Gilets jaunes à Toulouse : les manifestants délogés du péage de …

Gilets jaunes à Toulouse : les manifestants délogés du péage de ...

Gilets jaunes à Toulouse : les manifestants délogés du péage de Muret, les actions prévues mardi

En ce lundi 26 novembre 2018, c’est déjà le 11e jour de mobilisation des Gilets Jaunes partout en France. Et à Toulouse et en Occitanie, de nombreuses actions sont toujours menées, essentiellement sur les routes.

La plupart de celles qui ont été mises en place dimanche 25 novembre sont maintenues dans l’agglomération toulousaine. Après une journée marquée par une incursion en centre-ville samedi 24 novembre, les actions se sont concentrées sur les axes autour de Toulouse dimanche, notamment le long des autoroutes. Et c’est toujours le cas lundi.

Quelques sites, qui avaient été défendus par les gilets jaunes la semaine précédente, ont vu se rassembler quelques manifestants dans la nuit de dimanche 25 et lundi 26 novembre 2018. Ils étaient toujours présents dans la matinée, autour des dépôts de carburant de Lespinasse et de Fondeyre, ainsi que sur le rond-point de la centrale d’achat du groupe Leclerc, la Socamil, à Tournefeuille.

LIRE AUSSI : Gilets jaunes. Barrages, manif au centre-ville et opérations escargots : revivez la journée de samedi à Toulouse

Voici les échangeurs de la région Occitanie, et également ceux de l’A10, près de Bordeaux, touchés par le mouvement des Gilets jaunes lundi matin. Sur la plupart d’entre eux, à s’agit d’opérations péages gratuits , mais pas partout. Sur certains, il s’agit de barrages purs et simples.

Il s’agit surtout d‘opérations de péage gratuit, qui ont notamment bénéficié de l’appui des agriculteurs, tôt dans la matinée, au niveau de la sortie d’Eurocentre (péage de Saint-Jory), au nord de la Ville rose. Huit tracteurs sont arrivés sur place, et comptent bien rester mobilisés toute la journée (au moins) pour lever les barrières.

Voici la liste des ouvrages de Vinci Autoroutes occupés lundi matin par des Gilets Jaunes autour de Toulouse :

⚠️ En raison des #Manifestations au péage de Muret sur l'#A64sorties obligatoires sur .@ToulousePeriph :▶️ à Roques n°36 depuis Toulouse, entrées interdites en dir. de Tarbes▶️ à Muret Nord n°35 depuis Tarbes, entrées interdites en dir. de ToulouseEn 🚗écoutez @Radio1077 🎤

Comme dimanche, des manifestants seront encore positionnés sur des entrées et sorties dautoroute sur lensemble du territoire de lOccitanie. L’idée des gilets jaunes étant surtout de faire des barrages filtrants, avec un esprit qui va rester le même, soit des opérations de  péages gratuits . Sur chacun de ces sites, des bouchons sont à prévoir  puisque les automobilistes passent au compte-goutte.

Pour éviter le secteur du péage de Muret #A64 :▶️depuis Roques n°36 suivre la D820, D120 et D817 en direction de Tarbes/Muret.▶️depuis Muret nord suivre la D817, D120 puis D820 en direction de @ToulousePeriph Restez vigilants lors de vos déplacements. #Infotrafic

Ces informations sont à prendre avec des précaution, en raison de la grande volatilité du mouvement : dimanche soir, en lespace de quelques heures, les Gilets Jaunes ont quitté certains endroits pour se fixer sur dautres… Toujours est-il que sur ces sites, les barrières des péages restent ouvertes et les barrages filtrants restent la règle… 

Est-ce un tournant dans la mobilisation des gilets jaunes à Toulouse, ou une action isolée de quelques agriculteurs ? Pour la première fois en Haute-Garonne depuis le début de la grogne, samedi 17 novembre, des agriculteurs des alentours de Toulouse se sont joints au mouvement, au niveau de la sortie Eurocentre (qui dessert Saint-Jory, Bouloc), au nord de la Ville rose, au 11e jour du mouvement, lundi 26 novembre 2018. Rappelons que, plus globalement, des gilets jaunes sont présents sur plusieurs dizaines d’échangeurs autoroutiers lundi matin dans l’agglomération.

Aux entrées de Toulouse, les Gilets Jaunes étaient surtout positionnés tout le week-end sur les deux barrières de péage de Muret et L’Union. Deux barrages qui ont engendré des bouchons, notamment en fin daprès-midi dimanche, moment des traditionnels retours de week-end.  Muret est un barrage solide, comme L’Union. Les personnes présentes comptent y passer la nuit , indiquait dimanche soir à Actu Toulouse Laetitia, l’une des chevilles ouvrières du mouvement. 

Dimanche, les manifestants étaient revenus sur la barrière de péage Toulouse Sud, au niveau de Labège. Mais d’après Vinci Autoroutes, ces actions aux échangeurs de L’Union et de Labège ont été levées lundi matin. Nous n’avons pu vérifier l’information à cette heure.

On restera au péage pour lever les barrières. Nous ne voulons pas bloquer le péage ou l’autoroute, l’objectif n’est pas de se mettre les automobilistes à dos ! On est partis pour rester la journée, peut-être plus si affinités… Suivant ce que va dire notre cher président demain, cela risque d’en attirer d’autres.

Dans la périphérie de Toulouse, l’A64 (Tarbes-Toulouse) est l’une des autoroutes les plus touchées lundi matin, avec des gilets jaunes sur dix sorties, notamment à la barrière de péage de Muret, donc.

Sur place, à Eurocentre lundi, ni drapeau, ni logo d’organisation syndicale. Et pour cause. Les Jeunes agriculteurs indiquent toujours qu’ils n’appellent pas officiellement à la mobilisation , mais précisent qu’ils  soutiennent néanmoins le mouvement .  La FDSEA Haute-Garonne est sur la même ligne.

Sur l’A62, Vinci Autoroutes recense également des gilets jaunes sur huit sorties. Ici, les deux échangeurs de Valence dAgen et de Castelsarrasin, étaient toujours fermés lundi matin, et cela contraint les automobilistes du coin à aller chercher lautoroute plusieurs dizaines de kilomètres plus loin…

Huit tracteurs étaient présents lundi matin au niveau de l’échangeur. Ce ne sont toutefois pas les premiers à se mobiliser de la sorte en Occitanie, puisque des exploitants agricoles se sont notamment joints au mouvement dans le Tarn-et-Garonne, dès la semaine dernière.

Dans lagglomération toulousaine, plusieurs ronds-points devaient faire encore lobjet de barrages filtrages, avec des automobilistes qui seront au ralenti. Les rassemblements de Fondeyre et Lespinasse sétant organisés pour passer la nuit, ils étaient maintenus lundi.

Au plus fort de la mobilisation, plus de 2500 “gilets jaunes” ont déambulé dans les rues de Toulouse samedi. Souvent par groupes très mobiles et dans limprovisation. Les CRS ont utilisé des gaz lacrymogènes dans le quartier de la gare Matabiau.

Le rond-point situé devant la centrale dachat de Leclerc, la Socamil, était toujours occupé dimanche soir. Il a, a priori, été levé lundi matin…

Lensemble de lagglomération toulousaine sera concerné par les filtrages et autres opérations de blocage des Gilets Jaunes, dès 7 heures, ce samedi 24 novembre. Comme le 17 novembre, des points de rendez-vous ont été diffusés sur les réseaux sociaux : parking du centre commercial de Blagnac, parking routier dEurocentre à Castelnau dEstrétefonds, parking routier de Fondeyre à Toulouse, parking dAuchan à Balma-Gramont, parking du Carrefour Labège, parking de Carrefour Portet, Intermarché de Muret, parking de Leclerc Auto à Roques-sur-Garonne, parking Grand Frais de Colomiers et parking du collège de Léguevin. De ces points de rendez-vous, les Gilets jaunes se disperseront pour occuper à nouveau les péages, ronds-points, accès aux sites stratégiques. Les Gilets jaunes souhaitent également se rassembler en centre-ville de Toulouse. Dabord prévu à 14 heures, le rassemblement a été avancé à 11 h 30, place Wilson. La préfecture de Haute-Garonne a déclaré hier quelle ne prendrait aucun arrêté dinterdiction de se rassembler en centre-ville. Une nouvelle opération escargot pourrait également avoir lieu entre Muret et Toulouse, à linitiative de motards, à partir de 7 heures.

Chaque rassemblement sorganise selon les personnes présentes. Mais il ny a pas à proprement parler de roulements entre des salariés actifs qui viendraient le week-end puis qui seraient relayés par des salariés à temps partiel, des retraités et des chômeurs en semaine. Chacun fait selon ses possibilités, ses contraintes professionnelles et familiales. La semaine dernière, des Gilets Jaunes ont par exemple demandé des RTT et ont pris des congés pour venir sur les points de blocage. Dautres ne viennent que la nuit.

Et d’expliquer : Ceux qui ne peuvent pas venir passent sur les points de rassemblement amener à boire et à manger… Sur la base de ce schéma, les Gilets Jaunes se préparent à tenir plusieurs sites lundi . La mobilisation des gilets jaunes est visiblement partie pour durer…

Les Gilets jaunes sinvitent dans les courses de Noël. En cette semaine de Black Friday, cette opération de promotions tous azimuts, les centres commerciaux et le centre-ville de Toulouse pourraient être la cible du mouvement de protestation. Hier, des appels provenant notamment du groupe Facebook Blocage 17 novembre Toulouse proposaient de filtrer les accès aux zones de Roques, Portet, Labège ou Blagnac. Et ce, malgré les mises en garde des directions de ces centres commerciaux, qui nont pas hésité à faire appel à la justice pour faire dégager leur accès, comme à Roques le 22 novembre.

L’action des gilets jaunes était principalement centrée sur les opérations de péage gratuit, à Toulouse et ses alentours, lundi 26 novembre 2018. En début d’après-midi, l’accès au péage de Muret, sur l’A64, était fermé, entraînant des perturbations au sud de la Ville rose. 

Le mouvement des Gilets jaunes, lancé le 17 novembre, a reçu le soutien des transporteurs routiers hier matin. Dès 7 heures, une opération escargot a bloqué lA64 au péage de Muret, puis a pénétré sur le périphérique vers 9 heures. Cette opération, organisée hors syndicats, a été suivie par 41 entreprises indépendantes de transport et 70 camions, selon les organisateurs. Elle a occasionné de gros ralentissements sur lA64, et au niveau de Rangueil sur le périphérique. Le reste du périphérique a été peu impacté, malgré limportante mobilisation.

En raison de la présence de manifestants sur le péage, et de l’intervention des forces de l’ordre pour les déloger, la portion d’autoroute a été fermée, du nord de Muret jusqu’au niveau de Portet-sur-Garonne. D’importants ralentissements se sont ainsi fait sentir sur les déviations mises en place, notamment autour de Roques.

Hier également, la préfecture a envoyé les forces de lordre pour libérer plusieurs points occupés par les Gilets jaunes : péages de LUnion, Villefranche-de-Lauragais, Muret. Mais les Gilets jaunes, comme ils le font depuis le 17 novembre, joueront au chat et à la souris avec les forces de lordre. Ils réclament toujours le retrait des nouvelles taxes sur le carburant. Le gouvernement a annoncé des discussions, mais campe pour linstant sur ses positions.

⚠️ Péage de Muret sur l'#A64 fermé, sorties obligatoires sur .@ToulousePeriph :▶️ à Roques n°36 depuis Toulouse, entrées interdites en dir. de Tarbes▶️ à Muret Nord n°35 depuis Tarbes, entrées interdites en dir. de ToulouseLe trafic est dense dans le secteur en dir. de Muret pic.twitter.com/Zs9SpSXNWY

Certains sont arrivés dans la nuit à proximité des dépôts de carburant comme celui de Lespinasse. Les gilets jaunes devaient se mettre en place également devant les hypermarchés de lagglomération Toulousaine : parking Auchan à Balma, parking Carrefour à Labège, parking Carrefour à Portet, parking Intermarché à Muret, parking Leclerc à Roques, parking Grand Frais à Colomiers, parking Leclerc à Blagnac. Il y a aussi des rendez-vous devant le collège de Léguevin et le parking routier dEurocentre. Les gilets jaunes devraient être largement rejoints par les motards, les VTC et même par certains forains.

L’intervention des forces de l’ordre s’est déroulée dans le calme. Vers 16h15, le péage de Muret a été rouvert à la circulation. 

A Auch, un rassemblement est à nouveau prévu au niveau du rond point des Justes sur la RN21, avec un pique-nique géant. Il faut sattendre aussi à un barrage filtrant au rond-point de Saint Cricq. Des rassemblements sont annoncés également à lIsle-Jourdain, à Lectoure devant le magasin Intermarché. A Fleurance, les bikers du Gers se donnent rendez-vous au rond point de la piscine à 9h pour rejoindre Auch au pas pour une opération escargot. 

16h18 : Ré-ouverture du péage de Muret sur l'#A64, fin des sorties obligatoires sur .@ToulousePeriph . En 🚗écoutez @Radio1077 🎤 pic.twitter.com/ySKHI4FBrw

11h30 : les principales perturbations en Haute-Garonne : il y a toujours un grand nombre de manifestants à la barrière de péage de Muret sur lA64 pour une opération péage gratuit. Un convoi de chauffeurs VTC et de motards est en route pour Labège. Il y a aussi des ralentissements au péage de lUnion sur lA68 et au niveau du dépôt de carburant de Lespinasse. Ralentissements sur la RN 124 entre Colomiers et Pibrac. 

Au nord de Toulouse, sur l’A62, les gilets jaunes étaient aussi présents sur le péage de l’Eurocentre. En soutien, tôt dans la matinée, ils ont été rejoints par plusieurs agriculteurs, à bord de huit tracteurs, afin de garder les barrières du péage levées toute la journée. En début de soirée, ils étaient toujours présents.

Les gendarmes du Tarn sattendent à une forte mobilisation ce samedi. Les gilets jaunes devaient se mettre en place au rond-point de léchangeur à Gaillac, avec des barrages filtrants. Dautres actions sont à prévoir à Albi, à Castres au rond-point de lhypermarché Auchan et au rond-point de Puech Auriol, à Graulhet ou encore à Réalmont.

Les manifestants s’étaient également retrouvés sur le péage Toulouse-Est, au niveau de Labège, sur l’A68.

Ces sites pourraient à nouveau être ciblés par les gilets jaunes, mardi. Il n’est pas dit que le péage de Muret, bastion des gilets jaunes depuis le début de la mobilisation, ne soit pas à nouveau un lieu de rendez-vous. Il avait été évacué une première fois dans le calme, vendredi 23 novembre 2018, n’empêchant pas les gilets jaunes de revenir l’occuper dans le week-end et lundi…. avant d’être à nouveau débloqué, aujourd’hui. 

Les agriculteurs affirmaient lundi qu’ils pourraient continuer d’occuper le péage de l’Eurocentre plus d’une journée, et attendent de voir les annonces du président de la République, Emmanuel Macron, prévues mardi 27 novembre 2018. 

En début de matinée, quelques gilets jaunes avaient tenté de se rendre devant les dépôts de carburant de Lespinasse et de Fondeyre. Les deux sites étant gardés par les forces de l’ordre, les manifestants n’ont pas pu y accéder.

La journée de lundi a par ailleurs été marquée par le départ de Benjamin Cauchy, une des figures des gilets jaunes, qui a créé son propre mouvement, les Citrons jaunes. Pendant ce temps-là, les Gilets jaunes ont créé une délégation avec  huit communicants officiels  au niveau national. En Haute-Garonne, il s’agit de Julien Terrier. 

LIRE AUSSI : Toulouse : figure du mouvement, Benjamin Cauchy quitte les Gilets jaunes et lance les Citrons jaunes