Renfe-SNCF reprend sa liaison directe entre la Catalogne et Toulouse – Le Petit Journal

Renfe-SNCF reprend sa liaison directe entre la Catalogne et Toulouse - Le Petit Journal

Toulouse à 3h12 de TGV de Barcelone cet été à partir de 29 €

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète High-Tech T'as vu ? Vidéos 20 Minutes Podcast Guide d'achat By the Web En Images Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Toulouse Le train rapide entre Toulouse et Barcelone est de retour

TOURISME Le train rapide saisonnier entre Toulouse et Barcelone revient avec le printemps. Il permet de rallier la capitale catalane en 3h12 et transporte beaucoup plus de Français que dEspagnols

Une envie descapade sur les Ramblas ? La SNCF et son homologue espagnole, la Renfe, veulent vous faire préférer le train. Comme tous les printemps depuis cinq ans, elles viennent de remettre en service leur train rapide – roulant à la vitesse dun TGV uniquement dans la partie espagnole du trajet – qui fait le voyage jusquà Barcelone en 3h12, soit plus vite quen voiture.  Cest vraiment le plus simple, on peut embarquer 2 minutes avant le départ, emporter trois valises et tous les sièges sont équipés de prises électriques , vante Yann Monod, directeur général de  Renfe-SNCF en coopération .

Je me demande quel sera l'intérêt de se lancer sur le marché. La RENFE a baissée ses prix sur les dernières années et Air Nostrum, compagnie aérienne qui opère le programme de vol régional d'Iberia via franchise, s'est lancée sur le marché avec d'anciens TGV.

La SNCF prépare son arrivée en Espagne avec un TGV low-cost

Le prix dappel pour cette liaison est à 29 euros le billet, à condition bien sûr dêtre très prévoyant. En partance de la Ville rose, le train quotidien, en service jusquà fin septembre, démarre à 8h07 de Matabiau. Le retour de Barcelone se fait le soir avec un départ à 18h30.

A 96 %, les usagers de cette ligne voyagent pour des motifs privés, les loisirs ou une visite familiale. Rien détonnant à cela puisque Toulouse est la  ville française la plus espagnole  depuis lexil des Républicains il y a 80 ans. Près de 16.500 Espagnols y sont recensés par le consulat, sans compter les 3.000 étudiants.

Nous souhaitons arriver en Espagne avec un partenaire local. Mais toutes les options sont encore sur la table, la SNCF pouvant éventuellement y aller seule, a expliqué Rachel Picard à lAFP mercredi.

En cinq ans, 400.000 voyageurs ont pris ce train rapide, dont plus de la moitié sont Français et seulement 17 % Espagnols, les autres étant dautres nationalités. Autant dire quil y a beaucoup plus de Toulousains qui font un  city break  à Barcelone que linverse.  La culture du train nest pas la même en Espagne , glisse Yann Monnot qui reconnaît aussi une  différence dattractivité . Mais lOffice de tourisme soigne son image au-delà des Pyrénées, en vantant ses nouveautés comme lEnvol des Pionniers et la Halle de la machine.  LEspagne est un marché prioritaire pour Toulouse, elle représente la première clientèle étrangère [57 %] , rappelle Sylvie Rouillon-Valdiguié, ladjointe au Tourisme. Convertir les Catalans au train est une option pour exploiter le gisement.

Cest évidemment un réseau qui nous intéresse: vaste, moderne et aujourdhui sous-utilisé, a-t-elle ajouté.

Toulouse va être reliée par un TGV direct tout l'été à Barcelone en 3h12, soit une heure de moins que le plus court trajet Toulouse-Paris, grâce à un partenariat Renfe-SNCF. L'Office du tourisme espère développer l'attractivité de la Ville rose pour les Catalans et les Espagnols.

3h12 pour relier Toulouse à Barcelone par un TGV direct Euroduplex à deux niveaux d'une capacité de 509 places, c'est ce que proposent comme chaque été depuis cinq ans, de fin mars à fin septembre, grâce à un partenariat entre Renfe et SNCF, les deux opérateurs nationaux de transport ferroviaire français et espagnol. C'est une heure de moins que le trajet le plus court offert entre Paris et la Ville rose, faute de TGV entre la capitale française et celle de l'Occitanie. Avec une nouveauté cet été, le wifi gratuit dans tous les trains et un prix d'appel sur certains trains à 29€. 

Alors, même si le TGV Toulouse-Barcelone ne roule à grande vitesse qu'entre Perpignan et Barcelone, avec des pointes possibles à 300 km/h, la capitale catalane est vraiment plus proche de la métropole toulousaine que ne l'est Paris, faute de ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse. Un seul TGV direct reliera chaque jour Toulouse à Barcelone (départ de Toulouse à 8h07, retour arrivant à Toulouse à 21h42), mais sept liaisons existent avec correspondance à Narbonne qui permettent de relier capitales occitanes et catalanes en 3h30 ou 4 heures de trajet, soit toujours moins que pour se rendre à Paris. Des liaisons dont certaines (entre 4 et 7 selon les jours) sont effectives toute l'année.

La liaison directe Toulouse-Barcelone, qui dessert au passage Carcassonne, Perpignan, Figueras et Gérone, permet une connexion avec 21 villes françaises (Lyon, Paris, Marseille, Montpellier…)  et espagnoles (Madrid, Valence, Saragosse…) en TGV. D'ailleurs, "25 à 30% des voyageurs empruntant les trains Toulouse-Barcelone sont des clients en correspondance", assurait ce mercredi matin Yann Monod, directeur général d'Elipsos International (Renfe-SNCF en Coopération) , lors de la présentation de ces lignes estivales.

"Plus de 50% de la demande est concentrée sur les mois de juillet et d'août, et 96 % des clients voyagent pour motif loisir et tourisme ou privé", a précisé le responsable, qui ajoutait : "400 000 voyageurs ont effectué ce trajet direct depuis son lancement il y a 5 ans, on espère pour cet été une hausse de 30 % de fréquentation, d'autant que l'an dernier a été pénalisé par une période de grève".  

Les voyageurs entre la Catalogne et Toulouse sont d'abord français (48%), puis  issus de pays autres que la France et l'Espagne (35%) et enfin espagnols (17%). Pour tenter de contrer ce déficit de voyageurs espagnols dans les liaisons transpyrénéennes, l'Office du Tourisme de Toulouse et l'agence d'attractivité de la métropole occitane entendent développer l'attractivité de la Ville rose. 

"L'Espagne est un marché prioritaire pour Toulouse, elle est notre première clientèle étrangère avec plus d'un touriste étranger sur deux à Toulouse de nationalité espagnole (57% des touristes étrangers d'affaires ou de loisirs)", explique Sylvie Rouillon-Valdiguié, vice-présidente de l'agence d'attractivité de Toulouse Métropole et adjointe au maire de Toulouse, en charge du tourisme, qui a annoncé ce matin de nouvelles campagnes de promotion  de la Ville rose à Barcelone, pour accompagner la liaison par TGV entre les deux villes. Des partenariats avec Ibéria ou Ryanair pour les liaisons aériennes avec Madrid sont aussi évoqués. "Plus de 16 000 citoyens espagnols sont inscrits au consulat d'Espagne à Toulouse et vivent dans la Ville rose qui accueille aussi 3000 étudiants espagnols dans ses universités", rappelle Sylvie Rouillon-Valdiguié  qui évoque "l'histoire d'amour entre Toulouse et l'Espagne depuis la Retirada'. 

Selon une enquête effectuée par une start-up espagnole pour Elipsos International, 11% des étrangers qui parlent de Toulouse sur les réseaux sociaux comme destination touristique sont espagnols, juste derrière les Britanniques (16%) et les Américains (14%), mais devant les Allemands ou les Tunisiens (4,5%). Les aspects culturels toulousains sont vantés en premier (47%), devant la gastronomie (9%) et la famille (9%). Les lieux préférés cités sont le Capitole (25%), le Pont-Neuf (10%), le quartier des Carmes (8%) ou le Jardin Japonais (8%), spécialement apprécié par les touristes espagnols. "Toulouse est une des rares métropoles régionales françaises capables de proposer des nouvelles activités comme, cette année, la Piste des Géants ou la Machine" , souligne Yann Monod. Un atout pour l'attractivité toulousaine.