Commissariat de Toulouse : un détenu met le feu à sa cellule, deux policiers intoxiqués – actu

Commissariat de Toulouse : un détenu met le feu à sa cellule, deux policiers intoxiqués - actu

Toulouse : un Gilet jaune en garde à vue met le feu à sa cellule du commissariat central

La fin de journée des policiers toulousains a été mouvementée, suite à l’acte 19 des gilets jaunes. Samedi 23 mars 2019, dans la soirée, peu après 21h, un début d’incendie s’est déclaré dans les geôles du commissariat central de Toulouse, boulevard de l’Embouchure.

Ce samedi soir, un détenu a mis le feu à sa cellule de garde à vue au commissariat central de Toulouse. Il avait été arrêté auparavant place du Capitole lors de la manifestation des Gilets jaunes. Selon des informations recueillies par La Dépêche du Midi, il aurait embrasé la barricade installée sur l'avenue Camille-Pujol, dans l'après-midi, en marge de l'acte 19

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète High-Tech T'as vu ? Vidéos 20 Minutes Podcast Guide d'achat By the Web En Images Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Toulouse Un gardé à vue met le feu à sa cellule, le commissariat de Toulouse évacué

Gilets jaunes à Toulouse: Un gardé à vue met le feu à sa cellule provoquant lévacuation des geôles

Ce samedi soir, peu après 21 heures, un départ d’incendie s’est déclaré dans les geôles du commissariat central de Toulouse, situé boulevard de l’Embouchure. Selon nos informations, un détenu a mis le feu à sa cellule, contraignant l’évacuation des gardés à vue. Les dégâts sont très limités. À seulement quelques heures de la fin de l’acte 19 des Gilets jaunes, 19 personnes ont été arrêtées. Au total, ce sont 25 gardés à vue qui ont dû être extraits du sous-sol du central avant d’être redirigés sur les autres commissariats de l’agglomération toulousaine : Tournefeuille, Colomiers, le Mirail, Blagnac, etc.

De source policière, lincident a entraîné le transfert de 25 gardés à vue, tous indemnes, vers dautres commissariats de la Ville rose. Les fonctionnaires présents ont été incommodés par la fumée. Deux dentre eux, intoxiqués, ont dû être transportés au CHU de Purpan.

Toulouse : incendie au commissariat central, 26 gardés à vue évacués

Une trentaine de sapeurs-pompiers de la Haute-Garonne ont été dépêchés sur place. Le feu a pu être rapidement circonscrit. Les dégâts restent limités à la cellule dégradée et aux parties communes où la suie s’est déposée. La structure de l’édifice n’a absolument pas été impactée. Mais une épaisse fumée a gagné une grande partie du bâtiment, incommodant une dizaine de policiers.

Pour autant, ils n’ont pas hésité à évacuer les détenus provisoires entravés à ras-du-sol en progressant sans visibilité à quatre-pattes avant de les mettre à l’abri dans un autre espace du bâtiment. Ces trois fonctionnaires, dont une femme, qui sont intervenus dès le départ du feu ont été intoxiqués par la fumée. Deux d’entre eux ont dû être transportés au centre hospitalier de Toulouse-Purpan par les secours. Le plus sévèrement intoxiqué a dû être placé en caisson à l’hôpital, le second a pu rentrer chez lui dans la nuit. « Je tiens à saluer le courage de ces policiers qui ont, comme leur mission l’impose, fait passer la garde et la protection des détenus provisoires avant leur propre vie », note ce dimanche matin, Nelson Bouard, directeur départemental de la sécurité publique (DDSP), qui était sur place samedi soir.

Les soldats du feu ont passé une partie de la soirée à ventiler et sécuriser les lieux. Fin de l’intervention : 23 h 15. Aucun autre blessé n’est à déplorer.

Le jeune homme qui a dégradé sa cellule, vraisemblablement en enflammant sa couverture ou son matelas, venait d’être interpellé ce samedi, en fin de journée, sur la place du Capitole. Il a été verbalisé comme cinq autres personnes. « Il faisait partie de cette dizaine d’individus qui ont voulu tester et braver le dispositif mis en place. Il est soupçonné d’avoir participé aux exactions survenues plus tôt dans le secteur de la Côte Pavée », signale le patron de la police à La Dépêche du Midi. En effet, quelques heures auparavant, des heurts ont éclaté sur le pont Guilhemery.

Selon nos informations, cet individu avait été repéré par l’hélicoptère de la gendarmerie en train d’embraser la barricade -la seule de la journée- installée sur l’avenue Camille-Pujol. Au sol, les policiers de la sûreté départementale ont réussi à l’intercepter. Ramené au commissariat lors de l’affluence importante des personnes interpellées, il est parvenu à déjouer la vigilance des forces de l’ordre. « On effectue automatiquement des fouilles sommaires comme l’exige le règlement. Mais lorsque l’on n’identifie pas de troubles psychologiques, de tendances suicidaires ou si la personne n’est pas auteure de violences sur une autre, il n’y a pas forcément de fouille à corps poussée. Et à l’évidence, ce monsieur a réussi à dissimuler un briquet incorpore ou dans ses sous-vêtements », poursuit le DDSP de la Haute-Garonne.

Ce jeune homme âgé de 31 ans et domicilié à Toulouse a été mis à l’écart des autres détenus en attendant d’être transféré. Déjà bien connu des services de la justice pour des faits de petite délinquance (violences, vols, etc.), il faisait « partie des groupes les plus agités et excités des Gilets jaunes d’hier à Toulouse ». « Mais on n’a pas affaire à un incendiaire fou qui brûle tout ce qui touche, prévient Nelson Bouard. Les policiers lui ont clairement sauvé la vie : à leur arrivée, il n’était même pas visible depuis la vitre à cause de la fumée. »

Ce dimanche matin, les 25 gardés à vue sont toujours répartis dans les autres commissariats de l’agglomération toulousaine. Une simple précaution en attendant que le taux de monoxyde de carbone ne baisse au sous-sol du central. à 11heures ce dimanche, la situation est redevenue normale et respirable dans la partie détention du central. « Au mieux, ils seront ramenés dès ce dimanche après-midi et au pire, dès demain lundi », ajoute Nelson Bouard. Désormais, il s’agira de nettoyer la cellule en question et les parties communes des geôles quelque peu encrassées par la suie.

De son côté, le trentenaire devrait être déféré très prochainement devant l'un des magistrats de permanence du parquet de Toulouse.