Un quartier de Toulouse entièrement bouclé pour la venue de Macron et Merkel – ladepeche.fr

Un quartier de Toulouse entièrement bouclé pour la venue de Macron et Merkel - ladepeche.fr

Angela Merkel va-t-elle pouvoir terminer son mandat?

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Messenger LinkedIn Email Le président de la République veut  engager au plus vite toutes les procédures  européennes contre les géants du numérique. Le chef de lÉtat a dit mercredi à Toulouse vouloir les forcer à respecter les règles sur les  droits voisins . Or cette réforme vise à aider la presse à faire rémunérer ses contenus par les géants du numérique, en particulier Google et Facebook qui captent lécrasante majorité des recettes publicitaires sur internet.

C’est un événement d’envergure, organisé pour la première fois à Toulouse. Ce mercredi 16 octobre 2019, le président de la République française Emmanuel Macron sera dans la Ville rose en compagnie d‘Angela Merkel, la chancelière allemande, pour présider un conseil des ministres franco-allemand.

Toulouse. Rues fermées, bus déviés, sécurité renforcée… Les conséquences de la visite dEmmanuel Macron

Le président français Emmanuel Macron a appelé mercredi 16 octobre les autorités européennes de la concurrence à engager  au plus vite toutes les procédures possibles  contre les plateformes du numérique ne respectant pas les règles sur les  droits voisins , qui permettent une meilleure rémunération des éditeurs de presse.

La visite devrait avoir de nombreuses conséquences sur la vie des Toulousains. La venue de deux chefs d’Etat exige en effet des mesures de sécurité extrême. Près de 2500 membres des forces de l’ordre sont mobilisés pour la journée à Toulouse.

Luc de Barochez – Europe : labcès franco-allemand

 Certains acteurs comme Google veulent sen affranchir. Nous ne laisserons pas faire et très clairement demandons aux autorités nationales et européennes de la concurrence dexaminer et dengager au plus vite toutes les procédures possibles et au-delà , a déclaré Emmanuel Macron lors dune conférence de presse à Toulouse (sud-ouest de la France) avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Brexit: Macron veut croire quun accord est en train dêtre finalisé

Il a notamment proposé de développer  de nouvelles règles pour réguler les grandes plateformes , avec  des mécanismes de sanction plus rapides .

La censure dune candidate française à la Commission européenne est, de la part du Parlement européen, un geste inédit. La cause profonde du ratage lest beaucoup moins : la mésentente persistante entre la France et lAllemagne. Sur les programmes communs darmement, sur la politique budgétaire et fiscale, sur la réforme de la zone euro, sur la politique monétaire de la Banque centrale, les malentendus et incompréhensions se sont accumulés ces derniers temps entre Paris et Berlin.

Google a annoncé fin septembre quil nentendait pas rémunérer la presse, malgré lentrée en vigueur le 24 octobre dune loi qui transpose dans le droit français la réforme européenne du droit dauteur et instaure, comme celle-ci le prévoit, un  droit voisin  au profit des éditeurs de presse et des agences de presse.

Alors même que cette réforme vise à aider la presse à faire rémunérer ses contenus par les géants du numérique, en particulier Google et Facebook qui captent lécrasante majorité des recettes publicitaires sur internet, Google a fait savoir quil nétait pas question pour lui de payer les éditeurs.

Lhumiliation que le Parlement a infligée à Emmanuel Macron en votant contre Sylvie Goulard sinscrit dans ce ta…

Polémique sur le voile : “Ne stigmatisons personne”, répond Macron

Concrètement, en France, il naffichera plus les extraits darticles déditeurs de presse européens, et autres images miniatures ou vignettes dans les résultats apparaissant dans son moteur de recherche et dans Google Actualités. À la place, il naffichera plus quun titre et un lien, à moins que les éditeurs de presse ne lautorisent spécifiquement à utiliser de manière gratuite ces extraits et vignettes.

Le président du Conseil européen Donald Tusk, maître doeuvre du sommet, a estimé que “les bases dun accord” sur le Brexit étaient “prêtes” et pourraient se concrétiser dans les prochaines heures.      Mais il reste “dimportants problèmes à régler”, a averti mercredi le négociateur de lUE Michel Barnier, en rendant compte du progrès des discussions.

La presse et le gouvernement français se sont insurgés contre ce dispositif, quils jugent contraire à lesprit de la loi.

Le 4 octobre déjà, M. Macron avait estimé que Google  ne peut pas saffranchir  de la loi en France, découlant dune directive européenne, pour imposer des droits dauteur aux plateformes de diffusions dinformation en ligne.  On va rentrer dans la mise en œuvre de la loi  fin octobre sur les  droits voisins , avait-il assuré.

“Je veux croire quun accord est en train dêtre finalisé”, a déclaré le chef de lEtat au cours dune conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel à Toulouse.

 Nous serons aux côtés de nos auteurs, journalistes et des groupes de presse qui légitimement défendent leurs intérêts face à des propositions  qui ont été  jusquici inacceptables , a ajouté Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron et Angela Merkel se retrouvent aujourd'hui à Toulouse dans le cadre d'un Conseil des ministres franco-allemand. Dans une Ville rose dont l'hypercentre autour de la préfecture a été placé sous cloche pour se prémunir de tout débordement des manifestations annoncées, la chancelière allemande et le président français vont tenter d'aplanir les différends qui se sont multipliés ces derniers mois, plus particulièrement depuis les élections européennes. Dernier épisode en date, jeudi dernier, le rejet massif de la candidature de Sylvie Goulard au poste de commissaire dans la future Commission européenne présidée par l'Allemande Ursula von der Leyen, ex-ministre CDU d'Angela Merkel… Une claque pour Emmanuel Macron, qui a fait part de sa colère froide la semaine dernière, en estimant que les Allemands n'avaient pas respecté leurs engagements, et notamment Mme von der Leyen, qui lui avait assuré que Mme Goulard serait confirmée sans problème… Le président de la République s'en est sans doute expliqué avec la chancelière dimanche puis lundi avec Ursula von der Leyen.

Il a souligné que  la valeur ne réside pas seulement dans le tuyau  de diffusion et quagir sur ce terrain,  cest la garantie de notre liberté dinformation, de la liberté de créer en Europe .

Rendez-vous traditionnel instauré en 2003 par le président Jacques Chirac et le chancelier allemand Gerhard Schröder à l'occasion de la commémoration des quarante ans de la signature du traité de l'Élysée entre de Gaulle et Adenauer, le Conseil des ministres franco-allemand (ou Deutsch-Französischer Ministerrat), se réunit une à deux fois par an. C'est la première fois qu'il se tient depuis la signature par Emmanuel Macron et Angela Merkel du controversé traité d'Aix-la-Chapelle en janvier 2019, qui devait renforcer la relation franco-allemande et envoyer un message de soutien à la construction européenne.

Ce mercredi, Angela Merkel retrouve Emmanuel Macron en marge du traditionnel Conseil des ministres franco-allemand qui prend ses quartiers à Toulouse. Ensemble, ils iront notamment visiter la chaîne dassemblage de lAirbus A350, alors que le constructeur européen fête ses 50 ans cette année. Le président français et la chancelière allemande en profiteront, par la suite, pour évoquer la guerre commerciale et principalement les sanctions américaines contre lUnion européenne.

«Afin d'illustrer le succès de la coopération franco-allemande et européenne, le président de la République et la chancelière visiteront la salle de montage des avions A350 de l'entreprise Airbus», a précisé l'Elysée. Emmanuel Macron et Angela Merkel rencontreront ensuite des lycéens et des apprentis ayant bénéficié de l'action Avion Campus des métiers. Cet après-midi les deux dirigeants auront un entretien bilatéral à la préfecture puis tiendront une conférence de presse commune à 18 h 15 après la séance de travail du Conseil des ministres franco-allemand.

Le sujet est sensible et les réponses diffèrent. Alors que Bruno Le Maire, offensif, a promis de répondre “de façon ferme” à déventuelles sanctions américaines, Angela Merkel se contente de constater, défaitiste, un échec de lEurope dans ce dossier. 

Il faut dire quen Europe comme dans son propre pays, la chancelière a perdu de sa superbe. Et la fin dannée pourrait même savérer compliquée pour elle, au point quun départ anticipé nest pas à exclure, alors que son mandat est censé sachever en 2021.

La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé son optimisme mercredi au sujet des discussions en cours à Bruxelles sur le Brexit. D'après ce que j'ai entendu ces derniers jours, je pense de plus en plus que nous parviendrons à un accord (…) Nous sommes dans les derniers mètres de la négociation, a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse à Toulouse, à l'issue d'un conseil des ministres franco-allemand.

À la une ce mercredi 16 octobre…

Dabord parce que, depuis lété dernier, la santé dAngela Merkel est devenue un sujet de discussions. Les images de ses tremblements lors de plusieurs manifestations officielles où le protocole lobligeait à rester debout et immobile, ont semé le doute sur sa capacité à tenir le gouvernail dune Allemagne dont léconomie nest plus aussi vaillante que par le passé. La locomotive allemande est sévèrement grippée. La première économie européenne pourrait même officiellement tomber en récession technique (deux trimestres consécutifs de contraction du PIB) dici la fin de lannée.

Visite dEmmanuel Macron et Angela Merkel à Toulouse : mais de quoi vont-ils parler ?

Sur le plan politique, les nuages samoncellent également. Les dernières élections européennes de mai ont été un véritable avertissement pour le parti dAngela Merkel, la CDU (Union chrétienne-démocrate). Bien que toujours en tête des scrutins, il a perdu beaucoup de plumes au profit de lextrême-droite (AfD) et des verts. Les élections régionales de septembre dernier, en Saxe et en Brandebourg, affichent les mêmes dynamiques. Dans ces deux Länder, la CDU a perdu environ 7% des voix par rapport au précédent scrutin.

Le 31 octobre prochain, les élections en Thuringe sannoncent encore plus préoccupante tant pour la grande coalition formée au niveau fédéral entre son parti et les sociaux-démocrates (SPD). La gauche radicale de Linke et lextrême-droite de lAfD sont annoncés comme les deux probables vainqueurs selon les derniers sondages. La CDU qui y dominait en 2015 avec 40% des intentions de vote, ce land en 2015, pourrait nobtenir que 23% des suffrages à la fin du mois. Un coup de tonnerre qui pourrait précipiter la chute de celle quAngela Merkel a adoubé en décembre dernier à la tête du parti, Annegret Kramp-Karrenbauer (surnommée “AKK”). Ministre de la Défense depuis le départ annoncé dUrsula von der Leyen pour Bruxelles, elle été désavouée, le weekend dernier, par la fédération des jeunes de la CDU qui a voté une motion en faveur de primaires pour la succession de la chancelière.

Un tournant majeur pourrait aussi avoir lieu en décembre prochain avec le congrès du SPD qui devra se positionner sur la suite à donner à la coalition, formée à son corps défendant avec la CDU en mars 2018. Cette fragile union est-elle encore tenable? Laffaiblissement électoral du SPD, tout comme celui de la CDU, ne plaide pas en faveur de son maintien. Selon le quotidien allemand Handelsblatt, un premier bilan sera effectué le 23 octobre prochain.

Mais dautres sujets renforcent les tensions. Depuis le début du mois, une réforme sur les retraites agite la politique nationale mais cest surtout le débat sur la relance budgétaire qui secoue lAllemagne. Dans un environnement de taux bas, Berlin doit-elle se décider à emprunter? “Nein” a répondu la chancelière après un débat interne au sein du gouvernement. Mais létau européen se resserre pour faire bouger les lignes. Cest la position future du SPD, dont les dirigeants sont pour linstant encore attachés au “Schwarze Null” (principe du zéro déficit), qui pourrait bien mettre à mort la coalition. Un sondage réalisé en début de semaine montrait quune large majorité des sympathisants SPD (70,9%) est prête à renoncer à ce principe en cas de difficultés économiques.

De quoi rendre les mois à venir plus difficiles pour Angela Merkel. “Elle peut tout à fait être poussée vers la sortie avant la fin de son mandat en 2021” expliquait en août dernier sur BFM Business Henri Ménudier, professeur honoraire à Sorbonne Nouvelle, spécialiste de lAllemagne. Mais ce serait oublier la résilience de cette femme dAllemagne de lEst, en poste depuis 2005, et qui entend bien remettre son pays sur les rails avant de finalement passer la main.