des étudiants de @Supaero présentent Mars et insight à des lycéens de Toulouse Lautrec à Toulouse pic.twitter.com/FbfReWqU4z

Sept ans de travail, sept mois de voyage dans lespace et sept minutes dangoisse: la sonde américaine InSight va enfin toucher, ce lundi, la surface de la planète Mars à lissue dune descente à haut risque. Et les ingénieurs de la Nasa qui suivent lopération depuis la Terre ne peuvent rien faire dautre que croiser les doigts: de lentrée dans latmosphère martienne et ses tempêtes de poussière jusquau contact des pieds avec la roche, tout a été pré-programmé plusieurs heures à lavance.

Si InSight atterrit sans encombre sur Mars et si le bras mécanique mis au point par la Nasa dépose correctement Seis sur le sol martien, ce sera la première fois que nous arriverons à écouter battre le coeur de la planète rouge.

InSight va-t-il “amarsir” ou “atterrir” sur Mars ce soir ? On a posé la question à Bernard Pivot – LCI

Plus cruel encore, le signal libérateur indiquant quInSight est sain et sauf va mettre huit minutes à parvenir au centre de contrôle de la mission, situé au Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena, en Californie.

Cependant, la descente comportent des risques. Si le frottement dans latmosphère va faire monter la température à plus de 1500 degrés, la sonde sera protégée par un bouclier thermique renforcé. Avec une vitesse de 20.000 km/h, elle devra se poser sur un périmètre de 10 km sur 24 km. Quatre minutes après sa chute, un parachute souvrira de manière spontanée. Enfin, après avoir enlevé le bouclier thermique, latterrisseur déploiera ses trois jambes et  le parachute se retirera. La sonde subira une chute et allumera ses 12 rétrofusées pour tenter de ralentir.

Insight : la nouvelle sonde de la Nasa atterrit sur Mars ce lundi 26 novembre !

“Avec Mars, rien nest jamais acquis. Mars est difficile”, résumait dimanche Thomas Zurbuchen, chef du directorat scientifique de la Nasa, lagence spatiale américaine qui a approuvé cette mission de près dun milliard de dollars qui doit étudier les entrailles de la planète rouge.

Cest la première fois depuis 2012 quun engin essaie datterrir sur Mars. L’URSS et lEurope ont connu dans ce domaine quelques ratés échoués dans leur objectif respective. Insight est notamment équipée dun sismomètre capable découter les vibrations de la planète Mars et d’un HP3 à même de creuser de 3 à 5 mètres afin d’effectuer des mesures de température. Ce sont des panneaux solaires qui alimentent ses instruments .

Cest la première fois depuis 2012 quun engin tente de se poser sur Mars, depuis le véhicule Curiosity de la Nasa, le seul encore actif sur cette planète voisine de notre Terre. Seuls les Etats-Unis ont réussi à y poser des robots. LURSS a écrasé plusieurs atterrisseurs, tout comme les Européens, tout récemment en 2016. 

Les ingénieurs de la NASA sont sur le pied de guerre. Après plusieurs années de travaux et de recherches, la sonde Insight va tenter toucher le sol de la planète Mars ce lundi.  InSight doit entrer dans latmosphère à 19h47, GMT (20h47 pour nous) . Elle a pour mission danalyser la planète Mars pour percer les mystères de sa composition, les résultats donneront plus de précisions sur la structure de la planète.

InSight doit aborder latmosphère de Mars à 19h47 GMT (20h47 à Paris) de manière très oblique pour éviter de voler en éclats. Le seul frottement de latmosphère fera monter la température rapidement à 1.500 degrés celsius mais elle naura rien à craindre, bien à labri dun bouclier thermique renforcé.

Elle devrait atterir sept minutes après son premier contact avec l’atmosphère. Une période angoissante pour l’équipe qui supervise l’opération puisque pendant ce laps de temps, personne ne pourra aider Insight.

La sonde se déplacera alors à environ 20.000 kilomètres heure, soit trois à quatre fois plus quune balle de fusil, et devra viser un rectangle de 10 kilomètres sur 24 kilomètres. Rapporté à son point de départ sur Terre, à 480 millions de kilomètres de là, “cest comme marquer un but à 130.000 kilomètres de distance”, souligne la Nasa.

Voir aussi :Pourquoi est-ce si difficile datterrir sur Mars ?Passer de 20.000 km/h à zéro en sept minutes !Après un voyage dans l’espace de près de sept mois à quelque 20.000 km/h, la capsule qui renferme le robot va se détacher avant de plonger, à toute vitesse, dans l’atmosphère martienne. Évidemment l’engin va beaucoup trop vite (19.800 km/h). Comme l’illustre la vidéo ci-dessus, Mars Insight va devoir d’abord traverser la haute atmosphère à l’abri des températures élevées. Quelques instants plus tard, son parachute de 12 mètres de diamètre s’ouvrira pour lui permettre de ralentir jusqu’à 8 km/h. Enfin, après avoir largué le couvercle de son bouclier thermique, le robot va allumer ses rétrofusées pour descendre en douceur et se poser sur ses trois pattes.

Quatre minutes et une centaine de kilomètres plus bas, un parachute souvrira automatiquement, freinant brutalement la descente. Puis, une fois largué le bouclier thermique, latterrisseur déploiera ses trois jambes et le parachute se détachera.

Espace : une mission franco-américaine sapprête à se poser sur Mars

“Nous serons en chute libre pendant un bref instant, ce qui est une pensée absolument terrifiante pour moi”, a confié Tom Hoffman, chef du projet InSight pour la Nasa.

Lundi 26 novembre, à 20 h 47 heure de Paris, un nouveau robot en provenance de la Terre va faire son entrée dans l’atmosphère de notre voisine Mars. Moins de sept minutes plus tard, si tout se passe comme prévu, il se sera posé le plus doucement possible dans la plaine dElysium. Comme pour Curiosity il y a six ans, l’équipe qui pilote cet atterrissage parle de « sept minutes de terreur ». L’angoisse sera en effet à son comble durant ces moments.

La sonde allumera bien vite ses douze rétrofusées qui ralentiront à environ 8 kilomètres heure la descente de lengin, qui ne pèsera alors plus que 365 kilos.

Voici ce qu’il va se passer ce lundi, quand l’atterrisseur Mars Insight va arriver sur Mars. À la Nasa, tous les opérateurs du cette mission seront sur les dents, dans l’angoisse que le robot a bien réussi à ralentir et à se poser en douceur sur le sol de notre voisine. Tout ce en sept minutes que les ingénieurs appellent « sept minutes de terreur ». 

A 11h54 GMT (12h45 heure française), près de sept minutes  après son premier contact avec latmosphère, InSight devrait enfin “amarsir”.

Dès 18h30, il sera possible de suivre les étapes de latterrissage de la sonde InSight sur Mars à la Cité de sciences de la Villette. Intitulée InSight (pour Interior Exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport – exploration intérieure utilisant les études sismiques, la géodésie et le transport de chaleur), cette mission de la Nasa doit apporter plus de connaissances à propos de Mars et améliorer la communication entre la planète rouge et la Terre.

Durant tout ce laps de temps, surnommé “les sept minutes de terreur” par certains, rien ni personne ne pourra venir en aide à InSight pour corriger une trajectoire ou remédier à une défaillance.

“Mars est intéressante car cest une planète qui a été volcanique mais qui ne lest plus. Son évolution pourra nous éclairer sur celle de la Terre afin den tirer des lois générales sur les planètes telluriques”, explique le chercheur. “De nombreux scientifiques avancent lhypothèse quun environnement similaire à celui de la Terre a existé sur Mars au début de son histoire”, complète Jean-Yves Le Gall, président du CNES.

“Je suis complètement détendu, et en même temps complètement nerveux”, a assuré Tom Hoffman. “Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour nous assurer du succès de la mission, mais on ne sait jamais ce qui peut se passer”, a-t-il expliqué, reconnaissant “ne pas avoir très bien dormi” récemment.

Enfin, des rétrofusées se déploient pour quInSight atteigne 10 km/h avant son atterrissage définitif. “La combinaison des différentes techniques augmente le risque derreur”, souligne Aymeric Spiga. Il note aussi que le signal dinformation met huit minutes à atteindre la Terre, or latterrissage dure… sept minutes. Toute lopération a donc été automatisée et il sera impossible de réagir au moindre imprévu.

Lingénieur et ses collègues, dont de nombreux scientifiques européens qui ont contribué aux instruments de pointe embarqués à bord dInSight, risquent de devoir attendre 20h01 GMT (21h01 en France) et le premier signal envoyé par la sonde. Ils pourront enfin être sûrs quelle est intacte et bien daplomb sur ses trois pieds. InSight déploiera alors lentement ses panneaux solaires qui alimenteront ses instruments.

Latterrissage est particulièrement délicat, précise Aymeric Spiga, maître de conférences à luniversité de la Sorbonne et chercheur au Laboratoire de météorologie dynamique qui a travaillé sur la mission. “Latmosphère de Mars est 100 fois plus fine que celle de la Terre, ce qui rend difficile latterrissage dInSight”, explique-t-il. Une combinaison de plusieurs techniques de freins a donc été nécessaire.

Car un programme de travail chargé attend la sonde. Elle doit écouter et scruter lintérieur de Mars pour tenter de percer les mystères de sa formation, il y a des milliards dannées. Des connaissances qui permettront dans un second temps de mieux comprendre la formation de la Terre, la seule planète rocheuse dont nous avons réellement étudié lintérieur jusquà présent.

Pour la première fois, lhumanité va coller son oreille contre le sol de Mars pour écouter les frémissements de ses entrailles. Grâce à un instrument valant des dizaines de millions deuros, un sismomètre hypersensible, conçu par lagence spatiale française, et assemblé à Toulouse. 

InSight est notamment équipé dun sismomètre de conception française, SEIS, qui sera posé directement sur le sol de Mars et écoutera ses plus infimes vibrations: ondes de choc des météorites, tremblements de terre, craquements des couches rocheuses, peut-être même mouvements du magma profond…

Autre instrument remarquable, allemand celui-là: HP3 ressemble à une taupe reliée par une laisse à latterrisseur et creusera de 3 à 5 mètres de profondeur sous la surface de Mars pour prendre sa température.