Toulouse. Lors de manifs de gilets jaunes, il dégradait les banques et caillassait les policiers – actu

Toulouse. Lors de manifs de gilets jaunes, il dégradait les banques et caillassait les policiers - actu

La mairie de Toulouse brièvement envahie, des banderoles déployées aux fenêtres

Entre deux samedis de contestation des gilets jaunes, plusieurs manifestations vont avoir lieu à Toulouse, mercredi 1er mai 2019, lors de la traditionnelle fête du travail. Si plusieurs organisations syndicales ont déclaré des cortèges auprès de la préfecture de Haute-Garonne, des gilets jaunes devraient également défiler dans les rues de la Ville rose. Une manifestation pour le climat est également prévue. On fait le point.

Dans le cadre de  la journée internationale daction et de mobilisation pour les droits des travailleurs , l’UD CGT 31, la FSU 31 et Solidaires 31, réunis sous la bannière  intersyndicale interprofessionnelle  ont annoncé le départ d’un cortège à 10h30 place Esquirol en direction de la place Arnaud-Bernard. Il sera suivi d’un deuxième défilé, uniquement à l’initiative de Solidaires 31, qui ralliera Arnaud-Bernard à Bazacle, en passant par le boulevard Lascrosses, l’avenue Paul-Sejourné et l’impasse du ramier des Catalans.

Le rendez-vous était donné à 14h45, mardi 30 avril 2019, devant la Fnac de Jean-Jaurès à Toulouse. Dans le cadre de  l’opération Jaune Snow , en référence à la série événement Game of Thrones, les gilets jaunes ont mené une action symbolique sur la place du Capitole. Comme depuis le début du mouvement, ils réclamaient une  justice sociale, fiscale et environnementale . Six autres associations, dont le collectif ANV-COP 21, le DAL et Attac, ont répondu à l’appel.

VIDÉO. Gilets jaunes : à Toulouse, des manifestants sintroduisent dans le Capitole

En parallèle, le collectif Youth for climate (jeunes pour le climat, ndlr) appelle à défiler  pour la convergence écologique et sociale , aux côtés des organisations Collectif pour le climat Toulouse et de Greenpeace Toulouse. Rendez-vus est donné à 10 heures à Esquirol. 

Quelques minutes plus tard, les forces de l’ordre ont entamé un bras de fer avec les manifestants pour les décrocher, avec succès. L’action s’est néanmoins déroulée dans le calme. Scandant des appels à la démission du président Macron, les manifestants mentionnaient également le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc. Ils détaillent :

Sur les réseaux sociaux, des gilets jaunes ont également enjoint à participer à la manifestation, avec les collectifs Y’a pas d’arrangement et Handi-Social.

Selon ses organisateurs, ce rassemblement, tenu secret, inaugure des  jours jaunes . Plusieurs groupes ont convergé de divers points de la ville, avant que des manifestants ne revêtent leur gilet jaune une fois sous les fenêtres de lhôtel de ville. Le slogan  Macron, Moudenc, démission , a aussi été crié, pour cibler le président de la République et le maire LR de Toulouse.

[#1erMaiClimatique] Pour la convergence écologique et sociale, nous appelons à un cortège climatique avec @CPLC_Toulouse et @GreenpeaceTlse le #1erMai 🌎🔥RDV mercredi 1er mai à 10h à Esquirol pour le départ de la marche ✊🌎 pic.twitter.com/EEa8t2STlJ

Une centaine de personnes sest rassemblée ce mardi après-midi place du Capitole, à Toulouse, bastion de la contestation des gilets jaunes. Certains dentre eux se sont introduits dans la mairie, où ils ont suspendu des banderoles aux balcons du premier étage avec comme messages :  Justice sociale ,  Prenons le pouvoir  et  Justice climatique .

Comme lors des derniers samedis, la préfecture a pris un arrêté interdisant  toute manifestation le mercredi 1er mai 2019 entre 9 heures et 18 heures sur la place du Capitole à Toulouse.  Un accès interdit, au lendemain d’une action coup de poing de quelques gilets jaunes qui ont investi la mairie de Toulouse.

des gilets jaunes. Certains dentre eux se sont introduits dans la mairie, où ils ont suspendu des banderoles aux balcons du premier étage avec comme messages :  Justice sociale ,  Prenons le pouvoir  et  Justice climatique .

Du côté des forces de l’ordre, la préfecture de Haute-Garonne a annoncé que le dispositif serait  substantiellement renforcé par des forces mobiles, afin d’assurer la sécurité des personnes et des biens .

Enfin, si les transports en communs sont habituellement perturbés avec les manifestations du samedi, cette fois, il n’en sera rien. 1er mai oblige, aucun bus, ni métro, ni tramway ne circulera dans Toulouse.

Il sera jugé jeudi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Toulouse. Un homme de 37 ans a été déféré devant le procureur, puis écroué lundi soir à la maison darrêt de Seysses. Deux jours plus tôt, il avait été interpellé lors de lacte 24 de la mobilisation des  gilets jaunes , dont la Ville rose est un bastion depuis le début du mouvement.

Lire aussi : Toulouse. Métro, tram, bus… Tous les transports en commun à l’arrêt le 1er mai

Toulouse. Jean-Luc Moudenc dénonce la porosité entre les gilets jaunes et lextrême gauche

"Prenons le pouvoir", "justice climatique" : voilà quelques unes des banderoles déployées brièvement sur la façade de la mairie de Toulouse ce mardi en milieu d'après-midi. A l'origine ce coup d'éclat : le collectif Y'a pas d'arrangement, Attac, le mouvement pour la cause animale, handi-social, ANV Cop 21, les Désobéissants ou encore des Gilets jaunes.

Placé en garde à vue, cet homme aurait admis sa responsabilité dans les délits qui lui sont reprochés. Mais les enquêteurs de la sûreté, qui depuis la fin décembre travaillent dans le cadre d’enquêtes préliminaires sur les incidents qui ont lieu lors des manifestations des Gilets jaunes ont, à leur tour, identifié ce suspect. Ces policiers de la sûreté départementale le recherchaient après d’autres dégradations, qui remontent à l’acte XI des Gilets jaunes le samedi 26 janvier. Ce jour-là, cet individu aurait été vu en train de dégrader deux agences bancaires "à coups de pied" sur le boulevard Carnot, l’agence CIC et le Crédit Mutuel. Et il aurait également utilisé une fronde pour lancer des projectiles sur les forces de l’ordre.

"Ils se sont présentés à un ou deux à l'accueil de la mairie en voulant visiter les salles historiques, explique le maire Jean-Luc Moudenc. Puis une fois à l'intérieur, ils se sont rassemblés et ont déployé des banderoles aux fenêtres, ils étaient une quarantaine dans la salle des Illustres". La police municipale a alors raccompagné dans le calme les militants vers la sortie. Il n'y a eu ni rencontre avec un élu, ni violences, ni dégâts.

Autant de délits qui auraient été admis par ce Toulousain lors de sa garde à vue. Présenté lundi en fin de journée au parquet de Toulouse, cet homme doit en principe s’expliquer jeudi 2 mai devant le tribunal correctionnel de Toulouse, dans le cadre des comparutions immédiates. En attendant, et sur décision du juge des libertés et de la détention, il a été placé sous mandat de dépôt et incarcéré à la maison d’arrêt de Seysses.

SEMAINE JAUNE – Action d'ouverture de la #SemaineJaune avec déploiement de banderoles sur la mairie de #Toulouse devant la place du #Capitole !Le #DAL31 et de nbx collectifs ont participé à cette action proposée par @yapasdarrange. pic.twitter.com/2ljIhUVatU

C’est un rendez-vous annuel qui sera particulièrement scruté cette année. Mercredi 1er mai 2019, les syndicats manifesteront dans les rues de Toulouse, dans le cadre de la  journée internationale daction et de mobilisation pour les droits des travailleurs . Un défilé classique qui se déroulera dans un contexte différent des autres années, marqué par la crise des gilets jaunes. Ces derniers devraient se joindre au mouvement. De quoi faire craindre au maire (LR) Jean-Luc Moudenc une nouvelle journée sous tension dans la Ville rose. Interview.

« L'allocution d'Emmanuel Macron nous le confirme, le pouvoir en place fait la sourde oreille aux revendications populaires exprimées par des centaines de milliers de citoyens depuis 5 mois, ont expliqué les organisateurs de cette manifestation. Les Gilets Jaunes, les occupations de ronds-points, les marches pour le Climat, les grèves, les actions de blocage des pollueurs sont totalement ignorées comme si le peuple n'avait plus droit au chapitre ». Pour Véronique, qui était avec son jeune fils, « on ne peut que se féliciter de l’ambiance bon enfant de cette manif’. Nous sommes désobéissants mais non-violents. Malgré les marches et les grèves pour le climat, malgré le succès de notre mouvement aujourd’hui, Macron s'entête dans une politique qui met en péril l'avenir de tous ».

J-L.M :  Ces manifestants se sont révélés être des extrémistes. Ils sont entrés normalement, seuls ou par groupes de deux, puis ont mené leur action pendant une dizaine de minutes avant l’intervention des policiers municipaux. Ce qu’il y a surtout, c’est cette porosité et cette complicité entre le mouvement des gilets jaunes, tel qu’il est aujourd’hui, et l’extrême gauche .

1er Mai à Toulouse : syndicats et Gilets Jaunes manifesteront dans les rues de la ville

Environ 150 personnes étaient réunies dans le calme sur la place du Capitole ce mardi après-midi. – Photo DDM, Thierry Gausserand

A l'extérieur, sur la place du Capitole, environ 150 militants étaient réunis. La manifestation s'est terminée tranquillement en fin d'après-midi.